Vers la liberté, 3/5 : « Société volontaire, le contrat social dénoncé »

Si le contrat social n’est pas signé, quels peuvent être les fondements d’une société libre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers la liberté, 3/5 : « Société volontaire, le contrat social dénoncé »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 juin 2014
- A +

Lien vers la partie 1 et la partie 2.

L’État n’a aucune légitimité intrinsèque. Ce n’est pas parce qu’un individu ou groupe se déclare État et affirme qu’il est seul souverain légitime qu’il le devient ; le pouvoir est pouvoir parce qu’il est capable de se maintenir.

Que le pouvoir soit divin ou populaire, il a besoin d’asseoir sa légitimité sur le consentement du peuple. Mais qu’advient-il si une partie du peuple (par exemple un individu) refuse de reconnaître la légitimité du pouvoir ? Si le gouvernement n’est pas un groupe de dirigeants doté de certaines prérogatives, mais un groupe d’individus se comportant de manière gouvernementale et auquel d’autres individus obéissent ? Si les lois auxquelles on ne consent pas ne s’appliquent pas à nous ?

En dernier recours, le socle du pouvoir est en France le contrat social. Mais un contrat qu’on ne signe pas, qu’on n’approuve pas de son plein gré n’a aucune valeur ; que serait une société sans « contrat social » ?

Le contrat social est en réalité la justification de la coercition. Pour une société harmonieuse, moins dangereuse et violente que l’état de nature, il devient légitime, par le contrat social, d’exiger le paiement de l’impôt et la renonciation à l’usage de la force au profit d’un monopole de la force : l’État. Puisqu’il a le monopole de la force, on lui confie aussi d’autres missions, qui n’ont de limites que l’imagination des dirigeants de l’État ; on lui attribue aussi certains privilèges et prérogatives. En l’absence de contrat social, tout ceci disparaît, car tout ceci était permis par la coercition.

Il demeure donc les droits inaliénables de l’individu, qui sont indissociables de sa nature humaine (le droit naturel : libertés fondamentales, sûreté, propriété privée), ainsi que les interactions et échanges librement consentis. En substance, la coercition ayant disparu, la société n’est plus fondée que sur des interactions et échanges volontaires.

Cette société volontaire est débarrassée d’un monopole illégitime de la violence  puisque légitimé par un contrat jamais accepté. Les États s’ingèrent dans la vie des citoyens, de la naissance au cercueil, créant des pièces d’identité qu’il est seul à délivrer, des règles, des lois, des impôts, pour mieux masquer la fragilité de leur socle réel. Le pouvoir se rend indispensable pour éviter d’apparaître dans toute son illégitimité.

La société volontaire n’est pas sans règles. Le droit naturel et les « contrats » (quelle que soit leur forme) entre individus forment des règles. Elle n’est pas non plus sans contrainte ; la vie humaine requiert de produire les moyens de sa subsistance (ne serait-ce qu’en les ramassant ou les cueillant) ou les obtenir d’autrui. En l’absence de coercition, et le vol étant illégal, chacun doit travailler ou obtenir des autres sa subsistance, mais ne peut le faire que s’ils y consentent.

Mais les seules règles et contraintes sont celles que notre nature nous impose ou auxquelles nous consentons ; la société libre rend chaque citoyen souverain sur lui-même, libre et responsable de ses actes. La force avec laquelle vit l’idée d’une société libre en dit long sur la soif de pouvoir des souverains en herbe et vizirs des bacs à sable qui la dénoncent. Comment pourraient-ils avoir la même influence, le même pouvoir et les mêmes privilèges s’ils doivent préalablement obtenir le consentement de ceux qu’ils dirigent ?

Nous ne vivons malheureusement pas dans une société libre. Quel est le chemin vers la liberté ?

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Bonjour Monsieur

    j’ai une sœur, que nous avons du mal à marier, mais, tout le monde l’aime bien au village. Est-il envisageable de vous la présenter ?
    Merci de votre réponse.

  • La philosophie politique a cherché à construire un contrat social fictif pour justifier le pouvoir réel, alors que des contrats bien réels pourraient peut-être lier les individus à des institutions moyennant la protection de leur droit, la poursuite de leur agresseur et l’arbitrage de leur conflit. Les arguments contre cette hypothèse ne sont souvent que la projection de peurs liés à l’ignorance des alternatives à notre situation actuelle. Il se peut qu’un marché libre de la protection du droit soit impossible, mais nous n’en avons aucune idée, car nous ne l’avons jamais essayés. D’ici là, je me fies à ce que je vois et le service de protection qui nous est offert est nul. Il ressemble plus à un service d’agression dont les clients sont des groupes électoraux cibles et des corporations capables d’intimider ou d’influencer les décideurs.

    • Bonjour,

      Je m’interroge au sujet de cette notion de justice privée : si je peux imaginer un tribunal réglant les litiges contractuels, à condition qu’il soit choisi et indiqué au moment de la signature, je ne vois pas comment il pourrait régler le cas du cambrioleur avec qui je n’aurai rien signé.
      Sans ce pouvoir de coercition, il suffira au cambrioleur de ne pas reconnaître la légitimité de ce tribunal pour échapper à la sanction.

      J’imagine bien qu’il y a eu des réflexions sur le sujet, et je suis preneur de tout lien vers une explication de solution.

  • Merci pour ces liens instructifs.

    Je trouve qu’il y a des idées, mais aucun cas pratique (même imaginaire) pour les tester.

    Je vais donc en rester à mon impression première, un État oui, mais strictement limité à l’administration de la sécurité et de la justice.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine
1
Sauvegarder cet article

Décidément, on n’en finira jamais avec la liberté. Le monde se partage entre ses partisans et ses adversaires. Nous autres Occidentaux avions cru un instant, après la chute de l’URSS, à la fin de l’Histoire (Francis Fukuyama). Finie la guerre froide, fini le conflit de plusieurs siècles entre la démocratie et l’autocratie. Les fascistes, les nazis, les communistes avaient été vaincus et la démocratie libérale allait conquérir le monde. Eh bien non ! Les ennemis de la liberté résistent par tous les moyens mais la guerre en Ukraine nous montre ... Poursuivre la lecture

La liberté est la valeur suprême. Elle ne peut se diviser, ni se fractionner. Elle ne peut être vendue en morceaux à l’encan, dans les foires à l’achat de voix que sont en France les élections.

La liberté ne peut pas servir à justifier une atteinte à la liberté. La destruction d’une liberté ne peut pas servir à justifier une autre destruction de liberté.

La liberté doit exister dans la vie privée comme dans la vie professionnelle ou publique. Elle doit se manifester dans tous les domaines, économique, politique, social, culturel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles