Hollande ne comprend toujours pas pourquoi sa politique ne marche pas

Il n’y a guère que trois choses qui baissent : sa propre côte de popularité, la confiance des Français dans sa capacité à règler les problèmes et la construction de logements.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Hollande ne comprend toujours pas pourquoi sa politique ne marche pas

Publié le 17 juin 2014
- A +

Un article de Nicolas Nilsen.

hollande_rails

À propos de la grève de la SNCF, Hollande a déclaré : « il y a un moment où il faut savoir arrêter un mouvement et être conscient des intérêts de tous ». Ah bon ? Et est ce que, depuis deux ans, il a lui-même pris en compte « l’intérêt de tous » dans ses propres choix politiques, idéologiques et partisans ? Est-ce qu’il n’a précisément pas sacrifié « l’intérêt général » aux intérêts particuliers, corporatistes, syndicaux et politiciens ? Il découvre aujourd’hui que la grève des cheminots est en train d’avoir des « conséquences dommageables » pour l’organisation des épreuves du baccalauréat. Mais quand se rendra-t-il compte que c’est toute sa politique qui est en train d’avoir des « conséquences dommageables » pour la France ?

Les impôts augmentent, le chômage augmente, les plans sociaux augmentent, le déficit extérieur augmente, la dépense publique augmente, le mécontentement des Français augmente, la défiance à l’égard de la classe politique augmente, l’abstention électorale augmente, l’exaspération à l’égard de Bruxelles augmente, l’électorat du FN augmente, le poids de l’État augmente, la dette augmente… Il n’y a guère que trois choses qui baissent : sa propre côte de popularité, la confiance des Français dans sa capacité à règler les problèmes et la construction de logements qui s’effondre à tel point que le Premier ministre est en train de détricoter une loi (la loi ALUR) avant même son entrée en vigueur — une grande première en France où c’est généralement la majorité suivante qui défait les lois votées précédemment !

Mais quand Hollande comprendra-t-il enfin que ce ne sont pas les intérêts particuliers ou catégoriels (syndicats, intermittents, taxis, notaires, fonctionnaires…) qui doivent guider la politique de la France, mais exclusivement l’INTÉRET GÉNÉRAL !

Hollande devrait comprendre pourquoi son “darwinisme économique” ne marchera jamais. Il ferait bien de s’inspirer de Cameron, de la Reine d’Angleterre, ou même de Matteo Renzi

Et il ferait bien de le faire vite, avant que Valls ne soit obligé de venir annoncer, les yeux rougis, que l’État-providence est en faillite et ne peut plus payer les allocations ! Parce que là, c’est avec des fourches que les gens descendront dans la rue (je dis « fourches » parce que j’aime la nature, mais je sais bien que lorsqu’il y a plus de cinq millions de chômeurs et que les gens ont faim et s’attaquent aux super-marchés, c’est à la kalachnikov que ça se règle).

valls_faillite_c


Sur le web.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • notre président est d’abord le premier des fonctionnaires…

    Peu de chances donc qu’il ouvre les yeux (pourquoi faire, tant qu’il est très bien payés).

    • C’est exactement ça : Culbuto ou ses ministres ne sont simplement pas équipés pour comprendre pourquoi ils foirent tout ce qu’ils entreprennent et pourquoi ils doivent renoncer au pouvoir sans délai. Donc, ils s’accrochent et parce qu’ils accrochent en défiant le bon sens, ça va mal finir.

    • Je plussoie.

      Ses interviews alors qu’il œuvrait à la cour des comptes sont instructives en la matière.

  • Concernant la dernière image, je ne crois pas que nos politiciens auraient le courage d’annoncer une (telle) réalité.

  • Mr Nielsen,
    Vous voyez bien qu’il est incapable de changer. Il ne fait juste que passer le temps. Il est comme le lieutenant Drogo dans le Désert des Tartares, sauf qu’il n’attend pas l’ennemi mais un sauveur.

  • il attend que la croissance revienne du dehors, mais il a fermé les fenètres …

  • Le seul truc qui me réjouit (enfin, c’est une façon de parler), c’est la pression de plus en plus forte de la Cour des Comptes sur tous nos sinistres et leur Louis-Philippe… On verra d’ailleurs leurs trombines quand, si tout continue à empirer, Bruxelles nous dépêchera une troïka pour couper dans le gras de l’État à la machette…

    • la cour des compte n’a aucun pouvoir, le vrai pouvoir est celui des marchés financiers qui arbitrent entre les différentes dettes publiques.

  • Il a peut-être été contaminé lors de son séjour de « young leader » aux USA, mais Pépère est totalement à côté de la plaque quand , avec bien d’autres de droite comme de gauche et d’ailleurs, et même les éGologistes il nous sort grégairement sa rengaine « Croissance (du PIB) »

    Déjà parce que « Le PIB n’est plus adapté aux défis du XXIe siècle, il faut donc d’une part le corriger et d’autre part lui adjoindre d’autres indicateurs. Deux types de mesures devraient compléter le PIB : des indicateurs de contraintes physiques (comme l’indicateur de l’empreinte écologique qui est aujourd’hui de 50 % supérieur à la biocapacité, des indicateurs d’empreinte carbone ou relatifs au climat, etc.) et des indicateurs sur les finalités humaines poursuivies (indicateurs de santé sociale, plus qualitatifs, tels la qualité du travail, le travail des enfants, le nombre d’heures de loisirs, le taux d’obésité…). Il est intéressant de voir le contraste entre un PIB qu’on n’arrête pas de chercher à faire croître et une santé sociale et sociétale qui se dégrade » (d’après un excellent auteur).

    Et puis comme disait Robert Kennedy,

    http://guerre.libreinfo.org/manipulations/37-mensonges-economiques/439-pibkennedy.html

    Vous n’êtes pas convaincu ? Séance de rattrapage :
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/03/04/pib-croissance-politiques-publiques-retraites-1/#more-466

    • « l’indicateur de l’empreinte écologique qui est aujourd’hui de 50 % supérieur à la biocapacité » : hahaha ! Excellent !

      « Vous n’êtes pas convaincu ? Séance de rattrapage :http://alternatives-economiques » : mouahahaha ! Arrêtez, c’est trop !

  • Cher Nicolas,

    « Les gens » n’ont pas de Kalachnikov. Deux catégories de personnes (hors force de sécurité) sont armées jusqu’aux dents en France. Pas d’amalgame, merci.

  • « Le taux d obésité »ce taux, de l état, est absolument henaurme! !
    A defaut de braquer un magasin certains braquent votre congelateur durant votre absence..autre genre de braquage, près de chez moi,la vermine est bien plus dangereuse dans ce cas, elle executera ce charolais et decoupera les cuisses seules, pour marché noir certainement.

    • Euh, chez moi, ils auront pas vraiment intérêt, à leurs risques et périls :mrgreen:
      Et qu’ils ne viennent pas m’accuser s’ils choppent la filante 🙂

  • La seule chose que l’ignoble comprend c’est comment bouffer à l’œil cad au frais des autres…
    Pour le reste, il ne fait même plus semblant de s’en foutre.

  • « L’intérêt général » sur un site libéral ? L’intérêt général n’existe pas, c’est la somme des intérêts individuels.

    • Ce qui importe n’est pas tant de savoir s’il existe mais plutôt qui le définit. L’intérêt général défini par les idéologues socialistes pour satisfaire leur parasitisme, on sait ce que ça vaut…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’économisme de gauche le plus archaïque est bien parti pour revenir peu ou prou aux affaires et, avec lui, le magistère d’économistes théoriciens non-pratiquants, comme Élie Cohen, réputé faire consensus. L’objectivité et l’omniscience prêtées à ceux-ci par ce dernier reposent depuis longtemps sur un dosage subtil et pourtant largement déséquilibré entre libéralisme et interventionnisme d’État agrémenté d’antinucléarisme « raisonnable ». 

 

Dans cette caste séculairement omniprésente sur les plateaux télé, on trouve le dis... Poursuivre la lecture

Selon l'indice de liberté économique 2023, la Suède fait partie des économies les plus orientées vers le marché. Dans l'ensemble, elle se classe à la 10e place, loin devant les États-Unis (25e) et le Royaume-Uni (28e). Mais les dépenses publiques restent élevées, et bien que les taux d'imposition sur le revenu aient considérablement baissé par rapport aux sommets atteints dans les années 1970 et 1980, ils restent plus élevés que presque partout ailleurs dans le monde.

 

En d'autres termes, malgré la montée des éléments capi... Poursuivre la lecture

L’inflation est un vol et le déficit fiscal est la cause de l’inflation. Voilà à peu près le message économique de Javier Milei après ses quatre premiers mois à la tête de l'Argentine et l'enregistrement du premier excédent fiscal depuis 2008 (de 275 millions de dollars contre toutes les prévisions). Réduction des transferts discrétionnaires aux provinces, des travaux publics et des bureaux politiques, le président revient sur les premières mesures engagées par son gouvernement. Alors que le chemin est encore long pour redresser le pays, ces ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles