Européennes : pire que les constructivistes, les « bande-mou » !

L’enthousiasme est du côté du FN, la déprime du côté des abstentionnistes et la débandade des partis gestionnaires !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Européennes : pire que les constructivistes, les « bande-mou » !

Publié le 27 mai 2014
- A +

Par Philippe Bouchat.

img contrepoints335La messe est dite. À en croire les médias, la peste brune s’est abattue sur la France et les anti-européens déboulent à Strasbourg. Certes, le FN devient le premier parti de France et les anti-Européens – qu’il faut arrêter d’appeler eurosceptiques – deviennent, avec 145 eurodéputés, la troisième formation politique de l’hémicycle continental, derrière le conglomérat du parti populaire européen et les socialistes. Ça, c’est pour le théâtre politique, l’apparence. Faut-il dès lors avoir peur et s’en émouvoir comme la pensée unique médiatique européenne le fait dans ses gros titres ?

Prenons de la hauteur et analysons sereinement.

En France, le taux d’abstention a été de 57%. Le corps électoral comptant 44 millions de citoyens, cela signifie que 19 millions de Français se sont rendus aux urnes. Le FN récoltant 25% des suffrages, cela signifie que 4,75 millions de Français ont voté pour le parti lepéniste, soit 11% du corps électoral. Première conclusion : 89% de Français en âge de voter ne se sont pas rendus aux urnes pour voter FN. Cela permet de relativiser la « catastrophe » proclamée : 9 Français sur 10 ne votent pas FN !

Le véritable séisme est le suivant : si on cumule les voix des partis dits de gouvernement, à savoir l’UMP, le centre (UDI-MODEM), le PS et les Verts, on en arrive péniblement à 54% des suffrages, soit 23% du corps électoral. Deuxième conclusion : moins d’1 Français sur 4 votent pour les partis traditionnels de gouvernement !

Résumons. 57% ne votent pas, 23% votent pour les partis de gouvernement et 11% pour le FN.

Que disent ceux qui s’abstiennent ? La politique ne m’intéresse pas ou plus. Que disent ceux qui votent FN ? La politique est un combat, celui de la Patrie française qui doit lutter contre tous ses ennemis que sont Bruxelles, les immigrés, l’euro, la mondialisation. Que disent ceux qui votent pour les traditionnels ? Rien ! Soit ils votent par habitude pour tel parti, soit pour un « programme » qui est un catalogue de mesures techniques incompréhensibles. Voilà le cœur du problème : les partis traditionnels ne disent plus rien, ils sont devenus gestionnaires, mais ne proposent aucune (H)histoire aux Français ! Les partis gestionnaires ne font pas rêver, ils ne font plus bander…

Pourquoi y a-t-il des gouvernants ? Pour écrire l’Histoire ! Les rois de France ont écrit l’Histoire, Napoléon et De Gaulle ont écrit l’Histoire. La IIIe et la IVe républiques n’ont pas écrit l’Histoire et ont disparu sans éclat, empêtrées dans le marais des grenouilles partisanes. Mais la chienlit de Mai 68 est passée par là et a tout cassé après De Gaulle et Pompidou. Depuis VGE, les gouvernants n’écrivent plus l’Histoire, ils la subissent et deviennent gestionnaires, des boutiquiers , des peine-à-jouir !

Or, les Français – et c’est vrai de tous les peuples européens – ont besoin de se projeter dans une vision, un rêve, une utopie, bref dans l’Histoire. Voilà pourquoi les Français se détournent de la démocratie en s’abstenant dans leur majorité : puisqu’on a rien à me raconter, je ne vous écoute pas, je ne vous écoute plus ! Voilà pourquoi, le FN vole de succès en succès : c’est le seul parti qui raconte une histoire : celle d’une certaine vision (étriquée) de la France pour laquelle le FN invite à se battre. L’enthousiasme est du côté du FN, la déprime du côté des abstentionnistes et la débandade des partis gestionnaires !

Pour lutter contre le FN et surtout faire revenir les abstentionnistes dans les isoloirs, qu’on arrête ce catastrophisme ambiant (la seule histoire que les médias ont à raconter) et surtout qu’on arrête les programmes volumineux, techniques et démobilisateurs ! Mais bon sang : qui peut se mobiliser avec enthousiasme pour un taux d’emploi, un pourcentage de PIB, une transition écologique, etc. ?! Cela ne fait rêver personne ! Oui, cela est important, oui il est nécessaire d’avoir des gestionnaires rigoureux, compétents et honnêtes. Mais cela est secondaire. L’essentiel, c’est de transporter les Français au-delà d’eux-mêmes ! Qu’on nous propose de l’innovation, de la création, d’aller sur Mars, d’avoir des prix Nobel, de vanter le patrimoine gastronomique, culturel, archéologique, patrimonial, historique ! Messieurs et Mesdames (surtout Mesdames), faites-nous bander !

Invitez-nous à voyager, à avoir de l’audace, le goût du risque et de l’aventure. Alors oui, seulement, les Français retrouveront le chemin des urnes et le FN reculera de lui-même n’étant plus le monopole de l’enthousiasme…

Alexandre Jardin a raison !

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Le français bande toujours, son problème majeur c’est qu’il n’arrête pas d’être entullé

  • J’ai pas vote, ça ne m’interresse plus depuis le referendum de 2005, mais sinon j’aurais vote FN, pourquoi j’aurais voter pour ceux qui ont couler la France depuis 40 ans ?

  • Quand on est libéral, on a PAS le droit d’être jaloux ou envieux…

    Le fait est que le FN a remporté les élections pour le Parlement Européen dimanche dernier. Peu importe ce que ce parti propose, il le propose depuis 30 ans sous les jets de tomates et les insultes. Les médias, notamment, dans leur ensemble l’ont toujours traité comme la peste, là où l’extrême gauche, par exemple, bénéficie d’une bienveillance incompréhensible au regard de son discours.

    Où est le parti libéral depuis 30 ans ? Où est l’expression libérale depuis 30 ans ?
    Soit les politiques libéraux n’existent pas, soit ils se sont planqués tout ce temps à l’intérieur de la droite classique. Le libéralisme et les libéraux en France, c’est une rumeur…

    Pourtant les valeurs des libéraux sont nobles, les idées des libéraux sont intéressantes et méritent d’être proposées aux français. Bien sûr, le libéralisme, tel qu’il est décrit dans Contrepoints, ne coule pas de source dans l’opinion.
    Il faudra peut être 30 ans de railleries, d’injures et de diabolisation pour que les français voient dans le libéralisme une voie à emprunter. Ce ne sera pas facile. Tous les autres partis étant plus ou moins pour une extrême prévalence de l’Etat, le libéralisme sera durement combattu. Les médias s’accommodant parfaitement de l’Etatisme actuel, le libéralisme économique, sociale et culturel sera déformé, exagéré et décrit comme le choléra…
    Il faudra peut être 30 ans de courage pour les promoteurs du libéralisme avant de recueillir un véritable succès lors d’une élection boudée par des français toujours plus dégoûtés.

    Alors, est-ce que cela vaut le coup ? Ce combat difficile, qui veut le mener ? Quels sont les femmes et les hommes qui vont aller prêcher dans le désert ?

    Dans les colonnes de Contrepoints, on lit des « idéologues » ou « penseurs » libéraux. Des lecteurs et commentateurs tels que moi espèrent voir ces idées et cette pensée portées sur le devant de la scène politique française. Pourtant, tout cela continue de se passer « sous le manteau » si je puis dire.

    Critiquer le FN est facile. L’imiter est moins aisé.

    • La France n’a connu qu’une période de libéralisme et encore avec une forte influence de crony capitalisme : Napoléon III

      • Si on veut trouver une période de l’histoire de France qui réponde le plus à l’idée qu’on se fait du libéralisme, ce serait plutôt la première période de la IIIe république qu’il faudrait citer, avec son épanouissement lors de la bien nommée « belle époque ». Mais le ver était dans le fruit démocratique, notamment sous l’effet des premières lois socialistes. Nos ancêtres n’avaient pas encore compris qu’il était impératif d’interdire le socialisme parce que l’idéologie est définitivement incompatible avec la véritable démocratie.

        • Pas du tout d’accord mais il faudrait développer, la Commune, la SFIO, le marxisme… On a pris beaucoup de mauvaises voies à cette époque.

          • Le monde n’est pas tout à fait le même avant et après 1917. La France de 17 à 40 entre doucement dans le deuil de la réalité. Le PCF fait son œuvre crescendo.

            • C’est une période de l’histoire qui ne souffre pas d’interprétations et c’est assez rare. Lénine adoubé par l’Allemagne, puis socialisme français, Clemenceau et Traité de Versailles dont les effets néfastes ont été évalués et annoncés, war II, Hitler et Mussolini. C’est la raison pour laquelle ces deux hurluberlus sont des conséquences et non des causes.

              • Le NSDAP a longtemps hésité entre la droite et la gauche. Hitler le droitard a fini par l’emporter sur les très rouges frères Strauss, grâce au ralliement de Goebbels au Congrès de Bamberg en 1926, mais c’était moins une. L’histoire des années 30 aurait été très différente.

    • « Quand on est libéral, on a PAS le droit d’être jaloux ou envieux… »

      LOL. On a le droit d’être humain, ou pas ?

      • lol on lol.

        « On a le droit d’être humain, ou pas ? »
        Puisque tu poses une question j’y réponds. Ma phrase que tu cites, ne s’adressait pas à toi, tu l’auras compris.
        Pourtant, une des différences entre les humains et les animaux, c’est la capacité de mettre en veilleuse ses bas instincts, dont l’envie et la jalousie.
        Au travers de leur discours sur Contrepoints, les libéraux, on le lit, exècrent ces deux défauts, l’envie étant même considéré comme un vice par la religion chrétienne dont beaucoup se réclament dans les posts.

        Tout ça pour dire, qu’au lieu de minorer, nier ou relativiser la victoire du FN, il faut sinon les féliciter, avoir la volonté de faire le travail pour un jour les battre lors de prochaines élections.

        Pour finir, cela devient vraiment inquiétant pour toi cette manie de te justifier quand personne ne te demande rien.

        • « en veilleuse ses bas instincts, dont l’envie et la jalousie »

          En veilleuse, oui, ok, disons que je t’avais mal compris. Mais les faire disparaître complètement, oublie tout de suite. Le marché a justement pour vertu de les gérer sans prétendre les abolir.

          Et je ne me justifie pas : j’écris à la première personne. Il est amusant que les laudateurs de l’individu et de son expression me le reprochent.

    • « est-ce que cela vaut le coup ? »

      Si ça vous chante de passer pour l’ennemi libéral imaginaire de service qui accepte de servir la soupe à des idéologues incultes et haineux, je vous cède volontiers la place. Le masochisme n’est pas le genre de la maison.

      Le libéralisme, vous pouvez l’expliquer simplement à votre entourage, à vos collègues du travail, etc.

      Comme le disait Hayek, la France sera libérale quand le reste du monde le sera devenu. Ce n’est pas demain la veille.

  • Excellente analyse cher Philippe Bouchat. Oui il est difficile d’éprouver du désir pour cette Miss Europe avec ses airs revêches, son attitude coincée, ses principes mesquins. Rendons la plus sexy sans qu’elle devienne vulgaire.
    Aux libéraux de lui déboutonner légèrement son chemisier, de lui défaire son chignon et surtout de l’embrasser dans le cou pour qu’elle se sente aimée.
    Petite critique connexe et néanmoins positive ; gardons-nous de faire parler les abstentionnistes comme d’autres font parler les morts. Le désintérêt ou le refus passif n’ont pas à être considéré comme un acte politique. Seuls ceux qui n’ont jamais ouvert un livre d’histoire peuvent s‘en satisfaire.
    Bien cordialement

  • le chrétien que vous êtes se souvient de la maxime :
    « Dieu vomit les tièdes »

  • [[ Résumons.
    57% ne votent pas, 23% votent pour les partis de gouvernement et 11% pour le FN.]] (Mr B. dixit)

    En dépit de la LIBERTE DE CONSCIENCE et DE DROITS accordée par nos constitutions d’Occident, 57% d’ignorants – d’ingrats – d’inconscients et -pires- de pleutres ont préféré s’abstenir. Or qu’eux aussi – déçus? – eussent pu protester sans céder à la lassitude ou à l’absence de courage citoyen ! Soit une portion assez identifiable de populations assoupies, d’apathiques divers.
    N’en blâmons SVP pas alors le succès relatif du FN, ni les motivations partiellement fondées de UKIP, ni celles des souverainistes (pas nécessairement des gens obtus).
    Chacun de nous possède une faculté de juger, de s’informer, de trancher.
    A ce « chacun » d’agir, puisque le droit le leur en est octroyé ! Simple bon sens.

    Je partagerai avec l’auteur l’opinion que Mai ’68 amorça le phénomène d’une inversion des engagements politiques au profit d’idéologie ravageuses et de désintérêt accouplés, tristes attitudes amplifiées par la montée de médias omniprésents, envahissants et abscons, sinon réellement manipulateurs de l’opinion publique. Au total, des signes de régressions mentales, des bêtisiers ordinaires.

    Reste que nos « systèmes politiques » et une particratie ravageuse méritaient des signaux concrets de CHOCS de la part de l’opinion publique. L’orage public s’est exprimé, tant mieux ! Pour tous les sourds et aveuglés (fort opportunistes) opérant aux gouvernes, ces signaux de tous pays constituent une simple CONfirmation de réalités dont nos gouvernants ont conscience. Mais eux agissent se dopent à l’hypocrisie et/ou masquent leur impuissance … attribuables à la conjonction des 57% du public et leur fatras législatif !

    Pire entre tous les niveaux de mal gouvernance ? Il concerne l’Union européenne, cet enchevêtrement de bureaucraties et d’idéologies contra-productives. Déviante depuis les années ’80s, mue sous l’influence de partis des gauches (PSE mais aussi l’aile gauche du PPE, sans oublier la CES !) au travers de traités imparfaits ou peu réalistes, notre U.E. s’est construite un Titanic institutionnel.
    Ces 20 % d’anti-Européens ou d’Eurosceptiques suffiront-ils à renflouer le paquebot ?
    Oui et non. Bientôt les 80% habituels vont ronronner dans leurs assemblées.
    Je l’ai déjà souligné : seul le Conseil de l’U.E. et des élus conscients peuvent y aider…

    • Bien vu ! Vous faites-bien de rappeler que les votes sanction ou de désespoir ne sont pas forcément le reflet des convictions intimes des citoyens. En tout cas souhaitons-le !

  • Voter c’est agir ; hahahahahaaaaa !!!

  • « Pourquoi y a-t-il des gouvernants ? Pour écrire l’Histoire ! Les rois de France ont écrit l’Histoire, Napoléon et De Gaulle ont écrit l’Histoire. La IIIe et la IVe républiques n’ont pas écrit l’Histoire et ont disparu sans éclat, empêtrées dans le marais des grenouilles partisanes. Mais la chienlit de Mai 68 est passée par là et a tout cassé après De Gaulle et Pompidou. Depuis VGE, les gouvernants n’écrivent plus l’Histoire, ils la subissent et deviennent gestionnaires, des boutiquiers , des peine-à-jouir ! »

    Merci pour cette argumentation construite, solide, et très analytique.

    Contrepoints, le nivellement par le haut…

    • Napoléon et de Gaulle ? Quel peut bien être le rapport entre les deux ? Vous ne voulez pas ajouter Pétain, qu’on ait une belle troïka de mecs en uniformes ?

      • Vous n’avez pas lu l’article plus haut en fait. Ni vu les guillemets ? Il s’agissait d’un extrait de l’article en question.

        Je vous donne un indice pour lire ce qui suit et qui n’est pas entre guillemets : ironie.

        • On lit pas mal d’âneries dans les commentaires de CP, j’ai cru que vous étiez sincère. La faute aux poutiniens qui viennent nous expliquer que Hollande est plus dangereux pour l’équilibre du monde que Vladimir Vladimirovitch. Toutes mes excuses.

  • Le problème, c’est que c’est ce besoin de rêver, de « faire l’Histoire » qui aboutit au constructivisme, au dirigisme, voire à l’autoritarisme. Peut-être au contraire qu’il faudrait que les Français arrêtent avec leur romantisme béat et commencent à faire de l’Économie sérieusement.

    • +1 Les peuples heureux n’ont pas d’histoire.

      Cela dit déchiqueté a Waterloo ou violé par des soudard ça a de la gueule dans les livres.

  • « Que disent ceux qui votent FN ? La politique est un combat, celui de la Patrie française qui doit lutter contre tous ses ennemis que sont Bruxelles, les immigrés, l’euro, la mondialisation »
    Toujours les memes poncifs.

    A quoi sert Bruxelles? Absolument rien, juste une strate administrative de plus.

    Les immigrés : Je suis personnellement pour l’arrêt de l’immigration. je sais que ce n’est pas bien vu sur ce site, mais je ne vois pas l’intérêt d’importer encore plus de misères dans notre pays.

    On ne peut pas considérer qu’empêcher un étranger de venir s’installer dans notre pays soit un acte raciste ou xenophobe. Sinon, il faut être logique et ne fixer aucune limite de visas pour aucune nationalité.
    La limite pour les algériens est de 200 000 par an, qu’est ce que cela veut dire que le 200 000 et une ieme, n’est pas accepté? Et tous les autres qui suivent aussi, mais alors c’est un acte raciste et xénophobe pour ceux là.

    l’euro : combien de milliards dépensés pour la Grece, tout cela pour s’assurer que les banques n’aient pas trop de pertes. C’est pas vraiment libéral? Si chaque pays avait sa monnaie, elle aurait la valeur de son économie et pas celle de fonds extérieurs.

    La mondialisation: j’en profite mais je comprends que les ouvriers s’en plaignent car ils perdront tous leurs boulots progressivement.

  • Votre calcul est faux car, vous faites des abstentionnistes des gens sans rattachement à un parti ou une idée politique, pire encore, vous extrapolez ce que ces personnes pourraient penser.
    Le FN a certes bénéficié (que) des voix de 4.75 millions d’électeur, mais, sauf à démontrer le contraire, il représente bien 25% de l’opinion, où alors vous en savez plus que nous ? D’autant plus que depuis des lustres, la tendance est à dire que l’abstentionnisme profite aux partis extrêmes, manque de bol, même si la participation est dérisoire, elle a néanmoins été supérieure aux précédentes élections.

    Votre phrase en dit long « Pour lutter contre le FN », et bien justement, il ne s’agit pas de lutter contre qui que ce soit ! mais de proposer des idées, celles libérales me vont bien personnellement.

    Nous ne sommes pas sortis de la mouise avec des analyses pareilles…

    • Tu es du FN et nous te rejoindrons jamais. Jamais. Ni maintenant, ni dans dix ans, car plus le temps passe, plus ton parti est de gauche.

      Tu n’es pas capable de comprendre ça ? Pourquoi tu reviens sempiternellement ? Pour quoi faire ? Parce qu’on t’en a donné l’ordre ? Pour te sentir utile ?

      Ou bien viens-tu pour te persuader que tu es de droite ? Oublie. Le programme économique de ton parti est plus socialiste que celui du PS. Et pour nous, l’économie, c’est plus important que le drapeau.

      • Et voila le philosophe qui perd les pédales. Nous en sommes au tutoiement et, non je ne suis pas du FN, je suis sans étiquettes aucune et partisan du vote blanc.
        Vous disiez me lire en diagonale, ce qui considérant vos réactions est une évidence, keep calm, mettez de la Biafine sur vos fesses, d’évidence il y a un truc qui vous gratte à cet endroit.

        • « où alors vous en savez plus que nous »

          C’est qui, « nous » ?

        • « fesses »

          Et comme toujours, la référence aux bas morceaux. C’est décidément une obsession.

        • Si tu n’es pas du FN, rejoins-le vite. Un si bel enthousiasme qui court dans le vide, c’est dommage. Marine a besoin de ta foi. Ou crée le Libéralisme Bleu Marine.

          • Comme toujours, les contradictions ne vous effraient pas : « nous te rejoindrons jamais » C’est qui nous ?
            Redressez la tête, à force de lire en diagonale, vous allez « nous » attraper un torticolis.

  • Peut-être le succès du FN -vous dérange-t-il ? Il semble en tout cas qu’il fausse votre raisonnement, Vous concluez en effet qu’aucun des abstentionnistes, s’il avait voté, ne l’aurait fait pour le FN. C’est une affirmation pour le moins hasardeuse mais qui vous permet de triturer les chiffres pour assurer péremptoirement que « 9 Français sur 10 ne votent pas FN ».
    Notre système électoral est ainsi fait que depuis des décennies le vote FN, quel que soit son ampleur, ne se concrétise pas par un nombre conséquent d’élus. J’ai souvenance de législatives où le défunt PCF a pu bénéficier d’un groupe à l’Assemblée alors que le FN, avec le double des voix au niveau national n’avait aucun élu !
    Gageons qu’un certain nombre – voire un nombre certain – d’abstentionnistes aurait porté sa voix sur le FN, mais ne s’est pas dérangé pensant que, comme d’habitude, cela ne servirait à rien !

  • Quand je pense à Fernande
    Je bande, je bande
    Quand je pense à Felicie
    Je bande aussi
    Quand je pense à Léonore
    Mon dieu je bande encore
    Mais quand je pense à Lulu
    Là je ne bande plus
    La bandaison papa
    Ça ne se commande pas.

    Il faudrait que Hollande envoie un gouvernement provisoire à Bâle, les Français seraient embâlés et tout bénef, cette ville sortirait enfin de son statut de trou.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Deux députés RN fraîchement élus à l’Assemblée nationale s'y retrouvent vice-présidents depuis mercredi, suscitant un tollé à gauche, pour qui l’extrême droite reste infréquentable.

Il n’est pas question que le #RN ait 2 vice-presidences qui leur permettent d’animer les débats de l’Assemblée. Parler depuis l’hemicycle, certes, c’est la démocratie, parler depuis la tribune et y tenir des propos comme ceux d’hier, en est une autre. #PasDeRNAuPerchoir

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 29, 2022

Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles