Le meilleur du pire de la semaine sur Twitter

Les 7 « meilleurs » tweets étatistes de la semaine sur Twitter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le meilleur du pire de la semaine sur Twitter

Publié le 25 mai 2014
- A +

Par Daniel Tourre.

Marine Le Pen Twitter

 

Cette semaine, le docteur Le Pen a établi un diagnostic sur l’état de santé de notre pays. Et l’inspecteur Le Pen a trouvé un coupable. Le docteur inspecteur FN s’offre ainsi le luxe d’une erreur médicale et judiciaire en moins de 140 caractères. Cela promet.

Le libéralisme a de fières racines françaises, ce produit local n’a donc pas besoin d’être importé, y compris des États-Unis. La dernière partie du tweet est hélas presque exacte. Les États-Unis depuis le début du XXème siècle suivent la même glissade étatiste que le vieux continent. Entre centralisation, capitalisme de connivence, État fédéral gourmand, dette et banque centrale, la liberté n’est pas en grande forme là-bas non plus.

 

MJS Twitter

Sans le vouloir, l’injonction de Laura Slimani a un deuxième sens plus correct que le premier. Le socialisme de droite des mandats Chirac/Sarkozy est largement coresponsable de la précarité que subissent de nombreux jeunes et moins jeunes de ce pays aujourd’hui.

 

Tweets Kerviel

Le Saint Camarade Kerviel aurait réconcilié tout le monde dans un épisode de Don Camillo.

Le soutien pour ce trader malhonnête doit autant à la défiance qu’inspirent les grandes banques qu’à sa rédemption opportune et impudique. Mais si Jérôme Kerviel arrive aujourd’hui à convaincre à la fois Mme Boutin et M. Mélenchon de prendre parti pour lui, il n’a dû faire qu’une bouchée du contrôle des risques de la Société Générale. Ce garçon a du talent.

Ce qui reste regrettable c’est qu’au milieu de ce cirque, les critiques libérales de l’école autrichienne sur le monde bancaire et monétaire restent toujours inaudibles après cinq ans de crise. Sincère ou pas, le Saint Camarade Kerviel maintient le débat des réformes bancaires au niveau « méchants traders méchants » et ce n’est ni une bonne action catholique, ni un geste de bon camarade du peuple.

 

Tweets subventions

Petit détour dans un drame qui se joue actuellement dans le petit monde de la culture étatisée. L’argent des autres coule toujours à flots, mais un peu moins qu’avant. Pascal Rogard, DG de la SACD, président de la coalition française pour la diversité culturelle (une expression polie pour dire culture subventionnée) et Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers, gémissent sur leur pouvoir qui s’étiole un peu. Ça pourrait faire un beau téléfilm pour France 3 dans quelques années.

 

Tweets croissance verte

La grande nouvelle pour la planète, c’est que le compte ministère du DD devient FrancEcologiEnergie. C’est un peu illisible, mais si l’agence de com’ n’a pas pris trop cher, cette ModificatioNumériquEssentielle a dû respecter notre porte-monnaie : twitter reste gratuit.

Par contre, c’est toujours le ministère de Ségolène Royal et cela se sent à ses tweets. Un vrai ministère du Tout aurait été plus à la hauteur de ses compétences. Juste la FrancEcologiEnergie, c’est un peu du gâchis.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • FrancEcologiEnergie :

    La base de l’éolienne va pouvoir servir de support aux moules. La production d’énergie rejoint la production de fruits de mer.

    Tout se tient en effet.

  • On m’avait pourtant dit que la Justice était indépendante…

  • Ouaip…
    Kerviel, pour le coup c’est nettement moins clair que tout ça. Le gars n’a pas respecté le règlement interne de sa boite. Qui a laissé courir pendant un temps. Puis tout d’un coup panique (pourquoi ? pour planquer d’autres pertes, d’autres problèmes). D’autant plus étrange qu’au moment où le pot aux roses est découvert, la position illicite est gagnante de près de 900 millions d’euros. Le débouclage en catastrophe fait passer ce chiffre à une perte de 4.5 milliards. Débouclage pas dont Kerviel est bien sûr absent.

    Résultat dans une monde normal : le gars Jérôme doit être viré, il a menti à ses boss, au contrôle du risque etc. Mais le directeur de la salle aussi (il a généré une perte de 5,4 milliards en deux jours et demi qui n’est donc pas imputée a Kerviel mais à lui -même s’il a fait l’ENA- et -un tout petit peu- au trader chargé de l’opération). Et l’État ne doit jamais se mêler de ça. La justice en particulier, sauf si Kerviel décidait de saisir les prud’hommes pour licenciement abusif (mais je ne pense pas qu’il l’aurait fait).

    Bref, l’affaire est plus que floue et on peut comprendre que Kerviel, condamné à de la prison ferme et à payer plusieurs milliards d’euros (alors qu’il a juste menti pour générer des profits en plus pour la banque -afin d’accroitre son bonus, certes, mais profits pour la banque quand même) l’aie mauvaise et cherche des soutiens un peu partout. Dans le même temps, pas impossible qu’une solution aussi inextricable l’ai incité à se tourner vers Dieu et la religion comme réconfort possibles.

    • Qui a laissé courir pendant un temps.

      Il n’était pas activement soutenu par la boite?

      • Visiblement, non. Et même ses collègues de desk (j’en connais un) n’étaient pas au courant du tout. Par contre, logiquement le contrôle du risque devait se douter et les analyses de ses perfs au niveau de la salle auraient du détecter des anomalies. Ils ont du se rendre compte qu’il faisait des trucs pas « blanc bleu » mais n’ont pas cherché à savoir quoi. C’est juste quand ils ont eu le nez sur les positions « cachées » qu’ils ont réagi. Trop.

        • Ouais, c’est comme le pilote d’Air France qui charge 30 T de kérosène de plus que nécessaire à chaque vol, qui fait une escale « fortuite » en Colombie à un vol sur deux, et dont on découvre après 3 ans de ce manège qu’il chargeait de la drogue à chaque vol… crédible? possible?

          Non et non, évidemment.

          L’histoire de Kerviel agissant dans le dos de la banque en utilisant uniquement les outils de la banque est une thèse extraordinairement peu crédible a priori qui demande des preuves exceptionnelles, et non le simple témoignage de la banque non vérifié indépendamment.

    • Oui, enfin, il a fait davantage que ne pas respecter la réglementation de sa boite. Il a sciemment et très consciencieusement, très intelligemment manipulé, triché, falsifié.
      Quand à la revente trop rapide de ses positions, c’est facile de juger à après coup. Une situation comme celle-là allait mécaniquement s’ébruiter offrant des opportunités aux concurrents faciles. Chaque heure qui passait mettait la banque en péril.

      Mais sinon oui, il y a un souci dans le risque opérationnel en général et pour la SG en particulier. Et un problème plus globale sur la gestion du risque dans le monde bancaire anesthésié et sur-réglementé. Mais Kerviel est un vraiment très mauvais ambassadeur pour cette cause…

      • Un souci?

        Mais si la banque dit vrai, alors il faut d’urgence fermer cette boite de mongolitos!

      • Présenté comme ça, ça fait froid dans le dos…
        Cela dit, il a simplement menti.
        Et mentir, si c’est moralement répréhensible, ce n’est pas un crime sauf cas très particuliers. Mentir à son employeur non plus (sinon, plus de la moitié de la population française serait en prison). Donc oui, il a « sciemment et très consciencieusement et très intelligemment » violé les règlements internes. Mais la loi ? Non, il n’a rien fait de mal « en soi », sinon c’est la SG qui aurait été devant les tribunaux. Tout au plus a-t-il mis la banque dans une situation de sous capitalisation réglementaire qui si elle perdurait officiellement la privait de pouvoir se refinancer auprès de la banque centrale.

        Et pour la vente trop rapide toussa, toussa… Même avant coup quiconque ne réalise pas qu’on ne liquide pas pour 50 milliard de nominal en deux jours avec un unique vendeur sans avoir d’impact de marché majeur n’a pas sa place sur les marchés. Sa pos’ ne s’était pas « ébruitée » sur 2 ans, ce n’étaient pas 2 semaines qui allaient y changer grand chose. Et la banque n’était pas soudainement plus en péril qu’avant que « ça » se sache.

        C’est vrai que l’affaire n’est pas un exemple parfait du fait qu’il faille supprimer les réglementation multiples et ridicules du monde bancaire/des marchés financiers pour laisser revenir la bonne vieille régulation par la concurrence et la responsabilité des intervenants. Mais ce n’est pas pour cela qu’on parle de ça. Kerviel a été « monté » médiatiquement, mais il n’est qu’un simple tricheur qui s’est fait prendre et dont la suite a été particulièrement mal gérée, semble-t-il. Le fait que des décisions de justice et que la paume est été officiellement si grosse laisse pourtant penser qu’il y a aussi baleine sous gravillon (à ce niveau ce n’est plus anguille sous roche).

  • « si l’agence de com’ n’a pas pris trop cher »

    Rassurez-vous, il s’agit en fait d’une lubie du cabinet de la minustre. Ça lui a pris comme une diarrhée il y a quelques mois: changement de domaine web, changement de nom Twitter et Facebook, etc. Pauvres admins SI qui venaient juste de renouveler deux fois de suite les certificats SSL (expiration puis heartbleed)…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles