Calamité ! Montebourg va s’occuper du crowdfunding français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Calamité ! Montebourg va s’occuper du crowdfunding français

Publié le 22 mai 2014
- A +

Arnaud Montebourg est un ministre actif. Il s’occupe de l’économie de la France, il défend la veuve, l’orphelin et l’entreprise française contre toute ingérence étrangère surtout si cela peut sauver l’entreprise en question. Mais cela ne lui suffit pas. Il a de la frétillance à revendre, de l’agitation à mettre à profit. Alors il s’attaque au crowdfunding.

Et lors de la fête du crowdfunding organisée par l’association Financement Participatif France (FPF) samedi dernier, au lieu d’y envoyer la ministre dédiée au numérique, Axelle Lemaire, Arnaud Montebourg s’y est rendu lui-même, histoire de bien montrer son implication dans le sujet (et il a peut-être jugé qu’Axelle ne ferait pas l’affaire, encore que ce sexisme hypothétique ne soit pas dans les habitudes de Sa Grande Frétillance).

small implied facepalmOn se souvient que les efforts de Pellerin dans le domaine du crowdfunding avaient quelque peu laissé des traces. Même si la nouvelle règlementation que le gouvernement pousse actuellement permet de simplifier un peu l’accès au capital participatif (elle limite l’obligation du lourd prospectus AMF aux seules levées de fonds supérieures au million d’euros, et allège la paperasserie pour les levées plus faibles), elle impose tout de même un don maximal de 1000€ par internaute, ce qui, pour le coup, est particulièrement faible, pour ne pas dire étriqué. En outre, l’ensemble des mécanismes proposés pousse (ou favorise, voire impose) une intervention difficilement canalisable des entités d’État qui font tant de bien à ce pays à commencer par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et la Banque Publique d’Investissement (BPI) dont la vice-présidente du conseil fut Ségolène Royal, ce qui en dit long sur le sérieux du bousin administratif destiné à placer les thunes du contribuable.

royal : la crisitude

En effet, le ministre a évoqué l’éventuelle mise en place d’un fonds d’abondement du prêt, sur le principe que pour 100€ abondé par l’internaute, l’État mettrait lui aussi 100€ via la BPI ou la CDC. Le brave chevalier Arnaud du Crowdfunding en a aussi profité pour appeler les Français à sortir l’argent de leurs bas de laines dodus pour les investir dans ces sémillantes plateformes, au motif que les banques et les assurances ne prêtent pas assez aux entreprises, et qu’il faut donc absolument faire quelque chose.

Moui. L’État qui « investit » autant que les investisseurs particuliers, voilà qui donnera immédiatement des sueurs froides à toute personne un minimum consciente de ce que veut dire « l’État rentre dans mon capital » et ce n’est pas Heuliez qui me contredira (et bises à Ségolène, hein).

D’autant que la raison invoquée par Montebourg laisse un tantinet perplexe : apparemment, l’État doit investir parce qu’il se doit d’être stratège, et puis c’est tout.

« Si ces plateformes ont besoin de capital pour accélérer leur internationalisation, nous l’apporterons. C’est cela, un État stratège. »

Avec nos sous, donc, et son passif chaotique en matière d’investissements à la qualité fort variable, je ne suis pas sûr que cet État-là puisse réellement servir de référence.

montebourg finance

Mais voilà : investir n’est déjà pas chose aisée en France pour un Français et il semble évident que pour que nos belles plateformes grossissent, et que nos entreprises grossissent avec, il faut uniformiser les règlements (notamment fiscaux et financiers) dans toute l’Union européenne afin de faciliter les investissements étrangers chez nous. En vertu de quoi, Arnaud Montebourg aimerait donner une portée européenne à la réglementation française, parce que déjà, seuls dans notre coin, c’est particulièrement joli, alors à 28, cela promet un renouvellement sans fin du spectacle. De façon surprenante, certains (à commencer par François Carbone, le vice-président de la FPF, et qui a organisé l’événement dans lequel Montebourg est venu frétiller de la tête) semblent trouver cette idée géniale même si, bien sûr et comme d’habitude, quelques petits obstacles restent à franchir :

« Cela sera difficile à mettre en place, car la réglementation européenne est très structurante et cela nécessiterait de revoir certaines directives européennes. Mais la légitimité de la France sur le sujet est bonne. »

aurelie filippetti netflixContrairement à Carbone, je ne m’avancerai pas sur la légitimité de la France au sujet du crowdfunding tant il m’apparaît incertain de qualifier comme légitime sur un tel sujet un pays dont les ministres pourchassent avec une hargne assez volubile les entreprises (au point de pousser les nouveaux entrants potentiels à s’installer au Luxembourg).

En revanche, en ce qui concerne l’idée qu’il faille étendre l’intervention de l’État dans le crowdfunding au niveau européen, je peux déjà affirmer sans me tromper que, d’une part, la nécessaire modification d’une demi-douzaine de directives européennes (notamment financières) promet cette idée à un avenir absolument radieux, et d’autre part, je ne suis pas absolument sûr que l’interventionnisme à la française marche aussi bien que ça auprès de nos partenaires qui commencent doucement à en avoir assez de notre arrogance et de nos factures. D’autant que, je le rappelle, les interventions des politiciens français dans le milieu du crowdfunding n’ont toujours pas prouvé leur efficacité jusqu’à présent, et leur historique global de réalisations autorise un sain scepticisme sur leurs actions ultérieures.

On pourrait croire que ce morceau est largement suffisant pour occuper le ministre : envisager une telle réforme européenne, chapeau ! Mais que nenni, il en faut plus pour fatiguer Arnaud qui va plus loin en déclarant aussi vouloir, pour la France, une visibilité internationale :

« La seconde brique de ma stratégie, c’est la visibilité internationale. Je souhaite faire de Paris la capitale européenne du crowdfunding. »

Et pour obtenir une visibilité internationale, outre le fait d’échanger des lettres d’insultes avec des patrons étrangers, on peut aussi :
a/ organiser un événementiel à Paris, comme par exemple la prochaine rencontre annuelle du réseau européen des plateformes de crowdfunding, et
b/ organiser un événementiel à Paris, comme par exemple les nouvelles Assises du Financement Participatif, en décembre prochain.

Inutile de dire qu’après ces deux événementiels, ça va pulser grave du crowdfunding en France.

Encore une fois, toute cette agitation moutebourgeoise s’apparente fort à de grandes envolées lyriques remplies d’air chaud dans le meilleur des cas, et, dans le pire, à une nouvelle bordée d’interventionnisme d’État. Si cette intervention avait effectivement pour but d’alléger la masse considérable de régulations et d’assouplir les relations entre les entrepreneurs et les investisseurs, on pourrait s’en réjouir. Mais il n’en est rien : pour un assouplissement valable ou constaté, les gouvernements qui se succèdent et se copient ajoutent deux ou trois contraintes, taxes ou un petit paragraphe règlementaire qui insèrent un peu plus l’État et ses institutions entre les individus, entre les adultes responsables qui, d’un côté, entreprennent et de l’autre, investissent.

De ce point de vue, on ne peut souhaiter qu’une chose : que l’État et tous ses commis, à commencer par Montebourg, se désintéressent de ces questions. Qu’ils s’en aillent loin et laissent les gens tranquilles, respirer sans leur aide étouffante de sollicitude, asphyxiante de prévention, mortifère de bonnes intentions calculées. Voilà qui offrirait de réelles opportunités de croissance à la France.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « Qu’ils s’en aillent loin et laissent les gens tranquilles, respirer sans leur aide étouffante de sollicitude, asphyxiante de prévention, mortifère de bonnes intentions calculées. Voilà qui offrirait de réelles opportunités de croissance à la France. »

    Non mais, vous n’êtes pas fou ?! De la croissance ? Alors qu’ils font beaucoup, beaucoup, beaucoup, pour nous ruiner ?

    La médiocrité made in France. La misère made in France. La bêtise made in France…..(liste très longue)

    LA FRANCE: ce pays où vous ne resterez pas par hasard.
    Fruit d’une lente évolution de 40 années de socialisme, qui est arrivé aujourd’hui à une telle perfection. (qu’elle nous explose à la figure)

    Allons, allons, H16, un petit peu de respect quand même. C’est beau comme du foie de morue en conserve. (tant que l’on en a pas sur les doigts)

    • La médiocrité made in France. La misère made in France. La bêtise made in France…..(liste très longue)

      Cela commence déjà de suite à la frontière, avec l’élite des douaniers !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Les Littes, le top !

  • Dans la France de 2014, confier la sauvegarde de l’économie à des gens qui n’ont jamais travaillé en entreprise revient à confier la direction d’un service de soins palliatifs à des gens qui n’ont jamais souffert.

    • Avec Montebourg je dirais plutot qu’on a nommé un homeopathe à la direction du service de soins palliatifs.

      • Ou un charcutier à la direction du service Homéopathie ?

        • Arnaud Montebourg est à l’Économie ce qu’Émile Louis est au transport scolaire : une histoire de handicapé qui finit très mal.

          • Marc Dutroux de la Sécu.

            « Je vais te faire découvrir le plaisir, mon enfant. »

            Il suffit de déguiser le secteur privé en petite fille.

  • Envoyons-le « planter des choux »!!

  • Ben oui quoi. ??

  • MTBG est une calamité pire que les plaies d’Égypte, il ne lui en reste plus qu’une dernière à « sortir » et il va battre le record de la Bible (7))

  • Est-ce qu’il s’agit ici de laisser les individus libres de choisir dans quoi investir et l’état ajoute une rallonge (une grosse rallonge quand même) sans poser de question? Si oui, cela permettrait de récupérer une partie de ce que l’état nous vole, c’est déjà ça de pris. Mais il s’agirait d’une énième niche fiscale déguisée, mais accessible à tout le monde. De plus, ce serait ruineux pour l’état car cela peut vite prendre des proportions importantes. Ce qui aurait pour conséquence que l’état change les règles du jeu au bout de quelque temps et qu’il se mette à décider à notre place quels sont les « bons » investissements -> retour à l’interventionnisme le plus crasse.

    Et si non, ce serait juste une mesure désastreuse pour le crowd funding.

    • « cela permettrait de récupérer une partie de ce que l’état nous vole »

      Votre argent n’est pas caché au fond du jardin : il est détruit, volatilisé, anéanti. Vous ne le reverrez jamais.

  • Luxembourg, Netflix…, oh putain, cela énerve les douaniers au poste des Rousses.
    Combien ai-je vu de bagnoles avec des plaques Luxembourgeoises.
    Je vous assure un paquet!
    Welcome en France les Luxembourgeois …………….. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Enquiquiner le monde en fouillant tout, chaque petit papier, en foutant le bordel, en dé-triant tout, en posant des questions de merde à la con, ils savent faire.
    Faut être vraiment con pour croire qu’ils vont trouver des lingots dans une bagnole qui vient de Suisse. Ou des billets. Ya que les crétins pour le faire ❗ 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
    Quand des tarés de douaniers voient un camion de déménagement en direction du Luxembourg, ils le bloquent à Vallorbe sous un prétexte absurde, retour en Suisse. Résultat, le déménageur (international) passe par ailleurs, fastoche. Grâce à ces tarés, plus de CO2, plus de fric pour les crétins, une perte de temps de 2 heures.
    Bref, de la souplesse ne ferait pas de mal, à toute la France et à ses administrations qui ne servent à RIEN.
    Alors plus de cas, Netflix, Alsthom, ……. liste immense …………….

  • Ce n’est pas la première fois que je vois cela mais les aperçus des éditos (le texte blanc sur fond foncé en une de Contrepoints, en haut) sont régulièrement bizarrement dépourvus de certains mots.

    En l’occurence, la phrase « surtout si cela peut sauver l’entreprise en question » de cet édito ne comporte pas le mot « question » dans l’aperçu et se termine donc par « surtout si cela peut sauver l’entreprise en. », avant de passer à la phrase suivante, ce qui donne parfois des tournures nébuleuses.

    N’y a-t-il pas un bug à corriger?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Nos lecteurs l'auront remarqué, nous sommes convaincus de l'intérêt du crowdfunding (financement participatif) pour faire évoluer le financement des entreprises en particulier et pallier les limites du système financier actuel. Nous ne sommes pas les seuls, vu le succès croissant du crowdfunding ou crowdlending en France : 152 millions d'euros tous financements participatifs confondus en 2014 contre 78 millions en 2013. Pourtant, ses développements récents en France doivent inviter à la prudence, en particulier pour les investisseurs individu... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Avez-vous déjà eu l’occasion de lire en quoi consiste exactement le régime de l’État d’urgence sanitaire sous lequel nous vivons de façon complète ou transitoire depuis le mois de mars dernier du fait de la pandémie de Covid-19 ? Je vous invite à le faire sans tarder car du point de vue de la restriction des libertés civiles, c’est véritablement énorme :

« La déclaration de l’État d’urgence sanitaire autorise le Premier ministre à prendre par décret :

• des mesures limitant la liberté d’aller et ven... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles