Le rapport de l’administration Obama sur le climat est faussement alarmiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réchauffement climatique (Crédits Mikael Miettinen, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le rapport de l’administration Obama sur le climat est faussement alarmiste

Publié le 16 mai 2014
- A +

Par Paul C. Knappenberger, depuis les États-Unis.
Un article du Cato Institute.

réchauffementL’administration Obama vient de publier son National Climate Assessment (NCA, ou évaluation nationale sur le climat). Sa conclusion : si nous n’adoptons pas rapidement un plan d’action pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES), principalement en réduisant notre utilisation des combustibles fossiles, une série de catastrophes s’abattront sur nous à cause de changements climatiques qui s’en suivront. Elles ont déjà commencé leur ravage.

Or, il n’en est rien.

Premièrement, le NCA confond régulièrement climat et changement climatique. Les États-Unis subissent constamment des variations extrêmes et naturelles du climat : ouragans, tornades, sècheresses, inondations, tempêtes de neige, vagues de chaleur, gelées… Le rapport semble sous-entendre que leur occurrence présente ou future est causée par nos émissions de dioxyde de carbone (CO2). Une telle conclusion est exagérée et n’a jamais été prouvée. Une révision approfondie de la littérature climatique montrerait que l’impact humain sur la plupart des événements météorologiques extrêmes est mal compris. Ce sont plutôt les aléas du climat qui dominent nos vies.

Deuxièmement, les émissions de GES des États-Unis ont un impact non seulement marginal mais aussi décroissant sur le futur du climat terrestre. Ce dernier est plutôt dirigé par des pays en pleine industrialisation comme la Chine et, bientôt, l’Inde. Des recherches montrent que l’élimination totale et permanente des émissions américaines diminuerait le réchauffement de moins de 0,2 degré. Un tel changement aurait un impact dévastateur sur notre économie et peu de gens sont prêts à payer un tel prix si son impact est plus que marginal.

Troisièmement, de plus en plus de recherches basées sur des observations et non des modèles climatiques démontrent que les changements climatiques seront en-deçà de ce que le NCA ou le Groupe international d’experts sur les changements climatiques (GIEC) prédisaient. En d’autres termes, les réductions d’émissions de CO2 des États-Unis auront un impact encore plus minuscule que celui mentionné au précédent paragraphe.

Finalement, sous-entendre que nous serons dépassés par les impacts des changements climatiques sous-estime notre capacité prouvée à nous adapter aux défis environnementaux. Les changements climatiques nous accableront seulement si nous restons assis à ne rien faire, chose avec bien peu de précédents dans l’histoire humaine. Le NCA le reconnait du bout des lèvres mais l’oublie immédiatement pour faire passer son message.

C’est particulièrement évident quand il parle de la mortalité provenant des vagues de chaleur. Le rapport affirme que leur incidence et leur durée ont augmenté et que la tendance se continuera – sauf si, bien sûr, nous stoppons nos émissions de GES. Il reconnait que « la mortalité et les maladies reliées aux vagues de chaleur a diminué dans les dernières décennies, sans doute grâce à de meilleures prévisions, un système anticipé d’alertes et/ou un meilleur accès à l’air climatisé pour la population du pays ». Néanmoins, il conclut que « l’augmentation de l’intensité et de la fréquence des vagues de chaleur tueront et rendront malades plus de gens ». C’est non seulement un non-sequitur mais aussi complètement faux.

img contrepoints309La littérature scientifique regorge d’études montrant que la sensibilité de la population à la chaleur extrême est moindre, diminuant ainsi la mortalité durant les vagues de chaleur. Cela est vrai pour les États-Unis et plusieurs grands centres urbains dans le monde. Une nouvelle étude de la Harvard School of Public Health (école de santé publique) s’est penchée sur la tendance de la mortalité causée par la chaleur à travers les États-Unis. Ses chercheurs concluent qu’elle laisse « peu de doute quant à la tendance décroissante de la mortalité causée par la chaleur à travers le temps, et encore plus durant ces dernières années ».

Une étude semblable publiée dans le prestigieux magazine scientifique Nature Climate Change conclut que « les changements climatiques mènent les gens à s’adapter », une découverte qui « souligne la complexité, souvent ignorée, de la réponse humaine aux changement climatiques ». Une telle observation s’applique directement au NCA.

Soyons clairs : le NCA n’est qu’un document visant à réveiller les électeurs de gauche du président et à leur plaire. Les prétentions scientifiques qui agrémentent le rapport s’évanouissent rapidement après une minutieuse inspection.

Ça saute aux yeux quand on lit la lettre d’introduction du rapport, adressée aux membres du Congrès, co-signée par le conseiller scientifique de la Maison Blanche John Holdren et l’administratrice en chef de la National Oceanic and Atmospheric Administration Kathryn Sullivan. La lettre se termine ainsi : « Quand le Président Obama a lancé son Climate Action Plan (CAP, ou plan d’action climatique) l’an dernier, il a fait savoir que l’essentiel de son contenu sera utilisé par le pouvoir exécutif pour étayer de futures politiques et pour mieux comprendre et gérer les risques provenant des changements climatiques ».

Quand le président a publié son CAP l’an dernier, le NCA était encore en pleine révision. Et pourtant, il savait déjà que le CAP allait soutenir son agenda environnemental et ses futures actions exécutives dans le domaine. Le message semblait écrit d’avance – un signe évident quand la politique supplante la science.

Voir les commentaires (150)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (150)
  • On croirait un article écrit par les républicains américains.

    • Par les Républicains américains et par les grands groupes pétroliers…

      • On dirait des commentaires de gens refusant tout debat, sachant qu’ils perdraient de cette facon

    • Et si vous en doutiez, allez voir sur Wiki ce qu’est le « Cato Institute » auquel l’auteur appartient.

    • Ce qui importe ce sont les faits scientifiquement prouvés, et non pas ceux qui en parle, qu’ils soient des Reps ou du Cato Institute. Mais dans votre esprit, on voit bien que seules certaines personnes qui pensent bien ont le droit de parler.

    • Si tu crois que les républicains refuseraient d’augmenter le pouvoir de l’Etat fédéral en abusant d’artifices tels que les menaces terribles du RCA, tu n’es pas resté assez longtemps aux USA 🙂

    • Fred : « On croirait un article écrit par les républicains américains. »

      Bah non.

      Les événements extrêmes non corrélés ce sont des *faits*, de simples mesures.
      Que les émissions des USA soient négligeables dans le total c’est des maths, des *faits*.
      Que le GIEC a du revoir sa copie dramatiquement à la baisse c’est un *fait*.

      Mais bon, la réalité et les socialistes ne font pas bon ménage, on le savait déjà. :mrgreen:

      • « Les événements extrêmes non corrélés ce sont des *faits* »

        Les Californiens actuellement victimes des incendies ont certainement un avis là-dessus.

        • Ben, c’est pas nouveau les incendies là-bas.
          J’étais là-bas, une quinzaine d’année, il y a avait des incendies en plein hiver.
          Aujourd’hui, on est pas en hiver ❗

          • C’est bien la preuve qu’il y a changement climatique !!!!!

            • C’était mieux avant ! Une vieille rengaine, la mémoire ne retenant que le meilleur.
              On pourrait faire une thèse de doctorat sur l’émotion et la crainte du futur proche : le passé était tranquille, le présent est agité, et le futur seratrophorrible et manaçant
              De même les méchants propriétaires qu’il faut absolument empêcher d’exploiter les gentils locataires.
              Résultat, cela marche à merveille en France, le locataire est vraiment bien protégé (grosse bordée de ricanements), à tel point qu’il ne peut quitter son logement en péril, en Suisse cela fonctionne aussi pas mal à Genève, et il faut débourser des sommes délirantes pour se loger, vérifier sur internet (homegate, immostreet… .ch), merci l’ASLOCA.
              La thèse pourrait être : l’excès morale est nuisible à l’économie donc à la société, hier au temps des grecs, comme aujourd’hui.

          • MichelC, gamin vous deviez être champion au poker menteur avec votre mauvaise foi si naturelle 🙂

          • C’est ce genre de témoignage qu’on trouve dans la presse, et bizzarement j’ai plus confiance dans celui-ci que pour le votre depuis votre bacon 😉

            « Robbie Richard, des pompiers de San Marcos, a expliqué que les températures records et les vents violents rendaient leur travail difficile : « Aujourd’hui, nous observons des températures dépassant les 38 °C. Ces terrains sont déjà extrêmement secs. »
            La Californie est régulièrement touchée par de violents incendies en été et à l’automne, mais d’importants feux se sont déclenchés plus tôt ces dernières années. « C’est très tôt » dans la saison, a ainsi estimé M. Richard. »

            • « Aujourd’hui, nous observons des températures dépassant les 38 °C. Ces terrains sont déjà extrêmement secs. »

              Ben il a pas plu, normal que cela flambe ❗ et 311 K, c’est relativement chaud. A Noel 1999, on avait des 298 K, en plein mois de décembre, c’était pas mal, non ❓ Et cela flamblait gaiement pendant DES semaines.

              Ce n’est pas nouveau. Et puisque vous aimez les nouvelles de mon balcon, vu qu’il y a du soleil, vous en aurez bientôt :mrgreen:

            • Puisque vous aimez les vannes et que vous parlez de bacon : sur balcon, je peux faire du bacon avec le soleil …
              Vous ne seriez pas anglais ❓
              :mrgreen:

        • Citoyen : « Les Californiens actuellement victimes des incendies ont certainement un avis là-dessus. »

          Dès qu’il manque l’avis d’un abruti, tu réponds présent. C’est une seconde nature chez toi. :mrgreen:

          En Français:
          « A notre époque la fréquence des feux est beaucoup plus basse qu’avant la période de peuplement par les Européens, […] seulement une fraction des millions d’hectares qui brulaient avant…. »
          « La grande variation de la surface brulée d’année en année masque complètement toute possibilité d’établir une tendance… » etc., etc.

          « In the modern-era, statewide fire frequency is much lower than before the period of European settlement. Over the last two decades, California has averaged 250,000 acres burned annually, only a fraction of the several millions of acres that burned under the pre-settlement regimes. »
          http://frap.fire.ca.gov/data/assessment2003/Chapter3_Quality/wildfire.html

    • Waouh, dès le premier commentaire ! Ils sont lol ces zécolos.
      http://www.southparkstudios.com/clips/152740/earth-day-brainwashing-festival

    • On croirait un commentaire fait par un troll EELV

  • « On croirait un article écrit par les républicains américains. »

    Parce que Fred, vous connaissez beaucoup de républicains américains, vous les écoutez ou les lisez souvent ?

    • Oui j’ai vécu 5 ans aux US et ma belle-famille est américaine républicaine (pas ma femme heureusement).

      • J’ai donné moi aussi dans « l’anti américanisme primaire ». Mais d’une part, en réfléchissant un peu, on constate que le problème est culturel, qu’on peut touver absurde la mentalité de tout pays qui diverge de la notre, mais que les EU sont notre cible favorite à cause de leur puissance et de la possibilité qu’ils ont d’influencer le monde entier. D’autre part, on doit constater que les américains ont des qualités qui nous manquent : résilience, capacité de rebondir, de se prendre en charge.

        Le lobbying républicain nous apparait d’autant plus clairement qu’ils ne se cache pas vraiment. Question de paille et de poutre, les américains en ont autant à dire en ce qui nous concerne. Le lobbying est partout (je déplore qu’on le tolère dans les assemblées nationales ou européennes). Mais si vous avez lu le rapport de l’administration Obama et que vous avez un brin de bon sens et d’objectivité, vous devriez constater que les démocrates prennent vraiment les citoyens américains pour des cons.

        • Pragma, je ne fais pas dans l’anti-américanisme; c’est un pays que j’adore et ma femme est américaine et elle aussi juge durement les républicains sur les thémes sociétaux. Je suis entièrement d’accord avec les qualités des américains mais ce n’est pas pour ça que ça rend les républicains plus crédibles sur le réchauffement climatique. Il y a un concensus des climatologues pour dire que l’homme a un effet. Les républicains sortent des arguments de n’importe où ou de scientifiques financés par Exxon ou Chevron

          • En des gens d’Exxon (toujours les mêmes allégations. http://www.contrepoints.org/2014/04/16/163029-les-origines-intellectuelles-de-lantisemitisme-selon-ludwig-von-mises-le-polylogisme) et le GIEC, c’est un lobby contre l’autre, non ?

          • Fred: « Il y a un concensus des climatologues pour dire que l’homme a un effet. »

            Dans ce cas, 99% des chercheurs de 2014 ne sont pas d’accord avec ceux de 2007. C’est ballot toutes ces « certitudes consensuelles » qui sont révisées à la baisse. 😉

            Et pour achever le malade la TCR (« transient climate response ») du dernier rapport est de 1,3°C, c’est-à-dire que même en brulant tous les fossiles nous ne risquons pas de réchauffement supérieur à +1,3° C d’ici la fin du 21e siècle. Rien !

            Le papier est là, c’est de la science, pas de la politique:
            http://www.iac.ethz.ch/people/knuttir/papers/otto13nat.pdf

          • @Fred

            Je tire mes propres conclusions sur le RCA des commentaires de Duran sur pensse-unique.org qui n’est pas soupçonnable de financements de lobbys pétroliers ni ses sources.

            Les américains (et probablement en particulier les républicains) font clairement du lobbying, mais cela ne signifie pas qu’ils ont tort (le rapport Obama est lui aussi une manipulation). Ils attaquent les démocrates par tous les moyens légaux possibles, à l’américaine, cherchant à bloquer régulièrement l’administration Obama. Pour nous, certaines méthodes américaines de régler ses divergences d’opinion ou de conflit juridique ressemblent beaucoup à des coups tordus. Mais chacun ses méthodes et on ne fait guère mieux sur le plan politique et social en France.

          • simple-touriste
            17 mai 2014 at 3 h 30 min

            « de scientifiques financés par Exxon »

            Est-ce que Exxon a vraiment envie que le RCA n’existe pas?

            Je veux dire : qui va cesser d’utiliser sa voiture si le RCA menace la planète? Sérieusement.

            Avec la dépendance actuelle et future au pétrole, RCA ou pas on va rouler à l’essence pendant longtemps; la voiture électrique est une blague vu le prix et l’autonomie.

            La menace RCA ouvre plein de possibilités pour des industriels :
            – procédés de récupération du CO2 sur les centrales à charbon => on va bruler encore plus de charbon pour les mêmes besoins
            – stockage du CO2 => on va avoir besoin des poches de gaz vides laissées par les foreurs
            – divers gadgets « écolos »

            Les seuls usages où on pourrait réellement émettre moins de CO2 sans changer de mode de vie sont la production d’électricité et le nucléaire n’est pas bien vu par les milieux écolos. (De toute façon le nucléaire a un argumentaire en béton sans utiliser la carte du RCA.)

            On a beau dire on a beau faire, quand on agite le RCA ce n’est pas le nucléaire qui tire les marrons du feu, c’est bizarre mais c’est comme ça.

            • Il est possible de récupérer le CO2 et de générer des carburants, ou du gaz.
              La technologie est en cours d’expérimentation.
              Bientôt, on entendra les escrolos gueuler : touchez pas à notre CO2, ne prenez pas tout ❗
              Rires …

            • simple-touriste
              17 mai 2014 at 20 h 15 min

              Je ne vois pas l’intérêt. Où trouvez-vous le CO2?

            • Vous ne voyez pas l’intérêts. Certains en voient.
              Rentable sur le plan économique : à voir.
              Il est possible de le prendre en sortie de centrale à charbon, fuel, ou gaz.

            • simple-touriste
              18 mai 2014 at 20 h 23 min

              Il serait plus simple de ne pas cramer pétrole charbon ou je ne sais quoi que de récupérer le CO2.

            • C’est un choix. CO2 = déchet ou pas ?
              Selon les écolos-bobos-socialos, oui.
              Si on peut le réutiliser à peu de frais, non.
              Et sinon oui, peut-être et reste à voir son importance réelle, puisqu’il y a discussion.

            • simple-touriste
              18 mai 2014 at 23 h 29 min

              Le CO2 est mélangé avec des NOx et autres. Il va falloir séparer tout ça. Ensuite il faudra réinjecter de l’énergie pour le transformer en autre chose.

              Il me semble plus simple de prendre le pétrole/gaz/charbon et le transformer directement, mais je suis absolument nul en chimie.

            • Si cela se fait passivement grâce au soleil, et que seul un ventilateur tourne pour faire circuler le mélange, cela pourrait être possible. Cela dépend aussi des catalyseurs et de leur tenue.
              On en saura plus dans quelques mois.

          • L’argument d’Exxon est d’autant plus crétin qu’il suffit de deux secondes pour retrouver et lire la position officielle d’Exxon sur la question du RCA !
            Mais que les multinationales vertes qui ont des budgets de centaines de millions (la WWF, c’est 500 millions €, par an !) et soient à fond dans l’alarmisme climatique et dépensent le tiers voire plus de la moitié de leur budget pour faire la propagande réchauffiste, ça par contre, ça ne compte pas.
            Preuve une fois de plus que les faits et la réalité, ça ne veut rien dire pour un réchauffiste.

      • Personne n’est parfait.

      • Avec votre raisonnement seuls sont bien les gens qui pensent comme vous.
        Les autres, malheureusement sont des monstres…
        Quel racisme et sectarisme !!!

      • Et ma tante en a, c’est pourquoi on l’appelle mon oncle.

    • Ou, le beau greenpeace écrit en grand…
      C’est sur, c’est un article neutre, impartial, objectif…

      • D’abord ici on écrit grinepisse (et pas greenpeace, renseignez vous).
        Ensuite ça vaut bien un truc du catho institute.

        • keskidi : « Ensuite ça vaut bien un truc du catho institute. »

          Voyons voir a qui les mesures de température réelle donnent raison ?
          http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-90-models-global-Tsfc-vs-obs-thru-2013.png

          Oh flute, les 90 modèles élaborés étaient grossièrement surévalués.

        • keskidi : « Ensuite ça vaut bien un truc du catho institute. »
          ———————–
          Budget de greenpisse = 95x budget du catho (sic) institute.
          Donc si on croit le critère des bigots réchauffistes, comme quoi l’argent corromprait forcément la science , la « science » à la mode greenpisse est 95x plus pourrie que celle du catho (sic) institute.

          Conclusion : notre idiot du village a encore perdu une bonne occasion de fermer sa grande gueule.

          • Non seulement vous êtes totalement ignare (en matière de technologie, alternateur de 550 tonnes pour une puissance de 30MW, et en matière d’archéologie nordique – établissements Vikings au Groenland, liste non exhaustive), mais en plus vous ne comprenez rien à la dérision et à l’ironie (Catho au lieu de Cato, par ex). Je plains très sincèrement votre entourage, si vous en avez un.

            • Oh grand-prête, la vérité sort de votre grande-gueule bouche.
              nous nous prosternons devant vous 🙂

          • Ben, comme il est un peu limité, il s’en rend pas compte … :mrgreen:

  • Depuis les années 1990, et avec un cynisme qui ferait passer Robert Faurisson pour un bisounours, les climatosceptiques pratiquent le mensonge et la désinformation pour conserver le pouvoir que leur confère la très lucrative industrie du pétrole. D’abord ils ont commencé par nous dire que le changement climatique était une farce inventé par des politiciens soucieux d’augmenter le contrôle de l’Etat sur l’économie, maintenant ils affirment haut et fort qu’agir ne servirait à rien; sous prétexte que « les émissions de GES des États-Unis ont un impact non seulement marginal mais aussi décroissant sur le futur du climat terrestre ». Que se passera-t-il si les Chinois en viennent à nous tenir le même discours? Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre n’est plus une option, c’est une nécessité vitale. There is no alternative.

    • Dites-moi où est donc le levier « gaz à effet de serre » ? A côté du bouton « gravité » de l’enterprise ?
      Qu’entendez-vous par « agir » ?

    • Loki : « les climatosceptiques pratiquent le mensonge et la désinformation »

      Blablabla, le dernier rapport du GIEC dément l’avant-dernier. Merci d’actualiser vos slogans.

    • Depuis les années 1980, avec une folie qui ferait passer Torquemada pour un bisounours, les climatoalarmistes pratiquent le mensonge et la désinformation pour asseoir le pouvoir de la religion très lucrative du RCA pour des OGN et industries qui ne pourrait exister sans subventions. D’abord, ils ont commencé par nous dire que le climat changeait du fait de l’homme et que la température sur Terre allait inexorablement augmenter de façon linéaire et même exponentielle. Maintenant qu’ils constatent la pause du réchauffement naturel qu’aucun d’eux n’avaient prévu et que la science démontre jours après jours leurs exagérations et leurs erreurs, ils repoussent à plus tard l’apocalypse climatique. Mais ne démordent pas de leurs prédictions insensées. Il est temps d’arrêter ces fous, de les juger et de mettre en prison les plus dangereux de leurs faux prédicateurs. C’est une nécessité morale. No mercy.

      • Voyons, on ne va pas mettre les prédicateurs en prison… Il faut respecter la liberté religieuse de chacun et la liberté dans le débat scientifique, qu’elle soit vraie ou fausse. Sinon, on ne vaut pas mieux que les éco-maccarthistes.

        Le problème n’est pas qu’il y ait des idées fausses, mais qu’on fasse des politiques catastrophiques et liberticides à partir de ces idées fausses…

        Et ne parlez pas de « pause », car cela suppose que leurs modèles soient vrais et que le climat continuera à chauffer. Parlez plutôt de plafonnement ou d’arrêt.

        • Pause n’implique pas que ça reprendra : quand j’utilise le bouton pause, ça ne dit rien sur le prochain bouton que j’utiliserai (reprendre, rewind, eject … ).

          • « ça ne dit rien sur le prochain bouton que j’utiliserai (reprendre, rewind, eject … ). »

            Et mettre du Pr0n à la place. :yes:

      • bravo : il faut créer un délit de mensonge écologistes … et obliger le parti EELV à payer le manque à gagner sur les énergies renouvelables . comme ça , on en sera bientot débarrassé !

        • En théorie il existe déjà :
          Article L97 du code électoral :

          Ceux qui, à l’aide de fausses nouvelles, bruits calomnieux ou autres manoeuvres frauduleuses, auront surpris ou détourné des suffrages, déterminé un ou plusieurs électeurs à s’abstenir de voter, seront punis d’un emprisonnement d’un an et d’une amende de 15 000 euros.

          Mais son application est rare, et c’est probablement mieux ainsi : c’est une arme à double tranchant, car je vois bien les « Loki » et consorts te faire emprisonner au motif que tu as répandu la « fausse nouvelle » de l’arrêt du réchauffement depuis 1997, par exemple. Éventuellement en passant une loi, sur le modèle des mémorielles, qui indique la vérité officielle que le réchauffement fait rage et de plus en plus …

          D’une manière général faire passer le débat électoral par les tribunaux est évidemment favorable aux puissants qui tienne le pouvoir, donc les lois et tribunaux. Et donc défavorable aux libéraux.

  • Le Hearthland Institute est sans doute une source plus crédible…

    • Plus crédible en tous cas que le GIEC. Le Heartland a publié ses ressources et il n’y a aucune comparaison avec des monstres comme le WWF ou Greenpeace en ce qui concerne les fonds provenant du « Big Oil »; alors qu’on en vienne pas nous enfumer avec des allégations sans fondement. Ce qui compte, ce sont les faits.

  • Le masque de l’imposture climatosceptique tombera lors du sommet qui se déroulera à Paris en décembre 2015. Terminée la procrastination politique, place sera faite aux décisions.

    • Bonjour Loki
      « Le masque de l’imposture climatosceptique tombera »
      Pourquoi tant de haine. C’est cela ce que je reproche au réchauffiste, c’est l’ambiance de terrorisme intellectuel autour de la question cf l’insulte revisionniste.
      Je suis septique, le RCA est une théorie scientifique et est donc REFUTABLE. Point barre.

      • En appui de votre commentaire, voici la lettre démission de Lennart Bengtsson du Global Warming Policy Foundation:

        « J’ai subi ces derniers jours une si énorme pression de groupe venant du monde entier que cela m’est devenu pratiquement insupportable. Si cela devait continuer, je deviendrai incapable de poursuivre normalement mon travail et commencerai même à m’inquiéter pour ma santé et ma sécurité. Je ne vois donc pas d’autre solution que de démissionner du GWPF. Je ne m’attendais pas à subir une telle pression universelle de la part d’une communauté avec laquelle j’ai été proche durant toute ma vie active. Les collègues que retirent leur appui, d’autres collègues annulent les publications conjointes etc. Je ne vois aucune limite ni fin à ce qui arrive. C’est une situation qui me rappelle l’époque de McCarthy. Je ne me serai jamais attendu à quelque chose de semblable dans la communauté originale si paisible de la météorologie. Apparemment, elle s’est transformée ces dernières années.
        Dans ces conditions je serai incapable de contribuer utilement au travail du GWPF et par consequent je crois qu’il est mieux pour moi d’annuler ma décision de rejoindre son Bureau dans les plus brefs délais. »

        La traduction d’un speech de Lord Lawson qui parle également de ce terrorisme doit paraître très prochainement sur Skyfall.

    • Loki: « place sera faite aux décisions. »

      Direction « tout charbon » et 3 fois plus de rejets de CO2 pour une somme colossale comme les très verts Allemands.

      Le suicide des escrolos ! :mrgreen:

    • loka, loka …

    • « Le masque de l’imposture climatosceptique tombera lors du sommet qui se déroulera à Paris en décembre 2015. Terminée la procrastination politique, place sera faite aux décisions. »

      C’est de la propagande, de la provoc, de la méthode Couet ou les prédictions de Mme Irma ? Qu’est-ce qui va changer depuis les précédents sommets ? Les températures vont s’élever brusquement de plusieurs dizièmes de degrés pour devenir conformes aux modèles ou l’économie mondiale va connaitre une formidable croissance et des progrès technologiques décisifs rendant les utopies actuelles réalisables ?

      Il est vrai qu’en brassant suffisamment de vent pendant les périodes de calme plat pour faire tourner les moulins à vent, on peut espérer améliorer légèrement la production d’énergies renouvelables. Yaka mettre un Montebourg ou une Duflot devant chaque éolienne.

      • Le pire c’est que Loki risque bien d’avoir raison.

        En effet, malgré les modèles invalides et l’absence de continuation de l’augmentation des anomalies de température depuis maintenant 15-17 ans, la position des catastrophistes est toujours solide.

        Les derniers rapports du GIEC sont pourtant scientifiquement un peu plus relativistes qu’avant (très peu, mais quand même…).
        Mais c’est dans le domaine d’évaluation d’impact et de recommandations d’action politiques que le GIEC sort de ses compétences et appelle à des mesures de type totalitaristes, avec l’aide et l’exhortation des gones de service, Greenpeace, etc.

        Comment un politicien de type Obama, Hollande, Merkel ou Cameron peut résister à de telles vagues, portées sans discrimination par quasiment tous les médias?
        Il leur faudrait :
        • des connaissances – qu’ils n’ont pas,
        • une indépendance d’esprit pour résister aux pressions lobbyistes et médiatiques – qu’ils n’ont pas non plus,
        • du courage – qu’il ne vaut pas la peine d’avoir pour un truc qui ne coûte qu’aux contribuables de demain sans conséquences négatives à vue de législature,

        pour abandonner une politique de restriction énergétique et de subventionnement d’alternatives douteuses mais juteuses pour les milliers de gens qui y travaillent.
        Sans compter que l’endoctrinement des masses et des enfants a maintenant atteint un tel niveau que douter de l’importance de ce problème devient une apostasie quasi mortelle (tel le cas de Lennart Bengtsson).

        Il est donc fort probable que la conférence de Paris en 2015 soit une grand-messe digne des conciles les plus obscurantistes de l’histoire.

        Seule espérance: la résistance conjointe des Chinois, Indiens, Russes, Brésiliens, etc. qui, eux, ont beaucoup à perdre dans une politique de décroissance et d’anti-progrès..

        • Michel : « Il est donc fort probable que la conférence de Paris en 2015 soit une grand-messe digne des conciles les plus obscurantistes de l’histoire. »

          Qui va quand même se heurter au mur de la réalité comme les grandes messes précédentes:
          Il faudrait jeter des monceaux de billets dans leurs conneries et d’une part plus personne ne les a et d’autre part ceux qui ont commencés démontrent que le bilan est totalement négatif: Encore plus de rejets de co2.

        • Pour ma part je pense au contraire que le problème sera remis aux calendes grecques.

          • Tout les grandes mesures socialistes censées résoudre tous les problèmes…
            heureusement, les limites imposées réalité empêche les utopies de se réaliser…
            D’ailleurs, il est loufoque de voir tant d’écolos qui crient à la finitude, cherchant à réaliser l’utopie…

  • Le rapport n’est pas « faussement alarmiste », mais « exagérément alarmiste », car il utilise des arguments biaisés, manipulés ou… faussés.

  • ha bon ? obanana a un CAP ? moi j’ai un BTS …

  • Je tiens à préciser que je suis un lecteur régulier de Hayek. Par conséquent, les marxistes me font horreur, même lorsqu’ils se camouflent en vert. Et j’ai lu Popper également.

    • Le nombre de socialistes et de keynésiens que j’ai pu rencontrer qui disent avoir lu Hayek ou Popper, mais ont compris l’exact contraire de ce qu’ils expliquent est ahurissant…
      Le cerveau humain est étonnant.

    • Loki
      Vous n’êtes qu’un troll qui n’a aucun argument à part les insultes.
      La fête est fini. Les modèles sont en discordance avec la réalité.

      • Non je suis un être fait de chair et d’os. Et je n’ai insulté personne.

        • Monsieur le réchauffiste, on va pas se laisser faire, avec vos attaques ignobles (« cynisme qui ferait passer Robert Faurisson pour un bisounours, les climatosceptiques pratiquent le mensonge et la désinformation »).
          La fête est fini. Les modèles sont en discordance avec la réalité.

        • Loki « Et je n’ai insulté personne. »

          « Depuis les années 1990, et avec un cynisme qui ferait passer Robert Faurisson pour un bisounours, les climatosceptiques… »

          Il va falloir revoir un peu en profondeur cette partie de vous même qui est censée analyser les choses. Une personne qui n’est même pas consciente de sa rhétorique a peu de chance d’avoir l’esprit critique très développé.

          « connais-toi toi même et tu connaitras les dieux et l’univers » – Socrate, quoi

    • Je suis heureux que vous ayez fait d’intéressantes lectures.
      Y avez-vous au moins trouvé l’impulsion pour vous mettre à penser par vous-même?
      Après tout, il arrive un moment ou il faut bien entrer dans l’age adulte!

  • A la sortie de ce rapport, j’avais laissé le 9 mai ce billet sur mon blog … Curieux qu’il n’y ait eu aucun commentaire
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/05/09/national-climate-assessment-ca-va-faire-de-la-misere/

  • Cela fait plus de 20 ans que l’on nous bassine avec l’urgence climatique, et cela fait 17 ans qu’il n’y a plus de réchauffement climatique. Alors, où est l’urgence?

    Le simple bon sens commande d’attendre 2020 pour voir comment Tglobale va évoluer, sachant que, compte tenu des cycles multidécennaux, en phase avec les positions du soleil autour du centre de gravité du système solaire, il est probable que nous allions vers un refroidissement, comme ce fut le cas de 1950 à 1978. Et surtout, ne pas lancer des politiques climat-énergies aussi onéreuses qu’inutiles. Wait and see…

  • Quant à la transition énergétique centrée sur les EnR, c’est une ânerie. Supposons en effet très très très hardiment que les thèses du GIEC soient exactes. L’UE prévoit de réduire de 20% nos émissions de CO2 pour 2020, afin de sauver la Planète (on se demande bien de quoi, mais sûrement pas de la bêtise ni du dogmatisme…). La part de CO2 anthropique mesurée dans l’atmosphère est faible: 5% de 390 ppm, soit 20 ppm. La fraction d’origine européenne est de 11%, soit 11% de 5%=0,55 %. La réduire de 20% la fera donc passer de 0,55% à 0,45% en 2020. Et cela conduirait à un impact (selon le GIEC) de 20%*11%*5%=0,1%, donc une limitation du réchauffement de 0,001 à 0,006°C. Non mesurable. Source: « L’innocence carbone », de François Gervais, physicien spécialiste en thermodynamique et thermographie infrarouge, et « expert reviewer » du GIEC.

    Dépenser des milliards d’euros et plumer les citoyens et les entreprises pour un si piètre résultat est complètement absurde, et tout ce délire mènera l’UE à sa ruine…

    Voir: http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    • simple-touriste
      17 mai 2014 at 20 h 45 min

      Qu’est-ce qui fait monter le taux de CO2 alors? Le réchauffement?

      Je pensais que l’augmentation anthropique du CO2 faisait consensus.

      • Bonne question, à laquelle personne ne sait répondre, et le GIEC encore moins que quiconque.

        • Si, il y a une réponse: les émissions anthropiques de CO2 représentent entre 3 et 4% des émissions totales.
          L’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère suit toujours l’augmentation de la température, les océans dégazant plus (loi de Henry). Or si l’on ajoute foi aux relevés de température croisés avec les proxies, la sortie du Petit Âge Glaciaire depuis la première moitié du 19° se traduit par une augmentation de 0,5°C par siècle comme l’a assez bien démontré Akasofu dans plusieurs articles, dont celui que l’on trouvera ici: http://www.mdpi.com/2225-1154/1/1/4.

          • simple-touriste
            17 mai 2014 at 23 h 59 min

            Bon ben voilà!

            Il y a bel et bien un certain lien entre le CO2 et le réchauffement actuellement observé.

            Le GIEC avait raison, en (très très) gros.

            • Par ailleurs, nos émissions de CO2 depuis 1997 sont de l’ordre du tiers de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle, le taux global continue à augmenter, et néammoins la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable.

              Il n’y a donc pas de covariation entre le CO2 et la TMAG. Du reste, la ,seule période connue de covariation est 1980-1997, et le GIEC ne manque pas de toupet pour en déduire une relation de causalité.

            • Du tout, puisque c’est à cause du réchauffement que les océans rejettent CO2. Le CO2 suit. C’est subtil.
              Et on nous banane avec le CO2. Quid du méthane que nous émettons tous, les humains comme les ruminants ❓ Quid du NO2, des CFC … ❓
              Mais chut ….. Ne surtout pas l’ébruiter. C’est pas bien « bien » 🙁

          • Certes scaletrans, mais …
            c’est très insuffisant. Si la température faisait « sortir » le CO2 de l’océan, tout ce qu’on injecte en plus dans l’atmosphère devrait s’y rajouter ; or ce n’est pas du tout le cas, au contraire, on ne retrouve qu’une toute petite fraction du CO2 anthropique dans l’atmosphère. Qui bouffe le reste, comment , à quelles conditions, et quel est le lien avec la température (si il y en a un !) ?

      • Non, ce sont les échanges complexes entre les océans et la végétation. Les océans sont de gigantesques puits de CO2, et dégazent ou absorbent du CO2. Les eaux chaudes ont tendance à dégazer car la solubilité du CO2 y est plus faible. Les eaux froides ont tendance à absorber. Si, sur une zone donnée, les pressions partielles pCO2(mer) et pCO2(atm) sont à l’équilibre,et si le taux de CO2 atmosphérique augmente à cause de nos émissions, alors ce CO2 additionnel est absorbé (loi de Henry).

        Les analyses isotopiques montrent que le CO2 anthropique est d’environ 5%, et donc l’augmentation du CO2 atmosphérique provient essentiellement de sources naturelles (océans, respiration des plantes).

        • simple-touriste
          18 mai 2014 at 2 h 43 min

          Si on crame une forêt c’est anthropique?

          • Si on crame une forêt, c’est négligeable. Par contre, 90% du CO2 se trouve dans l’océan et pas dans l’atmosphère. Comme le dit jipebe29 l’océan et l’atmosphère sont à l’équilibre pour une température donnée. Le CO2 que l’on émet doit retourner à 90% dans l’océan.

            Si vous considérez que le CO2 réchauffe l’atmosphère et que ce réchauffement réchauffe la couche superficielle de l’océan qui se met à dégazer, alors le système doit s’emballer tout seul.

            Donc soit on avait atteint un équilibre précaire (qu’on a brisé et on est foutu à moins de tout repomper de l’atmosphère vers l’océan), soit le CO2 ne réchauffe pas tant que ça (erreurs de calcul ou contre-réaction de la machine hydraulique par les nuages).

            C’est une description simpliste, mais je n’ai jamais vu de calcul d’estimation du dégazage de l’océan montrant qu’il pourrait être contenu par la biosphère.

        • Comme dans le Coca Cola 🙁 ou la bière 🙂

  • Il y a un phénomène de saturation du CO2 sur une épaisseur optique de dix mètres environ. Si vous prenez une source d’IR à large spectre (corps chauffé à 1000°C, par exemple), et que vous mesurez avec un spectromètre le spectre restant après la traversée de quelques mètres d’atmosphère, vous verrez que les bandes du CO2 (4,3 et 15 microns) ont été entièrement absorbées. Donc l’atmosphère au-dessus de quelques dizaines de mètres ne voit plus les bandes d’absorption du CO2, et donc, le rajout de CO2 ne change plus rien, si ce n’est que l’épaisseur optique diminue. C’est cela le processus de saturation du CO2 atmosphérique, confirmée par les satellites, qui ne « voient » pas les bandes du CO2.

    • « les satellites, qui ne « voient » pas les bandes du CO2. »

      Vous avez des sources ?

      • Pas vraiment, mais comme les IR émis par la surface sont absorbés par une faible couche atmosphérique dans les bandes du CO2 (4,3 et 15 microns) quasiment plus rien ne peut quitter la haute atmosphère dans ces bandes.

        Je vais voir si je trouve confirmation sur des mesures satellitaires.

        • simple-touriste
          18 mai 2014 at 2 h 44 min

          Mais est-ce que le fait que ça soit piégé plus ou moins haut n’est pas aussi important?

          • Non. Dans les bandes 4,3 et 15 microns, les IR émis par la surface terrestre sont aussitôt absorbés par les molécules de CO2, ce processus d’absorption se fait « au plus près », donc dans les 10 premiers mètres environ.

            • simple-touriste
              18 mai 2014 at 10 h 36 min

              10 m????

            • Ce que vous dites est que l’effet de serre est déja saturé, contrairement au GIEC qui voit l’effet de saturation pour des concentration de CO2 plus grandes au niveau desquelles le réchauffement serait « catastrophique ».

              C’est possible, mais je n’avais encore vu cette affirmation nulle part.

            • « des concentration de CO2 plus grandes au niveau desquelles le réchauffement serait catastrophique » selon leurs estimations au doigt mouillé et leurs modèles à 1/2 degré au dessus de la réalité de 2014).

            • @pragma
              le modèle de Miskolczi est celui de l’effet de serre saturé. Il élimine la discontinuité GIECquienne de 20°C entre la surface et l’atmosphère qui la touche.

              Par ailleurs, des physiciens ont vérifié expérimentalement le processus de saturation, et il se confirme qu’il se fait dans une couche d’environ 10 m d’air.

              Je vous recommande de lire ces deux ouvrages de physiciens
              « L’innocence carbone », de François Gervais, chez Albin Michel
              « CO2: coupable ou non coupable? », de Maurice Hadrien, aux éditions Mélibée

              Vous y trouverez les explications concernant la saturation.

              Kenavo!

            • @pragma
              Il y a un argument imparable pour prouver que le CO2 n’entraîne pas de RC catastrophique: lors du Carbonifère, par exemple, le taux de CO2 est monté jusqu’à 25 fois le taux actuel, et il n’y a eu aucun RC cataclysmique (on ne serait pas là pour en discuter….).

              Elémentaire, mon cher Watson!

            • Et le taux de CO2 doublait de 350 ppm à 700 ppm, l’effet ne serait que de 4 W/m2, sur les 300 W/m2 actuels !

            • @jipebe29

              Si la saturation se fait dans 10 m d’air, l’effet de l’augmentation ou diminution du CO2 n’est clairement que de changer l’épaisseur de cette couche et l’effet « de serre » a toujours été et sera toujours saturé et sans aucun effet possible sur la température ?!?

              Plus besoin de Miskolczi, de connaitre l’effet des nuages des courrants marins ou de l’équilibre atmosphère-océan, à part pour les météorologues et les curieux.

            • @jipebe29

              Vous êtes sur qu’il ne faut pas lire plutot 10m d’atmosphère de CO2 à 100% de concentration.

            • @jpebe29

              concernant la variation du co2 atmosphérique durant les ère géologique :

              je n’ai jamais retrouvé l’information, mais il me semble que les plantes en C4 sont apparues au miocène, pour fixer plus facilement le carbonne car il était raréfié dans l’atmosphère, et pourtant, cette ère semble correspondre à un climat généralement plus chaud que le notre ?

              je ne sais pas si vous comfirmez ?

            • yeneralalcazar,
              sur ce genre de sujet je pense qu’on peut faire confiance à la wiki anglaise :
              http://en.wikipedia.org/wiki/Evolution_of_photosynthesis#When_is_C4_an_advantage.3F
              le taux de CO2 ne semble pas déterminant, et ce serait plutôt la température et le manque d’humidité qui explique l’apparition extraordinairement récente (seulement quelques dizaine de millions d’année !) des mécanismes C4 et CAM.

    • Ça ne sert pas à grand-chose d’argumenter sur/contre les lois de la physique qui restent valables tant que l’on en n’a pas démontré de meilleures (Poppers).

      Exprimé sous forme simple (tentative) :
      La terre émet dans l’espace les 340.5 W/m2 qu’elle reçoit en moyenne du soleil, plus l’énergie géothermique qu’elle génère elle-même (quantité négligeable).
      Une partie du rayonnement émit par la surface de la terre dans le spectre IR est absorbé (peu importe l’épaisseur de la couche, 1, 10 100 m). Le gas ainsi réchauffé ré-emet dans toutes les directions à la fréquence correspondant à sa température du moment. Cela se propage dans toutes les directions, vers le bas sous forme de ping-pong équilibré avec les couches inférieures et la surface de la terre, et vers le haut jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien pour absorber quoi que ce soit, le vide sidéral, où l’espace sert d’ « évier à chaleur » (heat sink).
      Cela se passe avec ou sans CO2 (l’eau est le plus fort contributeur). Mais s’il y a plus de CO2 alors la température de l’atmosphère est « forcée » vers le haut.

      Nier cela est imbécile.
      Ce qui compte c’est l’ordre de grandeur de ce forcing et la réponse plus ou moins homéostatique (voir le dictionnaire) de la rétroaction du système.

      Les catastrophistes pensent/croient /veulent croire que le méchant être humain est la cause de tous les maux, et le sceptique ou l’hérétique a une interprétation plus sobre du rôle de l’homme (et éventuellement de la femme, mais celle-ci est toujours une victime, jamais une cause) dans cette affaire.

      • pardon!
        1366 W/m2 en moyenne annuelle (entre périhélie et aphélie) sont à diviser par quatre pour des raisons géométriques et d’alternance jour/nuit, soit 341.5 W/m2

      • « Une partie du rayonnement émit par la surface de la terre dans le spectre IR est absorbé (peu importe l’épaisseur de la couche, 1, 10 100 m). »

        Peu importe l’épaisseur de la couche, mais si la couche est suffisante pour absorber la totalité d’une bande de fréquence, le rayonnement absorbé qui réchauffe l’atmosphère et la terre en retour est constant même si on augmente la concentration de CO2. Le fait que le « ping-pong » se fasse dans un volume plus faible ne doit pas changer grand-chose à mon avis.

        Cette saturation peut être déja réelle du fait de « l’épaisseur optique » du CO2 ou du fait de « lépaisseur optique du mélange H20 + CO2 ». De toute manière le « forcing » décroit avec la concentration.

        Au niveau de l’ordre de grandeur, il ne serrait pas étonnant qu’ils se soient complêtement trompé vu la complexité du machin. Et comme les paramètres retenus donnent des modèles qui ne collent pas à la réalité, ce serait plutot le contraire qui serait étonnant

      • Vos calculs sont bons, on retrouve les chiffres sous wikipedia+bilan radiatif de la terre.
        Ci-dessous 2 calculs différents :
        Bernard Legras, LMD, Jean-Louis Dufresne, LMD, et Gérard Megie, CNRS, en 2000, estiment que le doublement du taux de CO2, de 350 à 700 ppm ne conduirait qu’à un équivalent de 4 W.m-2, à additionner aux 50 W.m-2 de l’époque (passage de 0 à 350 ppm).

        Gilles Delaygue, université de Berne, en 2002, estime que le forçage radiatif total lié aux gaz d’origine anthropique (depuis 1750) est de + 2,4 W.m-2
        Il serait intéressant de connaître les détails des calculs.

        Alors que l’on arrête pas de nous harceler avec le CO2, quid du CH4, N2O, CFC, O3 ?
        Surtout que le méthane aura un effet nettement plus important que le CO2 avec l’accroissement de la population et de ruminants.

        Quand aurons nous un compteur de méthane dans le derrière ?

        • MichelC : « Surtout que le méthane aura un effet nettement plus important que le CO2 avec l’accroissement de la population et de ruminants. »
          —————————–
          Oui mais bon, aucun réchauffiste n’est fichu de nous dire « l’effet » (quoi que ça puisse vouloir dire) du gaz à effet de serre le plus important sur terre, le dihydrogène monoxyde (il suffit de lire les circonvolutions du GIEC sur ce sujet, c’est à péter de rire), alors vos interrogations métaphysiques (méthanphysique ?) sur le méthane… autant discuter du sexe des anges.

          • Vous n’avez pas (plus?) le sens de l’humour.
            Le GIEC s’est planté, on a bien rigolé. Moi en tout cas.
            On aurait pu leur laisser une seconde chance de nous offrir un beau spectacle.
            Ce n’est pas de la « méthanphysique » mais de la « petaphysique » en réponse à la pataphysique du GIEC !
            Et le méthane, doit être infiniment plus dangereux que le CO2.
            Pour l’eau, j’ai bien remarqué qu’il y avait un « eau se ».
            Malgré des moyens très importants, la connaissance a encore des progrès à faire sur cette molécule.

        • ça reste encore à prouver que le nombre de ruminants est en hausse :

          en amérique, il n’ y a plus guère de bisons alors qu’ils étaient des millions il y a 15 ans. en france, le nombre de bovins est en forte baisse depuis l’aprés guerre …

      • Vous oubliez une chose fondamentale: le transfert de chaleur par contact-convection, qui est de loin le plus efficace pour les gaz. Les molécules CO2 ne sont pas isolées dans l’air. Si elles sont excitées par de l’IR, elles se mettent à vibrer, et transmettent alors de la chaleur aux molécules environnantes, puis des courants de convection se créent et amènent l’air chauffé en altitude, où il se refroidit.

        • C’est évident, en ce qui me concerne.
          Une molécule de CO2 va exciter des molécules de H2O, CH4, N2O et O3, voire des CFC, qui à leur tour, vont émettre un photon IR d’une longueur d’onde différente, à leur(s) propre(s) fréquence(s), ou exciter d’autres molécules.
          Une partie des photons partent vers l’espace, et ainsi l’atmosphère garde son équilibre thermique.

          En ce qui concerne le CO2, le rôle du plancton, et des poissons semble sous-estimé ou peu connu, ces derniers ayant un rôle non négligeable dans la précipitation des carbonates de calcium au fond des océans.

          Merci pour les références des livres.

          • « Merci pour les références des livres »
            C’est toujours un plaisir de diffuser les analyses de physiciens non inféodés au dogme du RCA.
            Lisez d’abord l’ouvrage de François Gervais, puis celui de Maurice Hadrien, qui est d’un accès un peu plus difficile.

            Il y a aussi un ouvrage très intéressant de Christian Gérondeau: « Ecologie, la fin », aux Editions du Toucan

            Il comporte 2 parties:

            1) La genèse du GIEC, son fonctionnement dictatorial et idéologique radical, les scientifiques GIECosceptiques, les « croyants »

            2) Les politiques énergétiques folles, inutiles et très onéreuses, justifiées par les thèses du GIEC

          • et les mollencules d’actrices vont exciter le présigland …

  • Rarement vu un article aussi ouvertement biaisé. La gravité générale et la responsabilité des USA sur les changements climatiques font l’unanimité des 250 experts du GIECC qui au contraire de ce qu’affirme le Cato Institute à coup de millions est extrêmement alarmant.
    En voilà pour les allégations « jamais prouvées »…

    • Où avez-vous vu 250 experts cet organisme essentiellement politique ? Un organisme qui négocie auprès des politiques des pays un Résumé pour Décideurs (SPM) qui n’a plus rien à voir avec le rapport scientifique (AR5), lequel est si mesuré qu’il y est reconnu que les modèles ne sont pas fiables et qu’on ne sait pas réellement comment fonctionne la machine climatique.
      D’ailleurs, vous avez du oublier un zéro… :mrgreen:
      A « coup de millions » ? Vous vous moquez du monde compte tenu des millions dépensés par le WWF et Greenpeace à promouvoir la théorie (jamais prouvée… ni prouvable) de la responsabilité anthropique dans le réchauffement… si réchauffement il y a, car celui-ci semble en panne depuis 17 ou 18 ans.

    • La responsabilité de la Tentatrice dans la Chute de l’Homme font l’unanimité des 250 millions d’experts fondamentalistes de la Genèse et du Coran qui au contraire de ce qu’affirment les suppôts de Satan à coup de milliards est extrêmement alarmant.
      Alors si 250 millions d’experts ça ne vous suffit pas comme preuve…
      (fin du mode sarcasme)

    • Sans compter que le cato ne défend pas une thèse aveuglément.
      Il n’a aucun antécédents de malhonnêteté intellectuelle contrairement au giec et aux organismes écologistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emilio Raimondo.

Les opposants au nucléaire avancent souvent les deux arguments suivants « le nucléaire est dangereux » et « les déchets peuvent durer des milliers d’années ». Mais ces deux affirmations n’informent pas sur les risques encourus.

Ce sont les risques provoqués par les activités dangereuses qui posent un problème et non les dangers eux-mêmes s’ils sont contrôlés.

Un danger est caractérisé par deux critères : sa probabilité d’occurrence (fréquence) et sa gravité.

Ainsi le soleil est dangereux à rega... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Faucher. 

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil. Mais sa volonté impérieuse d’imposer rapidement des règles contraignantes et de formater la pensée pour atteindre le nirvana écologique se heurte aux réalités physiques, économiques et humaines.

Un nouvel obscurantisme vert

Une nouvelle forme pernicieuse d'obscurantisme vert s’insinue dans les esprits au nom d'une valeur supérieure qui serait la Nature ou Gaïa.

Dans ce monde idéalis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles