Nous sommes tous des Ukrainiens

Les insurgés de Kiev donnent une signification renouvelée aux prochaines élections européennes du 25 mai.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes tous des Ukrainiens

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 mai 2014
- A +

Par Guy Sorman.

Kiev insurgés

Nous autres, Européens, devons rendre grâce aux insurgés de Kiev qui, depuis plusieurs mois, brandissent le drapeau européen à l’appui de leurs revendications démocratiques. Avait-on jamais vu ailleurs et en d’autres temps des révolutionnaires mourir pour ce drapeau ? Ce sont eux, soudain, qui donnent une signification renouvelée, voire une certaine solennité aux prochaines élections européennes du 25 mai. D’ordinaire, ces élections relèvent de la routine, servant avant tout à régler des comptes de politique intérieure entre partis nationaux. Il en ira ainsi aussi longtemps que l’on ne votera pas au niveau de l’Europe toute entière pour des partis européens et des candidats européens. À eux seuls, les Ukrainiens rebelles ne suffiront donc pas à arracher les électeurs à une certaine torpeur et les partis à leurs intérêts. Mais le 25 mai, il sera tout de même impossible d’oublier totalement ces révoltés de Kiev qui aimeraient participer au scrutin. Il est certain aussi que les peuples du « front », baltes, polonais, slovaques, qui viennent il y a si peu d’échapper à la dictature communiste et à l’occupation russe, voteront avec plus de ferveur que les nations de l’Europe de l’Ouest.

En fait, le 25 mai, chaque Européen qui votera, ou pourrait voter, disposera de deux voix : la sienne propre et, par procuration, celle d’un Européen inconnu de Minsk, Lvov ou Brest-Litovsk qui aspire à la libération qu’apporterait l’entrée dans cette Union européenne. Cet Européen inconnu nous rappelle aussi combien l’Union, avant tout, est un espace de liberté et, secondairement, un marché économique : l’économie est la salle des machines de l’Europe, mais elle n’en est pas l’esprit. Et si l’on ajoute les Suisses qui voudraient rejoindre l’Europe mais n’y parviennent pas, certains d’entre nous, par procuration, devraient voter trois fois.

Le sentiment altruiste ne sera évidemment pas majoritaire chez les électeurs, mais qu’une minorité en soit le messager dans le futur Parlement européen devrait conférer à ce scrutin une signification historique, pas seulement partisane.

Soyons sans illusion. Il est certain que la campagne électorale, en termes de bruit, sera dominée par des débats prévisibles et archaïques, libéraux contre socialistes et pro-européens contre souverainistes : archaïques les uns comme les autres s’ils opposent la nation à l’Europe, s’ils ignorent que l’Europe est un objet politique radicalement nouveau. L’Union européenne ne se situe pas au-dessus ni au-dessous des nations, mais ailleurs. Elle n’est pas un objet de substitution, car elle attribue aux citoyens d’Europe des droits supplémentaires qui s’ajoutent au droit national, voire même qui protègent ces citoyens contre les empiétements de leur propre État. Une citoyenneté européenne fondée sur l’article 9 du Traité de Maastricht (1992) qui accorde, par conséquent, à tout citoyen européen le droit de participer à toute élection locale, partout en Europe, là où il réside. De ce même article dérive la protection consulaire de l’Union pour tout citoyen européen, partout où il serait menacé. Comme le propose justement Ana Palacio, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères (Lettre à l’Europe, 15 mars 2014, publiée par FAES – Fundacion para el analisis y los estudios sociales), sur la base de cet article 9, devrait être refondé un nouveau dynamisme européen : la prochaine étape.

Le choix véritable le 25 mai, malheureusement implicite et peu expliqué par les candidats, opposera donc plus de citoyenneté pour chacun en Europe, contre la régression au rang de « sujet » dans nos nations respectives. Ce retour à l’assujettissement est plus net encore, quoique déguisé, dans les projets indépendantistes de Catalogne ou d’Écosse : à l’extrême opposé de l’idée européenne, ces partis ajoutent un marquage ethno-culturel en plus de notre dépendance territoriale.

Faire campagne pour un élargissement de l’article 9 et un supplément de citoyenneté sortirait le débat de quelques fausses alternatives entre nation et Europe. Car il n’existe pas de solutions nationales et encore moins régionales aux exigences prioritaires du développement, de l’environnement, de l’énergie ou des migrations : toutes dépendent de la conception que l’on adopte de la citoyenneté. Par exemple, le destinataire de la croissance économique est-il l’État national (la puissance) ou l’individu (le bonheur personnel) ? Le migrant est-il un citoyen comme les autres et avec quels droits ? Ou devrait-il être considéré comme un éternel sujet de l’État qu’il fuit ? La monnaie doit-elle servir l’État, en facilitant la dépense publique, ou protéger le citoyen qui, lui, a tout intérêt à ce que son épargne ne soit pas gérée par l ‘État ? On constate, je l’espère, par ces quelques illustrations, que tout débat européen peut être ramené à ce choix entre l’État et le citoyen.

Ceci ravive la Genèse de l’Europe que l’on devrait sans cesse rappeler : sur les décombres de la Deuxième guerre mondiale et pour qu’elle ne se reproduise jamais, les fondateurs de l’Union ont voulu cantonner les pouvoirs des États nationaux, parce que historiquement fauteurs de guerre, pour renforcer les droits du citoyen, fondamentalement ami de la paix. Au moment de voter, il faudra penser à ces origines trop vite enfouies, à l’Ukraine et à l’article 9 : l’enjeu n’est pas aussi abstrait qu’il le paraît ainsi formulé.


Sur le web.

Voir les commentaires (93)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (93)
  • Rassurez-moi, c’est bien de l’ironie ?

    • j’espère 🙂

      Personne n’a jamais voulu mourir pour l’UE , donc ce soulèvement est une fable. Au pire , un jour ou l’autre nous nous battrons peut-être pour en sortir.
      L’essentiel des revendications de Kiev vis à vis de l’UE c’est : » donnez-nous beaucoup d’argent !! » , on n’a vraiment pas besoin d’eux.

    • vous avez eu le courage de lire l’article ? pas moi !

  • Moi quand le drapeau européen est brandi par des néonazi, pardon, des nazis tout court, je m’interroge sur la pregnance réelle de l’idéal sur une réalité, semble-t-il, beaucoup moins romantique.

  • Vous avez vu des drapeaux européens ??? Avez vous aussi vu les drapeaux néonazis, l’Union Européenne montrant son vrai visage, celle d’un état fasciste !

  • On croit réver…
    – Une pseudo révolution mal orchestrée par les Etats-Unis et l’UE prêts à s’allier avec les pires canailles dans le seul but de mettre l’OTAN sous le nez de la Russie.
    – Une UE qui est à la Démocratie ce que le Canada Dry fut au whisky écossais.
    – Des arguments à deux francs (Qu’est ce aui prouve que sans l’UE il y aurait eu d’autres guerres?)
    J’irai bien voter mais certainement pas suite à cet article « gnangnan ».
    Il fut un temps où l’on lisait encore Guy Sorman pendant nos études à l’Université… J’ai l’impression que cela fait un siècle.

  • Les analyses de Guy Sorman sont tellement à côté de la plaque qu’on a l’impression qu’il se transforme peu à peu en Attali de la droite 🙁

  • J’ai rarement été autant en désaccord avec un article !

    Sur les raisons du soulèvement ukrainien, vous semblez oublier qu’il est en grande partie du aux menées des Etats-Unis et de leur constante de jouer l’Otan et l’UE contre la Russie – ce qui avive l’éternel complexe d’encerclement des Russes. Alors que, même si le passé récent des pays est-européens est douloureux, nous devrions pouvoir le dépasser (comme l’ont fait la France et l’Allemagne, dont le passé n’était pas moins douloureux) pour bâtir une relation de partenariat avec les Russes.
    Vous oubliez également que beaucoup de ceux qui sont aux commandes à Kiev se réclament de valeurs radicalement opposées à l’esprit de paix, de tolérance et de fraternité que vous appelez de vos voeux.

    Je passe sur le fait que les Suisses, d’après vous, veulent rejoindre l’Europe ; j’ai plutôt le sentiment du contraire.

    « les projets indépendantistes de Catalogne ou d’Écosse : à l’extrême opposé de l’idée européenne » : ah non! Parce que l’Europe se construit (vous le dites plus loin) contre les nations, qu’elle est incapable d’être autre chose qu’un machin technocratique et que la plupart de nos concitoyens ont besoin d’un sentiment d’appartenance territoriale, l’UE ne peut que favoriser l’éclatement des nations au profit des régions.

    « il n’existe pas de solutions nationales et encore moins régionales aux exigences prioritaires du développement, de l’environnement, de l’énergie ou des migrations : toutes dépendent de la conception que l’on adopte de la citoyenneté. »
    Je veux bien mais personne n’ayant le même avis, il n’existe actuellement pas de solutions autre que nationale. Il suffit de regarder la politique étrangère (qui pour aider les Français en RCA ?) ou encore la passoire qu’est devenue la frontière de l’UE.

    Enfin, « la Genèse de l’Europe que l’on devrait sans cesse rappeler : sur les décombres de la Deuxième guerre mondiale et pour qu’elle ne se reproduise jamais. »
    D’accord il y a eu réconciliation franco-allemande, mais la paix pendant 40 ans a plus été due à l’équilibre de la terreur (et au prix de l’asservissement de la moitié de l’Europe) qu’à l’UE. Union qui s’est révélée incapable de gérer la guerre civile en ex-Yougoslavie, a reconnu stupidement un Etat mafieux dans les Balkans et se pose justement en fauteur de troubles en Ukraine.

    Bref, et pour conclure, « l’économie est la salle des machines de l’Europe, mais elle n’en est pas l’esprit ». En théorie, oui. Mais, même s’il y a eu quelques avancées, les trente dernières années n’ont surtout servi qu’à monter un « machin » désincarné, technocratique à l’extrême, avec une monnaie unique inadaptée et ingérable.
    Il me semble que Monnet lui-même disait « si c’était à refaire, je commencerais par la culture ! »

    • La main de Moscou sur l’Ukraine est une légende, la preuve: les russes ne revendiquent pas Tchernobyl qu’ils laissent par bonté d’âme aux gens de Kiev, seules les régions « pauvres de l’est » et Odessa mes intéressent pour éviter aux ukrainiens pro-occidentaux d’avoir accès à la mer noire de peur qu’ils se jettent dedans.

      • « les régions « pauvres de l’est » »

        Tout le monde n’a peut-être pas saisi votre pensée, il est bon de rajouter le lien sur la carte des salaires :
        http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ukrainian_salary_map.png

      • Mais est ce que vous connaisez des Ukrainiens?

        Moi j’en connais.

        Et ce comportement qui consiste à voir dans tout Ukrainien pro UE un patriote et un homme libre et tout Ukrainien plutot pro CEI ou simplement non anti Russe un agent Russe rend les gens fou, je connais des gens qui était passionnés par l’Amérique et l’esprit des institution américaine qui sont en train de devenir complètement anti occidental, en niant le caractère Ukrainiens des manifestants de l’Est vous ne faites que renforcer l’idée que l’occident est hypocrite et ment tout le temps.

        C’est un sentiment qui n’est pas pret de partir, à court terme l’Ukraine est peut être contrôler par l’Ouest mais à long terme…

        Rappelez vous que 2003 n’a pas empêché 2010.

        • N’empêche, voir les Ukrainiens dits « pro-russes » étaler des drapeaux russes partout, ça fait bizarre.

          • D’abord une partie des gens veulent le rattachement à la Russie, mais il y plusieurs catégories, il y ceux qui ne se sont jamais senti Ukrainiens, mais je pense que c’est très peu de monde et ceux qui veulent se rattacher à la Russie par réaction au coup d’Etat et au crime que commet la junte.

            Ensuite pour le reste vous pouvez avoir un drapeau Russe par sympathie, comme des Kurdes ont à plusieurs occasions manifestés avec un drapeau américain. Vers qui c’est de suite tourné le parlement de Crimée au coup d’Etat (et il avait prévenu) il y une histoire et des liens qui existe qu’on le veuille ou non.

            Vous ne voulez pas voir l’Ukraine subir une partition, il était peut mieux de respecter le cadre démocratique. Qu’il y est un troisième tour (en plus les Ukrainiens ont appris ensuite que Youtchenko n’a pas été empoisonné, avec la conclusion du laboratoire autrichien) qui donne sept ans à un pro EU et que enfin quand il se fait renvoyé le président élu par 64% des électeurs soit renvoyé par une révolution aidée de l’ouest ne pouvait pas provoquer autre chose qu’une réaction très hostile à la junte Otanest chez la majorité des Ukrainiens.

            • « D’abord une partie des gens veulent le rattachement à la Russie, »

              Ils demandent officiellement le rattachement à la Russie? Je pensais qu’ils demandaient la « fédéralisation ».

              « comme des Kurdes ont à plusieurs occasions manifestés avec un drapeau américain »

              On ne parle pas d’un drapeau russe utilisée à plusieurs occasions, on parle d’un drapeau russe utilisé systématiquement.

              Vous pensez que ça ne veut rien dire?

              « Vous ne voulez pas voir l’Ukraine subir une partition, »

              Rien du tout. Je ne veux rien!

              J’espère juste l’arrêt des violences et une solution négociée. Je ne sais pas ce qui serait « la bonne solution » – je soupçonne qu’il n’y en a pas.

              Pour l’instant le pouvoir de Kiev semble hostile aux russophones, l’Ukraine doit respecter tous les Ukrainiens. Les russophones ne sont pas entrés par effraction.

              L’Ukraine est un pays bizarre où on peut se dire nationaliste sans parler la langue ukrainienne. Si le gouvernement de Kiev refuse de reconnaître le statut de citoyen normal aux citoyens ne maîtrisant pas la langue ukrainienne, il y a un souci.

              Et pourquoi vouloir utiliser le terme de « terroristes »? Les « indépendantistes » sont parfois violents, mais le terme est déplacé.

              « il était peut mieux de respecter le cadre démocratique. »

              Il y avait au pouvoir un grand démocrate, c’est évident…

              Il y a eu une révolution. Maintenant, il faut voir ce que les révolutionnaires font du pouvoir. S’ils font n’importe quoi, on n’a pas à intervenir, mais il faut leur dire qu’on ne les soutient pas. (Et que pour l’intégration européenne, c’est cuit.)

              « ensuite que Youtchenko n’a pas été empoisonné, avec la conclusion du laboratoire autrichien »

              Quel laboratoire? Quelle conclusion?

              La dioxine, c’est du poulet?

            • A simple-touriste:

              « Ils demandent officiellement le rattachement à la Russie? Je pensais qu’ils demandaient la « fédéralisation ». »

              Ils ne sont pas un. Une partie des Ukrainiens en effet demande un ratachement à la Russie, il y a parmi eux des Ukrainiens qui n’ont jamais voté en Ukraine et considère que l’Ukraine n’est pas et n’a jamais été autre chose qu’une province de l’Ukraine, un peu comme les Hongrois de Transylvanie et d’autre le demande par rejet du coup d’Etat.

              Après il y a de tout, il y des indépendantistes du Donbas, des partisans du pouvoir élu (soit pour un retour de Yanoukovitch et des gens qui veulent simplement discuter avec la junte, par exemple pour demandé une fédéralisation.

              La fédéralisation est une proposition Russe mais peut d’Ukrainiens révoltés s’y reconnaissent en réalité il semble malgré la manie de certains médiats Russes comme RT à assimiler tout protestataire à un « pro-fédéralisation ».

              Globalement non le 11 en principe (malgré la demande de report de Poutine certainement) le Dondas va faire un référendum pour l’indépendance (et il n’est pas évident du tout je pense que le Donbas deviennent Russe par la suite, il est fort probable qu’il garde son indépendance à l’image l’Abkhazie.

              Mais même ailleurs, non, je n’ai vraiment pas l’impression que les manifestants anti-Kiev soit pour une fédéralisation, du moins le fait de fédéraliser maintenant en gardant les gens de Kiev ou en laissant ses gens organiser une élection ne les contenterais pas du tout.

              Pour avoir discuter longuement avec un Ukrainien au téléphone il y deux jours et ça va dans le même sens que ce que j’ai toujours ressenti, je crois que les opposants ne sont pour la plupart pas dans une case précise, ils sont contre le coup d’Etat, plutôt favorable à Yanoukovitch et s’il revient c’est bien, vous leurs parlez de séparatisme oui ce peut être une solution, le rattachement « pourquoi pas » enfin bref l’idée ne les choquent pas tous et la fédéralisation, peut être.

              Bien évidement il y des gens qui ont des idées arrêtés, mais la plupart des opposants c’est très simple il y a des gens qui ont renversé le gouvernement et qui commettent des actes barbare, gens que beaucoup là-bas considère comme des marionnettes de l’Ouest (il arrive dans certaine manifestation qu’on crie US go Home, considérant que Kiev est une émanation d’Obama) donc il proteste et lutte, bien peu on vraiment une vision précise de l’avenir tel qu’ils le souhaitent.

              « On ne parle pas d’un drapeau russe utilisée à plusieurs occasions, on parle d’un drapeau russe utilisé systématiquement. »

              L’exemple des Kurdes est parlant mais le Kurdistan est bien loin, il savent bien que les USA ne les intégrerons pas.
              Par contre l’espérance de certain Ukrainiens d’intégration dans la Russie est réel.

              Ensuite ça peut paraître étrange mais ce n’est pas parce qu’on a un drapeau Russe qu’on est pour une réunion de l’Ukraine et de la Russie. On peut avoir un drapeau Russe pour symboliser un attachement (à Odessa des anti-Kiev avaient des drapeaux Israeliens, Kazakh, Biélorusse, Moldave ex… mais naturellement la grande influence est bien Russe) ce peut être aussi pour lutter contre une politique qu’on peut juger belliciste envers la Russie ou tout simplement pour exprimé qu’on est contre un gouvernement qui présente l’identité Ukrainienne comme incarné par une haine de la Russie.

              Si vous avez du mal à comprendre je vais vous aidez, demain les zapatiste prennent le pouvoir au Mexique et s’allie avec toute les forces rouges du coin (Cuba, Nicaragua, Venezuela, Bolivie ex…) et amalgament tous leurs opposant à des américains accusant tout les gouvernements précédents d’avoir étés des marionnettes des USA.

              Vous aurez aussi très certainement des drapeaux américains chez ceux qui se rebellerons contre le coup d’Etat.

              Et vous aurez deux autres choses, au Mexique les zapatistes sont presque tout de pur amérindien, et plus vous avez de sang autochtone souvent, plus vous êtes marqués comme opposé aux USA plus vous êtes hispanique blanc plus vous êtes proche des USA, s’il y a un coup d’Etat le facteur identitaire se cristallisera et deviendra essentiel, vue de loin des gens penserons que le pays risquez de toute façon l’implosion du fait de population très différentes. Rien de nouveaux ne sera crée, mais un événement fera tout changer.

              La seconde choses, c’est qu’alors beaucoup (encore plus) de Mexicains voudront devenir américains ne se reconnaissant plus dans leurs pays. Et il serait fort possible que la basse Californie deviennent une sorte de Crimée dans ce scénario.

              « Pour l’instant le pouvoir de Kiev semble hostile aux russophones, l’Ukraine doit respecter tous les Ukrainiens. Les russophones ne sont pas entrés par effraction. »

              Je pense que vous avez tord de voir le problème en tant qu’ Ukrainophone et Russophone, les Ukrainophone sont 70% de la population et pourtant seul 42% des Ukrainiens il y a un mois (avant les massacres de l’Est et du Sud) soutenait Maidan.

              Odessa n’est pas à majorité Russe, et beaucoup des slogans anti Kiev était en Ukrainiens. Certes, tout les russophones sont anti Kiev mais l’inverse n’est pas vrai.

              « Et pourquoi vouloir utiliser le terme de « terroristes »? Les « indépendantistes » sont parfois violents, mais le terme est déplacé. »

              Les indépendantistes violents? Je trouve ce terme cynique, on est en train de parler de civil qui prenne les armes face à une armée qui vient les massacrer.

              « Il y avait au pouvoir un grand démocrate, c’est évident… »

              Je sais qu’en occident les médiats en faisant presque un nouveau Ceausescu, mais qu’à il fait d’anti-democratique, je trouve son comportement pendant la crise très modéré et sans doute trop, quand en août 2013 ses services secrets lui ont dit que des hommes s’entraînaient à faire la guerre dans des immeuble désaffectés il a répondu « s’il veulent jouer à la guerre, qu’il jouent » bref il n’avait pas compris l’ampleur du problème.

              Mais il a été élus avec 64% des électeurs à qui les miliciens du Maidan ont craché à la figure excusez-moi et avez vous un exemple prèçis de comportement anti-démocratique.

              Quel laboratoire? Quelle conclusion?

              Le laboratoire Autrichien qui la examiné à écrit qu’il n’avait pas été empoisonné mais qu’il subissait une grippe très grave.

              Son médecin personnelle affirme qu’il avait dans le sang une grande dose de dioxine mais cela n’a pas été confirmé.

              Enfin sous son pouvoir son propre parlement à rejeté la thèse de l’empoisonnement.

              Mais bon il est heureux il a été président sept ans.

        • « pro CEI »

          Qui a parlé de ça?

          Certains à l’Est sont des communistes nostalgiques de l’URSS!

          • Le terme pro-Russe est un peu trompeur.

            Les ne lutte pas pour la Russie mais pour une Ukraine qui ne serait uniquement tourné vers l’UE (ce que n’en déplaise à intelligentsia veux l’UE qui pousse toujours ses alliés a n’être qu’avec elle) en opposition il y a certes des gens qui ne veulent qu’être Russe, mais aussi beaucoup de gens qui veulent être ouvert sur le monde, discuter certes avec l’UE mais aussi avec le reste du monde et principalement dans leurs sphère culturelle la CEI et il faut bien reconnaître que la CEI est bien moins contraignante que l’UE.

            Les opposants à la junte sont très différents, leurs points de convergence c’est qu’il ne trouve pas légitime que le pays aille de force via un coup d’Etat dans le girond de l’UE. Donc je trouve plus juste de les appeler les pro CEI.

            Oui certains sont des nostalgiques de l’URSS, d’autre de l’Empire Russe et d’autre des patriotes du Donbas, d’autre encore des patriotes Ukrainiens qui juge que leurs pays est occuper par l’OTAN en sous main depuis Fevrier. Bref il y a de tout.

            C’est amusant les médiat qui insiste sur les drapeau communistes à l’Est cacher totalement les drapeaux et symbole nazis à l’Ouest.

            • @TPF,
              il ne vous a pas échappé qu’on peut être a la fois russophile et putinophobe ?

            • C’est amusant les médiat qui insiste sur les drapeau communistes à l’Est cacher totalement les drapeaux et symbole nazis à l’Ouest.

              Il y a clairement deux franges extrémistes qui s’affrontent.

              Je me demande ce que Piervi Sector et Svoboda pensent de l’OTAN…

            • zelectron:
              « il ne vous a pas échappé qu’on peut être a la fois russophile et putinophobe ? »

              Non absolument, je suis dans l’absolu pro américain et j’exècre le criminel Obama.

              Mais a que je sache les Ukrainiens en territoire encore libre ne porte pas des drapeaux de Poutine mais bien de la Russie.

              Et c’est complètement malhonnête de déplacer le problème que le coup d’Etat à généré sur la Russie. Les instance élus de Crimée (élu en 2010 je crois) avait prévenue au mois de Janvier qu’en cas de coup d’Etat anticonstitutionnel elle ne serait pas tenu à la suite de l’Etat et pourrait utilisé sont droit de sécession.

              Les Ukrainiens prennent les armes contre des criminelles qui prenne le pouvoir et sème la chaos dans le pays, mais c’est la faute à la Russie.

              Vous avez les même argument que Saddam Hussein avec les Kurdes.

              J’ai un reproche a faire à Poutine, de laisser les Ukrainiens se faire tuer en risquant de laisser dégénérer la situation en véritable génocide, mais évidement j’ai conscience que l’UE et les USA ont mit honteusement des sanctions avant tout pour bien marquer que leurs sanguinaire poulain devait maintenir le peuple Ukrainien sous son joug.

            • « Il y a clairement deux franges extrémistes qui s’affrontent.

              Je me demande ce que Piervi Sector et Svoboda pensent de l’OTAN »

              Les communistes n’ont jamais eu le pouvoir en Ukraine, Ianoukovitch avait instauré la flat tax. Par contre quand Ioutchenko était au pouvoir il y avait effectivement des intimidations sur les communautés juives, qui ont fermés en masse des Mikvés, (bains rituel) des centres communautaires, des écoles toujours sous différents prétextes.

              Ioutchenko a carrément fait de Bandera (le Pétain Ukrainien, mais dans un pays ou 80% des juifs tué pendant la guerre l’ont été par les locaux et avec un nombre de juifs tuer beaucoup plus important) un héro national. Il n’a jamais été question de faire de Staline un héros national a que je sache, ni aucun chef communiste.

              Svoboda et pravy sektor se battent avec des mercenaires plus ou moins proche de l’OTAN, ils prennent en ce moment des Slovaques, des Polonais, des Lettons ou des Roumains pour se battre contre les Ukrainiens.

              L’Ukraine je pense pour eux n’est importante que tant qu’elle sert de bélier contre la Russie, il sont anti Russe avant d’être pro-Ukrainiens.

              D’ailleurs Alexandre Mouzitchko, la figure la plus connu de Pravy sector était partie se battre en Tchetchenie, simplement par opposition à la Russie.

        • Vous m’avez mal compris, je ne disais pas qu’il y a d’un coté les russophones et de l’autre les ukrainophones : j’ai même rencontré des marins ukrainiens « nationalistes » qui ne parlaient pas ukrainien! (C’était il y a plusieurs années, l’ambience a peut être changé.)

          Je n’ai jamais dit que les ukrainophones étaient obligatoirement pro-« euromaidan ».

          Concernant le terme même « euromaidan », est-ce vrai que beaucoup d’Ukrainiens pensent que l’Europe leur tend les bras et propose l’ouverture processus d’intégration?

          Des traités d’échanges, c’est une chose, mais intégrer l’Ukraine à l’Europe, ça laisse rêveur…

          Je pense qu’il y a un gros malentendu : qui en Europe a laissé entendre que l’Ukraine pouvait devenir un pays membre?

          Combien d’Européens seraient favorables à cela?

          • Je ne n’ai jamais connu de Marin Ukrainiens, mais ce que je sais c’est que du temps de Ioutchenko sur la zone maritime ouest (du coté d’Odessa les gens (du chauffeur de taxis, au pêcheur en passant par le personnel de l’hôtel) parlait du président comme d’un « dictateur marionnette des USA ».

            Par patriote, il faut savoir ce qu’on entend puisque justement, beaucoup de gens à l’Est sont scandalisé par la posture des gens de l’ouest qui se posent en grands patriotes tout en se battant pour un traité qui en enchaînera le pays pour longtemps.
            Bien des gens qui lutte contre Kiev sont des patriotes, il ne faut pas se raconter d’histoire et bien des gens qui luttent pour Kiev n’en ont rien à faire de l’Ukraine sont juste anti Russes (« que vive le communisme pourvue que périssent les Moskol » disaient les communiste Galicien de l’Ouest de l’Ukraine).

            Le sentiment des marins Ukrainiens en tout cas peut être vue en globale par la non réaction de la flotte en Crimée et par l’entré en masse de ses soldats dans l’armée Russe il me semble.

            Pour l’accord avec l’Europe, sur le principe la plupart des Ukrainiens était d’accord pour avoir une ouverture bipartite, Ianoukovitch disait que l’Ukraine devait servir de pont entre l’UE et la Russie, par contre derrière le principe il y la pratique et l’accord en question n’était pas du tout respectueux de l’intérêt national Ukrainien.

            Le fait de le faire signer par une junte ne le rend pas plus digeste pour les Ukrainiens.

  • « Et si l’on ajoute les Suisses qui voudraient rejoindre l’Europe mais n’y parviennent pas. »

    Vous délirez ma parole ! les Suisses ont exprimé lors de votations et pas qu’une fois leur volonté de ne pas faire partie de cette gabegie.

    Gabegie servant à remplir les poches de députés paresseux, incompétents, profiteurs de l’argent des peuples qui la composent :

    • Je crois qu’il faut avoir intégré un axiome pour comprendre l’article:

      Les faits ne doivent pas être pris en compte… bienvenu dans le monde illimité de l’imaginaire.

    • Les seuls Suisses qui veulent encore y entrer sont les politiciens de tous les partis (à l’exception notable de l’UDC) et l’électorat de gauche… 

      • « Les seuls Suisses qui veulent encore y entrer sont les politiciens de tous les partis (à l’exception notable de l’UDC) et l’électorat de gauche… »

        Petites rectifications :

        – ce sont les socialistes qui ont lancé l’initiative
        – vous oubliez l’importance des cantons suisses-allemands
        – vous oubliez l’importance pour les suisses de pouvoir recourir à des référendums lorsqu’ils ne sont pas d’accord
        – vous oubliez le bon sens suisse
        – ils ont grandement conscience que financièrement c’est un gouffre sans fond
        – ils sont économes et ne tiennent pas du tout à ce que l’Europe dépensière les spolie de toutes leurs économies (dans l’intérrrrrrêt générrrrrrrrral), sous prétexte que l’égalité prévaut, qu’ils sont tous pauvres, donc que c’est aux riches de payer et que de toutes façon les riches sont tous des voleurs.

  • En lisant cet article vantant les mérites d’une couche étatique supplémentaire et totalement technocratique, j’ai préféré vérifier si j’étais bien sur contrepoints.org.

    Ben oui !! Quel grand écart magistral ! Quel beau foutage de gueule !
    Voilà comment perdre toute crédibilité pour se conformer à la ligne politique atlantiste

    • Visiblement, on n’a pas lu le même article.
      Sorman développe l’idée qu’un retour à la nation ne serait pas un gain de liberté individuelle puisque serait alors renforcé l’assujettissement des individus à l’Etat-nation.
      Il ne plaide pas pour un renforcement de l’UE technocratique mais au contraire pour un retour à l’esprit originel de l’UE.
      On peut critiquer Sorman pour son utopisme et sa vision un peu naïve des choses, mais certainement pas l’accuser de souhaiter davantage d’Etat bureaucratique. Puisqu’il dit exactement l’inverse.

      • Non, il ne plaide aucunement pour « l’esprit originel de l’UE ». Lorsqu’au lendemain de la guerre, Robert Schuman imaginait l’Europe, il disait vouloir copier le modèle suisse. Démocratie directe + modèle confédéral + paix éternelle. Et c’est justement parce que les Suisses ont voulu conserver leur modèle qu’ils ont toujours dit « non » à l’Union des Républiques Soviétiques Européennes – qui le modèle de Sorman. Et s’ils ont pu dire « non », c’est précisément grâce à leur modèle de démocratie directe, inscrit dans la constitution … qui correspond exactement à l’esprit à l’origine de l’UE ! En face du modèle suisse (vous avez déjà entendu un Suisse parler de « construction suisse », vous ?), il y a les constructivistes européens, d’inspiration totalitaire, comme Guy Sorman, rêvant de l’Homme Européen Nouveau, dans la plus pure tradition nazie et stalinienne. Ceux-là parlent de la « construction européenne ». La construction européenne, c’est Verdun : une guerre de tranchées, où les forces de l’Homme Nouveau Européen avancent sous le feu nourri de leurs nombreux « ennemis » (les « souverainistes », les « eurosceptiques », les Suisses, les anti-constructivistes, les « frileux-repliés-sur-soi »), et où l’on appelle chaque conquête d’une tranchée « l’acquis communautaire ». Si en Suisse, la collaboration entre cantons est 100% réversible, défini par le libre choix permanent des habitants garanti dans la constitution et la démocratie directe (si on constate qu’une collaboration entre cantons dans tel domaine n’a pas les résultats escomptés, la population peut toujours décider de la supprimer, en proposer une autre, etc), à Verdun, il ne peut être question de retour en arrière, car tout retour en arrière signifie une « défaite » pour la cause. En résulte une mentalité d’assiégé complètement psychotique – Guy Sorman en est un exemple-type – où la réalité n’a tout simplement plus court (pour sortir « Et si l’on ajoute les Suisses qui voudraient rejoindre l’Europe mais n’y parviennent pas », il faut en tenir une solide…), une dérive sectaire particulièrement dangereuse. Quant au pathétique argument de la « paix apportée par l’UE », il suffit de se rappeler que le Comecon, créé par Staline en 1949, avait lui aussi « apporté la paix » entre les pays communistes d’Europe depuis sa création en 1949, jusqu’à sa dissolution…

        • « il y a les constructivistes européens, d’inspiration totalitaire, comme Guy Sorman, rêvant de l’Homme Européen Nouveau, dans la plus pure tradition nazie et stalinienne. »

          J’ai arrêté de lire votre diarrhée verbale ici.

          On peut être en désaccord avec la vision européenne de Sorman (ce qui est mon cas, au passage) sans tomber dans le grand-guignolesque, l’insulte débile, et, surtout, sans avoir besoin de déformer ses propos jusqu’à dire exactement l’inverse de ce qu’il dit.

          • Cette idée que la liberté à plus de chance de se développer quand l’autorité étatique est la plus largue possible n’a je crois jamais vraiment été soutenus par de véritables argument, seulement des incantations.

            J’ai le plus grand respect pour l’Europe la vrai, mais aucun pour l’UE. Voilà, c’est dit, cette organisation est une étape (en s’assimilant au continent européen) pour un gouvernement mondial, et un asservissement générale de la population dans un système égalitariste égémonisé.

        • Le trio schuman, monnet, halstein pères de l’europe: schuman s’est contenté de lire le discours a lui fourni par Monnet qui le tenait lui même de ses controleurs américains, quand a Hallstein ancien juriste nazi chargé par hitler de dessiner la nouvelle europe nul n’était mieux placé que lui: il a repris le projet quasiment tel quel. Oui l’europe s’est fondée sur les décombres de la 2de guerre mondiale; Le club des 6 et maintenant la zone euro est constitué des vaincus de cette guerre et le personnel provient du recyclage des débris.

      • « Sorman développe l’idée qu’un retour à la nation ne serait pas un gain de liberté individuelle puisque serait alors renforcé l’assujettissement des individus à l’Etat-nation.
        Il ne plaide pas pour un renforcement de l’UE technocratique mais au contraire pour un retour à l’esprit originel de l’UE. »

        Ainsi si vous avez trop chaud avec une couche de vêtement, la solution est simple, ajoutez en une. C’est cela?

    • Un billet qui ne devrait avoir sa place que dans un journal subventionné.

      Heureusement, les autres articles publiés sur Contrepoint nivellent réellement par le haut.
      Donc j’excuse volontier ce petit raté 😉

  • L’Ue est le pb , pas la solution , l’UE ce n’est pas la paix mais la promesse de conflits !!!

  • Quand Guy Sorman découvre que ses « valeurs européennes » sont partagées au-delà de Bunker Palace…

    http://komb-a-ingwar.blogspot.be/2009/07/65.html

    La vieillesse est un naufrage.

  • « Car il n’existe pas de solutions nationales et encore moins régionales aux exigences prioritaires du développement, de l’environnement, de l’énergie ou des migrations »

    Si je ne m’abuse, ceci est une position carrément anti-libérale : parler d’exigence – et donc sous-entendu d’intervention – dans le domeaine du développement, de l’environnement et de l’énergie. Par ailleurs écoquer les « migrations » me parrait une récupération popluliste. Le controle des migrations est nécessaire du fait que l’état providence encourage l’immigration, mais c’est le problême de l’état providence lui-même.

    De fait, en plus d’être anti-libéral, l’article en devient une justification des thèses du FN car il tend à approuver les dérives du parlement européen en matière d’interventionnisme.

    • En effet, où est le Sorman du « Progrès & ses ennemis » (critique de l’écologisme)? Chez les « ennemis »? Emporté par ses sentiments russophobes?

      Certes, historiquement, on peut associer des mesures libérales à la construction européenne. Mais aujourd’hui, il n’est plus question que d’harmonisation, de gouvernement économique… & l’on constate que la France a pu se libéraliser avant 1950 & que des Etats hors UE se libéralisent.

      Quel parti représenterait l’Europe de la paix? Aux élections européennes, nous avons le choix entre des fédéralistes (gauche, centre, UMP, Pirates, Force Vie…) & des protectionnistes nationaux (FN, DLR…)…

  • personnellement je doute du « sentiment démocratique » des insurgés de Kiev dont la première manifestation est un putsch violent. De plus en voyant les membres de pravy sektor et autres groupes d’extrèmes droite (on ne peut plus parler de groupuscules) faire partie active du nouveau gouvernement, en voyant (sur le blog crises) les défilés en l’honneur de la division SS galicie qui là non lus ne sont pas dus a des groupuscules le doute n’est quasiment plus permis. Il ne s’agit pas là de vulgaires quenelles mais bien de partis fascistes organisés en fer de lance de la prétendue ‘démocratie’ ukrainienne.

    • « dont la première manifestation est un putsch violent »

      Et?

      Ils aurait du attendre gentiment que le président parte de lui-même?

      • Un président qui est élu avec 64% des voix et qui a quelques centaines de milliers au plus (à peu près autant que de manifestants partisans) contre n’a pas de raison de partir.

        Mais surtout; il a signé la tenue d’élections anticipés, pourquoi faire alors un coup d’Etat, dans une telle circonstance sinon pour truquer des élections?

        Pourquoi devrait il partir plus qu’Hollande?

        Il y avait plus de manifestant à LMPT qu’à Maidan, mais c’est vrai il étaient pacifiques en France, c’est certes l’autre différence.

  • Même si ma sympathie va davantage vers les ukrainiens que les russes, parce que franchement le projet russe c’est vraiment la porte vers la pauvreté, l’UE est tout sauf un espace de liberté et de défense du citoyen, il fait se réveiller un peu.
    Encore un qui balance des mensonges quand il ne veut pas comprendre les projets indépendantistes. Encore un qui nous balance des platitudes sur la démocratie et l’UE. Le 25 mai n’allez pas voter! Comme toutes les élections.

  • Le titre laissait présager le meilleur, entre pathos et propagande, et c’est finalement meilleur encore quand on lit. Contrepoints a t’il été racheté par le Monde ou Libé?

  • Mr Sorman vivant 6 mois sur 12 aux USA, il est bien normal qu’il ménage Obama. qui veut contrer la Russie et qui se retrouve avec Mecrkel qui veut elle reconquérir une partie de la grande Allemagne;
    Il ne faut pas compter sur Hollande pour comprendre que la situation est revenue comme avant la première guerre mondiale et que l’intérêt de la France est de soutenir une union avec la Russie.

    • Ecoutez, moi qui connait bien l’Amérique (et l’Oklahoma profond si vous voulez savoir) et qui connait relativement la Russie, je pense qu’il ne faut pas faire d’amalgame, la thèse que la Russie serait encore communiste était très rependus, elle tend petit à petit à s’affaiblir la John Birch society par exemple qui sur presque tout était dans ma position, mais persuadé longtemps que la Russie était un pôle important pour la route vers le gouvernement mondiale commence semble il a bougé, bien des américain conservateur commence à se dire que ce qu’il s’est passé en Ukraine n’est pas si claire, que la thèse d’une opposition à Kiev expliquer simplement par des agent spéciaux Russes laisses des interrogations.

      A l’inverse je crois que les Russes ou les gens qui sont uniquement pro Russes, doivent comprendre que le coup d’Etat n’est pas le fait des USA en soit, Obama est presque l’incarnation de l’esprit gauchiste de l’UE aux USA et je ne suis pas certain que les USA soit plus responsable du coup d’ETAT QUE L’UE.

      Je crois que l’intérêt de tout les peuples est en soit d’avoir une collaboration pacifique, CEI, UE, AELE, USA, ce que vous voulez et que l’intérêt de personne n’est d’aller vers un gouvernement mondial.

  • y a quelques chose à la télé ce soir ??

  • Je ne voterais pas pour ses élections aux noms de ses hommes, ses femmes et ses enfants massacrés en ce moment par la junte de Kiev qui utilise la force sur son propre peuple avec le soutien actif de l’UE et pour le rôle honteux qu’a joué l’UE dans le coup d’Etat.

    L’UE a du sang sur les mains.

    • @ TP france,
      vous faites parti de l’UE ?

      • J’ai la nationalité Française, donc oui.

        • Conséquemment vous avez les mains pleines de sang ?

          • Non, l’UE n’est pas moi, tout comme Kiev n’est pas les Ukrainiens (d’autant qu’il n’est pas élu).

            En Ukraine seul les gens qui ordonne les massacre et qui les commettent sont responsables, pas les autres.

            En UE, seul les gens qui ont joué un rôle dans le coup d’Etat et dans les crime que commet les « autorité de Kiev » sont responsable.

            Enfin je me considère en partie comme européen à plusieurs égards, faisant partie de ce continent, mais absolument pas EUiste.

            Je n’ai rien à voir avec cela et je ne me reconnait aucunement dans cette institution.

  • Première mesure des représentants de ces révolutionnaires (*) : interdire l’usage de la langue russe dans l’administration, les médias, les médecins… bref presque partout sauf dans les domiciles privés.

    Bel exemple de pratique de la démocratie libérale…

    (*) Oui, c’est un putsch. Non, le vote du parlement n’a rien de démocratiquement légitime : les opposants ont été empêchés de voter.

    • Vous ne savez pas en République de Crimée et bien le Tatar est une des langues officielles, ce que l’Ukraine (que la presse occidentale prétend être la patrie des Tatars) n’a jamais fait.

  • Je n’ai pas tout lu.

    À quel moment ça parle des nervis de Kiev qui mette le feu à un bâtiment, empêchent les pompiers d’approcher, tabassent les gens qui sautent par les fenêtres, et attendent que tout le monde à l’intérieur soit cramé?

    • Rien compris.

      Qui était où pour faire quoi?

    • les russes n’ont pas besoin d’une stratégie « false flag » , à l’inverse des USA et de l’UE.
      quand ils décident d’intervenir , ils interviennent et le disent. Ils ont suffisamment de mépris ( que j’approuve ) pour l’opinion internationale et les rodomontades de l’ouest pour s’affranchir de ce type de stratégie.

      • @ Patrick,
        Vous avez l’air de parfaitement connaitre les russes 🙂 …. govorite po ruski ?
        On peut aimer la Russie, le peuple russe et vouer Putin aux gémonies !

        • ia ploura gaborio parouski izik 🙂
          j’ai eu l’occasion de travailler un peu avec des russes. J’aime beaucoup ces gens là.
          La politique de Poutine n’est pas ma tasse de thé , mais dans l’ambiance actuelle il faut reconnaitre que les russes l’aiment beaucoup et qu’il est beaucoup plus crédible sur la scène internationale que les branquignols qui nous gouvernent.
          alors quand je vois les manoeuvres à la c… de l’occident en Ukraine , je ne peux que soutenir la position de Poutine dans sa défense des intérêts de son pays.

          • Vous le dites vous-même Putin défend les intérêts de son pays, et c’est son droit et même son devoir, mais en aucun cas ceux de l’Ukraine qui jusqu’à ces derniers mois était « libre », son intervention sournoise en Crimée est sur le plan stratégique militaire une réussite parfaite, au plan humain c’est le contraire. A semer le vent …
            Vous accordez beaucoup trop d’influence aux occidentaux dans cette affaire, leur position est plus qu’ambigüe avec des avancées et des reculades qui montrent leur indétermination. Pauvre peuple ukrainien in fine !

          • j’ai bien dit que la politique de Poutine n’était pas ma tasse de thé , en particulier pour les libertés individuelles.
            Lors d’un récent séjour en Russie, je n’ai pas particulièrement ressenti de problèmes sur ce plan et les russes avec lesquels j’ai bossé ne semblait pas souffrir d’un manque de libertés , j’ai même eu le sentiment que les libertés au quotidien sont bien meilleures qu’en France.
            Pour le reste il suffit de faire des recherches pour se rendre compte que les occidentaux sont mouillés jusqu’au cou.

          • En vérité, le plus fort c’est qu’en ce moment tout en défendant les intérêt de son peuple la Russie défend les intérêts de l’Ukraine, croire que les Putchiste puisse rester tranquille après le coup d’Etat et leurs massacre c’est ne rien comprendre, l’occident c’est fait un ennemie mortel dans le peuple Ukrainien.

            Au mieux il y aura une partition comme en Yougoslavie et quelques Etat au Nord Ouest seront pro UE, mais les plus pauvres, il y avait il y un mois 42% des Ukrainiens qui soutenait le Maidan et c’était avant les grand massacres.

          • Zelectron le problême avec vos jugement c’est que vous ne regardez qu’une partie des choses, la Russie n’est pas un pays ou la liberté est totale loin s’en faut et je dois dire que malgré que le pays soit en progression et l’Amérique d’Obama en régression la Russie est encore derrière sur ce plan.

            Mais pour la presse, une petite chose; des journalistes Russes (y compris travaillant dans le privée) sont interdit de visas dans Schengen.

            Imaginez l’inverse, ce serait un scandale ont dirait  »les journalistes sont interdit ».

          • Pourquoi pour l’occident on parle d’intervention et pour la Russie d’invasion, quel objectivité n’est est ce pas.

      • c’est toi qui parle de sophistication, avec tes insultes permanentes et tes réflexions cradingues, quand ce n’est pas des liens avec des sites pornos ….

        c’est l’hopital qui se fout de la charité !

    • Honte à vous, avez vous vue les images, je veux dire vraiment des vidéo complète assez complète pour avoir un aperçu de ce qu’il s’est passé. Oseriez vous dire comme Kiev que les gens ont tenté de jeté des cocktail molotov qui sont tomber sur le rebord des fenêtres et que les gens se seraient ainsi brûlez eux même.

      Les gens dans le bâtiments l’occupaient depuis plusieurs jours, qui voulaient t’il attaquer.

      On voit clairement des hommes armés d’armes à feu ou d’armes blanches encerclé le bâtiment et jeté des cocktail, on distingue clairement à leurs côtés des gens portant l’uniforme militaire, certainement membre de la garde national (60 mille homme levé par Kiev depuis le coup d’Etat) les autre régiment étant tenu à l’écart en particulier depuis qu’il ont refusé d’exécuté les ordre de Kiev à l’Est.

      On voit clairement des gens tirer, on entend des slogans pro Kiev et des propos atroces contre les Ukrainiens en train de mourir.

      Un petit aperçue, il ne s’agit que des retrouvé, ceux où il a été possible de faire une autopsie:
      Balaban Alex, né en 1982 – Gazage et fumées.
      2. Andrei Biryukov, né en 1978 – Blessure par balle.
      3. Bezhanitsky Christina, né 1992 – Gazage et fumées.
      4. Brazhevsky Andrew G., né en 1 987 – Sauté des syndicats de maison en feu, est mort de blessures.
      . 5 Brigar Vladimir, 1984 – le gazage et fumées.
      6. Bullakh Victor 1956 – Crashed, passant de fenêtres Maison des syndicats.
      7. Varenikina Anna, 1955 GR – La destruction par le feu.
      8. Gnatenko Eugene 1952 – Gazage et fumées.
      9 Gunn Victor, né en 1962, le poète -. Est mort dans l’incendie.
      10. Egorsky Nicholas, né en 1976 – Blessure par balle.
      11. Zhulkov Alexander, né en 1968 – Blessure par balle.
      12. Igor Hare, 1968 – Crashed, tombant d’une fenêtre.
      13. Igor Ivanov, né en 1987 – Blessure par balle.
      14 Kalin Anatoliй – pogib sur le feu.
      15. Kovriga Nicholas, né en 1984 – Décédé dans le feu.
      16. Alexandre Kononov 1959 – Gazage et fumées.
      17. Kostyukhin Sergey, né en 1967 – La cause du décès est encore inconnue. On sait qu’il était à la Maison des syndicats.
      18. Ruslan Kusch, né 1984 – Crashed, tombant d’une fenêtre.
      19. Kushnariov Gennady, né en 1975 – Gazage et fumées.
      20. Lomakin Nina 1953 – Gazage et fumées.
      21. Vyacheslav Markin, né en 1969, membre du Conseil régional d’Odessa – est mort à l’hôpital.
      22. Sergey Mishin, né en 1986 – Décédé dans le feu.
      23. Mitchik Eugène, né en 1983 – Gazage et fumées.
      24 Negaturov Vadim V, 1959, Odessa poète -. Est mort à l’hôpital.
      25. Nikitenko Maxim, né en 1982 – Crashed après être tombé de la fenêtre de la maison des syndicats.
      26. Nikitiuk Dmitry 1974 – Gazage et fumées.
      27. Vladimir Novitsky, né en 1944 – Gazage et fumées.
      28. Ostrozhnyuk Igor, né en 1964 – Crashed, passant de fenêtres Maison des syndicats.
      29. Papura Vadim, né en 1996 – Crashed, tombant d’une fenêtre.
      30. Gennady Petrov, né 1985 – Blessure par balle.
      31. Pikalova Svetlana, née en 1981 – Gazage et fumées.
      32. Victor Field, 1966 – Une intoxication au monoxyde de carbone.
      33. Polulyakh Anna, née en 1962 – Gazage et fumées.
      34e Sadovnichiй Alexander 1954 G.R. – Pogib sur le feu.
      De 35. Viktor Stepanov, née en 1948 – Gazage et fumées.
      Jaworski Nicolas 36 -. Blessure par balle
      37. Irina Iakovenko, 1959 – le gazage et fumées.

  • Attention : l’OTAN change de version
    http://euobserver.com/defence/124021

    The alliance’s military commander, US general Philip Breedlove, told a conference in Ottawa on Monday (5 May): « Today I would tell you I don’t think that’s [invasion] the most likely course of action … I think now that [Russian leader Vladimir] Putin may be able to accomplish his objectives in eastern Ukraine and never go across the border with his forces. »

    Poutine n’envahit plus … ça cafouille dans le camp UE/USA

    • Allo?
      C’est quoi l’objectif de Poutine?

      • Il faut se poser la question est ce que Poutine à organiser le coup d’Etat en Ukraine?

        Je crois qu’il est difficile de répondre oui.

        Sinon c’est donc que tout les événements qui résulte du coup d’Etat ne sont pas prévues de longue date.

        Poutine je crois qu’il ne veux pas que l’Ukraine tombe dans le chaos et effectivement je ne pense pas qu’il souhaite que l’Ukraine deviennent un ennemie, mais il a bien compris que le mieux était de laisser faire les choses.

        L’occident à aidé (ou organisé?) les événements de 2003-2004 et dès qu’ils ont put voter ensuite les Ukrainiens ont balayés les hommes de Bruxelles et les evenements actuelles et encore une péripétie mais à long terme à moins de ne garder que l’Ukraine Gallicienne (le Nord Ouest) l’Ukraine aurait un pouvoir proche je pense de ce pourquoi elle a toujours voté dans des conditions normal; à savoir un gouvernement plus proche de la Russie que de l’UE sans être coupé à l’idée d’ouverture avec l’UE.

        Je vais vous dire, le soir du coup d’Etat j’ai immédiatement dit, le peuple va se révolter… et ça n’a pas manqué, après Russie ou pas Russie, le soulèvement était inévitable.

        • Je pense que Poutine-le-joueur-d’échec-qui-voit-tout-6-coups-à-l’avance, c’est une histoire pour enfants!

          Poutine saisit les opportunités qui se présentent, il n’est pas devin. Il doit savoir où il peut aller sans réaction ferme (on ne sait toujours pas si on va annuler l’annulation de la livraison des Mistral) et où il ne peut pas aller sans avoir une réaction de l’OTAN.

          • Donc se serait Poutine qui manipulerait les Ukrainiens pour ne pas qu’il comprenne la grandeur d’âme de la Junte qui lui envois ses troupes tuer des civile.

            C’était amusant, mais à force de voir cette farce partout dans les journaux de l’ouest ça devient laçant.

            Comment les choses se seraient passé si on avait eu le scénario inverse Ioutchtenko est defait par des « activistes pro Russe » qui mettent en place une « junte Russe » qui massacre les Ukrainiens, que fait l’occident et où est la limite de la non inervention?

            Mais là on voit bien que c’est très différant.

            Que de mensonge et de manipulation.

      • on peut en conclure que au départ Poutine n’avait pas d’autre objectif que tout se passe bien ( dans l’intérêt de la Russie ), il avait proposé , fin 2013, une réunion tripartie UE-Russie-Ukraine.
        Demande rejetée car l’objectif du camps UE/USA était visiblement de déstabiliser la région.
        Maintenant on peut supposer que son objectif est d’éviter le piège tendu ( donc pas d’intervention directe ) et de préserver au mieux les intérêts de la Russie.

        • @ Patrick,
          L’objectif de Putin était et est toujours d’annexer (Anschluss de Crimée à cause de la flotte russe)) la majeure partie de l’Ukraine industrielle et de faire cadeau, de tout cœur, si, si de la région de Tchernobyl bien que ça lui coûte énormément, mais que ne ferait-il pas pour faire plaisir à l’occident !

          • « région de Tchernobyl »

            Vous parlez de la réserve naturelle qui est devenue une destination touristique?

          • Poutine avait signé en personne au début des années 2000 entérinement de l’appartenance de la Crimée à l’Ukraine (jusque là territoire disputé) alors il faut arrêté le délire complotiste.

            Le coup d’Etat à peu être été organisé mais pas par la Russie et LES INSTANCES ELUS DE CRIMEE (le parlements) on informés AVANT LE COUP D’ETAT qu’en cas de coup de d’Etat contraire à la constitution la République autonome ne serait PAS TENU A LA SUITE DU PAYS. La mobilisation du peuple était claire, contrairement à l’Anschluss, le référendum n’a pas été interrompue mais et le résultat laisse les théorie du complot à leurs places.

            Rapporter toute l’opposition des Ukrainiens à une junte sans fois ni loi qui assassine sont propre peuple non seulement à un pays étranger mais à un prétendu plan du président de cet Etat est digne de la propagande de Corée du Nord ou d’Iran.

        •  » et de preserver au mieux les interets de la russie  »

          et oui, c’est comme ça, en russie, le dirigeant cherche à preserver les interets du pays ! étonnant non ! surtout pour nous, européen qui vivvont dans un système ou les dirigeants cherchent à preserver les interets des ours blancs , des tchètchènes , des nappes phréatiques et des quatariotes …

        • Jolie ont appelle à présent au génocide.

          On comprend pourquoi votre nom termine par 88.

          88=HH

        • Combien de gens désarmés ont été tué, honte à vous qui applaudissait quand on verse le sang annonçant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles