Peillon, Hamon, les cahiers au feu et le maître au milieu !

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rythmes scolaires (crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peillon, Hamon, les cahiers au feu et le maître au milieu !

Publié le 3 mai 2014
- A +

img contrepoints272 peillon hamon

C’est un des  symbole du ratage socialiste – pléonasme – incarné par sa Suffisance Hollande Ier. Deux ans de peillonisme, et rien, à part un gigantesque foutoir. Perdu dans des délires idéologiques de messianisme républicain et d’anti-cléricalisme obscurantiste, le tumultueux Peillon laisse à son successeur la tâche de ne rien faire en ayant l’air actif. Le drame, auquel Contrepoints est habitué, ce n’est pas l’individu Peillon, qui va prendre sa retraite de député européen, cette Europe-dépotoir qui justifie toutes les rancœurs des électeurs, non ce n’est pas l’individu, ce sont les lobbyistes, les cabinets, les obscurs et les sans-grades que l’on ne peut dénoncer publiquement parce qu’ils sont derrière, parce qu’ils sont intouchables sous peine de haine et lynchage médiatiques si on les désigne nommément.

Qui a conçu ce délire de rythmes scolaires à réformer pour faire triompher l’école de la république et transformer nos chers ignares en têtes pensantes et bien faites sachant lire et écrire par le miracle d’un après-midi en plus ou en moins, ici ou là, maintenant de toute urgence ? Qui sont ces crétins qui n’ont pas du tout envisagé les conséquences pratiques pour les communes – et les enseignants – dans l’occupation de nos chères têtes blondes entre deux activités scolaires ? Qui n’a pas calculé le coût de tous ces intervenants-de-qualité pour transcender les cours de récrés envahies par les futurs citoyens éveillés ? Qui n’a pas horodaté les déplacements scolaires en plus ici, en moins là-bas. Qui n’a pas compris que d’honorables mères de familles ayant choisi de travailler à mi-temps ou tiers temps pour s’occuper de leurs enfants allaient reprendre du travail à temps plein, supprimant ainsi des postes de travail ?

Voici plus d’un demi-siècle que nous vivons la tyrannie de ceux qui décident de réformes toutes aussi idiotes les unes que les autres – à preuve, la lente et sûre dégringolade du niveau scolaire affirmé par les tests de niveaux et les comparaisons internationales – sans que nous sachions même qui ils sont, parce que lorsque le scandale paraît, on nous jette un pantin en distraction. Ceux qui ont fait Peillon sont toujours là.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le lynchage médiatique, si l’on désigne les responsables nommément?
    Vous êtes aimable, Aotrou Le Honzec; les Tribunaux de Salut Public et la prison vous attendent, diverses associations parties-civiles vous auront préalablement plumé en dommages-intérêts, les Loges vous auront traîné dans la fange et vous ne pourrez plus, ayant le loisir du chômage, que vous remémorer les paroles de la chanson de Guy Béart (qui n’est pourtant pas mon artiste préféré): « La Vérité ».
    Ah! Douceurs de la dictature!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles