France-Tunisie : de quelle amitié parlez-vous, M. Valls ?

La meilleure façon de consolider la démocratie tunisienne est la levée du visa tel que pratiqué actuellement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France-Tunisie : de quelle amitié parlez-vous, M. Valls ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 avril 2014
- A +

Par Farhat Othman.

Manuel Valls, Mehdi Jomaa
Lundi 28 avril, Manuel Valls a reçu son homologue tunisien Mehdi Jomaa.

 

Le Premier ministre français assure que « l’amitié avec la Tunisie, c’est indispensable pour la France » et je suis obligé de lui demander de quelle amitié il s’agit. C’est aussi bien en ma qualité de citoyen libre de Tunisie, Français de cœur aussi, que d’ancien diplomate, n’ayant fait ma carrière qu’en France au service de l’amitié franco-tunisienne. Or, ayant été exclu injustement du corps diplomatique par l’ancien régime du fait de mon attachement aux valeurs et étant toujours ignoré par le nouveau pour probablement mon iconoclasme diplomatique, je peux vous dire ce que vous n’entendez pas de nos diplomates soumis à l’obligation de réserve, ce qu’ils ne pensent pas moins.

Nécessité du visa biométrique de circulation

En reconnaissant que les questions sécuritaires ont fait partie de l’ensemble des sujets objets de vos entretiens, n’usez-vous pas de litote, voulant dire plutôt que l’immigration clandestine a été le cœur de vos entretiens ? Vous dites bien que le changement en cours en Tunisie bouleverse la donne géostratégique en Tunisie et dans le monde, mais que faites-vous pour que ce bouleversement soit salutaire en réussissant véritablement à fonder une nouvelle démocratie ? Vous n’ignorez pas qu’il impose un changement de la politique aveugle de l’Europe en Méditerranée, créatrice d’un « holocauste moderne » selon l’expression cruelle d’une voix juste d’Europe. Que n’initiez-vous le changement salutaire d’une pareille politique inepte, en vous associant, par exemple, à une Italie voulant recentrer sur la Méditerranée sa diplomatie, pour faire de ce lac de la mort un espace de démocratie ?

Vous savez que la liberté de circulation est inscrite dans le sens de l’histoire, qu’elle est inéluctable ; pourquoi ne pas en faire un instrument efficace pour la consolidation de la démocratie en Tunisie, que ce soit dans le cadre européen et à défaut – si vos partenaires le refusent – dans le cadre du mouvement francophone dont la Tunisie est un membre éminent, même si le français y est réduit désormais à une peau de chagrin ?

C’est ainsi et ainsi seulement que vous consoliderez le virage tunisien, périlleux, mais salutaire, vers la sécularisation avec un nouvel esprit démocratique qui sera du même coup, en Tunisie, un nouvel esprit islamique. En effet, c’est dans la liberté de circulation du Tunisien que réside la frontière à ériger contre le terrorisme et l’intégrisme ; et elle sera hermétique contrairement à la frontière physique à laquelle vous tenez en Méditerranée et qui n’est qu’un nouveau mur de Berlin, mais sur l’eau.

J’avais proposé un moyen sûr et pratique de passage de l’actuelle absurdité du visa biométrique, inefficace et criminogène à un régime de liberté moyennant un visa biométrique de circulation délivrable aux Tunisiens en hommage à leur maturité politique. Un tel mécanisme est à la fois respectueux d’une liberté de circulation qui doit être l’un des droits de l’Homme à partager entre les pays relevant de l’esprit démocratique ou y faisant leur entrée tout en ne cédant en rien aux réquisits sécuritaires actuellement incontournables.

Vous le dites bien, c’est dans l’intérêt de la France et celui de l’Europe que se poursuit la consolidation de la réussite tunisienne dans tous les domaines. Or, la meilleure façon de consolider la démocratie tunisienne est la levée du visa tel que pratiqué actuellement.

Un « nazisme mental » rampant

Aujourd’hui, on a affaire à un « nazisme mental » rampant qui gagne l’Europe à la faveur de sa politique migratoire, et il est en train de contaminer partout les esprits, cultivant de part et d’autre de la Méditerranée les sentiments de haine et d’exclusion au lieu de ceux de la paix et de l’amitié.

Si vos discussions ont porté surtout sur l’économique, vous ne dites pas que cela était conditionné par le sécuritaire et l’obligation faite à la Tunisie de se compromettre encore plus dans la politique arrogante, sinon haineuse de l’Europe, car productrice de drames quotidiens inhumains en Méditerranée par son système Frontex et ses déclinaisons carrément terroristes. Il ne sert à rien de lutter contre le terrorisme en usant des méthodes des terroristes ; il faut avoir des méthodes civilisées et efficaces. Celle que je propose ici de nouveau est en plus bien plus intelligente que vos fondamentaux migratoires.

Alors M. Valls, saisissez l’occasion qui se présente aujourd’hui à faire subir à la politique méditerranéenne de l’Europe une révolution mentale en matière de circulation libre en Méditerranée. Osez le faire de concert avec les autres pays d’Europe ou en solo pour amorcer la pompe ; il n’en sortira que du pur bien pour tout le monde. Sinon, les événements vous y obligeront un jour, mais dans les plus mauvaises conditions.

La transition démocratique en Tunisie ne réussira pas juste avec une aide économique accrue ; vous rappelez d’ailleurs que dans les relations bilatérales franco-tunisiennes, il s’agit moins d’aide que d’une stratégie conforme aux intérêts communs. Aujourd’hui, la bonne stratégie est d’instaurer un espace de libre circulation entre la France et la Tunisie à défaut de le faire entre la Tunisie et toute l’Europe. C’est un tel saut qualitatif dans les relations bilatérales, un tournant historial, qui garantira la transformation de la Tunisie en démocratie modèle. Or, si elle est encore en pleins soubresauts, elle n’est pas moins bien orientée. Aidez donc à la naissance d’un nouvel esprit démocratique en Méditerranée avec la création d’un espace de démocratie qui stoppera le nazisme actuel qui grossit et sera demain un espace de civilisation réconciliant le meilleur de l’Occident avec le moins mauvais de l’Orient !

Le Président du gouvernement tunisien dit envisager sereinement l’avenir commun en matière de codéveloppement et de complémentarité ; il n’ose pas vous dire qu’on ne peut en parler sans frontières ouvertes, le développement devant être inclusif et solidaire. Moi, en diplomate libéré de l’obligation de réserve, je vous le dis. Et je rajouterai que l’histoire nous interpelle, M. Valls, que ne vous répondez donc à son appel !

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Monsieur, vous parlez beaucoup de l’histoire et notamment du « sens de l’histoire ». Vous avez un sens de l’histoire univoque. Pour vous, l’histoire serait un sens unique, mais pour beaucoup de français, la libre circulation est une voie sans issue car justement à sens unique.

    Promesses contre richesses, c’est un marché de dupes, et les populations européennes arrivent à maturité sur le sujet. C’est plutôt cela, le sens de l’histoire.

    • @onu : Tout à fait. Il suffit de voir en Tunisie comment désormais les européens sont considérés!!!

    • Tant que les Francais ne reconnaissent pas leur fautes et leur arrogances durant leur colonisation du Maghreb et de l’Afrique , ils auront toujours des répercussions de cette époque. En essayant de « civiliser » ces populations alors qu’ils n’avaient rien demandé a crée des problèmes dans les deux parties du conflit qui ne sont toujours pas résolus.
      PS : mon avis sur la colonisation : ce n’était qu’une manipulation de la masse pour donner plus de pouvoir aux gouvernants de l’époque, essentiellement la gauche francaise, Jules Ferry, Gambetta et autres …

      • Mr Hamid, MARRE de votre repentance ! nous français n’avons pas vécu ces périodes alors votre reconnaissance, on s’assoit dessus !
        Pourquoi en voudrais je aux jeunes allemands qui n’y sont pour rien dans ce qu’on fait leurs grands parents ? Je n’en ai aucune rancoeur meme si mon grand pere l’a subi et me le rappelait à chaque repas !
        Alors soyez intelligents, faites de meme !
        J’ai des copains marocains, tunisiens avec qui cela se passe très bien car on n’échange jamais sur ce genre de sujet qui ne nous intéresse pas car ne nous concerne pas !
        Et si vous persistez à attendre nos excuses, partez, restez chez vous !

      • Que pensez vous Mr Farhat Othman,de tous les djihadistes qui partent en Syrie ou ailleurs et qui reviennent
        soit en France,soit en Tunisie,faut il selon vôtre « vision »,les laisser circuler librement ??
        Cessez de rêver les yeux ouverts,et prenez en compte les impératifs sécuritaires qui s’imposent par les temps qui courent,et particulièrement en Tunisie……Quand vous aurez éradiqué les menaces que font
        peser sur la Tunisie « les enfants » de Ghannouchi et d’Ennahdha,on pourra reparler de visas !
        A bon entendeur…….

      • Que pensez-vous de la colonisation de la Tunisie au VIIe siècle ? Les Arabes ne sont-ils pas venus « civiliser » les autochtones d’alors en les obligeant à se convertir à l’Islam ? Les Berbères avaient-ils demander quelque chose ? Avez-vous un avis sur cette colonisation ? Manipulation ? Tourisme ? Méchanceté pure ? Blague potache ?

      • Bonjour hamid
        Vous êtes sur un site libéral et le liberalisme ne reconnait pas la faute collective.
        La colonisation était indéfendable, certes mais il faut savoir tourner la page et regarder vers l’avenir et ne pas ressasser les même aigreurs envers l’occident.

        • Bonjour,
          Justement ce n’était pas une faute collective mais une manipulation qui allait à l’encontre des intérêts particuliers des francais, je vous invite à jeter un coup d’oeil sur le livre de Jacques Marseille, Empire colonial et capitalisme français.
          Au Maghreb, on a toujours pas tourné la page, du moins d’un point de vue des institutions des états. En France, c’est une question très sensible, on arrive même pas à argumenter et faire un lien avec l’immigration …
          Les excuses viendront de la république francaise mais seulement si la population est consciente de la manipulation dont leur grand parents ont été victimes

          • Je vais être clair l’esprit même de la colonisation était ignoble.
            « Au Maghreb, on a toujours pas tourné la page, »
            Et bien vous serez le bienvenue quand vous aurez tournez la page.
            « En France, c’est une question très sensible »
            Pas du tout, les français s’en foutent. C’est sûr que si à chaque fois que vous parlez des francais c’est pour leur envoyer des messages négatifs, la réponse sera, disons, mitigée.
            Cordialement quand même.

            • Je n’attends pas que tous les francais me souhaitent le bienvenue en France pour y mettre les pieds, vous vous croyez libéral mais dès qu’il s’agit d’immigration c’est l’esprit collectif qui sort. Si les francais que je connais m’aiment et ceux avec qui j’ai affaire me respectent, cela me suffit largement.
              Mon avis c’est qu’il faut chercher les problèmes dans la source et arrêter de chercher toujours la solution facile
              Cordialement quand même ?

            • @hamid
              On tourne en rond
              Vous demandez que les français reconnaissent leurs fautes, personnellement, à l’époque je n’était pas né, donc je ne vois pas comment reconnaître ma faute.
              « vous vous croyez libéral mais dès qu’il s’agit d’immigration »
              Mais vous ne savez pas mes positions sur l’immigration.
              Je suis pour la liberté de circulation.
              « ’il faut chercher les problèmes dans la source »
              Mais je ne vois pas de problèmes, c’est de l’histoire ancienne qui ne concerne que les vieux.
              Bonne soirée.

          • Hamid, C’est sûr qu’en ignorant ou méprisant les questions et en accusant les français actuels de fautes et d’être arrogants, on va vous accueillir les bras ouverts…

      • « Tant que les Francais ne reconnaissent pas leur fautes et leur arrogances durant leur colonisation du Maghreb et de l’Afrique , ils auront toujours des répercussions de cette époque. »

      • Bonjour,

        ces populations « qui n’avaient rien demandé » effectuaient quand même des raids esclavagistes sur les populations d’Europe du sud avec la bénédiction des potentats locaux…

  • Dans la continuité de cette démarche d’espaces ouverts, êtes vous d’accord pour l’ouverture totale des frontières tunisiennes aux migrants d’afrique sub-saharienne dont les conditions de séjour sont de plus en plus difficile en Tunisie, y compris pour les étudiants. N’y a t il pas une amitié à sens unique vis à vis de ces populations appartenant pourtant au même continent ?

  • 1) J’ai arrêté de lire précisément là… Argument venu d’un pays qui n’a toujours pas de relations avec Israel… Tiens tiens…

    2) Quand le maghreb ne versera pas une larme sur les millions de chrétiens razziés – lire Heers, Giles Milton ou Robert C Davis… – leur repentance ils peuvent se l’accrocher !!!

    3) Venir en France ? Pourquoi faire ? Contrairement à vous nous pouvons vivre sans vous…

  • Bonjour à tous et merci pour vos commentaires.

    Voici quelques éclairages :

    – Pour ONU : je dirais d’abord que le sens de l’histoire est au libéralisme; aussi, il ne faut pas le pratiquer pour les marchandises et le nier pour leurs créateurs. Ensuite, tout progrès humain s’est accompagné par la circulation, des hommes comme des idées. Enfin, ce qui peut paraître sans issue aujourd’hui est la voie passante demain. Ce sont les justes qui savent regarder au-delà des murs de béton, car on ne peut bétonner l’horizon qui nous dégagera de nos culs de sac, d’abord mentaux. Et sur les eaux de la Méditerranée, si l’on a assez de foi, on marchera bien un jour
    Non, Monsieur, il n’y a pas de sens unique, sauf dans les têtes; le sens de l’histoire pour moi est cette vérité qui est de s’orienter vers l’horizon ouvert et libre, ne jamais se fermer dans nos casemates égoïstes et xénophobes; c’est aussi être humaniste. Ne réduisez donc pas l’humanisme à la matérialité qui est dépassée! Aujourd’hui, en postmodernité, on renoue avec la spiritualité; et la Tunisie est une terre ardente.

    – Pour Tourecanyan : Ce que vous dites est l’argument ad hominem par excellence! Car la France et l’Occident avaient une grosse cote d’amour en Tunisie et c’est leur politique inepte de fermeture des frontières qui a transformé les coeurs. Cela dit, ce n’est encore, pour l’essentiel, que du dépit amoureux; mais on sait que la frontière est tenue entre l’amour et la haine. Aussi faut-il aux âmes justes de tout faire pour renouer avec l’amour. Ce que je propose y contribuera.

    – Pour Ali Bobo : Les djihadistes sont, pour la plupart, des chercheurs de sens à leur vie qu’ils ne trouvent pas chez eux ni ailleurs; aussi, la vie n’ayant plus de sens, ils le cherchent sur les champs de bataille. Il est évident que s’ils avaient la chance de trouver ce sens sur les champs du combat de la vie, ils ne seraient plus que des djihadistes pour leur propre perfection morale. C’est d’ailleurs cela le sens du djihad, le djihad maximal (sur soi) seul acceptable aujourd’hui.
    Je ne propose pas une circulation libre sans contrôle, cela relèverait aujourd’hui de l’inconscience. Je propose le libre mouvement rationalisé, moyennant un visa de circulation respectueux de la libre circulation et des exigences sécuritaires.
    Et je vous rappellerai que ce sont les rêves qui ont donné les plus grandes réalisations humaines. Alors, cessez de vous lobotomiser et rêvez, Monsieur. Car ce qui est anomique aujourd’hui est canonique demain.
    Les menaces dont vous parlez viennent de terroristes religieux qui opposent une terreur à ce qu’ils estiment être une terreur qu’on exerce sur eux. La terreur n’est pas que religieuse; elle est d’abord dans la banalisation du dogmatisme et du mal, véritable terrorisme.

    Pour Med : Bien évidemment, si j’appelle à la liberté de circulation, ce n’est pas pour la limiter à certains et la refuser à d’autres; de quel droit? J’appelle d’ailleurs à la réforme de tout l’arsenal juridique en Tunisie dans le sens des valeurs humanitaires. Or, les acquis de la constitution, qui sont déjà assez limités par rapport à ce qu’on pouvait faire, ne sont toujours pas encore en vigueur !

    Pour korsor : J’ai justement appelé et j’appelle à l’établissement de relations diplomatiques avec Israël. Documentez-vous, je vous prie !
    Il faut arrêter de vous jeter les turpitudes humaines les uns sur les autres. Je rappellerais juste que le terme humain vient étymologiquement d’humus. Donc, il est une part d’ombre en nous qu’il nous faut accepter. Au lieu de nous chamailler à se croire supérieurs les uns aux autres, acceptons humblement notre état d’êtres imparfaits et agissons pour nous améliorer. Aujourd’hui, cela passe par l’extension du libéralisme dans nos vies, à commencer par nos mentalités.
    Arrêtons avec nos égoïsmes déplacés et nos vaines vanités; nul humain ne peut se passer de son prochain, je est un autre!

    Amitiés à tous.

    • Je me prononce en faveur de votre discours sur le principe argumentaire, sachant que c’est bien la marque des diplomates d’inverser la réalité, Poutine donne le même exemple.

      Tout est faux dans votre discours, vous utilisez les armes de l’occident contre l’occident, c’est une sorte de boxe molle. Mais aujourd’hui personne n’est dupe. Il est trop tard, vous avez fait trop de mal.

      Le problème c’est que ce n’est qu’un discours, un simple discours dans le vide.

      Il est de toute première instance de protéger les miens, mes enfants, mon peuple de cette horde de barbares, de ce néonazisme venu d’Afrique : de vous. Vous êtes le nouveau nazisme. Votre discours est en tout point cohérent.

      Ne parlez pas des « justes, vos chers tunisiens sans papier, m’ont cassé une dent, dans le premier arrondissement de Paris. Quand j’étais petit sous Bourguiba (des vacances malheureuses) famille volée, violée … mais il ne faut pas le dire.

      Les prisons Suisses sont pleines de Tunisiens, la proportion est énorme. La Suisse a quelque chose à voir avec la colonisation ?

      Beaucoup de Français ont souffert dans leur chair du fait des Tunisiens. J’ai agonisé sous les coups de Samir, un simple Tunisien sans papier (libre circulant).

      Hospitalisé à l’Hôtel Dieu, on m’a recousu la gueule. Voulant ensuite porter l’affaire devant les tribunaux, on m’a signalé que je n’avais pas été examiné par un médecin judiciaire.

      Mon médecin était Tunisien, et avait triché sur son diplôme … normal.
      Cher nazi, je vous insulte cordialement.

      • @ Tiburce
        Monsieur,
        L’insulte est d’abord l’argument du faible.
        Ensuite, ce n’est qu’un crachat qu’on lance au ciel; il ne peut que vous retomber sur la gueule.
        Enfin, l’autre étant notre propre miroir, ce que vous dites sur ma modeste personne n’est que ce qui vous est propre.
        La seule chose juste dans votre propos affligeant est que personne n’est dupe; justement, les lecteurs apprécieront qui fait le mal et qui appelle à s’en abstenir.
        La haine vous aveugle, et comme elle semble être causée par un drame personnel, je ne peux qu’y compatir, car je ne pratique pas la haine, mais la culture des sentiments.
        C’est votre droit de protéger les vôtres; mais sachez qu’ainsi que vous le faites, avec une haine comme la vôtre, vous les protégez mal, car vous attisez une haine en retour, tout excès entraîne un excès opposé de la part de vos semblables cultivant la haine.
        Le premier barbare est celui qui rejette son prochain qui n’est pourtant que sa propre image. Car on est toujours le barbare de l’autre.
        Vos propos sur l’origine du nazisme sont tellement risibles qu’ils ne peuvent qu’expliquer le degré de votre peine, vous privant de tout sens de la réalité. Aussi, je ne peux que vous plaindre encore plus.
        Et sachez que le mal n’a ni nationalité ni religion; en faisant d’aussi flagrantes confusions, vous augmentez encore plus ma plainte pour un état si grave de délabrement mental.
        Je vous laisse donc vous soigner, car je ne descends pas au niveau du caniveau où vous placez le débat, mais vous plains de tomber si bas !
        Prenez soin de vous et tous mes souhaits d’un prompt rétablissement !
        À Dieu !

  • Mon article a fait l’objet d’un détournement pour servir ses propres idées par M. Lazare Zylbergleitt dans un billet publié le 16 mai 2014 sur Riposte Laïque, intitulé : Dans le sud-ouest, une liste menée par Renaud Camus contre le Grand Remplacement.

    Voici le droit de réponse que j’ai adressé au dit site, non encore publié à ce jour :

    Défendez vos idées avec un peu plus de dignité, vous serez moins fantaisiste, M. Lazare Zylbergleitt !

    http://tunisienouvellerepublique.blogspot.com/2014/05/mare-nostrum-7.html#more

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles