La mauvaise image du Medef et de Pierre Gattaz

Les Français ont une mauvaise opinion du syndicat patronal et de son président, selon un sondage de BVA publié dans Le Parisien–Aujourd’hui en France ce dimanche 20 avril.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Gattaz (Crédits Yann Gourvennec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mauvaise image du Medef et de Pierre Gattaz

Publié le 20 avril 2014
- A +

Pierre-Gattaz_medefLa mauvaise image du Medef, sauf chez les sympathisants de droite

Selon un sondage BVA-Le Parisien1 publié aujourd’hui, 57% des Français ont une mauvaise opinion du Medef (contre seulement 37% en ayant une bonne opinion), même si les sympathisants de droite sont 61% à en avoir une bonne opinion (mais 84% des sympathisants de gauche en ont une mauvaise opinion) et son image détaillée est très mauvaise (défend davantage les grandes que les petites entreprises, défend surtout les intérêts des plus riches, ne comprend pas les problèmes des salariés, politiquement trop libéral, pas assez conciliant).

Si les syndicats de salariés en général ont une image encore plus mauvaise que le Medef (seulement 34% de bonnes opinions, contre 63% de mauvaises), les Français se sentent beaucoup plus proches de leurs positions (54%) que des positions du Medef (36%).

Seulement 41% des Français préféreraient que le gouvernement prenne davantage en compte les revendications du Medef, alors qu’ils sont 53% à ne pas le souhaiter.

L’image de Pierre Gattaz encore plus mauvaise que celle du Medef

Seulement 17% des Français ont une bonne opinion de Pierre Gattaz (contre 49% en ayant une mauvaise opinion et 34% ne le connaissant pas assez pour avoir un avis). Parmi ceux qui le connaissent, Pierre Gattaz ne bénéficie donc que de 25% de bonnes opinions (contre 75% de mauvaises) et 59% considèrent qu’il est un mauvais président du Medef.

Laurence Parisot, qui multiplie les attaques contre lui, apparait nettement plus populaire (49% de bonnes opinions parmi ceux qui la connaissent, contre 51% de mauvaises opinions).

Enfin, la proposition de Pierre Gattaz d’instaurer un salaire minimum « transitoire » inférieur au Smic « pour encourager l’embauche des jeunes » est impopulaire : 67% des Français y sont opposés, contre 29% y étant favorables.

  1. Enquête réalisée selon la méthode des quotas auprès d’un échantillon de 983 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus, recrutées par téléphone et interrogées par Internet les 17 et 18 avril 2014.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • à quand un sondage pour savoir si les français ont une bonne opinion d’eux – mème qu’on rigole …

    pas étonnant qu’un peuple de salariés ( merci mittrand ) à une mauvaise opinion du chef des  » patrons  » qui dit qu’il veut supprimer le smic !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles