François Hollande annonce la fin de la Françafrique ?

Comment sortir le continent de l’enfer de la politique de la Françafrique business ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 191 Hollande Françafrique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande annonce la fin de la Françafrique ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 avril 2014
- A +

Par Mathieu Mbarga-Abega [*]
Un article d’IMANI Francophone.

imgscan contrepoints 191 Hollande Françafrique

« La France qui faisait et défaisait les régimes en Afrique, c’est fini », affirme sans détour ce grand sensible de François Hollande, lors de sa récente conférence de presse à Paris. Mais, ce que le président Français ne dit pas, c’est comment, dirigeants politiques africains et Français d’aujourd’hui, vont s’y prendre concrètement pour sortir le continent de l’enfer de la politique de la Françafrique business, à une période de crise économique extrêmement sévère.

C’est pourquoi, François Hollande qui a, à ce jour, la clé pour ouvrir la porte des réformes ambitieuses sur la politique africaine de la France, doit impérativement faire et dans l’urgence beaucoup d’effort pour y parvenir, parce que les obstacles sur la route de celles-ci sont très nombreux et les Africains jugent désormais leurs dirigeants politiques sur les résultats. Un exemple parmi tant d’autres, l’annonce théorique de François Hollande sur son désir de changement de la politique africaine de la France en 2014, n’a pas fait une seule ligne de commentaire dans les médias français et africains. Ces médias visiblement ont peur que François Hollande, « premier président social-démocrate français » mette très vite fin à l’abominable politique de la Françafrique business qui tue à petit feu depuis 1960 des générations africaines présentes et futures.

Pourtant, le bilan catastrophique de la politique de la Françafrique business depuis plus de cinquante ans, est devant nos yeux. Comment ne pas voir et hurler sa révolte permanente face à des tragédies politiques, économiques, socioculturelles et des tragédies humaines, comme le cas de la Centrafrique d’aujourd’hui, après celles du Congo Brazzaville et du Rwanda ?

C’est un fait, le monde des riches éternellement égoïstes, depuis des générations, marche bien sur la tête, parce qu’il refuse de comprendre que la solidarité envers les plus démunis et pour l’équilibre du monde, demeure un comportement définitivement noble.

Réinjecter le dynamisme dans la politique africaine de la France de 2014, demeure une priorité pour la France et l’Afrique

La mondialisation exige un nouveau partage des richesses du monde, c’est pourquoi, il est extrêmement urgent que le président François Hollande donne un calendrier officiel précis pour la destruction de la pieuvre qu’est la politique de la Françafrique business. Comment François Hollande veut-il passer du discours politique théorique aux actes concrets ?

Un discours, qui depuis plus de soixante ans de pratique de la politique de la Françafrique business, sévère et au détriment des populations africaines, affirme que cette politique est excellente, quand bien même celle-ci est unanimement critiquée par des populations africaines qui triment au soleil du diable africain avec le ventre vide. C’est pourquoi et pour l’avenir de l’Afrique et l’Europe, le désir de changement de politique africaine de la France de François Hollande doit impérativement obéir à deux réalités.

Première réalité : réformer en profondeur la politique africaine de la France d’aujourd’hui, cela passe impérativement par la destruction de la Françafrique business, vieille de plus de soixante ans.

Deuxième réalité :

  • virer en urgence les chefs d’États africains et leurs gouvernements qui confisquent le développement de leurs pays respectifs depuis nombre d’années,
  • revisiter les contrats que les entreprises étrangères ont signés avec le continent, parce que l’Europe en général et la France en particulier exploitent massivement les richesses naturelles africaines, notamment l’uranium, le pétrole, l’or, les diamants du cobalt, le gaz… depuis 1960 à ce jour et sans réelle contre partie, la politique de la Françafrique business encourage aussi la fuite des meilleurs cerveaux du continent vers l’Europe, notamment : chercheurs, ingénieurs, inventeurs, médecins, avocats, ouvriers qualifiés, voire stars du football…
  • que l’Afrique subsaharienne ait sa monnaie, la France réalise bien de bonnes affaires avec les pays qui ont leur monnaie nationale,
  • lutter effacement contre la corruption qui plombe le développement de l’Afrique et forme les criminels économiques,
  • lutter contre le tribalisme entre communautés du même pays,
  • encourager la formation des femmes et les jeunes aux métiers de services et introduire dans le civisme la culture de la paix, de la discipline, du travail individuel et collectif bien fait, le respect du bien public, la moral, la solidarité, la tolérance et la paix,
  • mettre à la tête des États africains, les meilleurs du continent qui ont de l’éthique, de l’intelligence pratique, de la compétence, de la conscience nationale et de l’intérêt national,
  • enseigner aux Africains la culture de la bonne gouvernance, du respect des droits de l’Homme et de la liberté d’expression,
  • réformer la politique de la France de l’immigration et de l’intégration : il est stupide en 2014, que les sujets africains soient traités avec un profond mépris en Europe, alors que les Européens sont chez eux en Afrique.

Si ces réalités sont prises en compte dans les discussions que le président François Hollande doit entamer au plus vite avec les dirigeants africains d’aujourd’hui, elles permettront, sans doute, de réinjecter le dynamisme dans la politique africaine de la France de 2014, parce qu’il y va des intérêts fondamentaux de l’Afrique et de l’Europe. Sans démagogie.


[*] Mbarga-Abega est journaliste politique et écrivain à Paris.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Dans l’ensemble des points, je vois beaucoup d’interventions contre les pouvoirs en place : chasser les despotes, placer des gens bien, former les élites… Ça fait beaucoup de choses à faire pour la France. Et si on laissait simplement les pays d’Afrique se débrouiller, en se mettant d’accord avec les autres pays parce-que si l’idée est de remplacer la tutelle française par une tutelle étasunienne ou chinoise ça n’apportera rien de bon bon plus…

    Sur le dernier je voudrais rassurer l’auteur : ma femme est chinoise, et est traitée en sous-préfecture avec le même mépris qu’un africain. On ne peut pas enlever ça à l’administration française : elle est raciste de la même manière avec tous les étrangers, quelle que soit leur origine.

  • Ce qui « tue à petit feu des générations africaines présentes et futures », c’est pas la Françafrique, c’est les Africains eux-même.

    L’idée que les Africains iraient mieux sans la Françafrique est grotesque. On a la PREUVE qu’ils vont trouver n’importe quelle autre prétexte qui leur tombe sous la main pour maintenir et justifier leur dysfonctionnement : l’esclavage, l’apartheid, le privilège blanc, le capitalisme, le pétrole, les Belges, Indiens, les Chinois … il suffit de regarder partout, au Zimbawe, en Afrique du Sud, au Nigéria, en Ouganda, au Congo, aux USA, au Brésil…

    Les Africains iront mieux le jour où ils cesseront de rejeter leur tort sur les autres, on peut toujours rêver.

    • On ne demande pas aux blancs , les négrophobes en chef , de faire l’avenir a la place des africains , contentez vous d’en foutre le camp….pendant des centaines de milliers d’années , tout allait normalement pour l’homme noir en Afrique..Si non faudrait m’expliquer comment le blanc a trouver des noirs a emmener en esclavage par centaines de millions(morts compris) il y a 5 siècles

  • L’amélioration du sort des Africains dépend avant tout du respect et de la défense des droits naturels des Africains, à commencer par le droit de propriété

  • vous inquiétez pas bientot la francafrique n’existera plus ….. ce sera la chinafrique.

    • Et la CHINAFRANCE ???
      Les chinois n’ont pas le même paradigme que le blanc , concernant les rapports aux autres peuples….si vous avez un exemple d’exploitation coloniale raciste par la Chine quelque part dans le monde , montrez le nous???

  • Vous êtes à la recherche du péché originel, du bouc émissaire biblique.

    L’Afrique est une région bordélique, corrompue.

    • L’Afrique est une région bordélique, corrompue : depuis que le blanc y a mis les pieds , et est bien décidé a la piller jusqu’a la fin

  • Je ne vois pas comment réalise le catalogue de vos préconisation sans retourner à la colonisation…

  • L’Afrique n’a pas besoin de la France , pas plus qu’ Israël aurait besoin de l’Allemagne nazi , il n’y a absolument aucun intérêts commun entre les européens(les tortionnaires de l’Afrique) depuis bien trop longtemps et les africains….Le passif européen(la race blanche « supérieure ») est bien trop lourd….et ceux-ci sont nocifs pour le noirs , effectivement on voit le bilan de 5 siècles d’esclavagisme , de colonialisme, de négation du noir , de racisme sans limite
    la France doit partir d’Afrique le plus tôt sera le mieux , les africains n’y ont absolument rien a y perdre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Depuis le début de « l’opération militaire spéciale » russe en Ukraine, les pays occidentaux ont soutenu l’effort militaire du pays envahi. Mais comme dans plusieurs efforts similaires, les États-Unis prennent la part du lion – et davantage est encore en chemin.

Avec les élections de mi-mandat qui approchent à grands pas, nombreux sont ceux qui questionnent cette aide. À un point tel que, s’ils obtiennent la majorité, plusieurs républicains promettent de repositionner leur pays et son financement. Le chef de la minorité républicaine (q... Poursuivre la lecture

Par Kouakou Donatien Adou et Holden Lipscomb[1. Dr. Kouakou Donatien Adou est le Directeur du pôle Bonne Gouvernance à Audace Institut Afrique. Il est auteur de plusieurs articles scientifiques disponibles sur son site. Holden Lipscomb travaille dans le mouvement pour la liberté à Washington, D.C. Il est diplômé de la Graduate School de l'Université de Virginie, USA avec une concentration sur le développement et la prospérité en Afrique de l'Ouest.]

 

Il est communément admis que la corruption est un problème majeur dans le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles