Rose-Neige et les 7 laids

Rose Neige et les 7 laids (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints191

Après la déculottée municipale annoncée, Rose-Neige va devoir se remettre au boulot si elle veut voir débarquer un jour son prince charmant (La Chevalière Croissance) et donc taper sur les branquignoles que Son Altesse Socialiste avait elle-même recrutés. Et tâcher moyen de bricoler une nouvelle équipe pour faire croire aux amateurs de contes et légendes qu’un avenir meilleur est possible, et qu’elles se marieront et adopteront des tas de petits emplois, rembourseront les dettes à la vilaine Sorcière FMI, et enfin la moche Princesse embrassera la vilaine grenouille Crise qui la transformera en Jolie Reine de Corrèze.

Je me mélange un peu dans les comptes de Fée, normal vu ceux que ce gouvernement a essayé de nous faire avaler. Ce qui m’inquiète (façon de parler, c’est Rose-Neige qui est dans l’engrais bio-naturel et odorant jusque-là) c’est la bande des sept laids qui l’ont aidé jusqu’ici : par définition, c’étaient les meilleurs de la contrée. Alors, comment Rose-Neige va-t-elle pouvoir se trouver un Shrek pour faire peur à la Finance Internationale ? Parce que des nains, ça reste des nains, et quand ils sont roses, ce sont des champignons vénéneux.

La France est encore bien partie pour des incontinences à répétition (indispositions gastriques si vous préférez).