Les nouveau radars mobiles déjà largement rentabilisés

Le nouveau dispositif apparaît extrêmement lucratif, puisque moins d’une année aura été nécessaire pour rentabiliser l’investissement dans ce type de véhicule.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les nouveau radars mobiles déjà largement rentabilisés

Publié le 26 mars 2014
- A +

Un billet de 40 Millions d’Automobilistes.

Après un an de mise en service progressive, les nouveaux radars mobiles embarqués de dernière génération prouvent leur rentabilité. Dans un document révélé ce matin dans les colonnes du Figaro, le chiffre de 300 000 véhicules pris en excès de vitesse est annoncé pour un nombre de 180 000 automobilistes verbalisés, avec moins de 100 véhicules en service sur nos routes. À l’heure où le ministre de l’Intérieur annonce déjà 200 véhicules en service d’ici à la fin de l’année, puis 100 supplémentaires chaque année, il semblerait qu’il s’enferme encore dans un objectif de rentabilité à outrance.

 

S’il est évident qu’un pays a besoin de faire respecter des règles pour leur donner un sens, ce n’est pas pour autant qu’il doit verbaliser à tout prix. Mis dos au mur face à une chute de la rentabilité des radars fixes liée au fait que les automobilistes finissent par connaître leur implantation, Manuel Valls semble à présent miser sur les nouveaux radars mobiles embarqués pour compenser la baisse de la rentabilité. Pire encore, après un an de test, le nouveau dispositif apparaît extrêmement lucratif, puisque moins d’une année aura été nécessaire pour rentabiliser l’investissement dans ce type de véhicule. Rappelons en effet que chaque voiture équipée représente un coût de 70 000 €.

On est en train d’enfermer la France dans une psychose du radar. Conduire devient de plus en plus un exercice risqué, qui consiste à conserver le regard rivé sur le compteur. À moins d’être équipé d’un avertisseur de danger vous signalant les vitesses à respecter en permanence, il devient impossible de ne pas focaliser son attention sur le compteur !

déclare Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes.

Ce que les Français n’admettent pas, c’est qu’on les taxe et qu’on les sanctionne de plus en plus, alors que les chiffres de sécurité routière sont chaque année en significative amélioration. Pourquoi en ce moment rajouter de la colère à la colère devant le tout répressif ? Récompenser par la sanction n’a pédagogiquement aucun sens. Mais le mot « pédagogie » a-t-il vraiment un sens dans un contexte où le Gouvernement cherche des ressources à tous les niveaux ?

ajoute Daniel Quéro, président de l’association.

L’automobiliste était une cible. Il est dorénavant LA cible. Entre la baisse des vitesses programmée par Manuel Valls et l’amplification de la « radarothérapie », le ministre de l’Intérieur a clairement déclaré la guerre aux automobilistes

conclut Pierre Chasseray.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Je comprends bien. Cependant, personnellement, j’avais noté une amélioration de la civilité sur la route après la mise en place des radars automatiques sous Sarkozy, une discipline qui s’est finalement érodée. J’étais contre toute idée de sanction et j’avais pronostiqué un non-effet des radars automatiques, j’ai constaté mon erreur sur ce point, même si elle était temporaire.
    Comment intéresser les conducteurs à la civilité ? En effet les informations reçues par le conducteur sont très incomplètes sur la circulation dans laquelle il s’inscrit et le trafic général, sur la prise de responsabilité des autres sur les impacts de son propre comportement… etc. Avec plus d’informations je pense que les comportements s’homogénéiseraient.

  • Plutôt que de «civilité» je préfère parler de responsabilité.
    La grande majorité des automobilistes se conduisent de manière responsable. Ils n’ont t pas à être punis pour les quelques irresponsables.
    En France on est tellement collectivises que l’on commence à s’approcher du concept de punition collective.

    • Non mais les gens se sentent responsables. On fait comment pour être responsable quand l’information est incomplète ? et bien c’est la civilité : on applique des règles dont on ne voit pas bien l’intérêt la plupart du temps mais dont on sait qu’elles sont fort utiles dans un minimum de cas. La responsabilité a posteriori ne suffit pas la plupart du temps.

      Je suis bien d’accord sur le fait que la punition ne soit pas la panacée. Il y a de nombreux cas qui ont démontré que le système de la sanction n’est pas toujours nécessaire. Cependant je remarque qu’en France ça ne fonctionne pas bien, et que contrairement à ce que je croyais la sanction avait eu des effets. Concrètement on pourrait expérimenter l’auto-organisation de la circulation en France (est-ce que ça a déjà été fait d’ailleurs ?), je pronostique des résultats décourageants. Je crois qu’il est possible de trouver des moyens d’intéressement à cette responsabilité, responsabilité préventive disons, si vous n’aimez pas l’idée de civilité. Je crois que dans l’idée de responsabilité individuelle il y a l’idée d’auto-discipline : il est clair que dans la culture française on considère la discipline comme nécessairement hiérarchique (et l’auto-discipline y entraîne de la méfiance : tout le monde cherche ce que y gagne l’individu, à quelle hiérarchie il se réfère).
      Ce que j’appelle « civilité » c’est justement un ensemble de règles implicites et locales qui émerge dans une population… on va dire « bienveillante ». C’est donc tout sauf une loi, et les comportements à la marge n’ont pas à être punis puisqu’ils restent marginaux, ne représentant pas un risque majeur pour les autres. En France il y a de trop nombreux cas où nous nous retrouvons à prendre en charge les risques induits par le comportement des autres, surtout, en effet, parce que nous sommes habitués à ne nous soumettre qu’aux sanctions suivant le précepte « pas vu pas pris ». Faire plier le comportement d’un autre conducteur par son propre comportement en comptant sur sa responsabilité à lui, ce n’est pas responsable, et c’est un sport couramment pratiqué.

      Je ne sais pas comment vous faites, je ne me sens pas touché par ces « punitions collectives ». Mais je n’ai peut-être pas de suffisamment longs trajets pour mesurer des gains notables à l’augmentation de ma vitesse, ou encore ceux que je prends n’ont peut-être pas été touchés par des limitations de vitesse complètement débiles. Cependant, dans mon trajet quotidien, j’aurais bien besoin d’indicateurs sur le trafic qui se trouve devant moi pour pouvoir ajuster un peu mieux ma vitesse (en l’occurrence une vitesse conseillée ou quelque chose comme ça serait la bienvenue), à cause d’un manque de visibilité.

      • C’est quoi l’auto discipline? c’est roulé à 50 km/h sur un route déserte de 20 m de large avec 3 km de visibilité parce qu’il y a panneau sur le bord de la route? c’est s’arrêter un à stop ou a un feu rouge alors qu’on a une visibilité totale à droite et a gauche et qu’il n’y a pas un véhicule en vu à des kilomètres?
        Je suis à 100% pour la responsabilité, vous ne causez aucun dommage : vous ne devez pas être punis, c’est simple et parfaitement juste. le « risque » est inquantifiable et ne doit pas être une justification pour une sanction ou alors il faut institué les peines de prison pour « imagination » de meurtre, de vole, de fraude…

        • Je suis tout à fait d’accord avec vous. L’auto-discipline ce n’est pas rouler à 50 avec 3km de visibilité. Plutôt citadin je suis rarement confronté à ces situations, au mieux on a 3km devant nous mais toujours des piétons, des vélos… etc. ou même des voitures qui peuvent débouler de leur garage privé.
          Encore une fois la civilité et l’auto-discipline ce n’est pas la loi. Cependant la responsabilité est une notion qui ne prend pas en compte le manque d’information du conducteur, elle s’entend plus généralement dans un système où l’information est complète. Prévoir l’imprévu est impossible mais des comportements permettent quand même d’en limiter les risques.

  • Il faudrait d’abord justifier les amendes dans le total récolté. L’objectif est bel et bien, semble-t-il, de verbaliser pour moins de 10KM de dépassement de vitesse, ce qui est inepte quand on demande 90euros pour amende minorée dans les 15jours ou 30 par internet.
    Quant à l’incivilité, elle a laissé la place à l’irresponsabilité avec des dépassements sans visibilité ou sans s’occuper de la voix de droite sur voies rapides. Quid des suiveurs à 5m à 130, ou de ceux qui doublent à 132 à cause des radars et qui se rabattent à 5 m devant vous.

  • Les vitesses limitées agrémentées des radars et du permis à points, c’est Etat obèse en guerre civile contre tous les citoyens. L’incivisme étatique est au comble avec la généralisation des limitations à 30 km/h en ville, règle que nul ne peut raisonnablement respecter. Quand elle ne peut plus être raisonnablement respectée, la loi n’est plus respectable. Dès lors, cette loi dévoyée ne peut plus tenir lieu de loi à l’ensemble des honnêtes citoyens.

    Dans un pays civilisé, les vitesses conseillées, c’est la règle, la loi réhabilitée, l’Etat au service des citoyens pour les informer des dangers de la route et pour leur permettre de faire face à leurs responsabilités individuelles.

    Sans tarder, il convient de généraliser les vitesses conseillées, déjà prévues par le code de la route, pour réduire fermement le recours aux vitesses limitées aux zones où elles sont réellement indispensables, à proximité immédiate des écoles maternelles et primaires par exemple.

    • @ Cavaignac
      Mais vous n’y pensez pas mon cher monsieur, aider les citoyens a être responsables, c’est inévitablement désengager l’omnipotence de l’Etat!
      L’objectif est bien de faire et refaire des réglementations pour que plus personne ne puisse avoir d’idée sur ce qui fait sens et justice dans sa propre société. Une fois perdu, et confiné dans une ignorance salutaire pour l’Etat, le contrevenant en puissance n’a plus qu’à craindre en permanence de tomber sous le joug de la coercition, pour des règles ou lois inconnues dont la justification est imprévisible.
      Ceci ressemble à la réglementation des pays totalitaires, qui édifient des réglementations floues pour que le pouvoir central puisse toujours avoir le dernier mot et dire la justice à son profit ou celui de sa fortification! Mais comment ce fait-il que peu de gens soient choqués quand ils ont des amendes pour avoir dépassé de 2km/h la vitesse réglementaire? C’est quand même choquant, surtout à 90euros, alors que le salaire moyen net est de 1600€! 13 pv et c’est un salaire de smicard!

  • C est une voiture francaise je crois qui a la vitesse de pointe de…420 kms/h « veyron » je crois le nom de la bagnole.moi avec ma trapanelle j ai reussi 5 fois la vitesse autorise qui etait de 30 km/h a cet endroit 😉 incivile le livreur n est il pas 😉 <<ca c est pour celui qui aime.

  • Les délinquants de la route frappent encore et toujours.
    Pourtant, les droits de l’homme disent :
    ART. 4. — La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.
    ART. 5. — La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société.
    En quoi ce conducteur a-t-il nui ?

    ART. 6. — La loi est l’expression de la volonté générale.
    Est-ce la volonté générale du peuple français de se faire pincer tandis qu’il n’est constaté aucune nuisance ?

    ART. 8. — La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires.
    Est-il bien permis devant l’article 8 de faire payer 45 puis 90 puis 180 euros pour la même infraction ?

    ART. 9. — Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable.
    Est-il permis par cet article 9 de présumer coupable le propriétaire du véhicule et de le faire payer avant qu’il puisse se défendre ?

    ART. 17. — La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.
    Est-il permis de confisquer votre véhicule pour des infractions routières d’après l’article 17 ?

    ART. 6. — La loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse.
    Est-il permis d’après l’article 6 de confisquer une voiture neuve à l’un et un treubeu à l’autre pour la même infraction ?

  • Sur un parcours de trente kilomètres, 30 km, la différence de temps, en considérant les vitesses constantes est de 2.5mn entre 90kmh et 80kmh.

    2.5 minutes, deux minutes et demies !

    • A 90 on roupille déjà et on a des crampes au pied droit (tout le monde n’a pas les moyens de se payer une voiture avec régulateur… d’ailleurs, à 80 ledit régulateur pourra-t-il fonctionner sans à-coups ?)
      Vous faites beaucoup de kilomètres ? En voiture, pas à cheval… Pour ma part, j’en ai plus d’un million et demi en cinquante ans sans accident… et je n’ai plus que 6 points: cherchez l’erreur.

      • à 80 le régulateur fonctionne bien.

        deux minutes et demies d’écart entre une circulation à 90 et 80 pour un parcours de 30 km.

        objectif, précis, tangible, vérifiable.

        • ça, ça dépend des voitures et des régimes! La mienne, à 110 c’est 2200trs /mn, juste avant le démarrage turbo et l’accroissement du couple pour cette essence. Je dois donc constamment décélérer pour tenir la vitesse et regarder le compteur. Moi, ce qui m’intéresse, c’est de ne renverser personne, même pas un escargot, pas les chiffres de mon compteur.

          Et rouler à 90 au lieu de 80 ce n’est pas pour gagner du temps, c’est simplement qu’il n’y a pratiquement aucune différence d’allure! et les moyennes de distances de freinage ne veulent rien dire; si on était juste, il faudrait envisager la consommation d’alcool régulière, les médicaments, l’âge et l’expérience et la voiture!
          depuis que j’ai le permis, avec 1million de km, je n’ai jamais vécu à ce point la hantise du radar qui va me flasher à 7km de plus, ou à 2, ou à 9 de plus! Pour me faire croire que je suis un méchant dangereux irresponsable, pour justifier la note à payer.

          Ceci est la même approche idiote que pour uriner assis pour les hommes!
          1. j’oublie que les toilettes des filles sont très sales également,
          2. je stigmatise la population visée par mon projet de réglementation
          3. ce qui justifie la loi que je propose pour obliger les hommes à s’asseoir.
          il ne faut pas obliger les hommes à s’asseoir pour faire pipi, mais rendre tout le monde plus propre!

          Responsabiliser est le maître mot. Rendre les gens plus fins et critiques pour leur permettre de mieux envisager leur propre intérêt. Et curieusement, comme la contingence est la même pour tous, ou à peu près, l’intérêt individuel rejoint l’intérêt général.

          • Je pense qu’on peut aussi éviter d’interdire aux hommes de s’asseoir pour uriner. Généralement s’asseoir sur une pissotière c’est compliqué par exemple. Mais c’est un autre débat, c’est certain.

        • Ok. Cependant on fait rarement un trajet à vitesse constante. Il faut combien de temps pour arriver à la portion de vitesse constante ? Quel est l’impact sur le temps de trajet global d’une modification de limitation de vitesse sur une portion de route grossièrement constante ? Si on met un goulet d’étranglement à la fin d’une autoroute c’est vite la lose.
          Finalement je me retrouve désormais à prendre des trajets à vitesse plus limitée que d’autres parce que tout le monde ne les emprunte pas, que j’y trouve une circulation beaucoup plus fluide et qu’ils s’avèrent en fait plus rapide (j’en profite avant que trop de monde ne s’en rende compte).

  • Un jour, il s’en trouvera pour proposer d’insérer un petit radar dans le fondement de chaque citoyen . Et beaucoup applaudiront….

  • Ce n’est pas une question d’arriver 2,5 mn plus tôt ou plus tard. Tout le monde s’en fout.
    C’est simplement le fait, que même avec une petite voiture qui ne roule pas vite, c’est infernal de rouler à 30 à l’heure pour traverser un bled qui s’étale sur 10 km quasiment à travers champs. C’est ce qui se passe dans la commune où j’habite : toute la traversée est limitée à 30 alors qu »une bonne partie du trajet passe dans les champs. Et bien évidemment c’est à cet endroit que la gendarmerie installe ses radars mobiles pour chopper les conducteurs à 40 au lieu de 30.

  • Cette sensation d’être traqués en permanence (car il faut le dire clairement : nous sommes traqués) est insupportable.
    Comme je réfléchis de plus en plus à mon expatriation, la multiplication des radars embarqués et la baisse de la limitation de vitesse sont des éléments qui vont accélérer la mise en application de ma décision.

    • Tu m’étonnes! Il va désormais falloir prévoir la taxe radar dans la fiscalité annuelle, car il sera impossible d’y échapper. La moindre maladresse ou reflexe du pied au mauvais endroit, et hop 37 au lieu de 30 et ce sera 90 pour l’Etat; Vous avez un soucis, vous êtes fatigué et vous ne pensez plus à fixer votre compteur, et hop on augmente la tirelire!
      Quid des points…

      • Oui c’est le nouvel impôt. L’impôt sur la vitesse. Personne n’y avait pensé, mais les Français, rois de l’invention de nouveaux impôts, l’ont fait. Quels génies ces Français !

  • Je pense qu’ il faut  » sortir de la route » pour comprendre que pour l’ état, le bénéfice du radar va bien au delà de l’ aspect lucratif ou protecteur s’ il en est.

    La route, c’ est une petite vie dans la grande vie, l’ état peut même faire le despote en instrumentalisant le chagrin de la veuve et de l’ orphelin, tous les régimes totalitaires ont et ont eu besoin de ce hochet pour se maintenir et faire chialer dans les chaumières. Mais aujourd’ hui, il ne peut pas encore exercer la même pression dans la grande vie.

    Peu importe, il peut se servir de la route , un des rares espaces où le français moyen (celui qui a souvent destitué ses maîtres)peut être maîtrisé en le rabaissant par une culpabilisation entretenue en permanence.

    Jumelé à des campagnes médiatiques fortes (slogan »Sécurité routière, tous responsables », « responsable » pouvant être compris comme « mûr » mais aussi comme « coupable »), ce dispositif est donc également un outil pour maintenir une stabilité sociale ,cette dernière étant indispensable pour une classe politique qui veut durer.

  • Peut on vraiment dire que le vole est « rentable’

  • Le terme « rentabiliser » est inadapté dans cette situation. En effet si un industriel « investit » c’est pour vendre quelque chose et répondre au besoin d’un client. Si sa décision est juste il en retire un bénéfice. Ici il n’y a aucun avantage pour la victime, c’est simplement un racket juteux !
    Il suffit d’aller dans d’autres pays comme l’Allemagne pour savoir que la limitation de vitesse, avec toutes les dépenses stériles qu’elle engendre n’est absolument pas nécessaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierrik Halaven.

La double page du Parisien-Aujourd’hui en France du 21 avril était entièrement consacrée au déploiement progressif des radars mobiles sur le territoire français.

Toujours aligné sur l’objectif paradigmatique de la diminution des accidents de la route dus aux excès de vitesse et sans doute motivé par la diversification de ses sources de revenus, le gouvernement systématise le recours aux radars mobiles, une technologie embarquée dans des véhicules banalisés circulants qui flashent les  délinquants du volant q... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Est-ce du cynisme politique ? Du réalisme fiscal ? Voire les deux ? Toujours est-il que la proposition du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin publiée dans l’édition du 4 novembre dans Ouest France risque bien de jeter de l’huile sur le feu et placer les élus locaux dans une position inconfortable.

Concrètement que propose le ministre ?

Les maires autorisés à installer des radars sur leur commune

Il propose d'intégrer un amendement autorisant les maires à se passer de l’accord préalable du ... Poursuivre la lecture

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles