Le GIEC admet que le consensus sur les biocarburants était faux

Dans un demi-tour spectaculaire, le GIEC admet que faire pousser des plantes pour faire des biocarburants « verts » fait du mal à l’environnement et fait monter les prix de la nourriture.

Par Anthony Watts

Une chose qui nous démontre que, parfois, le consensus en science peut se révéler être un ramassis de rien, c’est ce reportage de Robert Mendick dans le Sunday Telegraph, intitulé « Les biocarburants font plus de mal que de bien, nous avertit l’ONU ». Le GIEC admet dans une volte-face spectaculaire.que :

Faire pousser des plantes pour faire des biocarburants « verts » fait du mal à l’environnement et fait monter les prix de la nourriture.

Les Nations unies vont avertir officiellement que faire pousser des plantes pour faire des biocarburants « verts » fait du mal à l’environnement et fait monter les prix de la nourriture, nous révèle le Sunday Telegraph.

Un brouillon rapport de l’ONU ayant fait l’objet d’une fuite, condamne l’utilisation répandue des biocarburants faits de plantes, en remplacement de l’essence ou du diesel. Il dit que les biocarburants, loin de combattre les effets du réchauffement climatique, pourraient les faire empirer.

Ce brouillon de rapport représente une spectaculaire volte-face pour le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évoution du Climat (GIEC).

Son évaluation précédente du changement climatique, en 2007, avait été largement condamnée par les défenseurs de l’environnement pour avoir donné un feu vert à la production de biocarburants à grande échelle. Le dernier rapport en date, au lieu de cela, met la pression sur les chefs d’États et de gouvernements, pour mettre à la poubelle les politiques mises en place pour promouvoir l’utilisation de biocarburants pour le transport.

Le résumé pour les décideurs politiques dit :

Augmenter la culture de plantes pour la bioénergie pose des risques pour les écosystèmes et la biodiversité.

Pour lire l’article entier cliquer ici.

Al Gore et l’huile de palme est un excellent exemple d’un telle pagaille qui a pu sembler être une bonne idée dans le passé : le déraillement du train d’huile de palme d’Al Gore empire.

Traduction Contrepoints.

Sur le web.