En Nouvelle-Zélande, les agriculteurs ne veulent pas de subventions

Publié Par Cato Institute, le dans Agriculture, Océanie

L’arrêt des subventions à l’agriculture en Nouvelle-Zélande a donné naissance à une économie rurale dynamique, diversifiée et croissante, et a discrédité le mythe selon lequel l’agriculture ne peut vivre sans subvention.

Par Mark Ross et Chris Edwards, depuis les États-Unis.
Publié en collaboration avec le Cato Institute.

Tous les cinq ans environ, les membres du Congrès issus des milieux ruraux font équipe pour faire accepter une coûteuse extension de la politique agricole. Ils remettent le couvert cette année. Le Sénat a récemment fait passer une loi garantissant des milliards de dollars de subventions aux exploitations agricoles, et la Chambre des représentants en a fait de même.

Le projet de Farm Bills est du lobbying. Les politiciens n’ont jamais expliqué pourquoi l’agriculture américaine a besoin d’être dorlotée par le gouvernement. Les membres du Congrès sont plus préoccupés à s’emparer de subventions pour les agriculteurs de leurs États respectifs qu’à discuter ou débattre de l’intérêt des aides fédérales.

Elles ne sont pas utiles. Les réformes agricoles des années 1980 en Nouvelle-Zélande le prouvent de façon spectaculaire. Face à une crise budgétaire, le gouvernement néo-zélandais décida de supprimer presque toutes les subventions à l’agriculture. Ce fut une sérieuse réforme puisque les agriculteurs néo-zélandais étaient habitués aux subventions massives et que l’économie du pays est plus dépendante de l’agriculture que celle des Etats-Unis.

Malgré les protestations, les subventions furent abrogées en 1984. Près de trente subventions à la production ainsi que les incitations à l’exportation furent supprimées. Est-ce qu’il en résulta un abandon massif de l’agriculture et la fin des exploitations familiales ? Pas du tout. Bien sûr, il y eut une période de transition difficile pour les agriculteurs mais peu d’entre eux quittèrent leurs terres, contrairement à ce qui avait été prédit. Seulement 1% des agriculteurs du pays ne réussirent pas à s’adapter et durent abandonner.

La grande majorité des agriculteurs néo-zélandais prouvèrent qu’ils étaient des entrepreneurs expérimentés – ils redressèrent leurs entreprises, explorèrent de nouveaux marchés et redécouvrirent la rentabilité. Aujourd’hui, le secteur agricole néo-zélandais est plus dynamique que jamais, et les agriculteurs du pays sont fiers de prospérer sans l’intervention du gouvernement.

Avant les réformes de 1984, les subventions étouffaient la production agricole en faussant les signaux du marché et en empêchant l’innovation. Beaucoup d’agriculteurs l’étaient simplement pour recevoir des subventions. Par exemple, 40% des revenus bruts des éleveurs de bœufs et de moutons provenaient des aides gouvernementales.

La suppression des subventions fut un catalyseur pour les gains de productivité. Les agriculteurs néo-zélandais réduisirent leurs coûts, diversifièrent l’utilisation de leurs terres, cherchèrent des sources de revenus non-agricoles, et développèrent de nouveaux produits. Les agriculteurs devinrent plus attirés par des activités économiquement viables.

Les données officielles viennent confirmer la réalité du terrain concernant l’amélioration de l’efficacité de l’agriculture néo-zélandaise après les réformes. La production agricole a stagné durant les années précédant les réformes, mais depuis, la production a augmenté significativement plus vite que dans les autres secteurs de l’économie néo-zélandaise.

Depuis les réformes, la part de l’agriculture dans l’économie néo-zélandaise reste stable à 5% du PIB. Si on y ajoute les activités para-agricoles comme la transformation du lait, de la viande et de la laine, l’agriculture est estimée représenter 15% du PIB. En comparaison, la part de l’agriculture dans l’économie a chuté dans d’autres pays industrialisés.

Avec la suppression des subventions en Nouvelle-Zélande, les pratiques agricoles sont tournées vers les clients et non plus vers la tentative de recevoir le plus de subventions possibles. Dans le même temps, toute la chaîne logistique s’est améliorée et la sécurité alimentaire est maintenant d’une importance primordiale. Les entreprises livrant en matières premières les exploitations agricoles ont dû réduire leurs coûts par l’insistance des agriculteurs pour un meilleur rapport qualité-prix.

Une plus grande efficacité de la production agricole néo-zélandaise s’est traduite par une meilleure gestion de l’environnement. Par exemple, supprimer les subventions a réduit l’utilisation des engrais. Cette suppression a permis l’émergence de nouvelles activités agricoles comme le tourisme rural qui nécessite une gestion accrue de l’environnement.

Ce que les agriculteurs américains doivent en retenir est que la fin des subventions doit être vue comme une opportunité, pas une fatalité. Après la fin des subventions, aucun doute que les agriculteurs américains prouveront qu’ils sont des entrepreneurs doués en innovant de multiples façons comme les agriculteurs néo-zélandais l’ont fait. Et nous supposons que – comme les agriculteurs néo-zélandais – les agriculteurs américains seront fiers de leur nouvelle indépendance et n’auront aucun intérêt à recommencer à vivre aux dépens du contribuable.

C’est le bon moment pour l’Amérique d’engager des réformes à la néo-zélandaise car les prix des matières premières sont élevés et que les finances des exploitations agricoles se portent relativement bien. Il est vrai que les conditions météorologiques et les marchés créent des hauts et des bas pour l’agriculture, mais sur le long terme, la croissance de la population mondiale signifie une plus grande demande en produits agricoles. Certaines personnes prétendent que l’Amérique a besoin de subventionner parce que d’autres pays le font. Mais l’agriculture non-subventionnée de la Nouvelle-Zélande est mondialement compétitive avec 90% de sa production exportée.

L’arrêt des subventions à l’agriculture en Nouvelle-Zélande a donné naissance à une économie rurale dynamique, diversifiée et croissante, et a discrédité le mythe selon lequel l’agriculture ne peut vivre sans subvention. Alors au lieu de faire payer la facture aux contribuables qui ne peuvent plus se le permettre, il est temps pour le Congrès américain de faire machine arrière et d’envisager une alternative qui a fait ses preuves : l’économie de marché.

—-
Article original titré In New Zealand, Farmers Don’t Want Subsidies, publié sur le Huffington Post le 17.07.2012.
Traduction : Xelectro/Contrepoints.

  1. il n’y a pas que les agriculteurs qui recherchent les subventions aux US et en Europe, les industriels aussi. Depuis la mise en place des subventions, Agrial n’a cessé d’augmenter ses parts de marché, aujourd’hui l’industrie possède 70%, merci la PAC

  2. « Une plus grande efficacité de la production agricole néo-zélandaise s’est traduite par une meilleure gestion de l’environnement. Par exemple, supprimer les subventions a réduit l’utilisation des engrais ». Un peu simpliste comme argument: le fait est que l’arrêt des subventions a fait baisser les prix et donc , incité les agriculteurs à optimiser leurs productions. En Europe, même phénomène à partir du début des années 90 où l’on a constaté une baisse des intrants en production végétale (engrais et phyto) lorsque les prix d’intervention ont baissé significativement. Avec la hausse observée des cours ces dernières années, les quantités d’intrants ont tendance à repartir à la hausse, même en NZ.

  3. Chuuuut, ne dites pas ça, les contribuables risquent de le savoir ! #PrintempsFrançais

Les commentaires sont fermés.