La redistribution favorise-t-elle la croissance ?

La plupart des pays riches ont atteint ou excèdent le seuil de redistribution néfaste pour la croissance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
growth-inequality

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La redistribution favorise-t-elle la croissance ?

Publié le 22 mars 2014
- A +

Par Le Minarchiste, à Montréal

growth-inequality

Une étude publiée en février 2014 par le FMI (Ostry, Berg, Tsangarides ou OBT 2014) fait jaser depuis quelques semaines puisqu’elle vise à démontrer que les inégalités nettes de revenus ont un effet négatif sur la croissance économique, mais pas la redistribution jusqu’à un certain seuil.

Leur hypothèse est que les inégalités élevées engendrent de l’instabilité politique qui nuit au climat d’investissement, et que la précarité des pauvres (mauvaise santé et éducation) les rend  indisponibles comme main d’oeuvre aux entreprises, et les empêche d’obtenir le capital pour démarrer une petite entreprise. Ces effets pervers auraient un impact négatif sur la croissance économique à moyen terme.

L’innovation principale de l’étude est d’être la première à utiliser les données du professeur Frederick Solt de l’Université de l’Iowa, qui a compilé les coefficients Gini avant et après redistribution pour de nombreux pays (153) et sur une longue période (1960-2010). Ainsi, plutôt que de mesurer la redistribution par les niveaux de taxation ou encore par les dépenses gouvernementales, OBT ont utilisé la différence entre le Gini de marché (avant redistribution) et le Gini net (après taxes et transferts). Ainsi, pour un pays dont le Gini brut est de 40 et le Gini net de 32, le niveau de redistribution serait de 8. Plus un coefficient de Gini est élevé, plus les revenus sont répartis de manière inégale dans la société.

Cependant, bien qu’étant intéressante, cette méthode a une grande faiblesse : elle ne tient pas compte des transferts en « nature » qui sont aussi une forme de redistribution. Au Québec, on pourrait penser à l’éducation gratuite, à l’assurance-maladie gratuite et à l’électricité subventionnée entre autres. C’est pour cette raison que la mesure utilisée par OBT n’est corrélée que de 42% à 70% avec les mesures plus traditionnelles de redistribution (tableau 1). Selon moi, c’est un talon d’Achille pour cette étude…

obt_1

Sur ce graphique, on compare le Gini de marché (brut) au Gini net. Si un point est sur la ligne rouge, c’est que ses Gini brut et net sont égaux, donc qu’il n’y a aucune redistribution. Plus un point est éloigné en bas de la ligne rouge, plus le niveau de redistribution est élevé. Ce que les auteurs observent est que plus un pays a un Gini brut élevé (donc fortes inégalités de marché), plus la redistribution sera accentuée (donc plus faible inégalités nettes), c’est-à-dire que plus un point est à droite, plus il aura tendance à être éloigné de la ligne rouge. Autrement dit, les pays qui redistribuent le plus sont ceux où les inégalités de marché sont les plus élevées. Cette trouvaille n’est pas surprenante pour moi puisque le même phénomène est observable au sein des provinces canadiennes (ici).

obt_2

Dans leur premier modèle, les auteurs observent l’impact des inégalités et de la redistribution sur la croissance moyenne de 5 ans. Ils trouvent que les inégalités nettes ont un impact significativement négatif sur la croissance, mais pas la redistribution. Ils donnent en exemple que selon leur modèle, un pays passant d’un Gini net de 37 (États-Unis) à 42 (Gabon) verrait sa croissance annuelle chuter de 0.5% en moyenne. D’autre part, une augmentation du niveau redistribution du 50e percentile au 60e percentile n’aura aucune effet significatif sur le taux de croissance.

Dans leur second modèle, OBT se concentrent sur la durée en années des périodes consécutives de croissance de plus de 2% par année (ou « growth spells »). Ces périodes doivent durer au moins 5 ans et la croissance observée doit être plus élevée que les années précédentes. Les auteurs préfèrent ce modèle car selon eux il mesure mieux une situation de croissance saine et soutenable. Ils ont découvert que les inégalités avaient un effet significativement négatif sur la durée de ces périodes de croissance. La redistribution n’a pas d’impact significatif, sauf lorsqu’elle atteint plus de 13 points de Gini. Au-delà de ce seuil, la redistribution a un effet négatif sur la croissance encore plus grand que les inégalités.

Les figures 4 et 5 présentent les résultats sous forme de nuages de points. À gauche, on voit la relation entre inégalités nettes et croissance (haut) et redistribution et croissance (bas). À droite, on voit la relation entre les inégalités nettes et la durée des périodes de croissance (haut) et la redistribution et la durée des périodes de croissance (bas).

obt_3

La figure 7 ci-dessous est très intéressante puisqu’elle montre où se situent les pays les plus populeux de l’échantillon en fonction de leur Gini brut et net. La ligne pointillée représente un niveau de redistribution de 13 points de Gini, donc la limite à ne pas franchir pour ne pas nuire à la croissance (selon le modèle d’OBT). On constate que les pays riches de l’échantillon (sauf le Bangladesh) sont près ou en bas de cette ligne, ce qui signifie que la redistribution y est soit suffisante, soit excessive. L’Espagne, le Japon et la Corée sont les seuls pays riches près de la ligne pleine (peu de redistribution).

obt_4

Conclusion

Plusieurs médias « mainstream » (dont Radio-Canada ici) ont saisi cette étude au vol, ne lisant que le résumé pour le transformer en un titre sensationnaliste et en un outil de polarisation politique, sans toutefois entrer dans les détails de la méthodologie et des résultats.

Pourtant, quand on prend le temps de lire l’étude en entier, on constate que la plupart des pays riches ont atteint ou excèdent le seuil de redistribution identifié par les auteurs comme étant néfaste pour la croissance. Ainsi, pour un pays comme la France ou l’Allemagne, cela signifie qu’ils devraient plutôt réduire les impôts et diminuer les transferts sociaux pour favoriser une meilleure croissance économique. Le Canada est bien près de la ligne de 13 points de redistribution et, sans toutefois disposer du chiffre exact, le Québec est assurément bien en bas de ligne, donc cette étude n’apporte aucun soutien à ceux qui croient qu’une plus grande redistribution serait bénéfique au Canada (elle serait sans doute négative).

En fait, les pays qui, selon les auteurs, devraient distribuer davantage sont la Colombie, le Pérou, le Chili, le Brésil et l’Équateur, pour ne nommer que ceux-là. Cela m’amène à questionner les variables de contrôle utilisées par OBT. La croissance est possiblement (voire assurément) explicable par des facteurs autres que les inégalités nettes de revenus. Certains des pays à inégalités nettes élevées et à faible redistribution auraient peut-être davantage besoin d’une meilleure gouvernance politique, d’une meilleure protection des droits de propriété, d’un climat plus favorable à la création d’entreprises et à l’investissement, qui sont des facteurs favorables à la croissance économique et qui de plus contribuent à une meilleure répartition de la richesse dans la société. Leur exclusion de la spécification rend l’étude plutôt inutile.

Prétendre que la croissance économique du Nigéria s’améliorerait s’ils augmentaient les taxes pour redistribuer la richesse relève de la pensée magique. Les gouvernements de la plupart des pays ayant un Gini net supérieur à 40 sont kleptocratiques, corrompus, irresponsables et exercent trop d’influence sur l’activité économique. Leur mettre plus de revenus de taxation dans les poches ne serait certainement pas souhaitable. Notez que l’étude d’OBT utilise une variable de contrôle qui mesure le niveau de démocratie des pays basé sur les données Polity IV. Je ne considère pas que cette variable soit une mesure acceptable de la qualité des institutions d’un pays, elle ne fait que mesurer si le gouvernement est plus ou moins démocratique ou autocratique.

L’utilisation d’une mesure de redistribution incomplète (i.e. l’écart entre Gini brut et Gini net) pose selon moi des problèmes majeurs, mais mène toutefois à des résultats intéressants, à condition de bien les interpréter. Par ailleurs, selon plusieurs études, l’impact des impôts est définitivement négatif pour la croissance. Ceci étant dit, un gouvernement n’a pas nécessairement besoin de hausser les impôts pour redistribuer davantage. Il peut aussi couper dans sa bureaucratie et redéployer le budget vers les transferts sociaux. Une telle politique serait probablement neutre ou positive pour la croissance.

Finalement, j’ai beaucoup de réserves quant à l’utilisation d’un échantillon si hétérogène, comparant des pays du Tiers-monde avec des pays riches. D’ailleurs, l’affirmation des auteurs sur les États-Unis et le Gabon (citée plus haut) est risible et montre à quel point cette étude doit être prise avec un immense grain de sel…

En somme, je pense que cette étude soulève des éléments empiriques intéressants sur la relation entre la croissance économique, les inégalités et la redistribution. Je crois cependant que ces résultats doivent être interprétés de manière très prudente et être approfondis davantage avant de tirer des conclusions plus formelles, c’est d’ailleurs ce que les auteurs suggèrent.

À noter que les auteurs ont inclut The Spirit Level dans leur bibliographie…ce qui est bizarre vu la faiblesse méthodologique de cet ouvrage…

hec_province_inequality
—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • La redistribution ne vise pas à répartir les richesses mais à concentrer toujours plus de pouvoir dans les mêmes mains politiciennes, aux dépens des marchés et des capitaux libres. La redistribution, derrière son apparente générosité, rend les populations dépendantes du pouvoir politique. Elle est en réalité un outil de corruption de masse au service du totalitarisme politique des Etats obèses, institutions par nature mafieuses. La redistribution est l’autre visage de la pauvreté et du chômage de masse.

  • la redistribution favorise le parasitisme, la fainéantise, le jemenfoutisme, et la dépression chez les gens travailleurs et capables !

    aprés cela, on peut toujours se reposer la question si ces activitées  » favorise la croissance  » ?

  • Le problème est lorsque la redistribution passe par les mains baladeuses de l’état qui prend largement sa « commission » dessus. Plus un état a de capitaux, plus il a de pouvoir pour asservir les citoyens. Quand on voit que 92% des français ne font pas confiance aux politiciens, on se dit qu’il est temps de changer de modèle.

    • La vraie distribution est celle réalisée par le marché libre. Elle fonctionne tellement bien qu’elle ne nécessite aucune intervention des politiciens. Mais être socialement inutiles, hors du jeu gagnant-gagnant profitant à chaque honnête citoyen consentant, ne convient pas aux parasites improductifs qui vivent du marché politique et profitent gratuitement des efforts des autres grâce au vol fiscal. C’est pourquoi ils ont inventé cette chimère économique qu’est la (re)distribution, en mentant effrontément aux populations, notamment avec les statistiques sur les inégalités.

      • aujourd’hui, nous avons fait fonctionner le marché libre, moi et mon acheteur de bois de feu, un brave homme qui m’a acheté deux stères de bois pour faire fonctionner sa cheminée: nous somme tombé trés facilement d’accord sur le prix de 50 euro le stère de bois bien sec, coupé en morceaux prés à etre brulé. ce monsieur, qui n’est pas sot, à pu vérifier facilement sur le bon coin ou sur d’autre sites d’annonces gratuites que le prix proposé était correct.
        l’état n’a rien eu à voir dans la transaction, et c’est tant mieux: c’est du temps de gagné pour tout le monde et aussi de l’argent: libre à moi d’en épargner une partie, ou dans donner une autre partie à quelqu’un de mon entourage que je sens etre dans le besoin.
        quand au chomeur qui se plaindrais de ne pas avoir son du, il peut s’acheter une tronçonneuse pour moins de 1000 euros et une coupe de bois pour trois franc six sous dans ma région.

        • il n’ y a pas de prix correct, il y a un prix si il y a transaction non?

        • Quoi, un marché qui échappe à la taxe?
          Je sens que cela va finir par des taxes prohibitives sur les tronçonneuses! 🙂
          On va motiver que cela n’est pas bien pour ces pauvres arbres.

          Allez, une bordée de ricanements…

  • La redistribution par l’Etat est destructrice de richesse pour plusieurs raisons : 1/ la mauvaise gestion car la bonne gestion est impossible vu que l’état est en situation de monopole
    2/ ne pas oublier que si l’argent n’avait pas été redistribué par l’état il aurait été dépensé par des particuliers. Donc il aurait fait fonctionner l’économie, travailler les coiffeuses, les peintres, permis des investissements via la bourse ou la banque etc.
    3/ les faits : aujourd’hui plus de 50% des revenus sont gérés par l’état et il y a encore des pauvres : preuve par l’absurde que la redistribution ne marche pas
    4/ la perte d’information, car l’état gère tout au niveau central, et ne connait pas les besoins spécifiques et locaux : ses actions sont toujours arbitraires, les allocations ne vont pas aux bonnes personnes etc., ce qui fait qu’il y a des projets inutiles et du gaspillage par rapport à si chacun gardait son argent et le dépensait comme il voulait
    5/la phobie administrative : la perte de temps considérable prise pour comprendre la réglementation et à échapper à l’impôt à mesure qu’il devient excessif
    6/l’effet d’éviction, pour 1 euro d’impôt prélevé, les gens vont passer autant de temps a essayer d’obtenir la subvention correspondante, et ce temps ne sera plus disponible pour des vrais projets productifs dans l’économie réelle
    7/ effet Laffer : trop d’impôt tue l’impôt : démotivation produire si l’impôt est excessif

    –> pour un euro prélevé, il y a 2 euros détruits environ pour l’économie réelle (en tendance)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxation des superprofits, blocage des prix, contrôle des loyers…

À droite comme à gauche, la pensée magique s’est substituée au raisonnement économique, et le populisme étatiste semble désormais innerver l’intégralité d’un débat public parasité par les passions les plus diverses. Pourtant, au nom de la lutte contre la paupérisation, toutes les politiques publiques ne se valent pas, loin de là.

L’économiste Thomas Sowell rappelle dans Basic Economics (Basic Books, 2015) que sur le sujet comme ailleurs, il faut bien distinguer le... Poursuivre la lecture

Laetitia Strauch-Bonart
1
Sauvegarder cet article

Cet essai de Laetitia Strauch-Bonart, rédactrice en chef au journal Le Point, vient utilement alimenter le débat sur ce qui caractérise l’évolution historique vers la France d’aujourd’hui, tout en posant un diagnostic approfondi et des réflexions d’avenir quant aux voies à emprunter pour espérer s’engager vers de meilleures orientations.

Suite et fin de notre premier volet…

 

Inégalités à la française et incivisme

Loin de l’obsession égalitariste des Français, invalidée par les chiffres et les faits, les vraies inéga... Poursuivre la lecture

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles