Vladimir Volkoff (2/2) : Une réflexion vive et très pertinente sur le sens de la démocratie

Volkoff 2

Démocratie et liberté ne sont pas synonymes : le pouvoir au peuple n’est pas le pouvoir aux individus. Vladimir Volkoff le montre avec brio dans « Pourquoi je suis moyennement démocrate ».

Par Johan Rivalland.

Volkoff 2Ce petit ouvrage très court n’en est pas moins profond, autant que l’est son auteur par son oeuvre. Malheureusement disparu aujourd’hui, il fait partie des grands intellectuels de notre temps.

Vladimir Volkoff examine ici, avec un regard critique et beaucoup de justesse, les fondements de la démocratie et se pose la question des défauts, dangers et insuffisances qui en sont inhérents.

En 21 titres explicites, il précise sa pensée et explique les raisons qui lui font penser que ce système démocratique est loin d’être celui dont les nobles principes dissimulent en réalité une grande part d’illusion.

La démocratie, une nouvelle religion ?

Vladimir Volkoff compare, de fait, la démocratie à une nouvelle religion, tant celle-ci est aujourd’hui considérée comme la seule voie de salut. Ce qui revient à nier le fait que d’autres formes de gouvernement aient pu mener à des progrès de la liberté et de la société en général.

Pire encore, « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple », dans sa conception idéaliste néglige le fait que tous les totalitarismes et fascismes sont issus de la démocratie elle-même, alors qu’ils sont présentés de manière habituelle comme ses antonymes.

L’idéal populaire du communisme en témoigne, lui qui a abouti aux plus grandes tyrannies.

 Selon cette philosophie de la démocratie, « (…) tout ce que veut le peuple est bon par définition. Si le peuple veut la chasteté des mœurs, elle est bonne ; si on veut le relâchement, il est bon. S’il veut la paix, c’est parfait ; s’il veut la guerre, c’est parfait aussi. S’il veut détruire les autres peuples, c’est son droit ; s’il veut se détruire lui-même, grand bien lui fasse. Voudrait-il, comme l’écrit Jean Madiran, « décréter juste l’injuste, bien le mal, interdire le licite, obligatoire le monstrueux, et retoucher dans ce sens jusqu’à la Constitution : il n’y a contre cette volonté populaire aucun recours démocratiquement légal ni légitime ». C’est la démocratie moderne ».

Lorsqu’on sait la très faible avance que peut avoir une majorité et surtout son caractère changeant en fonction de multiples paramètres, on peut effectivement s’interroger de bon droit, sans pour autant devoir être assimilé de manière réductrice à un adversaire de la démocratie.

Liberté et démocratie

Ainsi, un pays comme la France, reconnu comme démocratique, n’est-il par exemple pas très bien classé dans les études s’intéressant au degré de liberté individuelle dont disposent ses habitants. En revanche, nombreux sont les auteurs à citer, entre autres, Hong-Kong ou le Chili comme des pays où règne un degré relativement élevé de liberté individuelle, alors même qu’il s’agit de régimes autoritaires (par opposition à démocratiques) ou qui l’ont été encore récemment.

Pour prolonger le raisonnement, on peut citer Pascal Salin (voir son ouvrage « Libéralisme »), énonçant l’idée suivante :

« En fait, et contrairement à l’idéologie social-démocrate courante, la liberté et la démocratie ne sont pas la même chose. Nous devons nous débarrasser du préjugé habituel et dominant selon lequel le degré de démocratie est le critère unique pour évaluer le fonctionnement d’une société ou même d’une organisation quelconque. Le problème de la démocratie concerne en effet uniquement l’organisation du « gouvernement », dans la mesure où il existe… A la limite, si un État n’a strictement aucun pouvoir, il importe peu qu’il soit ou non démocratique. »

De nombreux exemples, là encore, permettraient d’illustrer cette affirmation. Et il serait tout à fait illusoire de considérer que le seul suffrage universel soit une garantie de liberté pour les individus. Rien n’indique que le pouvoir, une fois conquis, sera exercé de manière satisfaisante ; les exemples abondent, hélas, pour prouver le contraire. À l’inverse, de nombreuses périodes de l’Histoire ont été florissantes sur de très nombreux plans, notamment artistique, grâce à un contexte de très grande liberté et ce, sous des régimes non démocratiques.

Comme le remarque, pour conclure, Jean-François Revel,

« d’un point de vue statistique, et à moins de confondre jugement de fait et jugement de valeur, on ne peut tenir pour normales les démocraties et pour déviants et anomiques des régimes ou activités qui ont façonné, en pratique, le monde contemporain beaucoup plus que ne l’ont fait les démocraties ».

Il note, par ailleurs, que le pouvoir judiciaire était beaucoup plus indépendant de l’exécutif avant 1789 qu’après, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on parle de respect des droits, et donc de liberté.

— Vladimir Volkoff, Pourquoi je suis moyennement démocrate, Éditions du Rocher, avril 2002, 100 pages.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.