Sarkozy encore écouté

Ecoutes Sarkozy (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints174 Sarkozy

C’est un scandale ! (d’État). Sarkozy, le coupable, a osé répondre à ses légitimes bourreaux issus directement des tricoteuses de la guillotine. J’ai déjà été, par le passé, obliger d’en parler, étant un spécialiste renommé (dans mon bourg breton) des turpitudes socialistes (pléonasme). La presse subventionnée s’émeut, y a-t-il atteinte à la sécurité de l’État, curieusement confondu par Ayrault avec la République ?

Résumons : sur un très vague soupçon de financement khadafien, l’ex président de la dite République est mis sur écoute depuis un an. Jusqu’ici, rien de nouveau à ce sujet (personnellement, je trouve évident que Khadafi a refilé de l’argent dans des valises à Takhiédine pour être sûr de se faire attaquer par Sarko ensuite). Le juge en profite pour enregistrer 280 heures de discussions sur les dessous de l’affaire Bettencourt (et probablement de la lingerie coquine de Carlita, tant qu’on y est), en toute légalité nous rassure Mme Taubira, qui s’y connaît.

Le secret sacré de l’instruction permet de distiller des phrases hors de leur contexte à des médias complaisants, soucieux de respecter la liberté de l’information orientée et de violer le secret sus-dit. Et cette presse garantit qu’il y aurait des choses louches. Un avocat général bavard, un avocat tout court qui traite les juges de « bâtards » (Il exagère, la plupart ont été élevés par d’honnêtes parents putatifs rouges) sont désignés d’office. La gauche s’indigne, les syndicats de magistrats sont reçus à l’Élysée, mais aussi les bâtonniers-avocats qui sont tout rouges d’indignation. Tout le monde est rouge dans cette affaire. Devant les Français, en direct, la ministre de la Justice ment. Bref, Sarko contre-attaque, surprend tout le monde et accuse un acharnement, des écoutes illégales, des méthodes à la Stasi. Hou, il re-met la République en danger.

Je pourrais continuer longtemps, mais il me vient à l’esprit que le seul présumé(?) coupable dans cette saga, c’est l'(ex) Président de la République, premier personnage de la République, élu par le Peuple qui est accusé des pires actes et intentions, parce qu’il a remis en question l’honnêteté de ceux-là mêmes qui la lui refusent, pour des raisons jusqu’ici plus idéologiques que concrètes. Des juges accusent et refusent d’être accusés, refusent l’idée de collusion avec le Pouvoir hollandiste qu’ils prêtent à l’ex-Président. Eh bien je me permets à mon tour de douter de l’intégrité, de l’impartialité de ces juges, parce que je suis historien et que ma mémoire est encombrée de souvenirs depuis la IIIème République jusqu’à aujourd’hui. Et j’attends des preuves, non pas quelques phrases interprétées à charge. Parce que si un Président est coupable, c’est toute l’Institution qui en pâtit. S’il est innocent, c’est toute la gauche fétide qui le paiera en 2017, et on le sait à l’Élysée, qui s’affole et insulte, mauvais signe.