Comment la loi Hamon va faire augmenter le montant de vos primes d’assurance

Sous des objectifs affichés de protection du consommateur, la loi Hamon fera augmenter le montant moyen de la prime d’assurance.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment la loi Hamon va faire augmenter le montant de vos primes d’assurance

Publié le 21 mars 2014
- A +

Par Simon Le Grill.

Benoît Hamon, ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire et à la Consommation.
Benoît Hamon, ministre délégué à l’Économie sociale et solidaire et à la Consommation.

 

Le 3 mars 2011, l’association Test-achats (www.test-achats.be) obtenait gain de cause devant la Cour de Justice de l’Union Européenne. En effet, à partir du 21 décembre 2012, le sexe ne pouvait plus être utilisé par un assureur comme critère de tarification. La conséquence directe de cette décision c’est la montée du prix des primes d’assurances santé, automobile et vie des femmes, afin de les aligner sur les prix de celles des hommes.

Tarification d’une prime d’assurance

Plusieurs paramètres influent sur le montant d’une prime d’assurance. C’est essentiellement : la sinistralité des années antérieures (intensité et fréquence des sinistres), les frais de l’assureur, ainsi que les taxes. Depuis le dit arrêt de la CJUE, le sexe d’un assuré n’est plus un motif pour justifier d’une tarification différente.

Pourtant, dans certaines branches, notamment la vie, la santé, l’automobile, statistiquement, la sinistralité des femmes était moins importante que la sinistralité des hommes. Cela se répercutait sur le montant des primes par une différence de tarif au profit des femmes. Sous couvert d’égalité homme-femme et de défense de droit des consommateurs, l’association belge n’a en réalité fait qu’augmenter artificiellement le montant de la prime d’assurance des assurés femmes.

La démarche de Benoit Hamon est comparable. Si la loi du 17 mars 2014 ouvre de nouveaux droits aux assurés, elle impose surtout aux assureurs de nouvelles pratiques. L’ensemble de ces pratiques ayant un coût, nécessairement payé in fine par les assurés.

Nouveau droit unilatéral de résiliation du contrat d’assurance

La loi du 17 mars 2014, prévoit, un nouvel article L.113-15-2 au Code des assurances qui dispose ainsi : « Pour les contrats d’assurance couvrant les personnes physiques en dehors de leurs activités professionnelles et relevant des branches définies par décret en Conseil d’État, l’assuré peut, à l’expiration d’un délai d’un an à compter de la première souscription, résilier sans frais ni pénalités les contrats et adhésions tacitement reconductibles. La résiliation prend effet un mois après que l’assureur en a reçu notification par l’assuré, par lettre ou tout autre support durable. »

L’assuré se voit ouvrir un droit à résiliation après un délai d’exécution d’un an. L’assuré disposait déjà de cinq cas d’ouverture au droit unilatéral de résiliation hors échéance sur le fondement de l’article L.113-16 du Code des assurances. Ici, il s’agit après un an, d’instaurer un déséquilibre total dans l’exécution du contrat d’assurance. En effet, l’assureur se retrouve désormais totalement soumis à la discrétion de l’assuré de poursuivre ou non l’exécution du contrat.

Conséquences idéologiques

Dans un premier temps, il faut noter l’aberration idéologique. Même si le droit du contrat d’assurance est exorbitant du droit commun des obligations, le droit des contrats français est (était) fondé notamment sur le concept éminemment libéral de l’exécution de ses engagements. Ici, il n’en est plus rien, c’est comme si Benoit Hamon et l’ensemble des parlementaires qui ont voté la loi s’étaient employés collectivement à passer au rouleau compresseur le peu d’héritage libéral qui nous restait de la révolution française.

Mais les conséquences sont bien loin de n’être qu’idéologiques. Conférer à l’assuré un droit unilatéral de résiliation c’est sanctionner la moindre erreur de relation-client par la résiliation d’un contrat.

Successions de non sens économiques

C’est une sanction à craindre pour l’assureur comme pour l’assuré. En effet, les études sur la distribution des produits d’assurance, notamment celles du MEDI (Monitoring European Distribution of Insurance) démontrent qu’aujourd’hui, sur un marché concurrentiel, saturé et volatil comme celui de l’IARD (Incendie Accident et Risques Divers ; assurance non-vie) du particulier, le coût d’acquisition moyen d’un contrat d’assurance est de  80 euros pour les distributeurs d’assurance traditionnels (Mutuelles, Agents Généraux, Courtiers) pour une prime moyenne annuelle de 500 euros. Le coût d’acquisition double et passe à 160 euros pour un distributeur exclusivement présent sur le net tel Direct Assurance avec seulement 5% de clics transformés en devis et seulement 20% de devis transformés en contrats.

Concrètement, cela signifie qu’en moyenne, le contrat d’assurance est rentable pour un assureur seulement trois ans après la date anniversaire de la première souscription. Les assureurs et les intermédiaires en assurance vivent donc grâce à leur portefeuille et non pas aux affaires nouvelles réalisées. En conséquence, un assuré rentable n’est pas un assuré jeune, riche et n’ayant pas de sinistre. Un assuré rentable est un assuré avec un maximum de contrats, le plus longtemps possible, chez le même assureur.

Nouveau droit, nouveaux frais

Ouvrir à l’assuré un droit de résiliation unilatéral hors échéance est donc un parfait non sens économique. Un assuré qui résilie souvent, c’est un assuré toujours nouveau, et donc un assuré jamais rentable pour son assureur. C’est donc un assuré qui ne sera jamais en mesure de négocier à la baisse le prix de sa prime d’assurance.

Pour l’assureur, ce nouveau droit unilatéral de résiliation entraine des conséquences dans la gestion des contrats. Cela nécessite de mettre en œuvre de nouveaux moyens (financiers, humains) afin d’être en mesure de traiter ces nouvelles résiliations. C’est une charge de travail sans espoir de dégager de la valeur ajoutée. L’ensemble de ces coûts participe de l’augmentation des frais généraux, frais répercutés nécessairement sur les primes des autres assurés.

Le nouvel article L.113-15-2 du Code des assurances va plus loin et précise que : « Le droit de résiliation prévu au premier alinéa est mentionné dans chaque contrat d’assurance. Il est en outre rappelé avec chaque avis d’échéance de prime ou de cotisation. »

L’avis d’échéance est déjà l’objet d’un contentieux dense en droit de l’assurance au sujet de l’exigibilité de la prime. En effet, même si l’article R.113-4 du Code des assurances oblige l’assureur à envoyer un avis d’échéance pour aviser l’assuré du montant de la prime dont il est redevable, la première chambre civile a précisé le 2 juillet 1974 que l’assureur n’était pas obligé de se réserver une preuve de l’envoi de l’avis.

Le nouvel article L.113-15-2 du contrat d’assurance exige pourtant que soit envoyé avec l’avis d’échéance le rappel du nouveau droit unilatéral de résiliation de l’assuré. Le zèle du législateur pour délier à tout prix l’assuré de ses engagements pourrait bien conduire le juge judiciaire à contrôler l’exécution de l’envoi de l’avis d’échéance ainsi que l’information sur le nouveau droit de résiliation.

Le seul envoi d’un nouveau document dans les avis d’échéance est générateur de coûts pour n’importe quelle entreprise (élaboration, édition du document, vérification du grammage, réorganisation du service courrier etc.). Si au seul envoi du document s’ajoute la constitution de la preuve de l’envoi par l’assureur, alors les coûts liés à ce nouvel envoi seront d’autant plus significatifs au moment de leur répercussion sur les primes.

L’augmentation future des primes d’assurance se poursuit avec le troisième alinéa, du nouvel article L.113-15-2 du Code des assurances qui dispose ainsi : « Lorsque le contrat est résilié dans les conditions prévues au premier alinéa, l’assuré n’est tenu qu’au paiement de la partie de prime ou de cotisation correspondant à la période pendant laquelle le risque est couvert, cette période étant calculée jusqu’à la date d’effet de la résiliation. »

Bien que le nouveau droit de résiliation soit assez absurde, les effets de cette résiliation sont plutôt bien envisagés par la loi. L’assuré n’est débiteur du montant de sa prime que pour la durée antérieure à la date de résiliation. Si le juriste trouvera la solution parfaitement normale et logique, le sang de l’actuaire ne fera qu’un tour. En effet, les primes sont calculées annuellement. Pour autant, le coût de la promesse d’indemnisation de l’assureur varie considérablement d’un mois à l’autre sur l’année. En effet, la sinistralité est beaucoup plus forte à certaines périodes. Le nouveau droit de résiliation va permettre à certains assurés de ne payer qu’une fraction de la prime annuelle tout en étant garanti sur une période où la sinistralité est la plus intense. Dès lors, les tarifs des primes vont être déconnectés de la période de garantie. C’est un défi de plus à relever pour les actuaires.

Enfin, une question demeurait avec la loi Hamon, c’était celle de savoir si le nouveau droit de résiliation serait d’application en cas de contrat d’assurance de responsabilité civile automobile. En effet, les sinistres de responsabilité civile automobile sont les plus chers et se chiffrent en millions d’euros par victime, voir dizaines de millions d’euros. Le problème sous-jacent d’un droit de résiliation unilatéral en responsabilité civile automobile était l’absence de garantie d’un assuré qui aurait résilié son ancien contrat sans en avoir trouvé de nouveau ou sans faire concorder les périodes de garanties des deux contrats.

Le nouvel article L.113-15-2 résout la question de la façon suivante : « Pour l’assurance de responsabilité civile automobile (…) le nouvel assureur effectue pour le compte de l’assuré souhaitant le rejoindre les formalités nécessaires à l’exercice du droit de résiliation dans les conditions prévues au premier alinéa du présent article. Il s’assure en particulier de la permanence de la couverture de l’assuré durant la procédure. »

La loi Hamon fait naître sans la volonté ni de l’assureur ni de l’assuré un contrat de mandat afin que le nouvel assureur réalise les démarches nécessaires auprès de l’ancien assureur pour la résiliation. Encore une nouvelle prestation imposée aux assureurs dont le coût va nécessairement être répercuté sur les primes.

Sous des objectifs affichés de protection du consommateur, finalement la loi Hamon aura une conséquence principale : faire augmenter le montant moyen de la prime d’assurance. Certains assurés étaient déjà menacés par une augmentation des primes du fait des exigences de solvabilité du traité Solvency II. L’objectif affiché sur le site du ministère de la consommation est pourtant de « permettre au consommateur de pouvoir résilier ses contrats d’assurances automobile et habitation dès qu’il le souhaitera après une première année. Cette flexibilité permettra de mieux faire jouer la concurrence et contraindra les assureurs à adopter une politique tarifaire plus raisonnable. » C’est visiblement l’exact contraire qui s’annonce.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Vous oubliez juste que les assurances respectent à peine la loi Chatel. Et que lorsqu’il s’agit de vous rembourser un sinistre, il n’y a souvent plus personne.
    Lors de mon dernier sinistre moto, ils ont été jusqu’à mentir sur le code de la route pour me refuser une indemnisation ! Heureusement que j’ai dans mes amis un CRS motard de la PN qui a rétabli le droit !
    Conclusion, je n’étais pas en tort ! du coup, ils ont doublé la base de ma prime, ne pouvant pas toucher à mon bonus de 50% depuis plus de 10 ans.
    Alors, on ne va pas pleurer sur les assurances. Et ils augmentent les prix, on changera de plus en plus souvent. Et on trouvera toujours un moins cher.
    S’ils ne comprennent rien au service client, ils en crèveront.

    • J’ai eu un cambriolage et deux accidents de voiture dont un non responsable et je n’ai jamais eu de soucis avec mon assurance. C’est comme tout, ça va dépendre des agences et de la personne que vous avez en face.

    • Pareil, je déclare même pas les accidents, même quand je ne suis pas responsable. ça coûte moins cher de payer cash les réparations que de se manger un malus pour des remboursements in fine pourris.

      J’avais testé l’assurance vol de la macif, et bien j’ai payé plusieurs fois la valeur de mon véhicule, et quand on me l’a piqué, j’ai eu de quoi me payer un mars.

      Les assurances, c’est de la merde.

  • Bonjour,

    je n’arrive pas à mettre la main sur les rapports ou le site du MEDI auquels il est fait référence.

    Auriez-vous les liens ?

    Merci d’avance.

  • Aujourd’hui j’ai la célèbre phrase de Thérèse qui vient directement du père Noël est une ordure.

    J’adapte celle ci à tous les minustres en place (sans distinction de sexe, exception faite de Taubira (pas possible))

  • alors là, les bras m’en tombent….. mais nous voilà prévenus…. les tarifs assurances vont augmenter sauf que tous les arguments de cet article ne tiennent pas :
    • Conférer à l’assuré un droit unilatéral de résiliation c’est sanctionner la moindre erreur de relation-client par la résiliation d’un contrat. (ALORS LA ? ou est le problème ? pour une fois que nous client avons un moyen de pression ….),
    • Les assureurs et les intermédiaires en assurance vivent donc grâce à leur portefeuille et non pas aux affaires nouvelles réalisées. (j’en doute !!! les prix d’appel intéressants et les propositions de prises en charge des démarches sont là pour prouver le contraire, si ce n’était pas rentable, les assureurs ne proposeraient pas ce travail supplémentaire pour eux) En conséquence, un assuré rentable n’est pas un assuré jeune, riche et n’ayant pas de sinistre. Un assuré rentable est un assuré avec un maximum de contrats, le plus longtemps possible, chez le même assureur. (çà oui, c’est sûr, une augmentation de 5 à 10 % chaque année est quand même plus rentable )
    un assuré jamais rentable pour son assureur. C’est donc un assuré qui ne sera jamais en mesure de négocier à la baisse le prix de sa prime d’assurance. ( faux !, archi faux ! RESTER CHEZ LE MEME ASSUREUR DES ANNEES DURANT, c’est voir ces primes augmenter allègrement de 5 à parfois 10 % chaque année, résilier tous les deux ans et prendre de nouveaux contrats, c’est avoir systématiquement les prix d’appels – ce que je fais depuis longtemps déjà et encore récemment)
    • La loi Hamon fait naître sans la volonté ni de l’assureur ni de l’assuré un contrat de mandat afin que le nouvel assureur réalise les démarches nécessaires auprès de l’ancien assureur pour la résiliation. Encore une nouvelle prestation imposée aux assureurs dont le coût va nécessairement être répercuté sur les primes. (mais, c’est DEJA ce que proposent les assureurs pour avoir de nouveaux clients !!!!)

  • Bizarre.
    Je veux bien qu’on critique Hamon et les nouvelles obligations, parce que la loi s’immisce dans la relation contractuelle, et que c’est mauvais.
    Mais là, emporté par votre élan, ce n’est pas ce que vous faites. Vous critiquez la loi en raison de ses effet, et vous en venez à déployer la rhétorique des couts de la concurrence (redondances des réseaux commerciaux et de leur activités — publicité, marketing, mailing, etc. –, frais de transfert d’un client entre entreprises, etc.). Contrepoints est bien le dernier endroit où je pensais pouvoir entendre cette rengaine anticoncurrentielle, vieux leitmotiv des tenants de la régulation et du monopole étatique!

    Cela engendre des frais en plus ? peut-être. ou pas. Quoi qu’il en soit, un marché moins verrouillé par des clauses de résiliation compliqué ne sera pas moins libéral !

    En plus vous avez l’air de défendre une situation où l’assureur se fait de la marge sur les vieux clients pour subventionner l’acquisition des nouveaux… Pas très raisonnable. J’ignore si la loi va vraiment réduire ce genre de pratique, mais si c’est le cas il n’y a pas lieu de le déplorer comme vous le faites.
    Tout ce qu’on peu déplorer, c’est le principe d’une loi pour çà. Dans un pays normal, ce sont les associations de consommateurs qui auraient fait pression sur les assureurs, pas le législateur qui aurait fait une loi.

      • Et je renchéris de +1.

        Autant Hamon est un apparatchick de la pire espèce, doublé d’un clown triste et qu’il est urgent de renvoyer dans les poubelles de l’histoire… autant cet article sent le « lobby » à plein nez.

        Car enfin… Si un client s’amuse à changer d’assurance tous les 6 mois (ce qui est dans les faits absurde et ce qui ne se produira pas)… certaines compagnies vont peut être augmenter leurs prix. Et alors ? D’autres ne suivront pas.

        Quant aux « frais » -héééénormes- que provoqueraient des torrents de résiliations… là aussi, cela prête à sourire… Il faudrait ainsi embaucher des armées de petites mains pour traiter ces résiliations ?

        Autre point : il n’est pas sérieux de prétendre que le profil de l’assuré n’aurait finalement aucune importance, et que seule compterait sa fidélité dans le temps.

  • « La richesse d’une entreprise, c’est sa clientèle ».
    Un contrat est une affaire de confiance réciproque, encadrée par des textes.
    Quand chaque partie est honnête vis à vis de l’autre, où est le problème ?

  • Pas du tout, mais du tout d’accord sur votre critique du droit de résiliation anticipé. Les assureurs en France se goinfrent avec des assurés souvent prisonniers de leur contrat, car qui pense a retenir la date de résiliation ? Avec des clients pouvant quitter a tout moment, on peut au contraire espérer un assainissement louable des pratiques des assureurs, qui veilleront un peu plus a la satisfaction de leur clientèle.

  • Je suis choqué delire tel article sur un site libéral. Je vois de plus en plus de gens qui critiquent betement ce que font les socialistes meme lorsque cela va dans le bon sens, mais bon sang ou est passé votre discernement ? etes vous vraiment tombé au niveau d’un cégétiste de la sncf ? Est ce que la liberalisation des telecoms et le fait que free propose des contrats qu’on peut casser du jour au lendemain a été nefaste pour les consommateurs ? bien sur que non, les prix ont été divisés par deux et les contenus quasiment triplés !

    • Avec les gens comme vous, les fournisseurs de faux droits ruineux auront toujours de bon clients.
      cet article est très bon.

  • Incroyable de lire ce genre d’article sur Contrepoints !
    Les assurances mises en concurrence par des clients de plus en libres de les quitter, ça ne peut qu’améliorer le service client et la qualité des prestations. Après tout les assurances sont libres de résilier un contrat même sans raison légitime, mais uniquement pour des raisons de profit, j’en sais qqch, je viens de me faire virer de la mienne pour un micro-dégât en trois ans … Cette loi va rétablir un peu d’équilibre entre les parties, pour une fois qu’une loi intelligente est votée, il faut rester objectif et le saluer !

    • Je suis de votre avis que plus de liberte pour quitter ameliorera les prestations, mais ce serait bien aussi qu’une assurance puisse proposer un contrat de 5 ans qu’il est impossible pour les deux parties de casser avant terme (sauf penalites). Les primes seraient moins chereq (si le cout d’acquisition des clients est si eleve que ne le dit l’article) et les consommateurs pourraient faire leur choix. Or ici, l’etat interdit ce genre de contrat. La situation est-elle meilleure ou pire qu’avant? Je n’en ai aucune idee, mais je prefererai que l’etat ne se mele pas de ca!

      • Elle sera évidement pire, ceux qui prennent ça pour une mesure libérale sont des dupes.
        Vous avez tout a fait raison il faut que l’on puisse choisir entre contrats résiliables ou non, cours ou non, quite a ce que la loi clarifie les choses.

        un exemple est celui des lunettes, l’article L113-12 interdit à l’assureur de proposer un contrat pluri-annuel.
        Les contrats proposent donc de rembourser les lunettes tous les ans… ce qui pousse à la surconsommation et fait flamber les prix.

  • Un site libérale contre la concurrence! j’y perd mon latin… Si ça coûte cher de trouver des clients c’est peut-être que le marché est trop rigide. Quand on est sollicité on ne peut pas changer, il faut donc nous solliciter à nouveau en espérant tomber au bon moment pour la résiliation du contrat en cours…

    • Il ne s’agit pas de ça, mais de liberté contractuelle, et en particulier de savoir si vous êtes libres ou non de négocier les modalités de rupture de contrat.

      Rassurez moi, vous ne vous considérez pas comme libéral ?

  • Sans blague, Le-Monsieur-de-chez-AXA a quelque chose, à vous dire

    http://fr.viadeo.com/fr/profile/simon.le-grill

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Lancé fin 2018 dans le cadre de la loi PACTE, le plan d’épargne retraite (PER) a récemment fêté ses 3 ans d’existence. Il fait désormais partie des placements incontournables aux côtés de l’assurance vie et du plan d’épargne en actions (PEA). La souscription d’un PER individuel est ouverte à tous.

Ce dispositif propose un cadre fiscal particulièrement avantageux, conçu pour permettre aux actifs de se constituer un complément de revenus pour leur retraite. C’est un moyen de compléter la retraite par répartition, avec un produit de retra... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Perrin.

Non contents de s’adonner au vampirisme et à la nécromancie, nos politiciens vouent une admiration sans bornes aux méthodes de naguère, voire de jadis.

Les « nouvelles méthodes » de Bruno Le Maire, ou les recettes économiques de son arrière-arrière-(arrière)-grand-mère

Bruno Le Maire est membre d’un gouvernement dont le Premier ministre croit fermement aux vertus de l’intervention de « la main bien visible de l’État » dans l’économie. Que voilà un environnement de rêve pour notre ministre de l’Économie et des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles