Sacrée Christiane !

Quenelle Taubira (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints168

L’incontournable « quenelle » rendue populaire par les fans de Dieudonné a des origines discutées. Celle de Mme Taubira, Garde des Sceaux, est indéniablement typiquement française, trouvant son inspiration dans le fameux « bras d’honneur » popularisé par la France profonde qui en fait abondamment le même usage que la Ministresse de la Justiciesse, c’est-à-dire faire savoir à l’interlocuteur l’opinion sincère qu’il a fait naître suite à un échange d’idée animé. À savoir, « je t’emmerde » ou « tu te la mets dans le fondement » – parfois, cela donne lieu à un échange fleuri de ces expressions populaires qui font la fierté des comptoirs et plus vulgairement des tagueurs de banlieue.

La mère Taubira, inspirée par la grande Arletti, se réclamant à l’occasion de citations d’hommes illustres lorsqu’elle vocifère à l’Assemblée, a appuyé son bras d’honneur d’un cinglant « C’est ma directrice de cabinet qui ne m’a rien dit ». Une nouvelle insulte à verser dans le trou sans fond des insultes politiciennes envers les citoyens de ce pays (qui est foutu) qui sont toujours pris pour des idiots à l’intelligence réputée être capable d’avaler ce genre de foutage de gueule.

S’il y a quelqu’un parmi nos lecteurs que ma verdeur de langage aura pu choquer, qu’il n’hésite pas à penser que c’est ma directrice des toilettes (ou cabinet) qui a déformé mes propos lénifiants avec ses gros doigts maladroits sur le clavier de l’ordi.