Les instits mis au piquet !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
img contrepoints112

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les instits mis au piquet !

Publié le 3 mars 2014
- A +

img contrepoints112

Le plus bel exemple et symbole de cette France qui perd que nous dénonçons à longueur de colonnes en invoquant les mannes de Bastiat dans Contrepoints, le média qui gagne (à être connu, of course), c’est le Mammouth moins connu sous le sigle de « EN », qui prétend être « Éducation Nationale ».

L’excellent article d’Anne Coffinier confirme que le serpent se mord la queue, que, pour reprendre une des formules favorites de la gauche, « le système est à bout de souffle ». Car, qu’est-ce que l’IGEN, si ce n’est la crème de l’EN ? Et ceux-là même qui co-dirigent l’EN. Et qui est le cornac du mammouth ? Personne, en réalité, ne le sait vraiment. Une chose est sûre, ce n’est pas Peillon, ni aucun de ses prédécesseurs. Le mammouth est un animal familier, mais pas domestiqué.

Je connais bien l’Enseignement de l’intérieur, pour raisons familiales, et j’ai des quantités d’anecdotes qui seraient interdites sur le champ par le GIGN de Valls, parce qu’elles sont vraies, mais politiquement incorrectes. Ainsi, tout le monde nous rebat les oreilles de la parité, mais personne ne songe à l’appliquer au corps enseignant, massivement féminisé. Il est évident, en effet, qu’il ne saurait y avoir de lien. À propos, connaissez-vous les théories honteuses d’un certain Zemmour sur la féminisation de notre société, ou de sa « dévirilisation » ? Non, vous avez raison, c’est tellement négationniste.

Bon, parlons chiffons, c’est-à-dire le niveau intellectuel/culturel de ces enseignants, dont le rapport fait état. Ah ben NON me fait signe mon avocat. Bon, glissons vers les programmes : Arrgh NON me dit mon avocat, ce n’est pas mon genre. Ah ? Un mot sur les livres scolaires, leur contenu, leur orientation, non pas sexuelle, mais politique ? Mon avocat est tout rouge (physiquement, pas politiquement). Tu vas te retrouver à poil ! Bien, petit exposé en trois points : non, mon avocat vient d’être exclu de sa loge.

Bon, donc, je vais finir sur une anecdote perso : du temps de Monory, je croise un Frère inspecteur de l’Éducation Nationale, encarté socialiste (pléonasme) qui s’en revenait désolé d’un oral d’aptitude à l’exercice du rôle de directeur d’École que Monory voulait valoriser. Désolé du niveau, me confia-t-il. Mais c’est vous qui avez formé cette génération lui observai-je. Quelle solution ? « Je ne sais pas, peut-être, dans 20 ans, d’autres méthodes ? » C’était il y a 30 ans. Cette fable (authentique) pour vous dire que le Mammouth s’étant fait lui-même au fil de décennies de combats syndicaux mesquins, égocentriques, politiques, lui seul pourrait se réformer, mais les centaines de milliers d’enseignants, jeunes, anciens et retraités, gros bataillons des syndicats étriqués, n’ont pas du tout envie de s’y mettre, craignant trop pour leurs avantages.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Merci de pointer dans votre article le caractère sectaire des francs-maçons en charge de la rééducation nationale. Le Grand-Orient a réouvert la guerre de religion du 19eme siècle.

    Le ministre Cazeneuve dit « la République est consubstantielle à l’impôt », alors faisons d’une pierre deux coups: faire reculer la République c’est donner plus de champs aux communautés pour la gestion de la solidarité et c’est donner de l’air aux entrepreneurs.

    Le ministre Peillon ne cache même plus son projet « d’homme nouveau » et écrit dans son dernier livre :
    « C’est au socialisme qu’il va revenir d’incarner la révolution religieuse dont l’humanité a besoin. »,

    et aussi

    « C’est bien une nouvelle naissance, une transusbtantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Église, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi. »

  • Ne pensez-vous pas que pour résoudre les inégalités il est au contraire utile de donner aux petits garçons un maximum de référents féminins afin que devenus adultes ils soient moins ostracistes vis à vis des femmes en entreprise ? Tout ce joue dans la petite enfance ne l’oubliez pas.

    Et puis c’est sur concours l’enseignement alors je vois pas le problème .. ah moins que le problème pour vous soit que les filles dans tout les domaines réussissent mieux ce concours que les garçons.

    • Ca fait déjà longtemps que l’EN est ultra féminisée… Déjà quand j’étais écolier on devait bien compter 2 maitresse pour un maitre.
      Deux conséquences possibles à ce constat:
      soit,
      1° les gens sont déjà complètement dé-machisés, et les cris des féministes ne sont que du vent pour avoir un peu plus de pognon ou de pouvoir, mais ne servant à rien…
      soit,
      2° le « sexisme » est consubstantiel à l’être humain (comme il l’est, de fait à toutes les espèces sexués) et donc le féminisme de combat est un gachis d’argent, de temps et d’effort.

      De fait, quelque soit le « vrai » postulat, le féminisme doit disparaitre. (D’autant qu’il n’est qu’une variante du socialisme, constructiviste et collectiviste par essence).

      • Vous pourriez ajouter : 3° Le sexisme est construit et donc il faut le déconstruire le plus tôt possible et le meilleur lieu est l’école.

        Saviez-vous que les pays les plus prospères sont ceux qui sont les plus féministes … idem pour les entreprises ?

        Oui il faut passer par le constructivisme pour faire changer les choses rapidement. Grace au constructivisme le droit des femmes à fait un bond spectaculaire en 50 ans là où rien n’avait bougé depuis des lustres.

        Etre féministe c’est être profondément libérale mais le discours libéral du fait qu’il se mélange avec un conservatisme ne théorise pas sur ce sujet.

        Il y a des féministes libertariennes ou libérales savez-vous http://en.wikipedia.org/wiki/Individualist_feminism ? Il y même eu des mises en pratique de communautés libertariennes que l’on retrouve chez le lesbianisme séparatiste (lisez lesbian nation) et des mouvements féministes très libéraux http://www.ifeminists.com/

        Mais jamais une ligne….

        Si les libéraux faisaient un effort de théorisation féministe et de divulgation de la pensée féministe liberale alors le libéralisme parlerai à tous et notamment toutes. C’est ce que je reproche à contrepoint qui est pourtant de très bonne qualité. On tire à vue sur toutes les femmes qui sortent de leur cuisine (najat – pelrin, fillipeti etc…) et c’est mâle ;).

        Ce que je suspecte c’est que le libéralisme ne développe pas cette vision féministe du libéralisme car elle conduit de façon très nette à la fin non seulement du patriarcat mais aussi à l’avènement d’une société matriarcale car les femmes du fait de la maternité et de leur longévité ont deux avantages décisifs dans un système capitaliste démocratique et libéral.

        C’est ce que la loi sur filiation (car d’un point de vue libertarien l’enfant ne peut appartenir qu’a la femme ), le mariage tentait de compenser mais ça ne tiendra plus très longtemps.

        Les libéraux qui passent leur temps à parler de conservatisme, de droit naturel etc.. ont par exemple oublié que chez les celtes et quasiment toute les sociétés anciennes la filiation et la sucession se faisait par les femmes .. c’est la loi salique qui a changé ça (pour des raisons politiques et de façon constructiviste pur car encore une fois l’enfant appartient à la femme dans une logique libérale).

        Il y aurait des millions de choses à dire pour démontrer que le libéralisme macho fait fausse route.

        • le seul « petit » bémol c’est que la « construction » du « sexisme » s’est faite naturellement et de façon très similaire dans pratiquement toutes les cultures humaines. Ce n’est donc pas du constructivisme.

          La « déconstruction », elle, vous la faites de force, en tentant de fabriquer un humain qui satisfasse vos théories, vos phantasmes. Cette « déconstruction » est donc du constructivisme.

          Maintenant les pays prospères et « féminisées », je pense que vous oubliez joyeusement Singapour, Hong-Kong, les Emirats ? Et même si ce n’était pas le cas, vous mélangez joyeusement corrélation et causation, en omettant la variable confondante : la richesse relative. Plus un pays est prospère (par rapport à d’autres), plus la population a du temps libre et des ressources à dépenser à des trucs rigolos et constructivistes. On peut bien perdre 1 ou 2 milliards de dollars pour des trucs qui amusent les médias et les politiciens (ainsi que quelques activistes à coté de la plaque) si on est dans l’opulence.

          • Le« sexisme » d’un point de vue libertarien c’est une agression notamment si il conduit à la domination et l’asservissement des femmes par les hommes. ça justifie la riposte et donc le féminisme.

            Si vous pensez l’inverse vous n’êtes pas libertarien, ni libéral.

            • le « principe de non agression » concerne la violence physique et elle seule. Sinon c’est n’importe quoi.

              Quant à ‘l’asservissement des femmes’, vous êtes UNE femme, pas toutes les femmes, donc vous ne pouvez pas parler de ça. Juste de votre asservissement à vous. S’il existe, je vous rassure tout de suite, vous n’êtes pas un « être inférieur » donc vous pouvez vous en sortir toute seule. Et je vous rassure aussi, d’ailleurs, c’est le cas de toutes les femmes que je connais.

        • Et puis si vous voulez parler de libertarianisme évitez de dire que « l’enfant appartient à la femme », vous ruinez votre crédibilité avant même d’en avoir une (bon, ici c’est pas grave, vous n’en n’avez plus depuis longtemps).

          L’enfant, comme tout être humain ne s’appartient qu’à lui même. Ses parents (ou un autre adulte) peuvent avoir un temps autorité sur lui puisqu’ils assument les couts de sa vie et la responsabilité de ses actes, mais il ne s’appartient qu’à lui même (ou/et à Dieu, s’il y croit, mais ça ne change rien, Dieu s’il existe n’intervient de toutes façons pas dans ces cas là).

          • Lisez Nozik et quelques autres libertariens anarchistes.

            • J’ai lu. Ainsi que Spooner, Rothbard, et quelques autres. Je ne suis pas d’accord sur tout, mais surtout j’ai compris l’essence de l’anarchisme capitaliste. Et je pense cet anarchisme de façon personnelle et rationnelle. Visiblement pas vous.

        • René Le Honzec
          4 mars 2014 at 3 h 06 min

          Chère Adèle (si cela ne fait pas trop macho),
          Etant un mari Breton , et heureux de l’être, j’ai des connaissances sérieuses, pratiques et théoriques sur le matriarcat breton. Etant historien, j’ai des connaissances sérieuses sur le rôle éminent des femmes dans l’Histoire, et de leurs parfaites capacités à être aussi nulles/bonnes que les hommes ( Je suis toujours amoureux de Mrs Thatcher) .Et non, les Celtes (dont je suis descendant et pratiquant la langue) la filiation ne se faisait pas par les femmes. Etant dessinateur humoriste, je me fais un plaisir de taper sur les femmes politiques, considérant qu’elles le méritent tout autant que leurs collègues masculins. Donc, je suis très loin de partager vos opinions tranchées. Mais il y aurait des millions de choses à dire pour le démontrer.
          Cordialement vôtre.

          • Vous êtes un dessinateur humoriste certes (de talent sans doute) mais politiquement genré .

            Si vous me permettez ….. je cite une auteure de contrepoint : http://www.contrepoints.org/2013/11/28/147883-pourquoi-les-femmes-haissent-elles-la-liberte

            Les exemples sont sans fin dès lors qu’on sait quoi chercher. Si vous voulez que plus de femmes nous rejoignent, la première étape doit être la fin de ce sexisme flagrant. Les libéraux devraient se corriger entre eux pour rectifier les affirmations incorrectes et éviter la perpétuation des stéréotypes sexistes. Je déteste faire la leçon aux hommes, mais vous êtes en position de force dans ce mouvement donc la charge retombe en grande partie sur vous. Quand les femmes dénoncent le sexisme, on a tendance à les trouver « trop sensibles » ou « sans humour ». Nous sommes immédiatement décrédibilisées. C’est à vous de dire quelque chose. Vous avez ce pouvoir et vous pouvez l’utiliser pour aider vos amies libérales, qui vous en seront reconnaissantes !

    • Alors expliquez-moi pourquoi vous tenez tant à rabaisser la femme au niveau de l’homme. Merci.

    • Chère Adelle

      J’aimerais savoir comment allez-vous vous y prendre pour remplacer tous les gènes des hommes ?

      Une étude vient de montrer que le cerveau de hommes et de femmes était câblé différemment !

      Patatra, pour vous et NajatVB, n’est-ce pas ?

      Le cerveau des femmes est prédisposé aux relations sociales et celui des hommes à la perception.

      « Maps of neural circuitry show women’s brains are suited to social skills and memory, men’s perception and co-ordination »

      http://www.theguardian.com/science/2013/dec/02/men-women-brains-wired-differently?CMP=twt_gu

    • Ne croyez vous pas que c’est parce que les têtes blondes masculines ont tant côtoyé les institutrices (et subit leurs dictats = avantager outrageusement les petites filles) qu’ils finissent par rendre la monnaie de leur pièce aux même petites filles, une fois devenues grandes ???

      Moi aussi je peux faire dans la provocation ultra-sexiste !!!

    • Quelles inégalités ?

  • Feu mon père dénonçait voici longtemps déjà cette disparité numérique homme/femmes dans l’enseignement.
    Pour ma part, je n’aime pas vraiment cette appellation d’Éducation Nationale. Je préfère Instruction Publique, même si cela fait daté !

    • C’est peut-être daté Cyril45, mais oh combien plus juste. En tout cas, Suisse-romande, et à Genève en particulier, c’est bien le département de l’instruction publique encore maintenant. Cet intitulé est nettement moins idéologique.

  • Quelle découverte !!!!
    On rigole en lisant de telles billevesées …même écrites dans ce rapport IGEN: nous connaissons la lente, parfaite et définitive décrépitude des enseignants
    Arrêtons de les dédouaner même si les Mînistres successifs leur ont laissé le champ libre en renonçant à toute forme d’évaluation de leur travail depuis la suporession du certificat d’études primaires !
    L’évaluation des élèves était devenue trop gênante : elle mettait en évidence criante le laxisme et la désinvolture des maîtres du cycle « primaire »
    « Primaire » : beurk , encore un vilain mot qui dévaluait les instituteurs…alors , on règle le problème et on les nomme « Professeurs des écoles «

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ah vraiment, pendant les vacances de Noël, Jean-Michel de l'Éducation nationale a fait des étincelles : il nous a concocté un protocole sanitaire de derrière les fagots qu'il a très finement fourni aux établissements scolaires au dernier moment et dont la mise en application, aussi précise que bien pensée, a immédiatement remporté un franc succès tant chez les enseignants que chez les élèves et surtout leurs parents.

Manque de bol : après quelques jours d'application studieuse du magnifique ouvrage de Jean-Michel Blanquer et poussé par... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Arlin[1. Alexandre Arlin est chef de cabinet au Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres). Ses propos sont tenus à titre personnel et n'engagent pas l'institution.].

La recherche de la vérité et son lot d’interrogations ont permis l’émergence de principes basés sur l’égalité des droits pour tout homme, femme ou enfant. La vérité permet au peuple d’argumenter face à des dirigeants qui voudraient le duper. La difficulté intervient lorsque dans un flux continu d’informations coexist... Poursuivre la lecture

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comme le souligne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles