L’indifférence n’est pas une solution

L’indifférence que nous demande Alex Korbel dans son article du 21 février ne peut être la vertu capitale d’un ordre véritablement libéral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’indifférence n’est pas une solution

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 février 2014
- A +

L’indifférence que nous demande Alex Korbel dans son article du 21 février ne peut être la vertu capitale d’un ordre véritablement libéral.

Par Constance Mas.

S’il y a bien un mot à la mode que je n’aime pas, c’est le mot « tolérance ». Déformation professionnelle oblige, je ne peux pas m’empêcher de la voir comme la marge d’erreur que l’on concède autour d’une norme. L’intervalle d’erreur dans une estimation, le défaut géométrique acceptable pour chaque pièce d’un assemblage mécanique, ou encore la capacité à supporter les agressions extérieures sans compromettre l’intégrité d’un matériau ou la survie d’un organisme.

Intolérable tolérance

Lorsqu’il s’applique en société, ce concept ne me plaît pas. Une société d’ « indifférents », de tolérants, est une société où certains définissent la norme et la marge de déviance acceptable, et où d’autres contraignent leur mode de vie de façon à ne pas dépasser cette tolérance. Cas pratique : en France, les manifestations sur la voie publique et les spectacles humoristiques sont tolérés dans la mesure où ils respectent les « valeurs de la République » définies préalablement par le législateur (ou définies à posteriori par un ministre, on n’est plus à ça près).

moutonL’un des objectifs assignés à l’école dans le projet socialiste est l’apprentissage de la tolérance. À l’École de la République, vous dira M. Peillon, tout le monde est accepté. À condition bien sûr de ne pas trop s’éloigner de l’écolier témoin pour lequel l’Éducation nationale a été conçue : ni trop bête, ni trop intelligent ; ni trop catholique, ni trop juif, ni trop musulman ; ni trop introverti, ni trop turbulent ; ni trop fille, ni trop garçon. Pour ma part, j’aimerais que les parents des élèves surdoués, ceux des élèves qui ont besoin de plus de temps et ceux qui préféreraient un enseignement non mixte puissent choisir librement de se regrouper afin d’éduquer leur progéniture selon leurs différences respectives.

Vous allez me dire que c’est terrible de raisonner ainsi, que l’école est le lieu du « vivre ensemble » et que les enfants ainsi éduqués ne seront jamais capables de vivre en société. À l’heure où l’indifférence et la tolérance sont la norme, vous n’auriez pas totalement tort :  lorsqu’on est croyant et qu’on s’intéresse à la politique, cela demande beaucoup de travail sur soi pour supporter une vie où toute discussion politique ou religieuse est bannie de la vie professionnelle de peur de révéler des différences, ou pire transformée en farce afin d’éviter les opinions trop tranchées. Pourtant, pour celui qui est conscient de sa propre particularité et enraciné dans sa culture et ses traditions, la confrontation est attrayante. Il n’a aucune raison de craindre la différence de son interlocuteur : au pire, leurs opinions seront irréconciliables, au mieux l’un d’eux sortira enrichi de cet échange. De la même façon, supprimer nos différences de préférences, de compétences et de richesse matérielle sonnerait le glas des échanges, et demander aux acteurs économiques de les ignorer lors de leurs choix serait tout autant contre-productif. Excusez-moi pour la platitude du propos – je vous assure que certains rêvent d’une société où les revenus et les besoins de tous seraient égaux – si si, même en 2014. Sans différences, pas d’échange.

L’organisation des séparations

Je n’ai pas pour autant la prétention de mettre fin par une vague d’amour salvatrice et de respect mutuel à la xénophobie, à l’antisémitisme, et à toutes les phobies que notre société se fait un plaisir d’inventer chaque jour. Au contraire, je suis intimement persuadée qu’il existe des modes de vie humainement1 inconciliables. Lorsque le dénominateur commun entre deux personnes est proche de zéro, la moindre des choses est de leur reconnaître le droit de ne pas cohabiter. Vous ne pourrez pas rendre indifférentes l’une à l’autre une femme musulmane souhaitant porter le Hijab et une prostituée, ou une femme au foyer et une féministe bornée haïssant les hommes. Si je suis libérale, c’est bien parce que je souhaite, entre autres choses, que chaque parent puisse choisir les professeurs de ses enfants, chaque patron ses employés, chaque employé son contrat de travail, et chaque propriétaire ses locataires – selon leurs propres critères, fussent-ils communautaires, sexués ou basés sur leur richesse matérielle. C’est également parce que je pense que la meilleure des solutions est toujours de laisser le champ le plus large possible aux alliances privées. Il y a certainement des communautés qui n’auront aucune raison de s’allier lorsque la France sera libérale (on peut rêver). Et sans doute d’autres qui auront des exigences particulières pour leurs futurs membres, à la manière d’un propriétaire qui choisit qui inviter chez lui. Mais je garde l’espoir que cela limitera les sources de conflit, tout comme ne pas trop fréquenter certaines personnes permet de rester poli et détendu lorsque la rencontre est inévitable.

L’indifférence au service du pouvoir

L’indifférence n’est pas une attitude adaptée à une France où l’État est omniprésent et où sa sphère d’influence s’accroît chaque jour avec l’excuse de la démocratie. Alimentation, hygiène, logement, éducation, sexualité, culture, loisirs… l’État s’autorise à statuer sur tout. Il n’y a pas de façon plus efficace pour faire appliquer une norme que de confier son élaboration à la majorité. Être indifférents, c’est donner à cette majorité le pouvoir d’associer à chaque norme une certaine tolérance, de prévoir les cas particuliers et d’aménager des espaces de « liberté ». Le droit du travail ne vous convient pas tout à fait ? Écrivez une convention collective. La lourdeur de l’administration écrase votre entreprise ? Utilisez donc un des nombreux statuts « simplifiés » spécialement pour votre situation. Le montant de votre contribution à la collectivité et son utilisation ne vous plaisent pas ? Il y a des déductions prévues pour les gens comme vous. Mais attention, les écarts de la norme sont réglementés – il ne faudrait tout de même pas oublier qu’elle existe. En se faisant les champions du « je n’en pense pas moins » et de « tu n’es pas obligé de regarder/écouter/participer », on oublie que, bien souvent, c’est précisément notre indifférence qui autorise l’État à limiter nos libertés individuelles, et à frapper fort lorsque la différence s’exprime.

  1. Je fais pourtant partie des fous qui pensent que si la grâce divine s’en mêle, c’est une autre histoire
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Je ressens un leger malaise à la lecture de votre tribune.
    Votre titre m’avait pourtant attiré… En effet, l’indifférence est la négation de l’être humain… un animal social.. l’indifférence est une sorte de burka intellectuelle

    Et vous vous attaquez au mot « tolerance », sous un angle très technologique , alors qu’au contraire il s’agit de mettre en avant la capacité à l’intelligence à accepter les différences.
    Sauf à vivre dans des guetto à la pensée unique, c’est non seulement indispensable, mais surtout extremement enrichissant.
    En vous lisant, je fais le lien avec une loi voté en Arizona, destinée à permettre aux commerçants de l’État de refuser d’offrir des services aux couples homosexuels au nom de leurs convictions religieuses. C’est visiblement une illustration de ce que vous appelez « … je suis intimement persuadée qu’il existe des modes de vie humainement1 inconciliables… » !

    Wikipedia définit la tolerance bien mieux que moi.

    Dans son sens le plus général, la tolérance, du latin tolerare (supporter), désigne la capacité à respecter ce que l’on désapprouve, c’est-à-dire ce que l’on devrait normalement refuser. En construction ou en dessin par exemple, on dit qu’on peut tolérer une certaine marge d’erreur.

    Au sens moral, la tolérance est la vertu qui porte à respecter ce que l’on n’accepterait pas spontanément, par exemple lorsque cela va à l’encontre de ses propres convictions. C’est aussi la vertu qui porte à se montrer vigilant tant envers l’intolérance qu’envers l’intolérable1.

    Toute liberté ou tout droit implique nécessairement, pour s’exercer complètement, un devoir de tolérance.

    Selon John Locke, la tolérance signifie « cesser de combattre ce qu’on ne peut changer ».

    Selon certains moralistes, la notion de tolérance est associée à la notion absolue de bien et de mal. La tolérance s’exerce lorsqu’on reconnaît qu’une chose est un mal, mais que combattre ce mal engendrerait un mal encore plus grand.

    La tolérance peut alors conduire à une abstention volontaire dans le combat contre un mal identifié comme tel. Cette abstention n’est pas motivée par une relativisation des notions de bien et de mal, mais au contraire par la pleine conscience d’un mal qui ne peut pas être combattu sans produire un autre mal plus grave encore.

    C’est en ce sens, par exemple, que le terme de « maison de tolérance », était encore usité au début du XXe siècle.

    • Je crois que vous vous êtes arrêté au premier paragraphe. Sinon je ne vois pas pourquoi vous perdriez votre temps à me dire « c’est non seulement indispensable, mais surtout extremement enrichissant »… C’est ce que j’écris noir sur blanc dans mon article : la capacité à comprendre les autres points de vue est indispensable. Mais cette capacité ne s’acquiert ni par l’indifférence, ni par la tolérance, n’en déplaise à Wikipedia. Cette vision simpliste nous emmène droit dans le mur.
      Autre chose : relisez Locke, particulièrement les passages où il explique ce qui ne doit PAS être toléré en terme de religion, parcourez l’ensemble des règles s’appliquant dans les maisons de tolérance, et dites moi ensuite ce que vous pensez de la définition Wikipedia de la tolérance.

      • Locke et le bordel sont copiés-collés de wikipedia… comme indiqué.. (sans guillemet je m’en excuse)

        Reste que la vie en société, hors ghetto à la pensée unique, c’est à défaut une indifférence permettant le lâcher prise… mieux une tolérance càd :  » respecter ce que l’on n’accepterait pas spontanément, par exemple lorsque cela va à l’encontre de ses propres convictions » .. et dans un monde merveilleux : accepter les différences….

        Ce qui n’empêche pas de viser « la vertu qui porte à se montrer vigilant tant envers l’intolérance qu’envers l’intolérable ».

  • « Sans différences, pas d’échange. » Rappel indispensable ! Lorsque l’égalité en droits est pervertie en égalité réelle socialiste, il n’y a plus d’échange possible. Au fur et à mesure que les valeurs régressent vers la moyenne, la valeur des choses s’évanouit. Là réside l’échec consubstantiel du socialisme protéiforme (communisme, social-démocratie, fascisme…)

    Ce n’est pas un hasard si les périodes de forte croissance s’accompagnent d’inégalités en hausse. Ces inégalités sont en effet nécessaires à l’enrichissement du plus grand nombre. En revanche, plus l’égalitarisme, la redistribution et la collectivisation progressent, moins on peut espérer vivre de ses revenus. Quand tout se vaut, il n’y a plus de valeur nulle part. Le socialisme mène assurément à la pauvreté de tous.

  • Excusez-moi, je peux pas m’en empêcher
    « Lorsque le dénominateur commun entre deux personnes est proche de zéro »
    Le plus grand dénominateur commun entre 2 nombres, dans le pire des cas, est égal à 1. Un nombre divisé par zéro donne l’infini.

    Après cette parenthèse, je ne comprends pas bien ce que vous suggérez. Un état doit se charger des fonctions régaliennes, même un état libéral, et une femme au burqa pose des problèmes de sécurité non négligeables.

    Les droits de l’homme et les vérités scientifiques doivent constituer les limites acceptés par la population entière. En toute honnête, je n’aimerais pas qu’on enseigne le dessin intelligent à la place de l’évolutionnisme, comme c’est le cas dans certaines écoles aux États-Unis. Ou qu’on tolère les mariages forcés, pour citer un autre exemple.

  • Un beau titre accrocheur, une référence a un article intéressant, enfin qui m’avait bien plus.
    Mais le reste montre qu’il ne suffit pas d’etre libertarienne pour ne pas tomber dans le sophisme et la bouillie d’idée.
    Alex Korbel proposait comme objectif une indifférence à la diversité, pas l’indiférence en général.

    • Tout à fait… l’auteur n’a pas compris le propos de Korbel. En aucune manière il prônait la cohabitation forcée avec certaines personnes.

      Et pour Simon : vous avez encore un bout de route à faire à propos du libéralisme 😉 Un état libéral ça n’existe pas, c’est anti-tétique

  • Mon dictionnaire à moi, toujours à portée de main, propose à « tolérer » : « laisser subsister ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe. Un article de l'Institut économique Molinari

Isaiah Berlin (1909-1997) est connu pour être un philosophe de la liberté. Sa conception de la liberté négative est souvent mentionnée quand il est question de philosophie libérale. Définie comme l’absence de contraintes imposées par les autres, elle est, selon lui, nécessaire à l’être humain. En effet, celui-ci affronte au quotidien des dilemmes moraux qui l’obligent à faire des choix radicaux entre des valeurs souvent incomparables et incommensurables. Ces choix vont f... Poursuivre la lecture

Maroc
0
Sauvegarder cet article

par h16

Pour le gouvernement, une chose est claire : couvre-feu ou pas, qu'on confine un peu, moyennement ou beaucoup, ce n'est pas pour ça qu'il faut se laisser aller au vague à l'âme. Après un début d'année qui a vu débouler en fanfare un nouvel indice de réparabilité dont on se demandait comment les entreprises pouvaient se passer jusqu'à présent, c'est le moment de frapper fort, une nouvelle fois.

C'est probablement mû de cette vivifiante pulsion que le gouvernement a décidé de se lancer avec gourmandise dans la création d'u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles