Airbus rachète une banque allemande

Disposer de sa propre banque permettra à Airbus de protéger au mieux ses intérêts et de poursuivre aussi longtemps que possible ses activités.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Airbus rachète une banque allemande

Publié le 19 février 2014
- A +

Par Charles Sannat.

airbus group

Quand on souhaite anticiper les risques dans ce que l’on nomme pompeusement la « gestion de risque », il y a deux catégories d’indices appelés « signaux ». Les signaux forts et les signaux faibles. Un signal fort est assez facile pour ne pas dire évident à capter ou à percevoir, comme par exemple un krach boursier. Difficile de passer à côté. En général, le signal fort arrive trop tard.

Tout l’intérêt consiste donc à essayer de percevoir une autre catégorie de signaux. Les signaux faibles. Ils sont très difficiles à cerner car, par nature, ils peuvent sembler bien insignifiants, ce qui est trompeur car en réalité ils sont précurseurs d’une catastrophe en devenir. Ils sont également masqués par un bruit de fond important.

Le bruit de fond actuel, celui que vous entendez, est la douce musique de « la crise est finie », tout va bien mes braves gens, dormez tranquille, le système bancaire est très solide, la courbe du chômage s’inverse ou s’inversera très prochainement. Bref, tout est présenté et affiché comme étant des bonnes nouvelles.

Dernier exemple en date, la croissance française qui fait 0,3% du PIB au lieu de 0,1% prévu, ce qui entraîne un concert d’auto-satisfecit de nos autorités politiques et de nos journalistes qui reprennent en cœur cette grande nouvelle, omettant juste au passage de vous faire le lien avec le dernier rapport de la Cour des comptes qui pointe une augmentation bien pire que prévu du déficit budgétaire. 3% était l’objectif théorique. 3,6% l’objectif du gouvernement dans ses documents budgétaires. La réalité sera proche de 4,2%… Alors certes, la croissance est de 0,3% du PIB mais elle n’a été obtenue qu’en nous endettant de 4,2% de PIB supplémentaires qu’il faudra bien payer un jour…

Le bruit de fond actuellement est très puissant et masque parfaitement les signaux faibles qui pourtant sont bien présents et devraient nous inciter à une très grande prudence.

Airbus rachète une banque allemande pour créer sa propre banque

Vendredi dernier, le 14 février, l’agence de presse Reuters nous a expliqué dans une dépêche que la société Airbus venait de racheter une banque allemande ! Voici ce que dit la dépêche :

Airbus Group a annoncé vendredi la conclusion d’un accord en vue d’acquérir la banque allemande Salzburg München Bank AG en vue de créer son propre établissement bancaire.

Une fois l’opération bouclée, la banque, qui est basée à Munich, sera renommée Airbus Group Bank et aura pour fonction de fournir des solutions de financement à toutes les activités du groupe européen d’aérospatiale et de défense.

Airbus Group entend finaliser l’accord dans les meilleurs délais en 2014.

Alors fournir des solutions de financement à son activité de vente d’avions, je ne dis pas que ce n’est pas une bonne stratégie mais… ce type d’activité de financement est particulièrement gourmand en fonds propres pour les banques. Plus généralement, les grandes compagnies aériennes financent leurs acquisitions d’avions de ligne par ce qui s’appelle du leasing et il existe deux ou trois très grands groupes de leasing spécialisés dans la vente d’avions et qui trustent depuis des décennies le marché.

Non, en y réfléchissant bien, la future banque d’Airbus risque de faire fort peu de crédit pour vendre ses avions (ce qui ne veut pas dire qu’elle ne va pas en faire), d’une part parce que cela va la forcer à mobiliser beaucoup de fonds propres pour capitaliser suffisamment cette structure bancaire, ensuite parce qu’il existe déjà des spécialistes de ce métier….

En l’espèce, Airbus rachète une banque… normale ! Elle s’occupe de comptes bancaires de particuliers, fait de la gestion de petite « fortune » et dispose de son espace PME…

Alors la question à 1 000 euros du jour est pourquoi diable Airbus rachète une banque en Allemagne faisant des crédits à la consommation pour financer la nouvelle merco de von-machin ?

Vous ne voyez sans doute pas le rapport avec le financement d’avion à 100 millions de dollars… c’est normal, cela ne saute pas aux yeux à première vue et pourtant la réponse est globalement dans l’énoncé du problème comme à chaque fois.

Imaginez que vous soyez la société Airbus industrie. Imaginez que vous pensiez que tout ce cirque économico-politico-financier touche à sa fin. Imaginez que vous pensiez que l’euro pourrait exploser ou les systèmes bancaires s’effondrer. Imaginez que vous ayez quelques milliards d’euros de trésorerie à protéger… comment feriez-vous ?

Eh bien assez simplement, pour quelques dizaines de millions d’euros, vous achetez une non-banque, c’est-à-dire un petit établissement, créé en 1990 et étant au départ une vague petite filiale d’une autre non-banque plus ou moins autrichienne… Bref, ce n’est pas vraiment la Deutsche Bank dont on parle là ! Vous remarquerez au passage qu’Airbus n’a communiqué aucun détail financier concernant cette transaction mais on peut raisonnablement penser qu’il n’y en a pas pour beaucoup, cette banque ne disposant même pas d’un réseau d’agences…

Pour comparaison, comme l’explique cet article de BFM TV, les ventes d’Airbus nécessitent des financements bancaires d’environ… 100 milliards d’euros ou de dollars (mais vu le montant on s’en fiche pas mal) chaque année… et vous pensez sincèrement que la München Bank, avec son service clients pour particuliers ouvert du lundi au vendredi jusqu’à 15h00 (véridique, c’est sur leur site) et faisant nocturne un soir par semaine jusqu’à 17 heures, va vraiment être en capacité de financer les 100 milliards de ventes annuelles d’Airbus ?

Acheter sa propre banque, c’est la meilleure des assurances !

Eh bien je peux vous donner une réponse : c’est impossible et c’est une certitude, la raison avancée pour justifier cette opération est donc globalement fausse.

En revanche, cette banque, comme toutes les banques, peut se financer directement auprès de la BCE… ou de la Bundesbank en cas d’explosion de l’euro.

Cette banque, comme toutes les banques, peut aussi aller déposer ses sous directement à la banque centrale, et l’avantage c’est qu’Airbus ne se fera pas « chyprer » sa trésorerie en ayant ses sous à la BCE.

Et puis comme par hasard, cette banque est en Allemagne. Ce qui est bien, en Allemagne, c’est que c’est l’Allemagne, et qu’en cas d’explosion de l’euro, mieux vaut avoir ses sous en futurs marks qu’en futures lires italiennes si l’on ne veut pas voir sa trésorerie dévaluée de 50% en une seule journée…

L’avantage d’avoir sa propre banque, c’est qu’il sera toujours temps de négocier une grosse ligne de crédit directement à la BCE pour qu’Airbus puisse soutenir ses sous-traitants en cas de problème sans avoir à passer par des aides nationales… s’il y a encore un État pour venir aider qui que ce soit.

Bref, vous pouvez lister tous les avantages pour Airbus d’avoir une banque qui finance les particuliers… et de vous à moi, il n’y en a pas beaucoup tant cela est éloigné de son métier et tant la banque rachetée n’est pas une banque internationale de financement de gros projets.

Vous pouvez aussi lister tous les avantages qu’Airbus pourrait avoir à posséder une banque de droit allemand en cas de grosse crise européenne, de sortie de l’euro de l’Allemagne, d’explosion de la monnaie unique ou encore d’effondrement du système bancaire.

Dans tous les cas dramatiques évoqués, disposer de sa propre banque permettra à Airbus de protéger au mieux ses intérêts et de poursuivre aussi longtemps que possible ses activités.


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Si une nouvelle crise doit se produire au cours des 3 prochaines années, le plus dramatique pour la France, c’est que Flanby sera aux manettes. Autant dire que c’est foutu d’avance !

    Quant au fait qu’un industriel majeur, contrôlé par deux Etats obèses (1/3 du capital à eux deux), possède sa propre banque dans le cadre d’une monnaie monopole, on sait d’avance qui va se faire enfler, qui va effectivement supporter les risques : les contribuables-épargnants qui n’ont rien à voir, ni de près ni de loin, avec Airbus.

    On se souvient qu’une zone monétaire optimale ne peut pas être une zone où sévit un monopole monétaire. Cet événement démontre une fois encore la nécessité de privatiser la monnaie et d’obliger chaque banque à émettre sa propre monnaie, en concurrence avec les autres monnaies légalement en circulation dans la zone.

  • Totalement d’accord avec l’article sauf sur un point: la chypriotisation des comptes d’Airbus . Il parait très peu probable, même de la part des incompétents qui nous gouvernent, que les entreprises se fassent chypriotiser. Une ponction de 10% des comptes en banque des entreprises conduirait irrémédiablement à la faillite de 25 à 30% des TPE et PME, voire de certaines grandes entreprises.
    Et vu le taux de chômage en Europe, cela tient plus du fantasme que d’une éventualité.
    En conclusion: les particuliers vont se faire tondre, pas les entreprises;

  • C’est très vrai…

  • Si l’achat doit se faire en 2014, on peut donc en conclure que la crise va arriver très vite à partir de 2015.

  • Toutes les banques ferment plus tôt vendredi en Allemagne pour permettre aux employés de bien se reposer le WE. De toute manière dans une banque tout le monde le sait, ya que l’argent qui travaille.

  • Le problème de cette banque (et d’autres similaires) dans un environnement catastrophique est la recherche de liquidités sur le marché interbancaire. En cas de catastrophe monétaire, les banques d’investissement, structurellement déficitaires, assoiffées de liquidités introuvables, font faillite en premier.

    Si jamais l’hypothèse de l’auteur se réalise, quelle conséquence à la volonté supposée de la direction d’Airbus group de s’adosser au mark en prévision de la chute de l’euro ? il est hautement improbable que la BC allemande émette des liquidités pour financer une activité en zone franc fortement dévaluée, n’offrant que des contreparties sans valeur. La solution serait alors de rapatrier en totalité la production du groupe en Allemagne, avec à la clé la fermeture des usines françaises.

  • Très bon article, qui confirme mes premières hypothèses sur ce rachat.

    Vous ne chercheriez pas à suivre des doctorants par hasard ?

  • Flippant tout ca quand meme…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

L’Europe veut faire la guerre économique à la Russie, mais elle n’a jamais été aussi mal préparée en matière de sécurité énergétique, et va le payer au prix d’un choc inflationniste de grande ampleur. Aussi, quelles conséquences pour les actions ?

Le retour en grâce des valeurs du vice

En février 2022, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont approuvé des conclusions sur les résultats de la COP 26 sur le climat et ont convenu des priorités pour les travaux de l’UE en matière de climat et de diplomatie énergétiqu... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles