Préservez-nous du retour de Nicolas Sarkozy !

img contrepoints057 Hollande Sarkozy

C’est au peuple français qu’incombe désormais la responsabilité de susciter le sursaut libérateur, et non à un homme providentiel

Par Philippe Robert.

Impasse SarkozyEn s’accrochant à la fiction d’un retour providentiel de Nicolas Sarkozy aux affaires de la France, l’impétrant ainsi qu’une frange énamourée de Français se livrent à un périlleux exercice de funambulisme sans filet qui risque de mal se finir.

Certes, je conçois sans difficulté que la mise en coupe réglée des atouts de notre pays par des socialistes aveuglés de collectivisme létal d’un autre âge incite certains, croyant encore en leur bonne étoile, à préparer un retour gagnant en 2017.

De plus, il ressort de l’évidence que la République de moins en moins une et indivisible à laquelle, à tout instant, se réfère Manuel Valls pour justifier les actes du pouvoir socialiste, voit son intégrité morale de plus en plus battue en brèche.

Comment en est-on arrivé là ? Il semble bien que les Français, tout en pressentant l’impérieuse nécessité d’un changement radical de paradigme, aient quand même décidé, en 2012, de voter pour une nouvelle et stérile alternance. En réalité, ils n’avaient d’autre choix, en dehors d’un retrait résigné dans une forte abstention de défiance, que de “choisir” entre les dérisoires “Aidez-moi !” de Sarkozy faisant directement écho aux promesses insincères de Hollande.

Jusqu’à plus ample informé, nulle personnalité providentielle capable de rassembler les Français autour de l’ardente obligation d’une révolution copernicienne ne se profile à l’horizon : Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? Eh non…

img contrepoints057 Hollande SarkozySi donc Nicolas Sarkozy veut croire qu’il représente un recours providentiel pour 2017, grand bien lui fasse ! Mais depuis 2007, et plus encore depuis 2012, le monde en voie de mutation accélérée ne souffre plus aucun amateurisme politique.

En France, le régime d’alternance entre les deux partis monopolistiques que sont l’UMP et le PS fonctionne littéralement en circuit fermé ; une situation qui trouve aujourd’hui ses limites et, dès lors, appelle clairement à une alternative politique. En tout état de cause, c’est bien au peuple français qu’incombe désormais la responsabilité de susciter le sursaut libérateur qui, peut-être, fera émerger de la société civile la ou les personnalités nouvelles qui reprendront le flambeau.