Faut-il débrancher François H. ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euthanasie (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il débrancher François H. ?

Publié le 15 février 2014
- A +

img contrepoints049

Deux fois que le Conseil d’État se distingue, entre le comique (oui, Valls) et le cas clinique pour botter en touche, comme l’analyse Roseline Letteron. Mais le vrai problème, c’est de savoir si nous avons encore un Président, non plus normal, il est en coma dépassé, mais vivant ? (En dehors du matelas à ressort comique). Contrairement aux médias subventionnés qui ont rivalisé d’obséquiosité pour admirer la faconde des deux clowns aux States, moi, il m’a fait penser à la grande époque brejnévienne, quant tout un Polit Buro s’acharnait à nous faire croire que le mort vivant qu’on soutenait dans tous ses déplacements était encore en activité.

François H. est-il encore neuroné ? Il a embrassé le patron des Pigeons qu’il avait essayé d’empoisonner voici quelques mois ; il a applaudi le patron du Medef de ceux qui sont tous des riches à plus de 4.000 euros par mois, des ennemis de classe. Il a oublié l’Ukraine, Google, la Syrie, la NSA, bu des vins non AOC à coté de Montebourg. Seul moment de lucidité, quand il a dit au micro « The States, it’s cold ». Il croit toujours qu’il va économiser 50 milliards de pesos, relancer la croissance, libéraliser les taxis et gagner les municipales. Donc, j’en conclus qu’il est en état de mort cérébrale, avec parfois des actes réflexes, par exemple acheter des croissants le matin.

Pendant ce temps, le Polit Buro, Ayrault en tête, essaye désespérément une nouvelle pérestroïka en promettant des réformes, des pactes, des lois, un retrait de Centrafrique où il vient de rebalancer des renforts, le gel du gel des fonctionnaires et une croissance recourbée pour bientôt.

Donc, chers amis libéraux, le Mur n’est plus loin : les socialistes vont rentrer dedans et il va tomber. Hélas, derrière, nous n’avons que les socialistes de droite. Ayrault-Gorbatchev, Eltsine-Sarkozy ? Aucune chance, Nico ne boit pas. Ce pays est foutu.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • +1 comme on dit.
    Ceci dit Marianne prend des risques. Le bougre est petit, mais vicieux. Et puis à ce niveau, aucun besoin de neurones. Seul l’animal bestial parle.
    Comme quoi, on est mauvaise langue. Nono 1 a du talent !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles