François Hollande en Tunisie

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hollande en Tunisie (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande en Tunisie

Publié le 7 février 2014
- A +

img contrepoints021

François Hollande se pointe en voyageant léger, as de Houris, de Fatmas, pas de bobonnes. Que va-t-il bien pouvoir dire : le pays s’est cassé, dans tous les sens du terme, luttes claniques, les bourgeois de Ben Ali contre les  barbus d’Enhada. La Tunisie qui vit ma naissance à Sousse sous l’Empire doit une partie de son assouplissement politique, en particulier dans certaines dispositions de la Constitution sur les droits de la femme au putch de l’armée égyptienne de Sisi qui a convaincu les barbus du danger de se la jouer perso. Mais rien n’est gagné; en Turquie, Erdogan essaye de neutraliser l’Armée, la Presse, la Justice pour faire oublier la corruption de son système mais aussi pour continuer  son emprise sur les restes de l’Empire Ottoman qui fait toujours rêver les nationaliste.

Encore une fois la France va affecter de pouvoir jouer un rôle de « grande puissance » dont personne d’autre ne veut. L’industrie du tourisme, vitale, n’est pas près de redémarrer faute de confiance, les ateliers ne sont plus compétitifs, l’économie est très affaiblie.

Et alors, est-ce mon problème ? De son passé colonial si vilipendé, la France se croit obligée de mettre son nez un peu partout dans le pourtour méditerranéen… De la Syrie au Mali en passant par la Libye, elle se la jour cavalière, foutant le bordel un peu plus partout.

Je revendique la repentance coloniale qui m’empêche d’aller donner des leçons, conseils à ces pauvres gens que nous avons déjà tant fait souffrir. Je respecte leur souveraineté si chèrement acquise, leur demande d’en user sans nous, on ne sera pas vexés. Je n’espère plus que des relations purement économiques basées sur de saines conceptions libérales réciproques.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • et pendant ce temps-là en France, il fait un vent à décorner Valérie…

  • Excellent ……..que peut on espérer d’un pays à la dérive qui a tant décrié notre passé commun

  • Article percutant et cristallin …qui pourrait constituer la colonne vertébrale d’une politique étrangère « digne de ce nom  » mais surtout digne de la France
    Il faut reconnaître que Giscard avait déjà , en la matière, bien lancé notre déclin
    Bref, nos élites politico-enarchiques ne sont pas seulement des « bons à rien  » mais également des « mauvais partout »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles