C’est la chandeleur !

Ce dimanche est jour de Chandeleur. Chacun sait qu’à cette occasion, on fait sauter les crêpes. Mais la Chandeleur n’est pas qu’une fête culinaire. Qu’est-ce donc ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Crêpes (Crédits Frédérique Voisin-Demery, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est la chandeleur !

Publié le 2 février 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Crêpes Credit  Frédérique Voisin-Demery (Creative Commons)

C’est la fête des chandelles et l’on risque fort d’en voir de toutes les couleurs. Trente-six chandelles qui tournent au-dessus d’un pays groggy, comme après avoir reçu de violentes châtaignes. Trente-six chandelles qui n’éclairent pas le chemin des réformes, d’un pays qui semble se fourvoyer depuis 36 ans dans les impasses d’une omnipotence de l’État.

Heureusement, les chandelles peuvent devenir fête, et cela donne la Chandeleur, la festa candelarum, cette fête de la lumière qui se tient chaque année le 2 février. C’est en 472 que le pape Gélase 1er fixe la fête de la Purification au Temple au 2 février, soit 40 jours après Noël. À l’origine, c’est un rite juif qui demande aux femmes qui viennent d’accoucher de se purifier pendant sept jours, puis d’attendre 33 jours avant d’aller au Temple. 33 et 7 faisant 40, ce qui correspond aussi aux 40 années passées par les Hébreux dans le désert avant d’atteindre la Terre promise. Le 2 février, 40 jours après Noël, nous commémorons donc la purification de Marie au Temple de Jérusalem. Purification qui se dit februare en latin, d’où le nom du mois de février. L’Évangile de Luc raconte comment Marie et Joseph se sont rendus au Temple pour y offrir un couple de tourterelles, selon la tradition juive, et comment ils reçurent la prophétie du vieillard Siméon : « un glaive transpercera ton cœur », annonce de la mort de Jésus sur la croix.

Le jour de la Présentation est donc une fête de la lumière. Dans nos contrées occidentales, on constate que les jours ont rallongé, que la nuit a reculé, le matin comme le soir. C’est cette lumière qui est associée au Christ, « lumière des nations », et à la chandelle, dont la symbolique est double : la flamme évoque la nature divine du Christ, et la cire sa nature humaine. Voici expliqué le mystère de l’homme Dieu.

En revanche, l’Évangile de Luc ne nous parle pas des traditions populaires liées à la Chandeleur, ni des crêpes que l’on y consomme. Février, c’est le retour de la vie, de la sève dans les arbres, l’hiver touche à sa fin. Les trois premiers jours de février sont consacrés aux saintes patronnes du lait : Brigitte, Ella et Agathe. Ce lait qui évoque à la fois la pureté et l’enfance, les gâteaux, le chocolat chaud que l’on buvait étant petit, le sein maternel auquel l’enfant est venu boire. Le lait pur, par antonyme avec le lait frelaté de la mauvaise doctrine.

Avec le lait, on peut aussi faire des crêpes, ces belles crêpes que les Bretons font sauter dans leur poële. Pourquoi des crêpes ? Les historiens se perdent en conjecture, même si plusieurs pistes peuvent être concomitantes. L’homophonie d’abord, crispus étant proche de christus. La forme aussi : le rond de la crêpe évoque la perfection, le soleil, rappelé par la coloration brune du dessert. Encore une fois, gastronomie et religion se marient. Pour respecter la tradition de la France rurale, on place deux crêpes de la Chandeleur en haut d’une armoire jusqu’à l’année suivante, pour apporter fécondité et richesse à la famille. Encore une fois, gastronomie et superstition sont liées. Et comme dit nos bons proverbes, que ne renierait pas le 13h de TF1 : « S’il pleut à la Chandeleur, les vaches auront beaucoup de beurre » et « À la Chandeleur, l’hiver cesse ou reprend vigueur. »


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  •  » à la chandeleur, l’hiver cesse ou reprend vigueur  »

    comme en 1956, ou en 2012

    • Comme dans « Un jour sans fin ». Pourquoi, d’ailleurs, les anglo-saxons appellent-ils la Chandeleur « Jour de la marmotte » ?

  • Sympa cet article !
    merci.

  • Râââh! Jean-Baptiste, nous ne faisons pas les krampoezh dans des casseroles, mais dans des poêles , comme les Français, ou sur des billig, galetières. On fait notre spécialité la ‘krampoezhenn gwiniz du »parfois dite « kalates », galette: « crêpe de farine noire », cad de blé noir, et aussi la « krampoezh gwiniz wenn », « crêpe de farine blanche », cad de froment. En buvant du chistr et en vous souhaitant à tous « yéhad mad », bonne santé!
    Amicalement, en vous remerciant pour l’éclairage catho de notre culture sans racines chrétiennes…

  • Occulter, écraser les anciennes coutumes: Quand on veut tuer son chien …

    D’une part, on ne peut pas se dire pour la liberté de conscience et s’offusquer qu’une religion en ait remplacé de plus anciennes, à condition que ce fût sans contrainte.

    D’autre part, la culture classique, mythologie comprise, était-elle moins transmise autrefois, quand l’Église était influente, que maintenant qu’elle ne l’est plus ? Les humanités, le Latin et le Grec ancien, connaissent-ils un regain de popularité depuis que le socialisme athée est la religion officielle et obligatoire de notre république populaire ?

    Pourquoi ne pas tout simplement supposer que les anciens rites ont perdu leur attrait populaire avec l’adoption du christianisme, et que les nouveaux rites ont repris le même calendrier non pour occulter, mais parce qu’il y avait des raisons objectives antérieures à ces rites abandonnés ?

    Si on veut voir l’occultation et l’écrasement d’une culture par une minorité brutale et intolérante, alors on peut relire l’histoire de l’expulsion des congrégations, ce qui aura de plus la vertu de nous renseigner sur le danger socialiste, qui n’est pas un fantasme historique mais une réalité aussi cruelle que contemporaine !

  • Au Québec, le 2 février est aussi le jour de la Marmotte !!
    Si la marmotte sort, l’hiver est bientôt fini, sinon il sera long.

  • « ces belles crêpes que les Bretons font sauter dans leur poële. »

    Euh non, on les tourne sur un billig.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
chrétien écolo
0
Sauvegarder cet article

Par Thierry Godefridi.

 

Qui ne se souvient de la diatribe d’un Harrison Ford hirsute à ce sommet pour l’action climatique où, Indiana Jones reconverti à la climatologie, il éructa :

Pour l’amour de Dieu, arrêtons de dénigrer la science. Cessons de donner du pouvoir à des gens qui ne croient pas en la science ou, pire encore, à des gens qui prétendent ne pas croire en la science pour défendre leurs propres intérêts.

L’acteur ne croyait pas si bien dire.

 Science isn’t settled. Ne croyez pas aux messies... Poursuivre la lecture

chrétien écolo
0
Sauvegarder cet article

Par Thierry Godefridi.

Ce fut une semaine faste.

Il y eut d’abord l’exposé de gestionnaires d’actifs sur « l’investissement durable, mode ou opportunité ».

Ne doutez-pas qu’il en soit une – a fortiori pour une société de gestion d’actifs, jamais en retard d’une idée de marketing – surtout si le monde politique continue à légiférer dans ce sens. Mais fallait-il pour autant que la présentation d’un fonds, fût-il sur le thème du climat, se transforme en meeting « écolo » ?

Il y eut, ensuite, lors d’une soirée sportive... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Guyot et Constance Mas.

« Pâques » ou « la Pâque » ?

Benjamin Guyot

Les Chrétiens célèbrent Pâques, et les Juifs la Pâque, deux mots dérivant du mot latin, pascha, qui désigne les deux fêtes à la fois. Ce dernier est lui-même emprunté au grec, qui tente de retranscrire l'araméen qui emprunte à son tour à l'hébreu  pessah' [1. La graphie « h' » retranscrit un son qui existe en hébreu mais que le français ne possède pas. Son guttural, il ressemble à la jota espagnole, ou à la manière dont l'allemand prononce « Ach ! »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles