Chrétien écolo ? de Samuele Furfari (2)

La perception de la vérité a toujours été un défi pour l’humanité, mais à l’ère de l’information (ou plutôt de la désinformation), elle revêt une importance et une urgence particulières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chrétien écolo ? de Samuele Furfari (2)

Publié le 18 novembre 2019
- A +

Par Thierry Godefridi.

 

Qui ne se souvient de la diatribe d’un Harrison Ford hirsute à ce sommet pour l’action climatique où, Indiana Jones reconverti à la climatologie, il éructa :

Pour l’amour de Dieu, arrêtons de dénigrer la science. Cessons de donner du pouvoir à des gens qui ne croient pas en la science ou, pire encore, à des gens qui prétendent ne pas croire en la science pour défendre leurs propres intérêts.

L’acteur ne croyait pas si bien dire.

 Science isn’t settled. Ne croyez pas aux messies de l’idéologie écologiste, ni aux prévaricateurs du monde politique qui les suivent par opportunisme pour avancer leurs propres intérêts !

C’est un premier message qui se dégage du livre du Professeur Furfari, Chrétien écolo ?, dont cette chronique avait entamé la recension dans son article précédent.

Il en est d’autres.

Le développement durable ne se réduit pas à l’écologisme

Les écologistes n’ont pas le monopole du développement durable.

Pour Samuele Furfari, il s’agit « d’un équilibre entre protection de l’environnement, développement économique et qualité de vie ».

Il cite ce secrétaire général de l’un des trois grands syndicats italiens qui faisait remarquer que 80 % des travailleurs italiens œuvrent à la fabrication de biens de consommation.

Cet homme de bon sens s’inquiétait des graves conséquences sociales des mesures que préconisent les écologistes en vue de réduire la consommation.

À l’inverse, si, comme dans l’Union soviétique, tout le monde a du travail mais que l’environnement est irrespirable, la qualité de vie ne manquerait pas d’en pâtir.

Encore faut-il distinguer – les écologistes entretiennent volontiers la confusion dans leur propagande – lutte contre la pollution et lutte contre le changement climatique.

La liberté est un enjeu du « débat » climatique

On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles et donc sans doute avec la démocratie.

Ce n’est pas Samuele Furfari qui s’exprime, mais François-Marie Bréon, un climatologue français, dans une interview publiée par Libération, le 29 juillet 2018.

La liberté est un enjeu du « débat » climatique.

Si, contrairement à ce que certains prétendent, le monde va mieux d’un point de vue strictement matériel (lire Hans Rosling à ce sujet), c’est parce qu’il est plus libre.

Or, les tenants de la version écologiste du développement durable veulent l’imposer d’en haut, comme les communistes le firent pour leur propre idéologie, pour, n’en doutez pas, le plus grand bien de tout un chacun et l’égalité pour tous dans la régression.

Liberté, croissance et limitation des ressources

Un autre leitmotiv des écologistes est la limitation présumée des ressources.

La crise énergétique ne nous a pas encore submergés, mais elle le fera si nous n’agissons pas rapidement.

Obama ? Al Gore ? Non, Jimmy Carter ! Élu président des États-Unis en 1977, il croyait que nous manquerions de pétrole à la fin du siècle passé.

La notion d’un monde fini, limité, est une marotte des opposants à la liberté et à la croissance : adeptes du Club de Rome, alter-mondialistes, écologistes et autres.

L’Histoire a beau lui avoir donné tort, cette croyance à un épuisement des ressources subsiste.

Que l’on songe au « jour du dépassement », à savoir la date à partir de laquelle l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an. C’est accorder peu de crédit au génie de l’Homme.

Ne s’est-il pas montré capable de découvrir les ressources nécessaires à pourvoir aux besoins et au bien-être d’une population mondiale grandissante ?

Conçoit-on que ce génie puisse s’exercer sous la contrainte et qui préférerait aujourd’hui se faire arracher une dent comme cela se pratiquait au début du siècle dernier ? S’imagine-t-on de faire renoncer les peuples les plus démunis au rêve d’une vie plus facile au nom de la primauté de la lutte contre le changement climatique ?

Le chemin, écrit Samuele Furfari, est devant nous et non pas dans un retour à un Eden du passé.

Des tyrannies exercées pour le bien de leurs victimes

De toutes les tyrannies, celle exercée pour le bien de ses victimes peut être la plus oppressante, selon l’écrivain britannique C.S. Lewis, cité par l’auteur.

De tous temps, des Hommes ont cru avoir raison et voulu imposer leur vision du bien à leurs semblables.

Comment une idéologie foncièrement anti-humains, anti-progrès, anti-libre-échange, anti-industrie et, en définitive, anti-civilisation y parviendrait-elle mieux que les idéologies liberticides, et la plupart criminelles, qui l’ont précédée ?

Concluons avec ce propos de feu Michael Crichton, cité par Samuele Furfari dans Chrétien écolo ? et connu pour ses romans à succès (Jurassic Park, mais aussi État d’urgence, sur l’écologie), diplômé en médecine de Harvard et post-doctorant en biologie, qui était un témoin scientifique écouté aux États-Unis, y compris auprès du Congrès :

Le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée est celui de distinguer la réalité de la fiction, la vérité de la propagande. La perception de la vérité a toujours été un défi pour l’humanité, mais, à l’ère de l’information (ou plutôt de la désinformation), elle revêt une importance et une urgence particulières.

Chrétien écolo ? – Le retour du paganisme, Samuele Furfari, 2019, 396 pages.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • on peut lutter contre la pollution , je fais confiance à l’ingéniosité de l’humain pour cela ; mais vouloir lutter contre le changement climatique est absurde ; il y a toujours eu des changements climatiques et ce depuis des millions d’années et cela continuera , que nous soyons là ou pas ;

    • Depuis que nous sommes là , en fait, il y a moins de bouleversements climatiques que dans le passe….la nature est bien faite , elle a créé l’homme et les conditions necessaires a sa survie ,merci Gaïa !

    • Exact. DEPUIS des millions d’années sur des phases longues de plusieurs millénaires, le climat a toujours changé, laissant le temps et la sélection des espèces faire le travail.
      Là on parle de 5° en siecle, il va donc falloir être très ingénieux, et surtout que l’ingénierie ne servent pas à des choses futiles, qui aggraveront le problème.

  • si les écologistes ne sont pas ambigus…il n’auront pas beaucoup de soutien populaire..

    la majorité des gens pense que nous surconsommons… propagande écolo oblige..
    soit..
    allez voir les m^mes personnes et proposez leur de diminuer leur revenus de 30%…

  • complètement d’accord.

    Et ce pape François, en bon gauchiste, la Conférence des évêques en bons courtisans, en bons suiveurs, sont pour cet écologisme malthusien, non scientifique. Ils n’imaginent même pas que la science puisse résoudre certains problèmes, que les scientifiques puissent avoir raison même si cela va à l’encontre de leurs idées reçues!!! On avait déjà eu Galilée et l’Eglise, cela continue.

  • « arrêtons de dénigrer la science »

    Ce sont les 10ans du climategate !
    https://judithcurry.com/2019/11/12/legacy-of-climategate-10-years-later/

    <<Malheureusement, certains scientifiques se comportent comme des prédicateurs, livrant des sermons aux gens. Ce que cette approche ignore, c'est le fait qu'il existe de nombreuses menaces dans notre monde qui doivent être pesées les unes contre les autres. … Hans v Storch 2013

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grand par la taille, le Sri Lanka est un pays modeste par sa population : vingt-deux millions d’habitants. Ouvert sur l’extérieur, le Sri Lanka dépend largement du tourisme. À majorité bouddhiste, le pays doit composer avec une forte minorité tamoule de 30 %.

Quand un pays sombre dans la crise, les idéologues se précipitent pour identifier LA cause de la crise, toujours conforme à leurs théories. D’autres se réfugient dans un prudent les causes sont multiples qui a l’avantage de n’engager personne. On lit que le Sri Lanka serait victim... Poursuivre la lecture

Sri Lanka
4
Sauvegarder cet article

Au Sri Lanka, rien ne va plus.

Ce petit pays de 22 millions d’habitants n’était pourtant pas mal parti : le revenu par habitant y était traditionnellement, et il le reste encore, bien plus élevé qu’en Inde. Il est aujourd’hui au bord du gouffre. Le pays n’a plus de riz, plus d’essence, plus de crédit, plus de touristes, presque plus de thé. Des émeutiers affamés ont envahi le palais du président, qui s’est enfui. Le Premier ministre (son frère) a aussi annoncé sa démission. Les causes de cette dégringolade tragique sont nombreuses, mai... Poursuivre la lecture

C’est avec stupeur que les visiteurs du musée du Louvre ont assisté ce dimanche à une scène hors du commun. Les différents témoins de celle-ci rapportent qu’un homme en fauteuil roulant et portant une perruque s’est levé, a tenté de briser la vitre de protection du tableau de La Joconde - installée après un premier incident en 1956 -, avant de jeter sur l'œuvre de De Vinci un gâteau à la crème. Il n’en fallait pas plus pour que cet étrange événement fasse la Une des médias et passionne les réseaux sociaux.

 

https://twitter... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles