Pacte de responsabilité : pacte de dupes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pacte de responsabilité : pacte de dupes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 janvier 2014
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Hollande Gattaz

Le président de la République a donc souhaité passer un pacte avec le patronat. En substance — au diable les détails — il est question d’alléger les charges qui pèsent sur le compte de résultat des entreprises en contrepartie de quoi ces dernières s’engageraient à embaucher.

Dans la réalité tout à fait concrète des choses, il va de soi que le président n’a pas couru nos vertes campagnes pour rencontrer, un à un, les millions d’entrepreneurs qu’il est convenu de désigner sous le terme générique de « patron ». Dans la plus pure tradition du corporatisme d’ancien régime, il a passé ce contrat avec les « partenaires sociaux » ; c’est-à-dire des organisations qui n’ont d’autre légitimité que celle d’avoir été désignées comme interlocuteurs légitimes du pouvoir par le pouvoir lui-même. En l’espèce, c’est du Medef qu’il s’agit ; une organisation dite « patronale » à peu près aussi représentative des entrepreneurs français que la CGT peut l’être des salariés de même nationalité.

C’est dire assez le sérieux de cette affaire.

On imagine d’ici ce que pensent ces milliers d’entrepreneurs, officiellement engagés par une parole qu’ils n’ont pas donnée dans une aventure qui n’entretient avec leur réalité quotidienne qu’un rapport lointain — dans le meilleur des cas.

De deux choses l’une : soit le président a signé ce pacte de bonne foi, pensant avoir réellement affaire à un patronat monolithique et à des organisations réellement représentatives, soit il se fiche ouvertement de notre poire en brassant de l’air pour tenter de s’envoler dans les sondages. Dans le premier cas, c’est un imbécile ; dans le second, c’est un démagogue. Au choix.

Bref, remettons ce pacte de pacotille à sa juste place et intéressons-nous, ô lecteur, à l’effet qu’il est raisonnable d’attendre d’une baisse des charges — des impôts — qui pèsent sur les entreprises qui ont l’outrecuidance d’exploiter le lumpen prolétariat — i.e. d’embaucher des salariés.

Commençons par rappeler deux vérités essentielles.

Primo, les entreprises ne paient pas d’impôts — jamais, en aucune manière et pas un centime : ce sont partout et toujours des personnes physiques, faites de chair et de sang, qui paient l’impôt. Il peut peser sur les actionnaires, les créanciers, les salariés, les clients ou les fournisseurs d’une entreprise mais jamais sur l’entreprise elle-même. En l’occurrence, nous dit la théorie fiscale, ce sont les actionnaires — a.k.a. les « patrons » — qui sont supposés payer la facture des charges dites patronales ; en réalité, personne n’en sait rien et il est même assez vraisemblable que ce soient les salariés qui en supportent réellement la charge — soit qu’ils soient au chômage, soit qu’ils se fassent ponctionner plus de la moitié de leur salaire réel.

Deuxio, il existe une règle d’or, aussi fondamentale qu’elle est méconnue du législateur, qui dit que quel que soit le système que vous mettez en place, vous devez toujours partir du principe que celles et ceux auxquels il est supposé s’imposer l’exploiteront au mieux de leurs intérêts. Ce n’est pas du cynisme, c’est du réalisme : il faut être politicien de carrière et, de surcroît, en grande difficulté pour se payer de « patriotisme économique » ou de « responsabilité sociale ». Dans la réalité concrète, et même si certains arrivent à se convaincre du contraire, nous ne coopérons les uns avec les autres que lorsque nous y trouvons un intérêt clairement identifiable.

Forts de ce qui précède, demandons-nous comment réagira l’employeur lambda face à ce pacte de dupes. Il sait que, pour un temps au moins, l’État lui réclamera moins de charges ce qui lui donne — au moins — sept possibilités : rétablir ses marges pour se payer mieux, rétablir ses marges pour réinvestir, en faire bénéficier ses fournisseurs, augmenter ses salariés, baisser ses prix de vente, rembourser ses dettes et, enfin, si le besoin s’en fait sentir, embaucher de nouveaux salariés.

Or, dans un environnement où les marges des entreprises sont au plus bas, où les carnets de commandes se vident, où les taxes et les règlementations prolifèrent et où les salariés voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil ; dans un tel environnement, disais-je, toutes les autres options semblent clairement préférables à l’embauche. Honnêtement, qui peut croire qu’une baisse sous conditions des prélèvements obligatoires soit de nature à redonner confiance à des entrepreneurs avec un Montebourg en liberté et un Front National en embuscade ?

Très clairement, la seule stratégie raisonnable aujourd’hui, c’est celle du passager clandestin : profiter de la baisse des charges tant qu’elle dure tout en évitant soigneusement de donner suite au pacte présidentiel. Même à supposer que vous ayez eu, ne serait-ce qu’un bref instant, envie de jouer le jeu, un bref détour par la théorie des jeux — une variante du dilemme du prisonnier — vous convaincra que vous avez toutes les chances d’être le dindon de la farce. Un tiens, dit le proverbe, vaut mieux que deux tu l’auras.

Les employeurs, pour peu qu’ils en aient les moyens, n’emploieront que lorsqu’ils seront convaincus d’avoir intérêt à le faire — c’est aussi bête que ça. De la même manière que la baisse planifiée des taux d’intérêt n’a pas incité les emprunteurs potentiels à s’endetter, une baisse du coût du travail ne fonctionnera que lorsque les employeurs potentiels auront de solides raisons de développer leurs activités. Baisser les charges aurait pu être une bonne idée si et seulement si cette mesure s’était insérée dans une démarche d’ensemble destinée à redonner confiance aux entrepreneurs : imposé du bout des lèvres par un gouvernement aux abois qui, il y a quelques semaines encore, ne jurait que par les vertus de la redistribution, de l’état-stratège et de la régulation à tout va, cet énième sparadrap n’a tout simplement aucune crédibilité et n’aura donc aucun effet.


Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Futur gardé à vue
    30 janvier 2014 at 9 h 07 min

    Rigoureusement exact! Et nos gentils ministres et président pourront ensuite convaincre l’opinion de l’égoïsme des méchants patrons qui n’auront pas voulu embaucher des individus pour les mettre au chômage ensuite, acculés qu’ils auraient été à devoir déposer un bilan au passif au moins égal aux charges sociales sur le personnel employé. Avec l’URSSAF qui tentera de récupérer des majorations exagérées qui ne lui sont pas dues! Comment peut-on faire un dégrèvement 5,40% de charges sur salaires (pas sur tous) et réclamer une embauche quand une entreprise ne fait que 2%de marge nette! Sans économie d’échelle, donc sans être une très grande entreprise c’est impossible. Et les très grandes peuvent plus facilement délocaliser, so…. Le vrai levier se fera sur les TPE et petites PME, mais avec des politiciens honnêtes qui ne cherchent pas avant tout à gagner du temps et des électeurs. Et surtout pas la nébuleuse plus ou moins gauchiste, désireuse de remplacer des humains libres par des robots républicains incultes mais dévoués.

  • « la baisse planifiée des taux d’intérêt n’a pas incité les emprunteurs potentiels à s’endetter »

    L’erreur de politique commise par les BC manipulant les taux d’intérêt est de même nature que les théories qui décrivent la demande comme un moteur de l’économie. L’erreur est due à l’inversion du rapport de cause à effet. C’est un peu comme si l’Académie décrivait la maternité en posant que la mère dépend du nourrisson qu’elle allaite.

  • J’avais laissé ce billet hier sur mon blog :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/01/29/six-fois-plus-dinvestisseurs-en-espagne-quen-france-2013/
    Vue des USA (d’un blog économique réputé) cette histoire à dormir debout de pacte de responsabilité fait plutôt rire !!!

  • « If it moves, tax it. If it keeps moving, regulate it. And if it stops moving, subsidize it. » R.Reagan

    Quand on veut limiter quelque chose, il suffit de le taxer ou d’arrêter de le subventionner. Il suffirait que les allocations chômage cessent d’être une année sabbatique par un accompagnement efficace des chômeurs.

    On pourrait ensuite utiliser ces 35Mds€ pour « offrir » 10k€ par chômeur de plus de 10 mois qui retrouve un emploi (à condition de le garder bien sûr).
    Car subventionner ce qu’on veut obtenir fonctionne (au moins un temps). Ca ne coûterait pas si cher au final, car en reprenant un emploi, ils ne seraient plus à la charge de la société.

    Ca serait anti-social bien sûr, car ça montrerait que quand on veut un emploi, on en trouve un 🙂

  • Pour rebondir, il faut toucher le fond afin que TOUS les idéologues lachent du lest …

    Courrage, on y est presque ! Encore un muillion de chômeurs de plus et tout va s’inverser …

  • Tout à fait d’accord. qui peut croire à un « pacte » avec ce gouvernement qui n’a aucune stratégie industrielle ?

    Juste une petite remarque :
    Certains semblent croire que les chomeurs se plaisent au chomage… pour ma part, je l’ai été en 2001 suite à un licenciement qui a été reconnu abusif au bout de 5 ans (en fait, conflit avec mon patron et licenciement du DG qui m’avait promu à mon poste) alors que j’avais les meilleures notations dans l’entreprise.
    Ce qui se passe aussi et il faut le dire : quand des RH savent que vous etes au chomage, ils préfèrent prendre quelqu’un d’autre ! C’est la triste réalité : ils ont des doutes sur vos compétences… les pauvres c…
    Et plus vous restez, plus ils ont des doutes. Cercle infernal.
    En 2,5 ans, j’ai passé plus de 100 entretiens sans limitation de zone géographique. Il a fallu que je mente, que je cache cela pour finir par retrouver un poste. Les RH ont aussi leur responsabilité : on ne vous juge pas sur vos capacités mais sur des critères bien subjectifs…les diplomes, des ruptures…etc
    Tout le monde ne se plait pas au chomage !!!!!!

    • Tout à fait. C’est clairement une partie du problème français par rapport à l’emploi. Les RH ont des oeillères et accordent bien trop d’important aux diplômes.

      Juger les aptitudes et les compétences, sans parler de la motivation, c’est bien trop difficile. 😉

      • On juge les diplomed car cela montre au moins une réussite il y a tellement de menteur venant vous dire je connais tout j ai tout fait alors que ce ne sont que des boffons ce n est pas facile de le voir en 20 minutes

  • André JAY
    Seules les personnes physiques bénéficient des services régaliens de l’Etat : police – défense nationale – diplomatie … mais pas du tout les personnes morales . Par conséquent , les entreprises ne devraient pas
    être imposées . En les imposant injustement on réduit :
    le revenu des entrepreneurs et salariés ,
    l’investissement ,
    les dividendes des apporteurs de capital
    et on augmente le prix des biens et services : on pénalise
    les consommateurs
    les exportations diminuent
    La conclusion s’impose – sans jeu de mot ! – ce n’est ni à 33% , ni 25 % , ni 12.5%
    c’est à 0 % qu’il faut taxer les entreprises .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Perseverare diabolicum est !

François Hollande a osé déclarer le lundi 8 mars dans le tchat vidéo sur internet animé par Samuel Étienne, se référant bien évidemment au bilan de son successeur (Le Point 9 mars 2021).

Mon grand regret, c'est de ne pas m'être représenté.

Certes, le bilan d'Emmanuel Macron n’est pas fantastique. Mais peut-on imaginer que François Hollande puisse espérer faire significativement mieux, après les dégâts qu’il a lui-même causés pendant les cinq années précédentes ?

... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Tandis que la gauche allemande a fait son Bad Godesberg en 1959 et que l’italienne a fait son aggiornamento quelques décennies plus tard, chez nous, fin 2020, François Hollande se demande s’il ne faut pas renommer le PS.

Le doux confort d’une réalité parallèle

Tout n’est pourtant pas rose pour le socialisme franchouillard. D’une part, la tornade LREM a complètement siphonné un PS qui était déjà mal en point.

D’autre part, de nombreux leaders de la droite républicaine et du centre se sont convertis à son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles