La Lumière de la foi, du pape François

Revue de l’encyclique Lumen Fidei (Lumière de la foi) du Pape François.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lumière de la foi (Lumen Fidei)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Lumière de la foi, du pape François

Publié le 18 janvier 2014
- A +

Par Francis Richard.

Lumière de la foi (Lumen Fidei)Il y a quelque six mois, Pape François mettait la dernière main à la première lettre encyclique de son pontificat, Lumen fidei, signée Franciscus, qui est aussi mon prénom en latin. C’était le 29 juin 2013 donc, en la solennité des saints apôtres Pierre et Paul.

Pendant l’Année de la foi, commencée à l’occasion du 50e anniversaire du Concile Vatican II, le pape Benoît XVI avait pratiquement achevé une première rédaction de cette lettre encyclique sur la foi. Son successeur sur le trône de Pierre l’a été également pour cet écrit : « Je lui en suis profondément reconnaissant et, dans la fraternité du Christ, j’assume son précieux travail, ajoutant au texte quelques contributions ultérieures. »

Benoît XVI, qui est un grand esprit, aura donc été à la source d’écrits fondamentaux de trois pontifes : Jean-Paul II, lui-même et, maintenant, son successeur. Et Pape François, ayant vraisemblablement ce constat à l’esprit, ajoute : « Le Successeur de Pierre, hier, aujourd’hui et demain, est en effet toujours appelé à « confirmer les frères » dans cet incommensurable trésor de la foi que Dieu donne comme lumière sur la route de chaque homme. »

Ce texte lumineux est tellement dense qu’il est impossible d’en faire une recension. Il faut le lire. Les croyants y trouveront un approfondissement ; ceux qui recherchent Dieu des pistes pour le trouver ; les non-croyants matière à réflexion, en connaissance de cause, au lieu de trouver la source de leurs dénigrements dans leurs seuls fantasmes.

À sa parution, le 5 juillet 2013, j’ai fait l’acquisition de ce texte, mais, cédant à la tentation de remettre au lendemain ce que je pouvais faire le jour même, il a fallu, pour le mauvais larron que je suis, l’occasion de la veille de Noël pour le lire et regretter de ne pas l’avoir lu plus tôt. Cela m’aurait évité bien des désordres personnels…

À défaut de recension, je me contenterai de quelques citations que j’ai relevées pour mon profit spirituel et qu’il me semble intéressant de partager :

  • Voilà le paradoxe : en se tournant continuellement vers le Seigneur, l’homme trouve une route stable qui le libère du mouvement de dispersion auquel les idoles le soumettent.
  • Celui […] qui veut être source de sa propre justice, la voit vite se tarir et découvre qu’il ne peut même pas se maintenir dans la fidélité à la loi.
  • Les chrétiens sont « un » […], sans perdre leur individualité, et, dans le service des autres, chacun rejoint le plus profond de son être.
  • La foi, sans la vérité, ne sauve pas, ne rend pas sûrs nos pas. Elle reste un beau conte, la projection de nos désirs de bonheur, quelque chose qui nous satisfait seulement dans la mesure où nous voulons nous leurrer.
  • La grande vérité, la vérité qui explique l’ensemble de la vie personnelle et sociale, est regardée avec suspicion. N’a-t-elle pas été peut-être – on se le demande – la vérité voulue par les grands totalitarismes du siècle dernier, une vérité qui imposait sa conception globale pour écraser l’histoire concrète de chacun?
  • Sans vérité, l’amour ne peut pas offrir de lien solide, il ne réussit pas à porter le « moi » au-delà de son isolement, ni à le libérer de l’instant éphémère pour édifier la vie et porter du fruit […]. Sans amour, la vérité se refroidit, devient impersonnelle et opprime la vie concrète de la personne.
  • Le croyant n’est pas arrogant; au contraire, la vérité le rend humble, sachant que ce n’est pas lui qui la possède, mais que c’est elle qui l’embrasse et le possède. Loin de le raidir, la sécurité de la foi le met en route, et rend possible le témoignage et le dialogue avec tous.
  • Il est impossible de croire seul. La foi n’est pas seulement une option individuelle que le croyant prendrait dans son intériorité, elle n’est pas une relation isolée  entre le « moi » du fidèle et le « Toi » divin, entre le sujet autonome et Dieu. Par nature, elle s’ouvre au « nous », elle intervient toujours dans la communion de l’Église.
  • La foi n’éloigne pas du monde et ne reste pas étrangère à l’engagement concret de nos contemporains. Sans un amour digne de confiance, rien ne pourrait tenir les hommes vraiment entre eux.
  • La foi affirme aussi la possibilité du pardon, qui bien des fois nécessite du temps, des efforts, de la patience et de l’engagement; le pardon est possible si on découvre que le bien est toujours plus originaire et plus fort que le mal, que la parole par laquelle Dieu soutient notre vie est plus profonde que toutes nos négations.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Que viens faire ce texte sur ce site ???

    Chacun est libre de croire à ce qu’il veut, si ça l’aide : On peut croire à l’homéopathie, à l’astrologie, aux méfaits des ondes radio-électriques, aux lendemains qui chantent, à la résurrection des morts, au réchauffement climatique antropique, au Christ rédempteur, aux chirurgiens à mains nues des Philippines, au monstre du Loch Ness… L’important est de ne pas vouloir imposer ses lubies aux autres.

    Nous vivons dans une culture catholique. L’ignorer c’est ne rien comprendre à notre monde. Mais depuis 2000 ans la science a grignoté petit à petit chacun des fondements de l’idée religieuse. Non, les orages ne sont pas la colère d’un dieu. Et comme le dit Stephen Hawkin, dieu n’est plus nécessaire pour expliquer l’origine du monde.

    Donc, libre à vous d’avoir un gourou, qu’il s’appelle François, le Dalaï Lama ou Yoda, mais nous sommes ici sur un site défendant la liberté, où l’assujetissement à un quelconque maitre à penser semble bien hors de propos.

    • Si vous croyez que la religion s’arrête à de belles histoires pour expliquer le monde… c’est que vous êtes resté bloqué au XVIIIeme (ou dans une école misérable creationniste américaine).

      Je suis athée et je trouve ce texte très beau. Évidemment il a été écrit pour des convertis et évidemment il n’a pas une portée universelle, mais il exhorte ces-dits convertis à chérir leur liberté. Et ça c’est bien.

    • La science ne nous dit rien sur l’existence, ou l’inexistence, de Dieu.
      Méditez cette phrase d’Albert Einstein, en réponse à la question « croyez-vous en Dieu? »:

      « L’idée selon laquelle l’univers et son organisation extraordinaire de précision et de perfection ne serait due qu’au seul hasard, voyez-vous, est aussi crédible que l’idée selon laquelle une imprimerie exploserait, et que toutes les presses à caractères retomberaient dans l’ordre exact du dictionnaire. »

    • « Jesuisunhommelibre »quiviecommeunegoisteetadesreactionsdeviergeseeffarouchéesdès qu’il voit des mots qui incitent de bonne reflexions.

    • La liberté commence par la liberté d expression, donc cela justifie la présence de ce texte. Si tu n es pas content, va sur le site de l humanité

  • « depuis 2000 ans la science a grignoté petit à petit chacun des fondements de l’idée religieuse. Non, les orages ne sont pas la colère d’un dieu. »

    Saluons les scientifiques, dont beaucoup sont d’ailleurs Chrétiens sans y trouver de contradiction, d’un vibrant hommage et votre diatribe ridicule d’un léger sourire empreint de lassitude. LOL, comme on dit aujourd’hui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par James Garagnon. Un article de Mises.org

Le mois dernier, à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation, le pape François nous a une fois de plus gratifiés de quelques paroles de sagesse économique en trois tweets, blâmant la libre entreprise et le capitalisme responsables de la persistance de la faim dans le monde :

The fight against hunger demands we overcome the cold logic of the market, which is greedily focused on mere economic profit and the reduction of food to a commodity, and strengtheni... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo. Un article de la Foundation for Economic Education

En tant que chef de l'Église catholique, le Pape François est un leader religieux estimé et une icône mondiale. Mais un expert dans un domaine ne fait pas un expert dans un autre - et sa compréhension de l'économie laisse beaucoup à désirer, si l'on en croit ses dernières remarques.

Les déclarations du Pape François à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation

Le Pape François a récemment fait une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de l'al... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

En tant que professeur de philosophie et également catholique je suis doublement touché par les assassinats de Samuel Paty et des trois catholiques tués dans la basilique de Nice.

Et pourtant je ne suis pas Charlie. Et je ne suis pas non plus un admirateur inconditionnel du pape François, le pape des « migrants » et de la fraternité universelle.

Je montrerai dans cet article pourquoi il est nécessaire de renvoyer dos-à-dos ces deux discours tout aussi faux et pervers l’un que l’autre.

Parlons d’a... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles