Élections : mettre la vertu au programme des candidats ?

En vue des élections à venir, au-delà de l’habileté technique, du charisme ou de l’éloquence, ne faudrait-il pas tenir compte de la vertu pour fonder le choix du candidat ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vertu

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections : mettre la vertu au programme des candidats ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 janvier 2014
- A +

Par Melchior de Solages.

vertuLa vertu en politique est peu commune, voire, au premier abord, inexistante. D’ailleurs, dans le cadre d’élections, peu s’en soucient et l’attention de l’électeur se borne à l’évaluation technique des différents programmes proposés. Le profil d’un présidentiable s’assimile aujourd’hui à celui d’un bon premier ministre. La technicité l’emporte désormais sur l’orientation générale que le candidat souhaiterait donner au mandat qu’il brigue. Pour beaucoup, c’est la conséquence même de la mondialisation, des maillons tissés à l’international qui se resserrent et complexifient d’autant les mécanismes à l’œuvre, des avancées technologiques que l’homme peine à suivre, ou plus simplement, de la rationalisation croissante exigée en amont de chaque acte de gouvernance quel qu’il soit. Pour beaucoup donc, le présidentiable aujourd’hui se doit d’apporter une maîtrise totale des sujets les plus pointus jusqu’au cœur de son discours politique. Sans cela, il ne pourrait d’ailleurs faire face à la bordée de questions-réponses précise et incisive des journalistes fascinés de statistiques, d’où qu’elles viennent.

En réalité, l’hypertrophie du technique en politique n’est pas seulement le produit d’une nécessité historique mais surtout celui d’un arbitrage électoral devenu nombriliste et figé. En cela, il est assez révélateur de voir aujourd’hui que toutes les propositions des programmes sont retenues par les électeurs, voire même par les candidats, comme autant de promesses à tenir. On attend du candidat la résolution de tous nos problèmes comme un dû, sans accorder aucune attention à la vision politique qu’il se prépare à incarner. Par cette approche sclérosée de la politique, on oublie la scission analytique qu’il convient de faire entre l’instantanéité de l’élection et la temporalité du mandat. L’important n’est pas tant ce que le candidat propose actuellement comme solutions aux problèmes rencontrés mais bien plutôt ce qu’il fera face à la nouveauté, l’inattendu, l’imprévisible qui constitueront la plus grande part de son mandat.

En effet, se borner à l’étude superficielle du programme équivaut à choisir un candidat sur la seule base de ses velléités affichées et éphémères, deux épithètes qui rappellent à notre bon souvenir 1) les risques souvent avérés de démagogie et de calcul politique dans le choix des propositions, et 2) l’horizon temporel nécessairement insuffisant – parce qu’ignorant de l’avenir – de la réflexion socio-économique qui a amené à ce choix. En un mot, non seulement on ne peut être sûr, sur la base du seul programme, de l’intégrité du candidat, mais surtout, son programme conçu dans une situation socio-économique particulière ne peut prétendre à l’immuabilité et ne saurait résister aux aléas du temps. Ces deux biais font que le programme ne présage que très vaguement du mandat à venir. Il est donc, en tous points, irresponsable d’aborder le choix du candidat de ce seul point de vue.

Intervient alors le critère de la vertu, depuis trop longtemps occulté par le technique et le rationnel. Entendons ici la vertu comme l’habitude de faire le bien. Si un programme ne nous laisse, comme nous l’avons vu, qu’un avant-goût fort imparfait du mandat à venir, il convient en effet de trouver le critère idoine qui puisse pallier les deux inconnues identifiées précédemment : l’intégrité et la capacité d’adaptation du programme et du candidat. Or, dans cette optique, quoi de mieux que la vertu ? Avoir l’habitude de faire le bien supprime de fait le problème de l’intégrité et est la meilleure garantie qui soit face à celui de la capacité d’adaptation aux situations nouvelles. Bien entendu, nous concevons tout à fait que le mieux intentionné des hommes puisse être piètre gouverneur pour peu que ne lui soient présentées que de mauvaises options. La vertu seule du candidat n’est donc en rien suffisante. L’homme politique vertueux se doit de se doter d’une fine équipe de conseillers capable de le seconder en toute décision. Mais une fois le travail de recherche et de conseil effectué par son équipe, le politique vertueux saura choisir le plus court chemin vers le bien. Remarquons que nous répondons ici implicitement au manque ambiant de vision politique que nous avions soulevé plus haut. En choisissant, du fait de sa vertu, le plus court chemin vers le bien, le politique adapte systématiquement la situation nouvelle à son habitude du bien, ce qui prend naturellement la forme d’une trame d’actions continue et univoque, soit, l’incarnation même d’une vision.

Choisir un candidat pour ses prouesses techniques au grand oral du deuxième tour est une attitude quasi-systématique aujourd’hui, y compris chez les chrétiens. Qu’ils sachent qu’ils se trompent aussi bien sur le plan rationnel que sur le plan spirituel. Nous n’abordons ici que le premier plan, mais qui suffit amplement à notre cause. Seule la vertu permet véritablement de fonder le choix de candidat. L’habileté technique ne garantît rien et ne permet absolument pas de présager du comportement prochain de l’élu. Faisons mention, ici, des nombreuses autres qualités souvent plébiscitées – avec raison – par les électeurs tels que le charisme ou l’éloquence. Aussi fédératrices soient-elles, n’étant le gage d’aucun bien en elles-mêmes, elles ne sont pas essentielles à la manière de la vertu et sont à ranger aux côtés de l’habileté technique comme qualités désirables sans être pour autant nécessaires dans le choix responsable de candidat. Dans cet article, nous avons tenu à insister tout particulièrement sur le caractère secondaire de l’habileté technique qui n’a pas lieu de peser autant sur le choix de candidat. Le caractère secondaire des autres qualités tels que le charisme ou l’éloquence cités plus haut semblant, quant à lui, être déjà bien – sinon trop bien – assimilé par les Français, à en juger par le profil du président en place.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Mettre la vertu au programme des candidats ? La Constitution dispose que « tout mandat impératif est nul » ;).

  • Exactement, on n’a pas besoin d’un technicien comme chef d’état mais d’une personne exemplaire ! C’est pareil dans la famille qu’on s’acharne à détruire : que deviennent les enfants de parents irresponsables et dissolus ? Il y a suffisamment de techniciens autour du Président pour que celui-ci puisse se concentrer sur sa vision personnelle des services à rendre aux Français. On devrait élire un chef d’État selon ses convictions personnelles (et non d’équipe) et son témoignage de droiture dans la vie de tous les jours. C’est pourquoi une personne avec une forte moralité sera toujours plus compétente à ce poste qu’un technicien. Bien entendu on ne parle pas d’un surhomme mais une personne intègre saura pratiquer la repentance lorsqu’elle tombe (mensonge, erreur, etc), repentance qui implique un changement de comportement. Contrairement à la mentalité ambiante, ce n’est pas une faiblesse de reconnaître ses erreurs mais une preuve d’amour pour la vérité, ce qui est une denrée très rare en politique !

    •  » on n’ a pas besoin d’un technitien…  »

      vu le niveau et le resultat des présidents depuis De Gaules, on aurait plutot besoin de personne…

  • Voyez aussi comment se comporte Angela Merkel. N’est-il pas révélateur qu’elle se fasse appeler Mutti (maman) ?

  • Comme si ce qu’on pense change qq chose.

    Si les élections changeaient qq chose, il y a longtemps qu’on les aurait interdites.
    Coluche

    La vraie question serait, pourquoi appelle-t-on une démocratie un modèle de gouvernance basé sur des élections, alors qu’une démocratie se défini par un tirage au sort des mandatés. Le tirage au sort n’est pas là par hasard, ou anecdotique, c’est indispensable pour éviter la captation du pouvoir par une caste, exactement ce que nous vivons.

    Demander aux gens de voter entre 10 candidats qui feront tous la même chose, c’est pas une démocratie, c’est une arnaque.

  • Mais tout le monde vote pour le candidat le plus vertueux, c’est-à-dire celui qui semble être le plus proche de ce que l’on considère être le bien. Tout le problème tient dans la définition du bien.

    Pour un libéral, le bien, c’est le libéralisme, et le mal, le socialisme, pour un socialiste, c’est l’inverse…
    Pour un conservateur, le bien c’est le mariage et la fidélité, pour un libertin, le bien c’est de multiplier les aventures au gréé des envies…

    Si DSK n’a pas été élu, c’est parce que les socialistes l’ont considéré comme moins vertueux que Hollande. Et si Hollande a gagné contre Sarkozy, c’est parce que les Français ont considéré Sarkozy comme moins vertueux.

    Il n’y a plus tellement aujourd’hui de consensus sur les valeurs morales, comme ce fut le cas à l’époque où l’Eglise catholique servait de référence et c’est peut-être finalement cela le vrai problème de la France…

  • Les jacobins de 1793 robespierre en tête ne s’étaient ils pas auto-proclamés vertueux?

  • pourquoi les français vont voter ?

    pour voire comment leurs congénères sont habillés, et montrer leurs dernière voiture…

    pour qui vote – t – ils ?

    pour les plus malins, pour celui qui donne le plus d’allocations. pour les autres, le faveur va à celui qui a la plus belle femme… c’est ça la démocratie !

    on ne voit pas bien ce que la vertu peut venir faire là dedans ?

    quand à l’abilité thecnique, si c’était le cas, on aurait eu platini, puis zidane comme président depuis 30 ans !

  • La suppression de cette fonction présidentielle n’ a jamais il me semble été envisagée dans les grands médias encore moins débattue , j’ y suis favorable mais je suppose que la majorité des gens y tiennent donc j’ aimerais savoir pour quelles craintes ils ont si peu envie de la supprimer .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Phillippe Villemus. Un article de The Conversation.

Depuis soixante ans, les sondages d’opinion jouent un rôle primordial et controversé dans le déroulement des campagnes électorales. Leur multiplication pour l’élection présidentielle 2022 s’explique par l’utilisation d’Internet et par la nécessité des chaînes d’information de nourrir leurs émissions en continu. Mais ces sondages auront-ils une influence sur les résultats de la « mère de toutes les élections » ?

La supposée influence des sondages en politique serait conforme... Poursuivre la lecture

crises État subsidiarité élections utilitarisme covid
0
Sauvegarder cet article

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles