Tunisie : la révolution de Bouazizi trahie

Constitution tunisienne : les députés ont rejeté vendredi l’amendement de la liberté du travail et de l’initiative économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tunisie : la révolution de Bouazizi trahie

Publié le 12 janvier 2014
- A +

Par Emmanuel Martin.

 

Alors que les députés de l’Assemblée nationale constituante de Tunisie rédigent peu à peu la nouvelle constitution tunisienne, une polémique a émergé jeudi soir lors de l’élaboration de l’article 48 relatif aux droits et libertés. Un amendement, émanant de députés de tous horizons et énonçant que « L’État garantit la liberté du travail et la liberté de l’initiative économique » a suscité un vif débat au sein de l’Assemblée entre les « pro » et les « anti ». Après une suspension de séance, un vote a eu lieu vendredi matin, aboutissant au refus de l’amendement (seules 93 voix se prononcées pour, alors que 109 étaient nécessaires).

Pour Samia Abou cet amendement reviendrait à « imposer une orientation économique, celle du libéralisme sauvage ». Mourad Amdouni a averti : « Si vous faites passer cet article, ce serait la plus grande traîtrise faite au peuple tunisien et à la révolution ». Les poncifs éculés sont convoqués au tribunal soi-disant « populaire ».

En réalité, quand on se souvient la façon dont a été déclenchée la révolution tunisienne, de telles réactions ne manquent pas de surprendre : Mohamed Bouazizi, petit entrepreneur ambulant vendant des fruits et des légumes, s’est immolé précisément pour réclamer sa liberté à l’initiative économique. Il s’était vu interdire d’exercer par les autorités et confisquer matériel et marchandises, le ruinant sur le champ. C’est précisément l’absence de liberté de l’initiative économique qui étouffait Bouazizi comme l’immense majorité des tunisiens. 

La liberté d’entreprendre, qui est pourtant ancrée dans la tradition de ce peuple, serait considérée par certains réactionnaires comme une menace pour les secteurs dont l’État a le monopole. On perçoit ici comment les Tunisiens vont se faire flouer : la Tunisie de Ben-Ali était caractérisée par un système de copinage et de clientélisme qui risque aujourd’hui de tout simplement changer de « patrons ».

La « liberté du travail » n’empêchera pas le droit de grève, comme le redoutent certains, puisqu’il est aussi garanti par la constitution. Par ailleurs, le service minimum, aussi craint par les détracteurs de l’amendement, est désormais considéré comme un impératif démocratique envers le peuple-contribuable dans certains secteurs essentiels ; et il ne remet pas en cause le droit de grève.

Alors que la Tunisie cherche des bailleurs internationaux pour financer sa croissance, une telle position envoie un signal particulièrement négatif. Si la majeure partie des décideurs présidant au futur politique de la Tunisie sont incapables de comprendre que le développement passe par l’entreprise et l’initiative économique, la crédibilité du pays ne peut qu’en souffrir.

Les micro entreprises, qui forment 95 % du tissu économique du pays, sont les premières concernée par la liberté d’entreprendre.

En supprimant cet amendement, l’Assemblée constituante a trahi ce pour quoi Mohamed Bouazizi s’est battu.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Espérons que Bouazizi ne leur mette pas profond !

  • Le socialisme dans toute sa splendeur…Je ne donne que très peu de temps avant que la Tunisie bascule soit vers le chaos intégral (guerre civile) ou vers un régime intégriste comme celui des talibans…Ou les deux…

  • Comparer la situation de Bouazizi et les causes de son immolation (principalement liées au travail et a l’argent certes) avec la sois disant nécéssité doctrinale de la libéralisation sauvage dans la quelle se lance le monde et en premier lieu la France (avec les fermetures d’usines, la fuite des cerveaux et de la technologie et les effets qui s’en suivent) c’est franchement de la mal honnêteté intellectuelle, de quel qu’un qui prétend sonner la trahison du peuple (a travers l’exemple de bouazizi) tout en s’offusquant qu’on ne puisse pas proposer a la Tunisie la libéralisation économique, afin qu’on en finisse pour de bon, qu’on achève tout le monde, et qu’on se retrouve avec un Emmanuel Martin affable de « oui mais je pensais, car évidement c’est différent…blablaplouf »
    Il est ou ton contre pied?

    • J’imagine que parler de libéralisation sauvage dans le cas de la France ce n’est certainement pas de la mauvaise fois : après tout nous ne somme qu’à 57% de dépenses publics !

    • Affable… Effectivement… Laissez crever votre jeunesse, c’est parfait. C’est ce genre de position qui « achève tout le monde ».
      Quand à la libéralisation sauvage en France… wow.

    • un nouveau scoop à propos de l’ultralibéralisme sauvage et destructeur qui s’abat sur l’hexagone:

      dans la creuse, l’immobilier à beaucoup baissé depuis quelques temps, et ainsi, de nombreuses maisons sont achetées par …. par… par ? des perfides financiers internationnaux ? des ressortissants de la perfide albion ? des spéculateurs aux doigts crochus ? des fonds d’investissements quatariote ?
      non, par des chomeurs … français… … … va comprendre charles ?

  • Tant que les libéraux ne se battront pas pour le libéralisme, le libéralisme n’existera pas.

    C’est le vrai problème du libéralisme, il manque de militant.

    Tant que le libéralisme sera une pensée et non une force, il sera contraint aux livres, et aux livres uniquement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Par Jeunes Libéraux.

https://www.youtube.com/watch?v=3KUPoGF7QRc&feature=emb_logo

Nous avons écrit et monté cette vidéo dans le but de présenter les idées du premier chapitre de Démocratie, le Dieu qui a échoué de Hans Hermann Hoppe. Elle n’a pas pour objectif de recenser l’ensemble des imperfections de la démocratie, mais simplement de montrer qu’il est dangereux de la sacraliser.

Comme l’avaient prédit un certain nombre de penseurs et économistes (Hayek, Kant, Tocqueville ou La Boétie pour ne citer qu’eux) la démocr... Poursuivre la lecture

Printemps arabe
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit est la synthèse de mes voyages et contacts, recoupés par divers témoins de ces printemps. Du plus ancien, Gilles Kepel, un des grands islamologues mondiaux, arabophone et capable d’identifier l’origine de chaque interlocuteur suivant son accent et son parler, au plus récent, Olivier Poivre d’Arvor, ancien ambassadeur de France en Tunisie, qui a donné une conférence sur le sujet le 10 novembre pour « Géostratégies » et « Sciences-po défense », à laquelle j’ai assisté.

Je vais commencer par le pays o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles