La quenelle sur toutes les photos

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Quenelle (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La quenelle sur toutes les photos

Publié le 6 janvier 2014
- A +

imgscan contrepoints 2013-2545 quenelle

Le fascisme rose en plein délire, je suis obligé de revenir sur la problématique de la fameuse quenelle qu’il ne faut pas faire mais dont tout le monde parle pour dire qu’il ne faut pas la faire, photos et vidéos à l’appui.

Avant toute décision de justice, le Sinistre de l’Intérieur lance des ukases à ses préfets pour faire interdire un spectacle qu’aucune action en justice n’a (encore ?) condamné, et dont tous les juristes interrogés sur les plateaux se sont accordés à dire que ce serait difficile. Alors on invoque le « trouble à l’ordre public », et, pour être sûr qu’il y en aura, des appels se multiplient pour aller « protester » devant les salles accueillant le délinquant, le criminel M’Bala-M’Bala. On fait donc carrément l’appel aux nervis pour aller jouer les casseurs.

Si d’aucuns, même libéraux, peuvent prendre un air attristé en hochant du chef pour soupirer que le Franc-Britto-Africain exagère et que, finalement, c’est pour sauver la démocratie, tout ça, je rappellerai que le même Sinistre a accusé en son temps les factieux-ligueurs de La Manif Pour Tous, les Veilleurs et, récemment les Bonnets rouges bretons. Et que les médias bobos se sont scandalisés lorsque des Cathos priaient devant les salles de spectacles où l’on jouait des blasphèmes subventionnés, n’est-ce pas, Ribes ?

Enfin, si la quenelle est le salut nazi-olympique détourné, que dirait-on d’utiliser le poing levé socialo-communiste façon quenelle ? Serait-ce aussi scandaleux, en pensant aux dizaines de millions de mort de cette idéologie toujours présente dans notre Parlement, nos médias (subventionnés), nos campagnes politiques télévisées, de Poupou à Mélenchon en passant par le clone d’Arlette ?

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Bravo, excellent.

  •  » tient ! voila d’la quenelle, voila d’la quenelle, voila d’la quenelle

    pour les alsaciens les suisses et les lorrains… « 

  • « Enfin, si la quenelle est le salut nazi-olympique détourné, que dirait-on d’utiliser le poing levé socialo-communiste façon quenelle ? »
    L’existence des cons n’autorise personne à se laisser aller à être plus con qu’il n’est déjà.

  • Monsieur Le Honzec,

    Une simple remarque – en passant… par la Lorrai-ai-ne (air connu) pourquoi pas ?

    Votre dessin, qui nous montre des hommes glabres, ne manquerait-il pas d’un peu de rigueur historique ? 🙄
    En effet, n’a-t-on pas coutume d’appeler les soldats de la Grande Guerre… les Poilus ? 😉

    P.S. : Merci pour votre humour inspiré que j’apprécie !

    • Sauf qu’on ne les appelait pas « poilus » en raison de leur barbe fournie façon tablier de sapeur-légionnaire.
      Une barbe pareille est un nid à vermine et à poux, dans l’hygiène aussi aléatoire que celle des tranchées, sans parler de la difficulté, en cas d’attaque au gaz, d’enfiler un masque à gaz avec toute la rapidité requise, ou de l’étanchéité du masque, mise à mal, voire carrément annulée par la barbe en question.

      On les appelait « poilus » pour dire qu’ils étaient courageux, braves.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Marc Crapez.

La jonction opérée entre le centre-droit espagnol d’Albert Rivera et le centre-gauche français de M. Valls est un phénomène significatif. Il annonce un changement de personnel politique, non pas seulement plus jeune, réformateur et réaliste -c’est chose faite depuis Tony Blair et Gerhard Schröder- mais moderniste et europhile.

En effet, à l’instar de l’homme politique du XIXe  siècle Juan Prim y Prats, Rivera a fondé une forme de libéralisme résolument ou agressivement progressiste. Pendant ce temps, en France, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles