En France, Christophe Barbier aime tendrement l’internet chinois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christophe Barbier et Dominque Reynié (Crédits Fondapol, licence creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, Christophe Barbier aime tendrement l’internet chinois

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 janvier 2014
- A +

Ce vendredi 3 janvier, un éditorialiste très médiatique a ouvertement déclaré souhaiter un contrôle d’internet à la mesure de ce qui se pratique dans la plus grande dictature communiste de la planète. Tout va bien, c’était en France. Et ça se reproduira.

Tout se passe donc au cours d’une émission de la radio RMC, dans laquelle le débat tourne, pour changer, sur les frasques culino-provocatrices d’un humoriste douteux dont l’intérêt se borne à fournir à une gauche en désarroi un excellent sujet d’occupation pendant que le pays s’enfonce dans la médiocrité généralisée. Au cours de cette émission se pose évidemment la question de savoir comment museler l’enquiquinant trublion. En effet, dans une démocratie qui se respecte, dès qu’une opinion, un geste ou une parole froissent, les journalistes, les éditorialistes, les philosophes, les sociologues et autres psychologues d’État montent au créneau pour défendre le droit d’empêcher les crime-pensées de s’exprimer.

christophe barbier aime tendrement christophe barbierEt il n’y a pas plus bruyant défenseur du Droit à Museler Les Méchants Penseurs que ces chroniqueurs mondains acoquinés depuis bien longtemps avec le pouvoir, baignant dans le capitalisme de connivence en frétillant de l’arrière-train avec délectation, au premier rang desquels on trouve bien sûr Christophe Barbier, responsable (mais pas coupable, bien évidemment) de la rédaction de L’Express, et dont la capacité d’analyse parvient difficilement à égaler celle du mouton qui fournit, jadis, la laine dont est faite son inséparable écharpe rouge, devenue marque déposée d’un boboïsme populaire en carton.

Il fallait s’y attendre en invitant ce poseur écharpé : dès lors que fut abordée la question d’un contrôle sur internet, notre fier éditorialiste, se dressant comme un seul homoncule, ne put s’empêcher d’éructer la première idiotie qui lui passa par son yaourt intracrânien. À chaque vilénie proférée sur les ondes ou dans un spectacle, la Justice devrait faire son travail, morbleu ! Peu importe que cela soit déjà le cas, peu importe que cela n’ait aucun effet tangible, la Justice doit passer, deux fois et avec de beaucoup de sauce, s’il le faut !

Mais surtout, si les propos sont tenus sur Internet, qu’ils soient poursuivis, qu’ils soient contrôlés ! Et puis d’abord, le brave Christophe nous l’explique sans frémir,

« Internet n’est pas un no man’s land, on peut combattre juridiquement ceux qui violent la loi. »

Ce qui est parfaitement exact : toutes les lois actuellement en vigueur suffisent amplement à poursuivre le petit internaute qui viendrait à déraper, à tenir des propos nauséabonds, à faire preuve d’incitation à des comportements que la morale républicaine et du vivrensemble réprouve pénalement, bref, à bouter le racisme, la xénophobie hors de nos frontières numériques.

Mais si tout ceci existe, si tout ceci est possible, et si, d’après Barbier, il faut poursuivre, poursuivre, poursuivre, cela ne suffit pas. Alors même qu’il vient de déclarer que l’internet n’est pas un no man’s land, et avec cet élan que seuls les caddies de supermarché pleins et sans freins accumulent lorsqu’une descente trop raide les mènent au parking où ils viendront s’encastrer contre une voiture mal garée, il poursuit en déclarant tout de go, je cite :

« Internet est un champ d’impunité parce que ça explose dans tous les sens. »

Vous le voyez, le petit caddie plein de victuailles qui a pris trop de vitesse et s’enfonce dans une colonne en béton ? C’est Christophe qui, emporté dans son élan, se contredit en 5 secondes montre en main. Un coup, l’internet n’est pas un no man’s land, un coup, c’est un champ d’impunité. Mais le micro est toujours branché. Le caddie a encore de l’énergie, l’inertie n’est pas épuisée et l’analyse n’est pas finie. Barbier continue donc, sans fléchir :

« Ça se régule, aussi, internet. Entre nous, les Chinois, ils y arrivent bien. Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort, aussi, de faire respecter la loi sur internet, sinon, ce sera dictature ou dictature. »

saperlipopette !Oui, vous avez bien lu et non, je n’ai rien inventé : au milieu de ce déferlement de conneries consternantes dans lequel on apprend qu’une démocratie doit se hisser au niveau d’une dictature (oui oui), on retiendra qu’un éditorialiste français réclame en trépignant et en s’agitant devant un micro d’une radio assez populaire que l’internet français soit mis en coupe réglée comme l’est celui des Chinois.

Je passe bien sûr sur l’incompétence ridicule du pauvret qui ne comprendra jamais la différence fondamentale entre l’internet installé en France, qui ne pourrait disposer que de filtrage a posteriori tant l’infrastructure fut au départ montée sans le moindre épurateur lorsqu’il se déploya, lentement, dès les années 90, et celui des Chinois qui fut dès le départ concentré et limité puisque sous la responsabilité d’entreprises d’État ; finalement, il ne s’agit pas d’une question technique même si les obstacles à la réalisation du rêve humide de Barbier promettent quelques moments de rigolisme hadopitoyable.

En revanche, il me sera difficile de passer sur l’appel même pas voilé à la censure et à la restriction la plus drastique de l’expression politique sur internet (ou partout ailleurs du reste). Barbier prend ici la dictature communiste chinoise comme mètre étalon de ce qu’il faudrait réaliser pour venir à bout des méchants qui ne pensent pas droit comme il faut. Si l’on peut se réjouir qu’il n’ait pas pris, avec un peu de cynisme, les États-Unis comme exemple, se rend-il seulement compte que c’est avec ce genre de saillies, ce genre de raisonnements calamiteux que les plus solides dictatures, les fascismes les plus durables se sont installés ? Se rend-il compte que cette pensée ne lui a pas échappé par hasard d’une bouche qui se gargarise d’habitude de liberté d’expression et de grandiloquence journalistique ? Se rend-il compte qu’il donne ici un boulevard à ceux dont il prétend être l’ennemi ?

cat facepalm

Parallèlement, on peut se demander où sont tous les autres journalistes qui sortent du bois en criant au loup à chaque fois qu’un politicien tente de les faire taire ? Où sont les défenseurs insubmersibles de la liberté d’expression lorsqu’il s’agit d’un des leurs qui dit absolument n’importe quoi ? Quels seront les nécessaires Jaurès qui accuseront Barbier d’avoir lâché une énormité de trop ?

Bien sûr, il ne faut pas perdre de vue que Barbier n’est en pratique que l’un de ces petits tâcherons insignifiants d’une presse lourdement subventionnée, elle-même plus qu’un vague rouage de la transmission démocratique et républicaine du message officiel de bienpensance des élites.

Mais ce que les petites éructations bilieuses de l’éditorialiste montrent surtout, c’est que la pensée même d’une censure et d’un filtrage de l’internet à la mode chinoise n’est absolument plus taboue pour ces gens qui entendent former l’opinion du peuple. Pour un Barbier qui s’exprime et qui montre l’étendue de l’arrogance de ces gens, combien n’en pensent pas moins et œuvrent effectivement pour qu’il en soit ainsi dans un avenir très proche ?

Fascism : do you think it'll be this obvious ?

—-
Et pour ceux qui n’en croient pas leurs yeux et préfèrent leurs oreilles, voici l’enregistrement correspondant de l’émission.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Cet article m’a fait rire (dans le bon sens).

    Toujours ce Barbier qui nous avait gratifié d’un éditorial incroyable ou il tentait de nous faire avaler que mettre la Grèce sous la coupe de la « Troïka » était un service que nous rendions à ce pays inventeur de la démocratie.

    Il y a aussi ses sorties ridicules et contradictoires sur la liberté d’expression.

    Jusqu’où va-t-on descendre…

  • Un Barbier qui rase gratis ?

  • La liberté de la presse en France n’est pas un vain mot pour autant qu’elle soit jacobine, uniquement jacobine.

  • J’écoutais la radio quand Barbier a sorti ce truc. Je n’en revenais pas, cela sortait directement du cœur.
    La régulation d’internet à la chinoise, nous y allons tout droit.

  • il faut expédier en Chine à défaut de Séville qui n’en voudrait pour rien au monde ce barbier qui nous rase et qui gamberge au ras des pâquerettes !

  • J’ai comme une envie de dire que les juifs et les arabes sont des humains comme les autres. Par contre les socialistes et les communistes ne sont pas des humains, juste des idéologues qui vivent du malheur des autres. De là, on peut comprendre que l’Internet dérange et sorte du moule. Le communisme c’est now.

  • La quenelle est une erreur comme symbole, mieux aurait valu choisir le boudin puisqu’on en trouve des noirs et des blancs, par contre le boudin coupé au bout est invendable, dommage.

    • Oui, mélanger la gastronomie au socialisme est complètement débile. Un boudin, une quenelle, un pied de cochon, un langue de vache, une cervelle de mouton. Que c’est bon ! Les socialos ça donne quoi ? Rien, ça enlève.

  • Ca fait 2 fois en moins d’une semaine, juste après avoir dit que Valls avait raison de vouloir faire valser la liberté d’expression en interdisant dieudonné…

    Cet énergumène est complètement barge…

  • Il faut comprendre ce malheureux.
    Depuis trois mois ils essaient de m’abonner a leur feuille de chou.
    Gratis… en fait je lis parfois quelques pages lorsque je n’ai rien d’autre a lire (aux toilettes).
    Mais.. toujours pas d’abonnement.
    Et donc, les seules issues sont:
    – les subventions.
    – museler le web , qui lui fait de la concurrence

  • A ce niveau ça relève de la psychiatrie…

    • La connerie ne se soigne malheureusement pas.

      • Surtout quand celle ci est un choix en connaissance de cause. Là, on ne parle plus de connerie, mais de pleine responsabilité de ses actes et pensées. D’où l’on peut conclure: encore une merde du capitalo connivence.

  • Reglementation d’internet?il y aura donc des Kloses Barbie euuh Barbier!

  • Réguler la Société, c’est possible, les Nord-Coréens le font bien…

    Déjà un nominé pour les facepalms d’or…

  • christophe barbier

    sa tante me gardait ma fille quand elle était enfant et que j’étais installee en liberal dans son village d origine
    il est brillant quoique il ait cube pour normal sup
    mais il ne ‘en est pas remis
    son but:devant devant!!!!!
    les pauvres qui arrivent sont encore pire que les fils de…..cf taubira et vallot belle casseroles.

  • ce type est une abération ; qu’il aille vivre en chine , qu’il profitte donc de la dictature de ce pays ; il reviendra bien vite en france ne serait ce que pour continuer à palper le fric qu’il touche via l’argent des contribuables ; espèce de malade va !

  • Oui j’ai vu ça le commentaire de Barbier…Sur le modèle Chinois par rapport à Internet….J’avoue j’hésite à écouté une telle ineptie…Rire ou pleurer….Rire quand on est fan de Dieudo….Pleurer car Valls est sa clique son capable de l’écouté?….

  • Barbier a juré la mort de l’Express et c’est bien dommage. Il attend 24 heures sur 24 que Ayrault lui montre par un signe (SMS , coup de fil .. ) qu’il l’aime bien malgré tout. Il ne tolère plus que ses lecteurs le critiquent. Je n’ai pas résisté à mon envie de ne plus lire ce canard vide.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une doctorante dans le domaine des STEM (siences dures) de l'une des meilleures universités du monde m'a dit un jour :

"Je pense que tout le monde a raison."

Lorsque j'ai essayé d'argumenter que les faits et la vérité existent et que sa déclaration défie la définition de juste, elle m'a répondu : "nous pensons différemment, et c'est bien ainsi".

Une institution renommée ressemblait soudain à un jardin d'enfants.

Aujourd'hui, j'aime commencer un cours de philosophie en demandant aux étudiants s'ils peuvent dire que ... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Par Margot Arold.

Interdiction de rigoler ? Sujets désormais interdits ? Il semblerait qu’en haut lieu on ait totalement perdu le sens de l’humour… et qu’on compte bien mettre au pli les Français qui seraient tentés de rire de sujets rendus de plus en plus sensibles.

 

Christophe Galtier et son trait d'humour

Ainsi, Christophe Galtier, entraîneur du PSG a-t-il répondu de façon ironique à la question de l’utilité d’un déplacement Paris-Nantes en avion :

https://youtu.be/V9SI7bCltkI

« Ce matin, on a discu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles