Paris, finances en danger

Quelle mouche a piqué l’Institut Montaigne pour qu’il déclare la situation financière de Paris « globalement favorable » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pollution Paris (Crédits Storm Crypt, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Paris, finances en danger

Publié le 21 décembre 2013
- A +

Par Aurélien Véron.

Pollution_ParisQuelle mouche a piqué l’Institut Montaigne pour qu’il déclare la situation financière de Paris « globalement favorable » ? L’agence Standard & Poor’s n’a pas hésité à abaisser la note de crédit de la ville de Paris en janvier 2012 de AAA à AA+. En juillet 2013, ce fut au tour de l’agence Fitch d’annoncer la diminution de son évaluation de AAA à AA+ ?

Le quasi quadruplement de la dette de Paris entre 2001 et 2014 ne plait pas autant aux agences de notation qu’au think tank de Claude Bébéar. Elles n’ont pas tort. Le détail du fonctionnement de la capitale n’a pas de quoi susciter l’enthousiasme.

Les impôts parisiens ont augmenté de 40% en 10 ans. Ce matraquage fiscal n’a pourtant pas suffi à couvrir la forte croissance des dépenses de fonctionnement de la ville. Car dans le même temps, la dette de Paris a quasiment quadruplé à 4 milliards d’euros sans amélioration notable de la qualité des services municipaux. Dès son premier mandat, Bertrand Delanoë a embauché 10 000 agents supplémentaires. Le nombre d’agents de la mairie et du département de Paris atteint aujourd’hui 73 000 selon l’Ifrap. Il dépasse celui des agents du grand Londres (60 000 pour 8 millions d’habitants) ou de l’Union européenne.

Cette bureaucratisation de Paris s’est accompagnée d’une explosion des hauts salaires. Pour commencer, la mairie de Paris compte 36 adjoints, presque autant que le nombre de ministres au gouvernement. Hormis l’adjoint aux finances dont le coût de 660 000 euros peut se justifier, comment expliquer les 500 000 euros estimés pour chacun des 35 autres adjoints, ainsi que les 75 chauffeurs et 68 véhicules de fonction ?

D‘autant que ce club des 36 adjoints cache l’armée de collaborateurs de cabinet, de chargés de mission et de directeurs généraux dont la moyenne des vingt plus hauts salaires a atteint 248 000 euros en 2008 selon un rapport de la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France. La mairie a certes dû revoir ces hautes rémunérations un peu à la baisse depuis ce rapport accablant. Pourquoi ne pas envisager de réduire le nombre de ces adjoints à 15 (c’est le format du gouvernement allemand, Paris peut bien s’en satisfaire) et simplifier l’organigramme de la mairie non seulement pour réduire son coût, mais aussi pour retrouver une mairie plus réactive ?

Mais de nombreux organismes restent discrètement dans le périmètre de la mairie et permettent de verser des émoluments considérables aux dirigeants choisis. Suite à une affaire interne, un  directeur général a été licencié sans mise en demeure. Moyennant une indemnité de départ de 343 000 euros tout de même, pour un salaire de 178.000 euros par an.

À 7 milliards d’euros, les frais de fonctionnement de la Mairie de Paris ne lui donnent quasiment pas de marge de manœuvre. Nous assistons à un ralentissement du marché immobilier qui entraîne déjà une baisse des droits de mutation. La mairie ne doit pas exclure une diminution du milliard d’euros de dotation de l’État à la ville de Paris.

Bref, les Parisiens sont confrontés à un risque réel de perte de contrôle des comptes de leur ville. L’Institut Montaigne devrait être plus prudent avant de délivrer un satisfecit à la gestion de Paris. Ce think tank devrait surtout appeler la mairie de Paris à réduire de 10% ses dépenses de fonctionnement au cours de la prochaine mandature : moins de bureaucratie, plus de productivité.


Publié initialement par Le Cercle Les Échos.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Ce think tank est surtout vérolé par la FM !

  • Merci de cet article.
    Cet accroissement du nombre de fonctionnaires et hauts salaires est terrifiant.

    • Ce qui est incroyable c’est que l’opposition n’attaque même pas les socialistes sur l’incroyable et pitoyable gestion de la ville de Paris.
      J’ai reçu un tract de NKM , où il n’était question que de sécurité.
      Quelle bêtise !

      • Logique, si ils se font élire, ils vont aussi profiter à fond de ces belles places disponibles déjà disponibles.
        C’est une mafia, c’est l’UMPS en action….

      • Londres est pas prête de perdre sa place de ville la plus riche d’Europe, bien au contraire ^^

      • De quelle opposition parlez-vous ? De « NKM » ? La grande neuneu qui fait des rencontres « formidaaaables » dans le métro ?

        Vivement que Paris connaisse le sort de Détroit : une bonne faillite, bien sale, bien velue.

        Ca nous débarrassera des mauvaises herbes, et de tous ces bobos insupportables, ces demi gauchistes, ces pseudo libéraux de salon.

        Les salaires indus, les privilèges, les chauffeurs, les HLM pour les copains, les « fêtes », le jardin « Mandela » nommé 3 h après son décès par les gauchistes delanoesques frétillant de la queue… tout cela c’est comme une citerne de vomi balancée à la figure des parisiens, des gens de biens, de ceux qui travaillent.

        Mais… ils continuent à s’interroger sur le sexe des anges, et à discuter des mérites comparés de « NKM », « Borloo », « UDI », « UMP »… c’est tout bonnement stupéfiant.

  • Je m’avance un peu, mais il me semble que la ville de Paris sous Chirac puis Tibéri n’était un exemple de gestion « limpide ». Delanoe les accusent de boucler le budget avec des méthodes non conventionnels. Et s’il n’est pas trop attaqué c’est à cause de ça. Reste la réduction des dépenses. On croise les doigts!

    • Qui a dit que sous Chirac c’était mieux ?

      Souvenez-vous de ses « frais de bouche »… Il y avait certes moins de « Jardin Mandela »… mais côté petits fours aux frais de la princesse, faux emplois pour les copains, HLM pour les copines…. ça y allait.

      Abuser du système, lentement au début puis sûrement à la fin, n’est ni de « droâte » ni de « gôche ».

      C’est simplement humain.

      Voilà pourquoi la seule méthode pour « contenir » ces dérives naturelles… consiste à « contraindre » les moyens financiers (la rapine) de ces systèmes (mairie, régions, état etc.)

      Dans le grand ordre des choses, c’est bien parce que on a une TVA à 20 % que la corruption de l’état se développe : les crapules ont trop de moyens, trop de fric à leur disposition, pour mettre à exécution leurs délires.

      La mairie de paris, c’est le même principe.

      Avec des recettes qui couvriraient UNIQUEMENT les frais « régaliens » (entretien, ramassage des ordures etc.)… Chirac, Delanoë, Tiberi, Hidalgo et toutes les autres engeances… n’auraient pas un tel pouvoir de nuisance.

      L’argent est la clé de tout.

      Réduisez le débit du robinet à pognon (taxes et/ou endettement) et vous réduisez mécaniquement la corruption de ces organisations, du moins la tendance naturelle, qui s’installe avec le temps, d’abuser le système.

      Il ne s’agit pas de pister, débusquer les « Chirac », les « Delanoë » AVANT qu’ils ne dérivent, voire même de les punir après (le mal est fait)… il s’agit tout simplement de leur ôter les moyens financiers pour développer d’éventuelles dérives…

  • Tous ces dépend pour quoi en fin de compte ? Chômage, racailles, mendicité, crasse, vétusté, etc.

    Paris pourrait être une si belle ville si elle était privatisée !

  • Ben quoi, le meme délire UMPS. Mais bon les gens votent pour eux. Il ne faut donc pas qu’ils se plaignent !
    Quand vous aurez compris que ca ne pourra se terminer QUE dans le sang pour que les suivants aient peur…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Anne Hidalgo se voit comme l’une des rares femmes au monde à exercer le pouvoir politique au plus haut niveau. Selon elle, sa réélection triomphale à Paris est là pour témoigner que ses administrés adorent tellement son travail à la tête de la capitale qu’ils en redemandent. Quant à son programme présidentiel pour 2022, on chercherait longtemps avant de trouver engagement plus résolu en faveur du progrès social et écologique.

Et pourtant, malgré toutes ces belles qualités auto-proclamées, les nuages persis... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Flickert.

Comme partout en Europe, l’Espagne a connu ses propres noblesses. En Castille en particulier, elles se sont constituées en revendiquant l’héritage de la Reconquista. Divisée en plusieurs niveaux, le moins prestigieux était accessible sur simple témoignage aisément falsifiable.

Au XVIe siècle, l’élargissement des conditions d’accès à toute personne mariée avec plusieurs enfants achèvera le peu de prestige de cette caste. En espagnol, cette petite noblesse porte le nom désormais célèbre d’hidalgo, contractio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles