À quand la greffe d’un cerveau artificiel ?

Hollande greffe de cerveau (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

imgscan contrepoints 2013-2504

Bon, non, c’est vrai, on en n’est qu’au cœur. Mais le vrai drame, c’est que si on pouvait changer le cerveau atrophié par l’usage de colle à la rose de notre bien-aimé président, on ne serait pas bien avancé : qui pourrait-on nommer comme ministre premier et autres, avec le personnel politique actuel, dont pas un n’a d’envergure libérale, la plupart croyant que c’est un gros mot que l’on lâche de temps en temps pour faire peur aux petits prolétaires qui, par peur de mourir enchaînés à leurs postes de travail, leurs femmes et leurs enfants obligés de se prostituer pour survivre, voteront UMPS, ou pour Joseph Mélenchon ou Marion Maréchal-LePen.