De la fin de l’histoire au plus méprisable des hommes

De la fin de l’histoire, du dernier homme, de la démocratie… et des raisons qui ont pu conduire la France à mettre à la tête de son gouvernement le plus méprisable des hommes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De la fin de l’histoire au plus méprisable des hommes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 décembre 2013
- A +

Par Julien Gayrard.

« Malheur ! Les temps sont proches du plus méprisable des hommes, qui ne sait plus se mépriser lui-même. Voici ! Je vous montre le dernier homme. »1

La fin de l’Histoire et la question des démocraties libérales

Au début des années 90, un universitaire américain défrayait la chronique en publiant un article intitulé La fin de l’histoire ? Dans ce court texte, Francis Fukuyama2 annonçait le triomphe nécessaire des démocraties libérales et l’achèvement de l’Histoire dont elles étaient l’expression. En ces années, la plupart des systèmes totalitaires, de droite comme de gauche, s’écroulaient tandis que le triomphe des démocraties révélaient, selon notre auteur, le « point final de l’évolution idéologique de l’humanité » et « la forme finale de l’Histoire », l’Histoire n’étant pas à prendre ici comme une succession d’événements mais comme un processus d’évolution dialectique, dans la lignée de la vision de l’immense philosophe allemand G.W.F. Hegel. Pour Hegel, en effet, la fin de l’Histoire se confondait avec l’avènement nécessaire de l’État libéral (tandis que Marx, autre penseur de l’Histoire, y verrait l’avènement ou voulait y voir la construction humaine de la société communiste). Et il n’y aurait alors plus de progrès possible dans le développement des institutions fondamentales.

Cette notion d’Histoire comme achèvement d’un processus dialectique a évidemment été attaquée de tout côté, la critique principale visant à rappeler que les processus sociaux et politiques n’étaient pas entièrement intelligibles et conceptualisables et que l’histoire se poursuivrait sans présenter jamais de fin ni même d’horizon téléologique.

Cette Histoire pouvait, selon notre auteur et dans la lignée de Hegel, se répéter dans ses balbutiements, ses errances et ses retours en arrière, mais finirait toujours, du moins d’un point de vue axiologique et dialectique, par prendre la forme d’une démocratie libérale. Et c’est à l’intérieur de cette clôture historiale répondant aux besoins naturels de l’homme, par le respect de l’individu, la protection de ses droits et l’assouvissement de ses besoins que prendrait à jamais place l’être humain. Pourtant, si le désir le plus profond de l’homme réside dans son besoin de reconnaissance, ce besoin de reconnaissance, s’il peut se fonder sur ce que met en œuvre la démocratie, ne pourra jamais se nourrir de cette dernière.

La revendication du Bien comme moyen de reconnaissance et comme nouveau principe identitaire

La vision historiale de la démocratie suspend donc l’homme à sa différence d’avec ce qu’il engendre : s’il peut construire une société capable d’assouvir ses besoins, celle-ci ne sera jamais capable de réaliser son essence, pour reprendre la terminologie hégélienne, cette essence résidant non pas (ou non pas seulement) dans un besoin de liberté, d’égalité, de fraternité, etc., mais dans une besoin de reconnaissance, ce besoin de reconnaissance l’invitant à son tour alors à se distinguer, distinction qui ne peut alors avoir lieu que dans la différenciation, différenciation entre moi et les autres.

Résumons-nous : l’histoire est une fabrique de la démocratie, cette démocratie une fabrique de l’identité, la reconnaissance de l’individu ne peut avoir lieu que dans la différence ; partant, l’individu ne peut donc – dans l’horizon historial de la démocratie et pour le dire en termes hégéliens – que revendiquer sa différence qu’au sein de cette identité, cette façon de s’affirmer comme différent dans cette identité sera – et c’est ce que Nietzsche appellera le règne des derniers hommes – vouloir cette identité comme sa volonté.

Ainsi, le besoin de reconnaissance pourra prendre, non pas la forme du Bien, mais celui de la revendication du Bien.

Et c’est là toute la nuance. Et ce à quoi nous assistons avec désolation.

Désolation de voir le triomphe des individus aux passions faibles développant la forme de reconnaissance la plus sournoise et la plus écœurante : je suis celui qui veux la liberté pour chacun, je suis celui qui veux l’égalité pour tous, je suis celui qui veux la fraternité pour le plus grand nombre – et je le suis. L’important n’étant plus ce que je revendique mais le fait que je le revendique. L’important n’étant plus ce que je veux mais le fait que je le veuille.

Voici venu le temps où chacun, prétextant l’universalité de sa vision du monde, ne revendique que son être et que cet être s’identifie désormais strictement avec son besoin de reconnaissance.

Des raisons qui ont pu conduire la France à mettre à la tête de son gouvernement le plus méprisable des hommes

 « À la question « Pourquoi vis-tu ? », ils répondraient tous vite et fièrement – « pour devenir un bon citoyen, un savant, un homme d’État » – et pourtant ils sont quelque chose qui ne pourra jamais devenir autre chose, et pourquoi sont-ils justement cela ? Hélas, et rien de mieux ? »3

françois-hollandeMais faisons-nous bien comprendre : la démocratie est aussi le fondement même sur lequel peut prendre appui le besoin de reconnaissance et son expression. Cette reconnaissance, dans une société démocratique ne pouvant se nier elle-même, trouve son expression dans certaines formes du communautarisme dont la forme la plus sournoise se nomme la politique du bien universel, seule moment d’une reconnaissance qui ne cède pas à son particularisme. Entrent alors en scène les derniers hommes, cherchant la distinction et la reconnaissance dans un « je veux (votre bonheur) » rampant, cette grande distinction au sein de l’identité démocratique.

Voilà donc qui peut donner une piste pour comprendre comment la France d’aujourd’hui, somme d’une démocratie – mais au sens d’une démocratie du Bien, du respect de l’individu, plutôt que de la reconnaissance de ses individus, et l’on sait combien ce terme de respect4 a cristallisé la vulgarité consensuelle de notre époque –, peut mettre à la tête de son gouvernement le plus méprisable des hommes. Et le comble de cet appareil étatique sans tête est que les membres qui l’habitent et que l’on nomme gouvernement sont à jamais incapables d’incarner et d’intégrer ce chapeau de la nation, faisant à jamais dans cette profession de foi visant leur reconnaissance et leur distinction d’entre les autres démocrates le fossoyeur des libertés individuelles qu’elle prétend défendre : « (Je veux) votre Bien » n’est plus qu’un « Je veux (votre bien) et je ne veux rien d’autre ».

  1. Fréderic Nietzsche, Ainsi Parlait Zarathoustra, Prophétie du dernier homme.
  2. Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Flammarion, Paris, 1992 (2008).
  3. Frédéric Nietzsche, Troisième considération intempestive, « Schopenhauer Éducateur ».
  4. Voir à ce sujet ce qu’en dit, Alain Finkielkraut dans son Identité malheureuse, Stock, Paris, 2013.
Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • En politique, il ne faut jamais juger les buts, mais toujours juger les methodes.

    La reside tout le probleme.

  • J’adore Zarathoustra.

    Je suis en train de lire la route de la servitude. A priori notre système est entièrement faussé par le socialisme et son idéologie.

    Ainsi, on ne peut pas parler de démocratie. Dés lors on se retrouve qu’avec des dictateurs de gauche, de droite, ou dictateur tout court.

    Enfin nous avons laissé le libéralisme de côté depuis plus de 40 ans, pour laisser place au planisme. Planisme réalisé par « un seul » homme, le Président, pour nous « guider » vers le paradis des humains…..

    Le paradis, est en réalité un enfer. Même Hollande commence à le comprendre. Bien qu’il ne le subisse pas comme nous, et propose à des enfants des quartiers pauvres de partager quelques brioches devant son perron de l’Elysée….on reste dans le symbolique.

    Et on va continuer à nier la dictature d’un cynique sur plus de 60 000 000 individus. C’est effrayant.

  • Je ne suis pas sûr que le texte qui suit atteigne beaucoup d’oreilles! Pourtant, pour ceux qui ont l’ouïe fine, il est certainement proche de Zarathoustra, pour les autres ricanements de rigueur et bienvenus on est en démocratie ma pensée vaut la tienne et vice versa… d’où l’absence de pensée.

    Jean Ousset,

    « Pour qu’Il règne » (Editions Dominique Martin Morin).

    « La neutralité est impossible (…) elle n’existe pas. Il est dans l’ordre que le glaive temporel soit soumis au glaive spirituel… la chose a toujours été et sera toujours. Autrement dit IL EST IMPOSSIBLE QU’UNE DOCTRINE NE REGNE PAS SUR L’ETAT, QUAND CE N’EST PAS LA DOCTRINE DE VERITE, C’EST UNE DOCTRINE D’ERREUR
    Ainsi le veut l’ordre des choses. Il veut que la force obéisse à l’esprit, et, de fait, elle obéit toujours à un esprit : esprit de vérité ou esprit de démence.

  • Quel galimatia: il ne suffit pas de lire Nietzsche pour le comprendre! (Re)lisez ce qu’il dit de ceux qui le citent…

  • Je n’ai pas poursuivi la lecture de ce brulot tant j’ai trouvé » l’auteur excité et dément!!
    On peut ne pas être d’accord avec la politique (pas pire que celle de son prédécesseur) mais on se doit en République de respecter le suffrage universel!! C’est là, cher excité (on dirait une pâle copie de Bedos père et/ou fils), la règle fondamentale de la Démocratie! Exercer son droit de critique ne signifie pas un ton quasi ordurier, c’est la première fois que je vois « contrepoids » faire une telle erreur en choisissant de publier ce billet.

  • La France n’étant pas une démocratie mais la vague cooptation populaire d’un prince choisi dans la même famille il me semble que l’article sonne creux.

    Hollande est médiocre parce que les « élites » sont médiocres et surtout préoccupées de leur propre survie au détriment de tous le reste.

  • Qui a voté Flamby, je veux des noms !!

    • Pas des noms, mais des chiffres de 2012 :

      election : 51 % de votes pour Hollande
      apres un an et demi : 18 % de satisfaits.

      Conclusion :
      49 % de perdants immediats
      51-18 = 33 % de gens qui ont compris apres 18 mois qu’ils se sont faits enfiler
      18 % qui aiment toujours se faire enfiler

  • Votre erreur manifeste est de confondre gouvernement (ce genre de Syndic qui règle les rapports entre copropriétaires, sans envahir leur vie privée), et ce que la France a à sa tête, une clique de boutiquiers électoraux qu font tout et n’importe quoi pour séduire la partie (forcément majoritaire) de gens auxquels de vagues pulsions émotionnelles servent de cerveau.

    Le tout, sous forme de dictature larvée, toujours planquée sous de nobles idééaux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Dans cette seconde partie il sera question des aspects historiques de l’état d’urgence en France et ailleurs dans le monde[1. Pour une analyse plus approfondie, se référer à l’excellent ouvrage des professeurs O.Beaud et C. Guérin-Bargues, L’état d’urgence édition LGDJ, 2e édition].

 

Un ancrage historique liberticide

À proprement parler, l’état d’urgence en France a été instauré par la loi du 3 avril 1955 (n°55-385), pour faire face à ce que l’on appelait alors, « les événements d’Algérie », manœuvre habile pour ne pas uti... Poursuivre la lecture

campagne présidentielle
3
Sauvegarder cet article

L’actualité en chasse une autre, la guerre en Ukraine prend la place de la crise sanitaire. Alors qu’Emmanuel Macron espérait faire sa campagne sur cette dernière, le drame ukrainien a changé la donne. Avec une agilité communicationnelle admirable, le chef de l’État s’est donc emparé du sujet pour se construire une image de commandeur en chef. Partout sur les réseaux sociaux, les images d’Emmanuel Macron grimé en Zelensky ont suscité les quolibets et les indignations.

A month ago it would have been hard to imagine ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles