Lettre à Arnaud Montebourg

L’interprétation toute personnelle d’Arnaud Montebourg quant au mécanisme économique responsable de la création d’emplois (et de leur destruction) laisse fortement à désirer. La preuve par les chiffres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre à Arnaud Montebourg

Publié le 13 décembre 2013
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Mardi dernier, tu t’es lancé dans une opération de communication personnelle sur Twitter – ce qui, en soi, m’étonne venant de quelqu’un qui fustige la mondialisation à longueur de discours – dans laquelle tu accusais la politique low-cost de Xaviel Niel de détruire des emplois dans les télécoms. Manque de chance, ledit Xavier Niel a saisi la perche que tu lui tendais bien imprudemment pour te rappeler qu’entre 20091 et 2012 le nombre d’emplois directs dans le secteur des opérateurs de communication électronique est passé de 124 232 à 128 810 postes ; soit un gain net de 4 578 emplois – que ton contradicteur arrondi à « 5K » et s’attribue un peu vite, certes. Toujours est-il que ce sont les chiffres de l’ARCEP et que, sans même évoquer le décalage avec ton discours de janvier 2012, ton opération de com’ est tombée à l’eau. Assez lamentablement je dois dire.

tweeter_montebourg

Le soir-même, tu étais invité au micro de RTL et tu en as profité, outre l’inénarrable « rendre un service gratuit, c’est un problème » qui rappellera à un certain nombre d’entre nous la fameuse pétition des marchands de chandelles de Frédéric Bastiat, pour nous proposer une « légère énumération » des destructions d’emplois à mettre au crédit de la politique low-cost de Xavier Niel.

Je te cite :
« Bouygues un plan social annoncé : 580 emplois personnes heu qui sont heu supprimées (oups !)… heu qui perdent leur emploi. »
— « SFR, 860. »
— « Orange fait peut-être 4000 recrutements sur trois ans mais il y a 10 000 départs sur la même période ; ça fait 6 000 de moins. »
— « Phone House, 1000 emplois heu perdus. »
— « Les centres d’appels, destruction de 4 000 emplois. »
— « Alcatel, 10 000 emplois de perdus dans le monde. »

Ce qui fait donc un total de 22 440 emplois supprimés si, bien sûr, on omet, comme tu le fais, de compter ceux qui pourraient être créés par Free ou d’autres acteurs du marché qui profiteraient (c’est une hypothèse) de la croissance historique des volumes engendrée par la baisse des prix2 ou, le cas échéant, par les milliers d’entreprises qui verront leur chiffre d’affaires augmenter du fait du pouvoir d’achat libéré par cette même baisse des prix3. Je sais, l’économie c’est compliqué.

Je voudrais tout de même revenir sur ta « légère énumération ». Si je cumule les chiffres de destruction d’emploi que tu annonces chez Bouygues et SFR (en réalité c’est 556 et 856 respectivement mais peu importe) et les 2 000 postes qu’Orange (dont l’État, je te le rappelle, est le principal actionnaire) compterait supprimer chaque année, j’en conclus que tu accuses la politique tarifaire de Free Mobile de détruire 3 440 emplois en rythme annuel chez ses concurrents. J’ai une bonne nouvelle : de 2004 à 2009, avant que Xavier Niel n’obtienne sa licence, ils en détruisaient 3 581 par an en moyenne. Là aussi, ce sont des chiffres de l’ARCEP et ça fait 141 jobs de sauvés par an, sans compter les effets dont je t’ai déjà parlé plus haut.

Ensuite, tu évoques la fermeture de The Phone House en France. Je ne vais pas contester tes chiffres mais j’ai un doute sur ce qui pousse réellement le groupe Carphone Warehouse à fermer boutique : tu accuses Free mais eux, si j’en crois leur dernier rapport annuel4, semblent plutôt évoquer une consommation atone et un environnement règlementaire challenging comme on dit chez eux. Par ailleurs, comme tu le sais peut être, ces anglais-là sont aussi copropriétaires de Virgin Mobile et la concurrence de Free, même s’ils reconnaissent qu’elle n’arrange pas leurs affaires, ne les fait manifestement pas fuir.

Je passe rapidement sur « les centres d’appels » puisque tu ne juges pas utile de nous donner plus de précision pour aborder directement le gros morceau de ton énumération avec Alcatel-Lucent et ses 10 000 emplois supprimés dans le monde. Les trois derniers mots sont importants, « dans le monde », parce qu’à moins que tu ne te sois autoproclamé ministre du redressement productif mondial, le plan Shift (c’est son petit nom) ne prévoit la suppression que de 881 emplois en France. Tu me diras sans doute que c’est 881 emplois de trop et tu auras bien raison sauf que, vois-tu, Free Mobile n’y est pour rien : selon Michel Combres (le DG d’Altacel-Lucent), ce plan social est la conséquence d’erreurs stratégiques du groupe et d’une règlementation européenne qu’il qualifie lui-même d’aberrante.

Arnaud, je te le dis comme je le pense : tout cela n’est pas sérieux. À force de raccourcis et de théories fumeuses, tu vas finir par nous expliquer que le plan social d’EADS est aussi une conséquence de la stratégie de Xavier Niel et qu’Orange est victime du « dumping social » des opérateurs chinois. Si le gang des Stéphanes – Stéphane Richard (Orange) et Stéphane Roussel (SFR) – battent la campagne pour dire tout le mal qu’ils pensent de Niel, ce n’est pas par altruisme ni par patriotisme, c’est parce que la seule chose que Free ait fait baisser dans ce pays avec le prix des forfaits, ce sont leurs profits et parce qu’ils n’espèrent qu’une chose : que tu les aides à les restaurer.

Arnaud, je sais bien que l’économie c’est compliqué mais il faudra bien un jour que tu t’y mettes.


Sur le web.

  1. Free Mobile a obtenu sa licence de l’ARCEP le 17 décembre 2009
  2. Je te renvoie, là encore, aux chiffres de l’ARCEP (page 155 et suivantes).
  3. À titre personnel, ça fait 31,41 euros de plus par mois que je peux consacrer à autre chose qu’à mon abonnement téléphonique
  4. The Carphone Warehouse Group, rapport annuel 2013 (page 16).
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Excellente analyse.
    Au-delà des erreurs, c’est choquant de voir à quel point les ministres accusent systématiquement les patrons d’entreprise.

  • « Nous acceptons l’innovation à partir du moment où elle ne perturbe par les entreprises historiques »
    Arnaud Montebourg à la conférence LeWeb

    Voilà qui devrait plaire à Fleur Pellerin, elle qui déborde d’idées farfelues pour essayer de faire innover les PMEs.

  • « Nous acceptons l’innovation à partir du moment où elle ne perturbe par les entreprises historiques »
    Voilà qui résume effectivement bien la politique industrielle en France, à droite comme à gauche. Oui à l’innovation si elle est le fait de grands groupes (souvent pilotés par de fonctionnaires) ou mieux de programmes étatiques (à la Concorde ou Minitel). Non à l’innovation « disruptive », issue du peuple, qui nuit à la paix d’esprit des comités de direction des mêmes groupes (à la Google ou Facebook). Et vive la « capture » du procès législatif et de l’administration publique pour mettre des bâtons dans les roues de ces entrepreneurs plèbeiens. Capture facilitée par le pantouflage des hauts fonctionnaires. De ce point de vue, la gauche n’est vraiment pas dans son rôle traditionnel.

    • il y a belle lurette que la gauche en france n’est plus une force progressiste, mais une immense machine à defendre les acquis que les fonctionnaires des trentes glorieuse se sont accordés sur le dos des enfants de leurs voisins !

  • Excellent! Tant sur le fond que sur la forme.

    Mais je pense que l’on devrait plus insister sur la partie « si, bien sûr, on omet, comme tu le fais, de compter ceux qui pourraient être créés […] par les milliers d’entreprises qui verront leur chiffre d’affaires augmenté du fait du pouvoir d’achat libéré par cette même baisse des prix »

    Par expérience, je sais que l’immense majorité des gens ne pense pas du tout à ce phénomène classique de l’économie « qu’on ne voit pas », comme dirait Bastiat.
    Car MÊME si effectivement le secteur des télécoms perdait plus d’emplois qu’avant « à cause » de Free, l’emploi global se porterait mieux, et les Français seraient plus riches. Pour une raison toute bête: quand on arrive à produire plus de richesses (ici des abonnements téléphoniques) en utilisant moins de ressource, l’économie y est forcément gagnante.

    Je le répète mais ce principe de base de l’économie est un des moins connus du citoyen lambda.

  • quand on voit de tel Maginebourg, ou de tel monteginot, on regrette de ne pas etre à la bonne période pour trouver un von Manstein ou un Guderian pour faire sauter tout ce bataclan. on voit mal , également d’ou vas provenir un nouveau de Gaule pour la france ? peut – etre à l’issue d’une grave crise .

  • Détruire des emplois dans un secteur n’est pas un crime, il faut le dire! Ca s’appelle le progrès et il ne faut surtout pas contrer les socialistes sur la question « est-ce que ca crée de l’emploi » qui n’est pas une bonne question pour un libéral. Nous serons bien d’accord qu’un emploi n’a de valeur que celle du service qu’il rend. Un emploi dans l’agriculture aujourd’hui ne vaut pas un emploi dans l’agriculture il y a quelques siècles, un emploi dans la fonction publique ne vaut généralement pas un emploi dans le privé faute de responsabilisation.

    Penser emploi, c’est penser que le progres n’est pas possble et que de nouveaux services dans l’économie ne peuvent émerger. Penser emploi c’est penser que ceux ci n’ont pas de rapport avec ce que veut le client, les aspirations de la société. Penser emploi c’est être socialistes et constructivistes.

    Le problème de l’emploi n’est qu’un problème issu du faussement par les socialistes de l’économie de marché. L’essentiel n’est pas combien d’emploi ? – mais de laisser les citoyens décider de quels emplois ils veulent, et si un secteur licencie ainsi soit il.

    Je vous en prie arrêtez de tomber dans ce piège de l’emploi!

    • Et tant qu’on y est arrêtons cette hérésie de dire que le progrès technique, la mécanisation crée des emplois dans tout ce qui entoure le secteur concerné. Si cela était vrai, cela voudrait dire que pour produire un même produit il faudrait plus d’emploi => plus chère donc.
      Si on mécanise, industrialise c’est bien pour que le facteur travail (le seul qui compte, les machines étant produites par le travail) nécessaire à l’élaboration d’un produit soit inférieur.
      La main d’oeuvre dégagée devra créer un nouveau service qui servira a d’autres ou être embaucher par celui qui créera ce service.

  • Ca ressemble a du pur service commandé

  • Ca fait du bien.

    Heureusement que la politique existe sinon je ne sais pas ce que montebourd serait capable de faire dans la vie.

  • Chiffre d’affaire(s)

  • Traitement par France 2 ce soir, je vous la fait très courte. En substance :

    – Niel n’a pas les antennes lui permettant d evendre le service
    – Il ne fait pas l’unanimité loin de la
    – il a une fortune de 6 milliards (pas de commentaires, le francais appréciera a sa manière)
    – il sent un peu, on est obligés de se pincer le nez…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzmann.

Ces dernières semaines une vidéo d’Arnaud Montebourg, interviewé par Xerfi Canal, fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ex-ministre de l’Économie, du redressement productif et du numérique, auparavant avocat et leader politique régional, il avait déjà surpris lorsqu’évincé du gouvernement, il décidait de suivre l’Advanced Management Program de l’INSEAD, dont l’objectif affiché est de transformer les cadres supérieurs en dirigeants d’exception.

Dans cette vidéo, il livre une sorte de rapport d’étonnement sur ... Poursuivre la lecture

baisse du chômage
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

La presse nous apprend les bonnes nouvelles que nous donne l’INSEE sur la baisse du chômage en France en 2019 : 120 700 chômeurs en moins, soit un recul du chômage de 3,3 % par rapport à l’année précédente.

Le taux de chômage se trouve ainsi ramené à 8,6 %, et les pouvoirs publics ne cachent pas leur satisfaction. Ils confirment ainsi que l’objectif de 7 % fixé par notre président pourra vraisemblablement être atteint en fin de mandat.

Notre ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, vient à la rescousse, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles