École : Stop aux changements de programmes

Vincent Peillon a décidé de saisir le Conseil Supérieur des Programmes. À quoi doit-on s’attendre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

École : Stop aux changements de programmes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 décembre 2013
- A +

Par Olivia Millioz et Paola Carruolo.

priere_peillonVendredi 6 décembre, Vincent Peillon a décidé de saisir le Conseil Supérieur des Programmes. À quoi doit-on s’attendre ? Au pire ou au meilleur ? Croisons les doigts.

Il y a un message que nous souhaitons relayer, celui des professeurs qui en ont marre de cette valse incessante des programmes. Chaque ministre qui arrive décide de marquer son territoire en s’attaquant au programme. N’y aurait-il pas une façon plus intelligente de fonctionner ?

Faites confiance aux professeurs

Monsieur le Ministre, faites confiance aux professeurs. Plutôt que de remanier les programmes, fixez-leur des objectifs et donnez-leur les moyens d’y arriver en diffusant le plus largement possible l’information sur les méthodes qui fonctionnent le mieux.

Créez des espaces au sein des académies où les professeurs qui obtiennent les meilleurs résultats viennent s’entretenir avec leurs collègues, échanger sur ce qui marche en classe ou ne marche pas, sur tous les trucs et astuces qui font que l’enseignement est un artisanat qui se transmet surtout de bouche de professeur à oreille de professeur.

Ce serait aussi un moyen de les revaloriser, de leur faire prendre conscience à nouveau qu’ils exercent bien l’un des plus beaux métiers du monde car c’est un métier où l’on se construit en permanence, où l’on relève chaque année des défis différents face à des élèves différents qui n’ont jamais exactement les mêmes problèmes que les précédents.

Alors, Monsieur le Ministre, écoutez notre appel, faites confiance aux enseignants, fixez leur des objectifs, faites leur connaître les méthodes les plus efficaces et redonnez leur plus de liberté pédagogique dans l’organisation concrète de leurs cours en classe.

Dopez les élèves du primaire

La recommandation supplémentaire que l’on aimerait faire, serait d’arrêter de diluer les programmes du primaire. Donnez aux élèves plus d’heures de français et de mathématiques.

C’est le moyen pour :

  • Remonter les performances de nos élèves de 15 ans dans le classement PISA. Les professeurs de mathématiques de première S le disent eux-mêmes : leurs élèves n’ont pas de problème avec les dérivées, ils ont des problèmes avec les opérations de base ; eh oui, c’est l’addition, la soustraction, la multiplication qui leur pose problème !
  • Redonner confiance aux professeurs, ils se sentiraient mieux de ne plus être écartelés entre 36000 matières qu’ils ne maîtrisent pas toujours et cela ne les empêcherait en aucun cas d’éveiller la curiosité des élèves face à l’étendue du monde.

Monsieur le Ministre, vous avez du pain sur la planche. Ne bâclez pas votre réflexion, les professeurs, les élèves, les parents ont un grand besoin de retrouver confiance dans leur école.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • A quoi peut-on s’attendre demandez vous ?

    La réponse est simple : au pire.

    Avec Peillon, au pire.

    Cet homme, méthodiquement, poursuit la destruction de l’école.

    Il a foutu le souk avec ses attouchements temporels. Mission accomplie. Maintenant au tour des « attouchements pédagogiques ».

    Je reprends à dessein la formule de Jean-Claude Martinez (FN)… car c’était en… 1986 !!!

    Rien de neuf donc.

    On le voit : la destruction est méthodique et c’est surtout une entreprise au long cours.

    • Ce Vincent est vraiment un gros peillonphile. 😀

      Comme tout chef de secte, Peillon balaiera d’un revers de main tout ce qui vient de la base.

  • Parlons aussi des examens.

    De l’épreuve orale de langue vivante à l’écrit par exemple…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter ici-même deux des romans de Patrice Jean, Tour d’Ivoire et La poursuite de l’idéal, dans lesquels il se montre particulièrement habile à mettre en lumière les travers et dérives de notre époque.

Dans son dernier roman, Rééducation Nationale, il se lâche véritablement, n’hésitant pas à pousser l’histoire jusque dans le farfelu et la caricature, pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

Idéalisme et conformisme

Patrice Jean n’a eu aucun mal, on l’imagine, à s’inspirer de ce qu’... Poursuivre la lecture

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles