Une Fleur sur le net, un autre type de sexisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2464 french silicon valley

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une Fleur sur le net, un autre type de sexisme

Publié le 10 décembre 2013
- A +

C’est alors que Google fêtait, avec un doodle adapté, la 107ème année de naissance de Grace Hopper, une des toutes premières informaticienne et l’initiatrice des principes de base du COBOL, langage informatique encore massivement utilisé de nos jours, que Fleur Pellerin a décidé de saisir le Conseil National du Numérique. Paf. Comme ça.

google Grace HopperQuelle guêpe a piqué Fleur ? Pourquoi s’est-elle ainsi propulsée dans les jupons de Najat Vallaud-Belkacem pour que l’une et l’autre, bras-dessus, bras-dessous, aillent saisir le Conseil trucumuche pour une de ces missions si essentielles à la bonne marche de la République ? Eh bien c’est très simpliste et c’est expliqué dans quelques petites lignes serrées ici ou : nos deux ministres ont décidé qu’il fallait occuper le Conseil avec une vraie belle mission d’intérêt général, à savoir « travailler sur l’image des femmes dans le Web ».

Notez au passage l’usage de la préposition « dans » (« des femmes dans le web »), usage amusant qui me fait irrésistiblement penser à « des pépins dans les groseilles », « des ministres dans la tourmente », ou « des scaphandriers dans les profondeurs » ; car oui, de nos jours, les femmes ne vont pas sur Internet, elles n’évoluent pas en ligne, elles sont plongées dans les intertubes du cyberespace. Avec un masque, un tuba, et des palmes, le tout estampillé Hello Kitty parce que le Web est sexiste. Si si. Vous allez voir.

Cet instant fugace de poésie, offert pour une fort modeste indemnité ministérielle, étant passé, essayons à présent de savoir ce que veulent précisément dire Fleur et Najat. Pour elles, tout part du constat d’évidence que, je cite toujours – déformer serait amoindrir l’humour involontaire :

On trouve dans le numérique la même proportion de machistes ordinaires qu’ailleurs. C’est pourtant un secteur tourné vers l’avenir, qui peut être associé à une forme de modernité dans sa façon de penser la société. Or ce n’est pas le cas.

Que voilà un problème bien posé et qui méritait largement qu’on s’y attarde. Je le résume rapidement : sur les intertubes, entre deux lolcats pas toujours drôles et des sites d’information au contenu d’une morosité attristante, les femmes qui surfent innocemment tombent parfois sur de gros lourds, des vilains, des méchants et des machos. Et lorsqu’on regarde les entreprises qui produisent du contenu, comme Les-Journaux-Sur-Internet.org, Les-Blogs-De-Tuning.net ou Jeux-Vidéos-Qui-Cognent.com, eh bien le tableau est encore pire : on n’y trouve que des garagistes, des camionneurs, des motards, des soldats et des ingénieurs informaticiens qui se racontent des histoires de blondes idiotes.

chaton gros camionneur

L’effarement compréhensible de Fleur ne s’arrête bien sûr pas là. En effet, même si constater que les entreprises du numérique sont, finalement, comme le reste des autres entreprises, ce qui constitue déjà un outrage assez violent au vivre-ensemble, il en faut plus pour qu’une ministre saisisse à pleines mains le Conseil National du Numérique. Non, ce qui va décider nos deux passionarias de la lutte anti-sexisme sur les intertubes, c’est que souvent, il ne se passe rien. Alors, il faut agir !

Comment réagir lorsque les réseaux sociaux ou les jeux vidéo répandent des clichés sexistes, alors qu’il n’y a pas forcément de dépôt de plainte ?

cerfa contre les bobos psychologiquesOui, c’est vrai, ça, Fleur, comment faire lorsque personne ne réclame rien et qu’on voudrait tant que quelqu’un réclame un truc, n’importe quoi, histoire de déclencher des souffrances, des demandes de réparation et le remplissage frénétique de Cerfa contre les blessures psychologiques ? Quel angle d’attaque peut-on trouver pour battre en brèche la réalité et s’inscrire obstinément en faux contre les allégations perverses du réel qui refuse de se plier aux injonctions pourtant humanistes et nécessaires du socialisme égalisateur triomphant ? Bien sûr, on comprend au milieu de cette soupe pleine de pâtes-alphabet que la petite Fleur tente de faire passer un message simple : les jeux vidéos sont horriblement sexistes, les réseaux sociaux véhiculent des messages qui offensent les femmes, et tout ça.

Sauf qu’aussi alambiqué soit un discours touillé avec la ferveur d’une ministre dont l’exposition médiatique est une des clefs pour éviter l’éjection lors d’un prochain remaniement, il n’en est pas forcément vrai. Je passerai rapidement sur le soi-disant sexisme des jeux ; les pratiquants principaux concernés savent ce qu’il en est vraiment : si certaines ministres s’offusquent facilement des attributs anatomiques de Lara Croft, on n’entend pas trop leur opinion concernant ceux des héros masculins d’autres jeux, dont le muscle est assez souvent mis en avant au détriment d’une intelligence que le scénario n’arrive pas toujours à faire décoller. Croire que les réalisations comme Mirror’s Edge, qui proposent au pratiquant de jeu vidéo une héroïne plutôt qu’un héros, sont rares ou sexistes est une interprétation qui doit bien plus à la nécessité compulsive d’exister médiatiquement – quitte à dire des âneries – qu’à une quelconque réalité.

Et lorsqu’on lit la suite des balbutiements ministériels, on comprend encore une fois que le but n’est qu’une loi, une régulation supplémentaire. Lorsque Fleur Pellerin déclare :

Il faut rappeler les dirigeants à leurs responsabilités.

… il n’est guère difficile d’entendre « Vite, une loi » en fond sonore. Mais au fait, les dirigeants de quoi ? Des entreprises de jeux vidéo, des réseaux sociaux ? Étrange demande qui oublie trop facilement que ces dirigeants mettent à disposition d’une population croissante d’individus des deux sexes des jeux et des plateformes qui rencontrent un succès grandissant, et démontrent par là qu’ils sont assez proches de ce qu’attend le public (la moitié des joueurs est composé de femmes, eh oui), chose que nos politiciennes n’arrivent même pas à toucher du doigt en rêve ou sur console, les urnes n’ayant décidément pas la même force…

Et puis, quelles sont donc ces responsabilités qu’invoque ainsi la ministre ? Celles qui consistent à édulcorer la société selon ses goûts à elle ou une partie de la population ? Doit-on sucrer les violences, éliminer tel ou tel type de stéréotype parce que ça déplaît à certains ou certaines ? En vertu de quoi, de qui ? Ainsi, doit-on ne pas montrer de violences ? Ou juste entre des mecs, des virils, des costauds, ça, c’est permis ? Ou au contraire, toutes les violences, partout, comme en réalité ? Ou non ? Ou quoi ? C’est confus, ça, madame !

imgscan contrepoints 2013-2464 french silicon valley

Bien sûr, le pompon est atteint lorsqu’on revient, fermement, sur le plancher des vaches non numériques. Derrière tout ça, il y a aussi, en plus de bornes et de lois qu’on renifle à cent mètres, quelques actions de communication pas piquées des hannetons :

Et réfléchir à la manière d’inciter les jeunes femmes à embrasser ces carrières et à rejoindre la French Tech via une campagne de communication avec des portraits d’entrepreneuses, de développeuses.

Sapristi. Et rien pour les inciter à devenir grutier, à travailler dans la voirie, la plomberie, la charpenterie ou à faire des chantiers. Pourquoi ? Ce n’est pas assez… glamour peut-être ?

Mais… Mais… Mais c’est sexiste, ça, madame Pellerin !

chaton grutier
—-
Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • J’attends avec impatience de voir Super Mario en mini-jupe aller sauver le prince des camionneurs emprisonné par une vilaine pinup !

  • Vite une censure sur youpo… C’est vrai quoi, quand nos chèr(es) ministres vont sur ce site il y a des trucs cochons. Encore un site qu’il faut taxer, censurer, éliminer….

    D’ailleurs une pub est passée à la TV au travers un présentateur récemment.

    J’étais en France ce week end: putain de pays de merde quand même. Vers Strasbourg il y avait une foret magique avec des putes tous les 500 metres. Il y avait selon moi, des mères de famille, mélangées aux prostitués importées.
    Après les impôts, les taxes, les lois à la con: la mère de famille vend son sexe.

    On dit merci qui ? Merci le socialisme.

    Enfin sur l’autoroute, j’ai pu m’instruire de tous les panneaux avec messages très utiles:
    la fatigue, blabla…. super d’utiliser des panneaux à 10 000 € pour des infos si importantes.

    Et enfin j’ai découverts le E95 avec 10% de bio truc. Normalement cela ne devrait pas détruire votre moteur….sympa !

    Ce pays est à vomir, c’est de plus en plus écœurant. Ce pays est foutu.

  • Au fait, le cerfa est un faux: il n’y a pas de Numéro truc. Sinon, vous pouvez le soumettre aux totoritées, ça va passer et vous aurez des thunes en plus !

  • Le formulaire de la cerfa est formidable, une anticipation de ce qui sera courant d’ici à 2023.

  • Seul quelqu’un qui s’emmerde grave et passe son temps à surfer plutôt que de bosser
    peut avoir ce genre d’idée débile.

    On est au moins fixé sur ce que font les ministres.

  • Je vais tenter de reproduire le dessin de Le Honzec sur la French Silicon Valley en LIVE.
    H16 + Le Honzec … mais je me roule par terre en me pissant dessus, merci les gars !

    PS: Vous connaissez une bonne marque de lessive (pour les odeurs)…

  • Merci h16, c’était super!

    http://www.adopteunmec.com/ a beaucoup de succès aussi.
    Que devraient dire nos chers messieurs? Vite, vite il faut un stage de rééducation pour ces méchantes demoiselles!!!

    • Je propose de leur offrir un stage dans une prison délabrée. Une semaine avec des prisonniers avec douche et jets haute pression. Insultes et humiliation, discrimination, harcèlement des gardes…

      Il manque un petit peu de travail de terrain pour ces con….n….es, roulant en chauffeur, avec sac Hermes, mobilier stark, et petite culotte Aubade @c.

    • Adopte un mec !

      Mdr, quand le sexe devient plus drôle que de choisir une pizza….
      Au moins c’est gratuit, l’Etat ne peut rien dire. Enfin pour l’instant. Ils vont bien nous inventer une loi pour éviter la discrimination des cageots dont personne ne veut.

  • Quel bande de co..a.ses.

  • Ma jeune maîtresse fait des études dans le domaine de l’assistance sociale. En ce moment, elle fait un atelier d’aides aux aidants ! Je vais l’aider avec le Cerfa ad-hoc !

  • Je copie le cerfa dans mon face de bouque, au cas ou on ne sait jamais !

  • Encore, s’envoyer en l’air avec un grutier, ça a du sens.
    Mais une bonne développeuse qui code en COBOL : si ça c’est pas un tue l’amour !

  • Donc bien tôt les sites pornographiques vont être interdits ???

  • J’aime pas les kobolds.

  • Patatra, attention c’est énorme !

    Toutes les théories d’égalité homme-femme, parité obligatoire, rééducation des enfants … viennent de tomber par terre cette semaine:

    Najat peut aller se rhabiller, les hommes et femmes sont différents « par construction ». Le câblage de nos neurones est spécialisé pour les relations sociales ou pour la coordination des gestes. Les études faites par les militaires 50ans auparavant sont maintenant demontrée : nous sommes DIFFERENTS.

    Quelqu’un dans l’auditoire a-t-il entendu cette information relayée sur « RadioParisMent » ? 🙂

    http://www.theguardian.com/science/2013/dec/02/men-women-brains-wired-differently?CMP=twt_gu

    Maps of neural circuitry show women’s brains are suited to social skills and memory, men’s perception and co-ordination

  • Merci H16!! Vous êtes mon Dieu!!

    Je n’en peux plus de ces pretextes pour nous interdire de tout en pondant des aneries totalementsujettes a interpretations (qu’est ce qu’on prend pour du sexisme ou pas?).

    Et puis a ce compte la, fini les heros musclés, c’est reducteur pour les hommes. Fini les savants fous, c’est humiliant pour les chercheurs. Fini les chefs d’entreprises vereux, ça donne mauvaise image au métier. Finis les personnage fous, car c’est insultant pour les… Fous.

    Et ainsi de suite. En fait, pour se mettre en totale régularité avec de telles inepties, il faudrait créer un personnage ni homme ni femme, etant tout a la fois, ainsi que rien. Ce qui ne veut rien dire. Donc ça n’a pas de sens.

  • Les commentaires des internautes sur tous les journaux sont a peu près unanimes; peut être sont ils tous des libéraux, mal localisés a droite donc probablement a l’extrême, comme nous.

    Tous en ont marre des exercices de branlette ministérielle, fussent t’ils faits a deux, fille et garcon.

    On voit le résultat en terme de popularité pour ce gouvernement. A part quelques associatifs agités adeptes de l’eugénisme mental, et qui se rêvent en goebbels de l’action ministérielle, aucun applaudissement.

  • Tant que ça les occupe, l’un dans les autres, pourquoi pas. Ca accouchera d’une souris de toute manière.
    Quand je pense que Fleur Pellerin est la moins pire de nos ministres…

  • https://www.youtube.com/watch?v=PfsJ5pyScPs
    Reportage (40min environ) particulièrement intéressant je trouve !

    Il cherche à comprendre pourquoi, en Norvège, pays qui pendant des décennie a fait de l’égalitarisme homme/femme son cheval de bataille, les hommes et les femmes ne choisissent finalement pas les mêmes métiers.
    Suite à ce reportage, la Norvège a supprimé les subventions d’état pour les études sur la théorie du genre… 😀

    Vous m’en direz des nouvelles.

  • Cette article montre un cruel manque d’informations. Vous dites qu’il est sexiste d’inciter les femmes à devenir développeuses, à défaut d’autres métiers moins « sexy » tels que plombier ou charpentier.
    Avez vous une idée de la réalité d’être entrepreneuse ou développeuse?
    Visiblement non, sinon, vous ne teneriez pas de tels propos, du moins j’ose le croire. Vous faites un amalgame ridicule en prétendant que Fleur Pellerin veut pousser les femmes uniquement vers des métiers dits confortables ou sexy. En tant que ministre chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique, elle évoque des métiers répondant à son champ d’action. Jusqu’à preuve du contraire, le plombier n’intervient pas tellement dans le numérique.
    Vous vous amusez donc à détourner des propos pour servir votre propre cause, comme toutes les personnes ne trouvant pas réels arguments pour soutenir leur théorie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles