Gras trans : un magnifique exemple de prolifération de la législation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gras trans : un magnifique exemple de prolifération de la législation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 décembre 2013
- A +

Si introduire une nouvelle loi n’est pas une absolue nécessité, alors il faut s’en abstenir. Cela semble être la leçon donnée aux hommes politiques par un rapport du think-tank Libera. Ce rapport critique un projet de loi visant à interdire l’utilisation alimentaire des graisses trans, avec un volet aussi strict pour les huiles de palme et de coco.

Par Frits Bolkestein.

Deep fried shrimp platter, also known as popcorn shrimpLe think-tank libéral flamand Libera a publié un rapport sur la prolifération de la législation au Parlement belge. L’auteur, le jeune avocat Gand Dierickx Manu Visschers, tente de montrer dans quelle mesure la législation contribue paradoxalement au sentiment croissant d’incertitude et au manque de clarté entre les acteurs économiques.

En l’occurrence, il s’agit d’un projet de loi des sénatrices chrétiennes-démocrates De Bethune et Franssen. La proposition vise à interdire complètement l’utilisation des gras trans dans l’alimentation. En outre, il appelle également à une répression de l’huile de coco et l’huile de palme.

Le rapport pointe différentes failles du nouveau texte. La proposition ne prend pas suffisamment en compte les intérêts des différentes parties et s’avère empiriquement peu fondé.

Perturbation du marché

Pour moi, cependant, la principale objection est que s’il est adopté, ce projet de loi entraînerait une perturbation du marché intérieur européen.

Une partie importante de mon travail de commissaire européen au Marché intérieur consistait à vérifier que les États membres gardent à l’esprit et respectent à la lettre les traités européens. La législation nationale érige des barrières commerciales et débouche sur des distorsions du libre fonctionnement du marché intérieur.

C’est un excellent exemple du penchant des parlements à introduire une législation qui contribue à l’incertitude légale croissante.

Maintenant, tous les effets de restriction des échanges ne peuvent être interdits a priori, mais le législateur national doit être en mesure de démontrer que les barrières sont proportionnées, nécessaires et légitimes. Parfois, les États membres pourraient le faire, mais le plus souvent des considérations nationales protectionnistes jouent un rôle décisif dans le processus législatif.

Dans de tels cas, j’ai ouvert à l’encontre des États membres concernés une procédure d’infraction pour les amener à prendre conscience de l’importance d’un fonctionnement sans encombre du marché intérieur.

L’huile de colza

Dans le cas de la proposition des deux sénatrices, il semble évident que l’introduction d’une limite à la libre utilisation de l’huile de palme et de l’huile de noix de coco aura un effet de distorsion sur le marché. Elle désavantage ces matières premières (qui sont généralement importées dans l’Union via les Pays-Bas et l’Allemagne) et bénéficie aux matières premières similaires exonérées d’une limite à la compétitivité (surtout l’huile de colza produite en France).

Les sénatrices devraient donc chercher à expliquer pourquoi une telle interdiction serait nécessaire et légitime malgré tout. Pour l’instant, elles semblent ne pas l’avoir fait, ou du moins ce sont les conclusions du rapport de Libera.

En tant qu’ancien président de Liberal International, je ne préconise d’ailleurs pas seulement le libre-échange au sein du seul marché intérieur européen. Selon moi, le libre-échange devrait être un effort mondial. Je suis un fervent partisan du travail de l’OMC : éliminer les obstacles au commerce. J’ai été secrétaire d’État au commerce extérieur et ai également participé aux négociations au sein de son prédécesseur, le GATT.

De Gucht

Je suis d’accord avec la conclusion du rapport qui indique que le projet de loi pourrait rencontrer de sérieuses objections au sein de l’OMC. En effet, il existe une présomption forte de protectionnisme : soutenir les matières premières européennes au détriment des non-européens, principalement issues d’Afrique et d’Asie.

Ce n’est pas pour rien que récemment le Commissaire européen au Commerce Karel De Gucht a explicitement décidé de suivre ce dossier. Il a averti que les inquiétudes de la Commission seront « si nécessaire transmises aux autorités belges et qu’elles soulignent les implications plus larges d’une telle mesure domestique qui pourrait affecter les relations commerciales entre l’UE et les pays producteurs d’huile de palme ».

Le rapport Libera conclut que la proposition des deux sénatrices offre un effet disproportionné et ne dispose pas de fondements suffisamment solides. C’est donc un excellent exemple du penchant des parlements à introduire une législation qui contribue à l’incertitude légale croissante.

Il serait bon que les hommes politiques prennent à cœur les leçons de ce rapport. Ou plutôt, ils devraient s’en tenir à la bonne vieille règle parlementaire : s’il n’y a pas une très bonne raison d’introduire une nouvelle loi, il n’y a aucune raison d’en introduire une nouvelle.


Sur le web. Traduction : Contrepoints.

Lire aussi :

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Dans ces affaires de gros sous, les intérêts des consommateurs sont ignorés, et pourtant, ce sont eux qu’on prend à témoin pour leur propre malheur, comble du cynisme.
    A aucun moment Mr Bolkestein, vous expliquez pourquoi ces 2 sénatrices souhaitent l’interdiction de ces deux huiles de palmes et de coco, et pourtant, c’est le coeur du pb, ces huiles sont toxiques, à la différence de l’huile de colza, peu importe ou elle est produite.

    Vous invoquez une perturbation du marché, mais à aucun moment une perturbation des organismes vivants les consommant. On voit clairement quelles sont vos préoccupations premières.

    Je m’arrêterais là, je tiens à rester courtois.

    • Les huiles de coco et de palme NE sont PAS toxique. Et même mieux : elles remplacent avantageusement les graisses hydrogénées qui sont la source des controversées graisses « trans ».
      Mais on a réussi a vous convaincre de leur toxicité à coup de propagande que vous avez gobé, et maintenant vous n’en démordrez pas…

      Résultat : les gogos achètent massivement des produits « sans huile de palme » par peur pour leur santé, alors que ces produits sont remplis de graisses « trans »… bravo Colargol.

    • D’où tenez vous que les huiles de coprah et de palme sont toxiques ? Seriez-vous un sous-marin de Greenpeace pour tenir de tels propos aussi gratuits qu’inexacts ? Ce qui est potentiellement toxique ce sont les huiles partiellement hydrogénées (dont l’huile de colza) qui ont vu leur usage se répandre car elles ne présentent pas de phénomène de rancissement. L’organisme n’est pas équipé pour prendre en charge les acides gras dits « trans » résultant de l’hydrogénation des huiles et autres corps gras. L’huile de coprah, que je sache ne rancit pas et l’huile de palme, en réalité un « beurre » à l’état natif, est partiellement hydrolysée pour se présenter sous forme liquide dans certains cas mais est le plus souvent un constituant majeur de la margarine sans autres traitements. Ce qui est surprenant dans cette histoire c’est que les politiciens s’emparent d’une controverse de santé qui n’a pas vraiment lieu d’être en ce qui concerne les huiles de coprah et de palme pour monter un projet aboutissant à une forme de protectionnisme déguisé alors qu’il serait tellement plus honnête d’interdire l’hydrogénation de toute huile végétale quelle qu’elle soit, ce qui a été déjà fait par certains Etats américains.

    • des sources? un chirurgien cardiaque, ça va? personnellement j’ai plus confiance en un médecin qu’en un militant de greenpeace.
      http://www.contrepoints.org/2013/09/11/138751-limiter-consommation-dhuile-palme-lavis-dun-expert

      palme et coprah sont des HUILES, je ne vois pas en quoi elles seraient toxiques. Alors oui, si vous vous baffrez de chips et de nutella devant votre télé tous les jours, vous prenez un risque pour votre santé, au même titre que fumer 36 paquets par jours ou de rouler ivre.
      pour le reste, il faut varier les apports : consommer de l’huile d’olive, de tournesol, de colza, comme de palme et de coco, c’est bon pour la santé.

  • Comment peut-on inclure dans un loi sur les gras trans les huiles qui permettent justement de les éviter ? C’est comme interdire un poison et son remède.
    Absolument ridicule et sans fondement. C’est à ce demander qui est derrière cette proposition de loi, et pourquoi surtout.

    • c’est simple, on a mis dans la tête du consommateur que l’huile de palme, c’était MAL !
      derrière, un bon petit lobby de producteurs d’oléagineux qui veut récupérer artificiellement des parts de marché, en faisant interdire un concurrent, au détriment de la filière comme du consommateur.
      en fait, le gros problème de l’huile de palme, c’est que c’est RENTABLE (ou quel gros mot!) et pratique pour l’industriel, et enfin pas cher pour le consommateur final.

      • L’huile de palme subit un grave dénigrement. Du coup on peut se demander, pourquoi en Belgique les autorités proposent-elles des recommandations comme celles du Conseil Supérieur de la Santé…
        Dire qu’il faut éviter les gras trans, je comprends, dire qu’il faut éviter l’huile de palme et les gras trans, c’est plus compliqué à saisir je trouve.

    • Les graisses, de quoi s’agit-il ? Un article fouillé sur la question :

      http://www.contrepoints.org/2012/12/01/106406-la-graisse-ce-faux-ennemi

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Pour Ridley, le terme innovation signifie trouver de nouvelles façons d’utiliser de l’énergie pour créer des choses improbables naturellement. L’innovation va au-delà de l’invention car celle-ci n’est pas nécessairement utile à l’humanité. C’est à partir d'une invention que va pouvoir se développer une innovation jusqu’au point où elle devient utilisable de manière abordable, fiable et productive.

Cet ouvrage est rendu particulièrement intéressant grâce aux innombrables exemples historiques démontrant ce qui favorise l’innovation et ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles