Parité d’incompétence à l’ENA !

Le regard de René Le Honzec.

imgscan contrepoints 2013-2443 ENA

Les citoyens soucieux de parité seront pétris de fierté en apprenant que pour la première fois, ce bastion machiste de l’ENA où les filles ne servaient qu’à se faire engrosser pour favoriser la carrière de leur « compagnon » avant d’être cocues et de se venger en essayant de piquer la place de président convoitée par le dit-compagnon (ou alors de le promener partout, une fois devenu gâteux pour savourer sa revanche devant les médias attendris), ce bastion dis-je, viens d’admettre 45% de femmes (hétéros et homos) pour 55% d’hommes (hétéros et homos).

La fameuse phrase de Françoise Giroud – « Je croirai à l’égalité quand une femme incompétente occupera un poste important » – me revient à l’esprit. Ses cendres doivent être apaisées, entre Cresson, Danielle Mitterrand, NKM, Royal, Trierweiler ou Taubira, il y a pléthore. Et comme je crois férocement à la parité, l’égalité et tout ça, je suis sûr que les femmes à l’ENA feront exactement les mêmes conneries que leur collègues masculins.

Car l’ENA jacobine, colbertiste, socialiste, technocratique est une des causes de l’incapacité de la France à se prendre en main (façon libérale of course) et a seulement être capable d’envisager autre chose que les leçons apprises à l’ENA. Et, au risque de passer pour misogyne (ou phallocrate, fasciste, réactionnaire…) je ne crois pas que c’est demain la veille qu’une femme de pouvoir appliquera la recommandation étrangement prémonitoire de Cicéron : « Et delenda est ENA ».