L’expatriation coûterait près de 10 milliards d’euros par an à l’État

Selon une nouvelle étude, la fuite des talents coûterait chaque année 10 milliards d’euros au contribuable français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chaise vide expatriation émigration (Crédits dominique cappronnier, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation coûterait près de 10 milliards d’euros par an à l’État

Publié le 4 décembre 2013
- A +

Par Alexis Vintray.

Chaise vide expatriation émigration (Crédits dominique cappronnier, licence Creative Commons)Selon une nouvelle étude réalisée par Jean-Paul Gourévitch pour Contribuables Associés, l’exil des Français hors de France est un phénomène en croissance rapide, qui coûte indirectement chaque année 9,6 milliards d’euros à l’État, soit quasiment le quart du rendement de l’impôt sur le revenu.

En cause, des départs de plus en plus nombreux : le nombre de Français installés à l’étranger croît ainsi chaque année de 3 %. Ce sont 80 000 Français qui quittent la France, rejoignant les 2,5 millions de Français déjà partis. Les horizons sont de plus en plus lointains : les continents qui ont le plus progressé dans le classement des destinations sont l’Asie-Océanie (de loin première) et le Proche et Moyen-Orient. En nombre d’expatriés, ce sont la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis qui occupent le podium.

Si l’ampleur du phénomène surprend peu, le profil des expatriés est lui plus inattendu. Alors que les médias ne parlent que de l’exil fiscal, certes en hausse très forte, ce sont aussi les personnes gagnant le moins qui quittent le plus la France, en quête de nouvelles opportunités qu’un pays bloqué ne leur offre plus. Ainsi, la part des personnes déclarant gagner moins de 30 000 euros explose parmi les expatriés, de 25 % en 2003 à 31 % en 2013. De même, concernant l’exil fiscal, ceux gagnant plus de 76 000 euros passent de 22 % à 27 %.

Ces expatriés sont surtout des actifs (l’émigration de main-d’œuvre et entrepreneuriale pèse 59% des expatriés). Ces talents que la France fait fuir ont à 58 % un diplôme de master ou de doctorat (contre 16 % dans la population française.). Autrement dit, la France se prive de ses forces vives. De façon plus inattendue, les expatriés sont aussi souvent des retraités (25 %, en forte hausse). Mais pour les actifs comme les inactifs, la probabilité du retour en France descend de plus en plus : la part des expatriés restant plus de 5 ans hors de France est passé en 10 ans de 47 % à 62%.

Ces départs de plus en plus nombreux et longs représentent un très lourd manque à gagner pour l’État et plus généralement pour la France. Selon les calculs de Jean-Paul Gourévitch, le déficit annuel pour l’État français s’élève ainsi à près de 9,6 milliards d’euros. L’émigration fiscale n’y pèse « que » pour 614 millions d’euros, nettement moins que l’émigration entrepreneuriale et salariale (1,2 milliards d’euros). Dans les deux cas, ce sont essentiellement des pertes fiscales, des recettes non réalisées.

Mais, selon l’auteur le principal coût est à chercher ailleurs, dans les investissements éducatifs qui profitent au final aux pays dans lesquels les Français s’expatrient ; les coûts de formation de ces Français qui ont étudié dans les meilleures écoles nationales et iront faire fructifier leurs talents ailleurs. Ces seuls coûts de formation représentent ainsi pour le contribuable 7 milliards chaque année. Un argument supplémentaire pour une hausse des frais de scolarité, afin que chacun paie au moins en partie pour les coûts de l’éducation dont il bénéficie.

Face à ce tableau noir, que faire ? Il est difficile de ne pas constater que ce sont les pays plus libéraux que la moyenne qui sont les premières destinations des émigrés français (Suisse, Royaume-Uni, États-Unis), et qu’une réforme de la fiscalité et de la bureaucratie française est indispensable pour inverser la tendance. Mais c’est surtout à une révolution des mentalités que la France va devoir s’atteler, pour cesser de diaboliser le succès. Et, au vu de la Une de Libération fin 2012 « Casse toi riche con« , c’est encore loin d’être gagné…

 

 

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • Ces 10 milliards d’euros sont le coût de:

    – une politique fiscale aberrante,

    – un modèle social qu’on ne peut plus s’offrir,

    – une dépression généralisée.

    Et j’en passe.

  • Il y a plus de 10 ans que j’ai quitté la France et que je me suis établi en Asie, au Japon plus précisément, car je me voyais mal rester plus longtemps en France et supporter le collectivisme à marche forcée spoliant l’individu du fruit de son travail et de sa propriété.

    • Pareil, expatrie depuis 18 ans a Hong kong, avant qu’elle devienne chinoise, 0% de tva, 15% d’impôts, pourquoi je reviendrais dans un pays communiste ?

      • Comment c’est Hong Kong? Gros choc culturel? On s’intègre facilement?

        • Le choc, c’est quand tu crois qu’en France, on est les meilleurs sur tout, quand tu arrive la-bas tout s’effondre. Ils sont bien meilleurs sur tout, et je dis bien 100%.

          – les transports en commun, propre, jamais grève, climatise, dans le métro on pourrais manger parterre, personne peut se jeter sur les rails. (plus tu fais de stations plus tu paye, en France tu fais 3 stations tu paye le même prix que celui qui en fait 15, c’est pour ça que les gens resquillent).
          – tu vas chez le médecin, pour 25 euros tu as ta consultation et les médicaments compris dans le prix (on évite un intermédiaire: le pharmacien ).
          – Y’a pas de tva, du coup c’est le pays ou il y a le plus de restaurant par population : 1 restaurant pour 20 habitants. (2 euros le menu mac do, ou 4 euros un vrai restaurant).
          – Les connexions internet les plus rapide du monde, tu ouvre un compte en banque en 20 minutes, tu ouvre une société en 24h.

          Impossible de tout énumérer, enfin toutes les tracasseries de paperasse de fonctionnaire, n’existe pas, mais attention celui qui veut venir, ne pas travailler le samedi et le dimanche, avoir une rtt le mercredi après c’est pas la peine de venir. (t’as des super coins, a 30 minutes du centre, des plages, chemin de randonnée, une merveille).

          Ici travailler plus pour gagner plus a réellement un sens.

          • Je suis en train de réfléchir à mon point de chute. HK ça paraît pas mal. J’aime ce que tu me dis en tout cas, merci pour ton retour.

          • Bien qu’ américain ! depuis trente ans ! J’ai souvent fait Hong Kong, la Chine avec une collaboratrice. J’ai eu le malheur de lui apprendre quelques mots de français ! Malheur, maintenant elle sait, qu’elle est la nationalité, qui râle le plus, sans arrêt, sur le bateau :  » Il va trop vite, ou trop lentement ! Il y a trop de vagues ! Le temps est trop chaud, ou trop froid …. La honte ! Ce sont pourtant des touristes, censés se reposer, sans les contraintes du boulot. Je reste américain ! Et fier de l’être ! Je vous laisse bien volontiers votre Francarabia (République bananière communiste et islamisante de France, ou ce qu’il en reste)

          • Bonjour,
            étant également très tenté par une expatriation future à Hong kong, je souhaiterais, si vous le voulez bien, discuter de votre expérience; je vous laisse mon adresse mail (dommage qu’il n’y ait pas de système de MP):
            arthur.boucaud@hotmail.fr

          • Je vous ai envoyé un email. demander ce que vous voulez, comme: louer un appartement « sans contrat d’un an », mais a la semaine ou au mois pour moins cher qu’un hotel, ou toutes autres informations.

        • Le choc culturel c’est quand je rentre en France pour voir la famille et les amis.

  • Rendez le pays attirant pour les créateurs de richesses, et c’est aux autres que la France coûtera des dizaines de milliards.

  • Plus d’expatriés ne coûte rien a l’État…
    Ce qui coûte a l’État c’est son fonctionnement inadapté.

    L’État doit définir un budget et s’y tenir!
    S’il y a un décalage négatif d’une année sur l’autre elle s’adapte et réduit ce budget, s’il est positif elle l’augmente.

    Il faut bien faire la différence entre un manque a gagner et une perte. Ce n’est pas la même chose…

    • J’approuve. Je n’aime pas le terme « coût » ni celui de « manque à gagner ». J’estime plus que le départ de talents et de compétences est une perte et je ne mesure pas cette perte en euro.

  • Ce genre de calculs est hasardeux… Mais une chose est certaine : ça commence à mordre le jarret du Leviathan.

    Hollande et sa bande de clowns sont déjà dedans de…. 11 milliards.

    C’est le montant du manque à gagner fiscal pour 2013…
    😉

    http://tinyurl.com/pacttvc

    Une excellente nouvelle.

    Chaque milliard en moins, c’est une pression terrible sur eux, qui s’ajoute.

    Nous allons les asphyxier.

    Autre bonne nouvelle, en passant :

    « 30 000 à 40 000 emplois devraient être supprimés en 2014, dans un secteur associatif qui en compte 1,8 million. Les raisons de cette gigantesque vague de licenciements : la baisse des budgets des collectivités locales, qui n’ont plus les moyens de soutenir les associations. Et la politique de l’État qui oriente ses subventions et ses appels d’offre vers les plus grosses structures, transformées en prestataires de services. Une politique jugée « aveugle et suicidaire » par nombre de représentants du secteur.  »

    http://www.bastamag.net/article3518.html

    Là encore, la rapine est en reflux… et donc leur pouvoir de nuisance.

    On rigole : « Le 1er janvier 2014, il n’y aura plus aucun éducateur dans les rues d’Orléans, de Montargis ou de Pithiviers pour aller à la rencontre des collégiens et des ados. Le département du Loiret a annoncé cet été qu’il ne financerait plus la prévention spécialisée, jugée inefficace par ses services. »

    Ces pauvres parasites vont devoir trouver un vrai boulot… qu’ils ne trouveront pas bien entendu.

    Augmentant ainsi encore la pression, les déficits sur l’assurance chômage…

    Ca craque de toute part… le plan se déroule comme prévu.. Et l’espoir ainsi renaît.

    Nous allons asphyxier la mafia pseudo publique…. Moins d’argent = moins de pouvoir de nuisance.

    La peur change de camp.

    • attention, 11 milliards est un prévisionnel qui plus est il n’intègre pas le recouvrement des contributions sociales.Selon l’ifrap les prélévements obligatoires prendrait 21 milliards dans le cornet et encore l’effet laffer sera encore plus important dans le budget suivant car les gens vont tout faire pour ne pas payer d’impots….

    • Comment peut on se réjouir de la mise au chômage de dizaine de personnes…..
      Les libéraux vous êtes bien grave qd même !!! Faut pas vous étonner que personne n’adhère à votre vision individualiste, rétrograde et caricaturale de la société.

      • Ce ne sont pas de vrais jobs, ce sont des jobs d’état qui n’existeraient pas si l’état n’avait pas étranglé l’économie, en contre partie, ces gens auraient un boulot dans le privé.

      • Octave Hergebelle: « Faut pas vous étonner que personne n’adhère à votre vision individualiste, rétrograde et caricaturale de la société. »

        Tous les pays qui ont adoptés cette « fameuse vision rétrograde », soit les plus libéraux et démocratique vont infiniment mieux que la France.

        La liberté et la défense des droits fondamentaux de tous, « une vision rétrograde » LOL !

  • il faut quand meme ajouter le benefice de quelques immigrés formés à l’etranger…

    Mais cela souligne bien l’incohérence de la liberté de circuler des individus et de « services publiques natinaux »..

    Chacun pratique sa petite optimisation fiscale…le plus étonant est que certains s’en étonnent!
    La complexité même de la fiscalité française est l’aveu que l’etat admet cette optimisation…

    Je serais fort étonné quant à moi de voir des tas de jeunes diplomés americains ayant emprunté pour acquerir des competence arriver en masse en france pour exercer à des tarifs controlés par l’etat.

    Il ne s’agit pas de jugement moral , c’est tout simplement penser que les gens vont agir contre leur interet.

    Acquérir des compétence courues a un cout…la gratuité de l’enseignement sans contrepartie est une escroquerie intellectuelle.

    • et d’ailleurs désormais je conseille àl’auteur de répondre toujours aux question de façon relativement affirmative.
      qui a flatulé? ce n’est pas moi avec une certitude de 50 %.
      ce qui laisse l’interlocuteur dans une plus grande confusion que l’ancienne version qui me faisait dire j’ai flatulé 0 litre de gaz plus ou moins 1 litre.

  • Le phénomène inquiétant est le fait que le pays fonctionne comme un centre de formation, les gens se forment et partent travailler ailleurs par la suite.

    C’est une situation qui existe dans de grandes entreprises également ou des employés viennent construire leur expérience, se développer, affiner leurs compétences puis partent travailler ailleurs pour gagner leur vie « correctement ».

    Le seule remède est de rendre le pays plus attractif et compétitif…
    Appliquer une flat tax basse, arrêter d’assommer les entreprises et leurs employés, réduire ce maudit code du travail responsabiliser les gens… Ceux qui produise reviendrons, a l’inverse ceux qui parasitent le système commenceront a se tourner vers des pays plus propice a leur mode de fonctionnement.

  • … mais le flux net de migration est positif en France.
    Donc le départ de ces talents est plus que compensé par l’arrivée d’autres venant de terres plus lointaines, non?!
    (je sais, je sais, l’ironie ne fonctionne pas dans les médias)

  • La France suit point par point « l’évolution » des pays communistes avant 1989.
    Point par point..

    • Non. Il y a un gros « point » qui manque dans cette comparaison temporelle : l’immigration.

      Les pays communistes européens, et l’URSS…. ne subissaient AUCUNE immigration.

      Si on exclut les petits flux de « coopérants » et « étudiants » qui venaient des marches de l’empire ou de la zone d’influence. Ainsi, il y avait des… nord-vietnamiens qui se gelaient les meules à Moscou. Ou des cubains.

      • Bingo ! Alors que Hollande tente de faire diversion avec sa prostate (pourquoi une opération de 2011 est elle révélée… aujourd’hui ? !)… le PMI Services est publié pour novembre.

        « Le secteur des services français renoue avec la contraction »

        http://tinyurl.com/mv5cema

        On plonge !

        Et les services constituent le gros de l’économie française.

        Le plan se déroule comme prévu. On va asphyxier Hollande et sa bande de clowns.

        La base imposable, la rapine, se dérobe sous leurs pieds.

        Chaque milliard en moins…. c’est du pouvoir de nuisance retiré à ces gens, à cette mafia et leurs clientèles.

        • @ Christophe

          Je ne vois pas l’intèrêt pour un quidam d’attendre impatiemment une faillite de l’Etat.
          Car à supposer que les fonctionnaires (comme en Grèce) morflent,; chose qui te fait trépigner d’impatience, sache que toi, tu morfleras beaucoup plus.
          Tout le monde, je dis bien tout le monde bénéficiera du statu quo . Personne d’une faillite.
          Donc le statu quo reste la meilleure alternative.

          • Oh si, nos enfants bénéficieront d’une faillite et des réformes qui en suivront. Je veux bien la subir pour mes enfants. Quant au statut quo, il n’existe pas, il s’agit d’une descente lente et constante depuis des décennies.

          • Blabla sophiste totalement creux.

            Et qui débouche sur quoi ? Le status quo ?

            Que tu préconises le status quo, parce que tu en bénéficies, je peux le comprendre. Mais ne viens nous donner des leçon de syllogisme à trois francs pour tenter de démontrer que ce serait la seule solution.

            Le pauvre crétin du privé qui sert d’esclave aux gens de ta caste… depuis 30 ans… aura du mal à approuver ta « logique ».

            Moi je t’oppose trois choses :
            -le pari de Pascal. A ceux qui nous promettent la fin du monde si on ose toucher aux sacro saints fonctionnaires par exemple, je dis simplement « chiche ». On n’a jamais essayé, le bon sens commande donc de tenter le coup.

            -la justice immanente. Eh oui ça existe aussi. La mafia pseudo publique qui vit à nos crochets depuis 30 ans en a bien profité. Mais maintenant la fête est finie : we are coming after you.

            Et dans cette affaire tu oublies l’effet de base. Le pauvre con du privé qui est DEJA au chômage aura du mal à descendre plus bas… Il encaissera le choc. En revanche les millions de parasites, eux… ont tout à perdre. Et quand ils perdront tout, ça leur fera très mal. Très, très mal.
            Comme disait Audiard : « Fini la p’tite auto, fini le tiercé, finies les vacances au Crotoy ».

            -l’arithmétique… qui éclaire mon pari de Pascal… en certitude.
            On peut tricher avec le Réel pendant des décennies… Mais par pour l’éternité. L’état mafieux, parasite dont tu souhaites -par intérêt et bien maladroitement- prolonger l’existence… est victime de l’entropie et va imploser sous son propre poids. C’est une certitude.

            Et cette perspective me remplit de joie.

            Si, si.

            Quant à moi, je te rassure, je serai le cul sur une plage en Thaïlande, en train de siroter des jus de fruits frais, tout en regardant le Grand Feu D’Artifices.

            Chacun son truc.

  • Avec l’UMPS on a choisi de faire fuir les bac+5 et d’importer des millions de bac-5, brillante strategie qui fournie des electeurs au PS et de la main d’oeuvre bon marche a l’UMP…

  • Cette évaluation du coût est biaisée. Si une personne s’expatrie temporairement, la perte est souvent compensée par l’expérience professionnelle acquise à l’étranger et le réseau tissé. Le soucis aujourd’hui, c’est que beaucoup d’expatriés décident de s’installer durablement à l’étranger plutôt que de revenir. Les non retours sont plus pénalisants que les départs.

    • Effectivement, et je suis dans ce cas !

      Une fois qu’on a goute a autre chose que la France, on n’a plus forcement envie de revenir.

      Il faut arreter de croire que ce centre du monde est la merveille des peuples !

  • « Face à ce tableau noir, que faire ? »

    des miradors et une cloture bien sur !

  • Le gouvernement va finir par ériger des murs autour des frontières francaises, avec du verre pillé, barbelés tranchants, caméras infrarouges, miradors et autres joyeusetés pour éviter non pas l’immigration de masse, mais l’émigration de ces gens jugés comme étant des traîtres à la patrie.

    • je n’y crois pas une seconde. Ils ont autant de considération pour un expat qu’un sujet de Louis XIV pour un protestant (si aujourd’hui la doctrine officielle est que la révocation de l’édit de Nantes a été une calamité, à l’époque cela était une des plus populaires), et crient « bon débarras, salaud » à chaque départ (Cf. la Une de Libération)

  • Etant moi meme expatrie dans la tranche des moins de 30000 EUR, je veux expliquer mon choix.

    Je suis parti car le marche du travail en France est vraiment mauvais … meme en 2008 c’etait dure pour un jeune diplome.

    L’autre raison etait ma soif d’aventure :).

    Resultat, je suis en europe centrale et je ne suis pas malheureux :).

    Yarr

  • “L’expatriation « coûterait » près de 10 milliards € par an à l’État”, oui c’est bien beau et l’immigration non contrôler coûte combien? La fraude à la sécu et tout les problèmes qu’ils ne veulent pas résoudre ou simplement gérer (ex: la retraite anticipé par exemple couterai pas plus cher qu’ils ne veulent le dire à l’heure ou certain se demande s’il l’auront un jour…)?!

    Il faut traduire la langue de bois par :

    – Immigration = plus de fonctionnaire pour gérer le bordel.
    – Expatriation = moins de personne à taxer pour payer la facture.

    Notre cher président veut faire des visas au mérite, sans ce demander déjà pourquoi ses concitoyens partent?! Comment un étranger bien éduqué avec un diplôme reconnu par la France voudrait créer une entreprise en France?!!! C’est le pays le moins compétitif du monde. C’est limite faut s’excuser pour “entreprendre” et attention, faut pas se verser trop de salaire non plus, sinon, c’est mal vu.

    Vivement les élections…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Depuis longtemps, circule l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu, non seulement les résidents français, comme c’est le cas actuellement, mais aussi les personnes de nationalité française vivant à l’étranger.

Un récent rapport d’information a été écrit sur ce sujet par la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Sans avaliser un tel projet, cette commission préconise certaines mesures pouvant conduire à une taxation de certains revenus, et notamment, de plus-values pour les personnes quittant la France.

Un prétendu pac... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles