La faiblesse de l’impôt sur les sociétés inquiète

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La faiblesse de l’impôt sur les sociétés inquiète

Publié le 2 décembre 2013
- A +

Le rapporteur du budget s’interroge sur le rendement des mesures prises en 2012. Le gouvernement n’espère désormais plus que 49,7 milliards d’euros au titre de l’impôt sur les sociétés pour cette année, contre 53,5 milliards d’euros espérés dans la loi de finance initiale.

À lire sur Les Echos

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude et Pascal Salin.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, l’impôt sur les sociétés porte bien mal son nom car il n’est pas payé par les sociétés mais par leurs client... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude et Pascal Salin.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici

Après avoir examiné l’impôt de capitation, l’impôt sur le capital et les impôts sur les différents types de revenus, nous devrions passer à la question de l’impôt sur la dépen... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Historiquement, les réunions des plus grandes économies du monde ont été décisives pour parvenir à des accords fondamentaux favorisant la prospérité et la croissance. Ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Les accords de la réunion du G7 ont été bâclés en ce qui concerne les décisions économiques, à l'exception de la plus néfaste d'entre elles. Un impôt mondial minimum sur les sociétés. Pourquoi n’avoir pas signé un accord sur un maximum de dépenses publiques mondiales ?

Il est dangereux ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles