Courbe du chômage : la réalité derrière les apparences

imgscan contrepoints 2013-2436 courbe du chômage

Les chiffres du chômage publiés ce mois-ci montrent exactement l’inverse de ce que le discours gouvernemental soutient.

Par Nicolas Nilsen.

Chômagechomage_boum_b

Je parle régulièrement du chômage dans mes tribunes car c’est, à mes yeux, avec la dette, le problème qui fera exploser la société. Et ce qui est le plus terrifiant avec la marée montante du chômage — ce n’est pas seulement que le gouvernement ne prenne pas le problème à bras le corps (préférant de toute évidence les débats fumeux sur la prostitution) — mais surtout le contraste qu’on observe entre la gravité des chiffres officiels et les déclarations triomphantes des ministres « qui se félicitent » de leurs résultats !

La porte-parole du gouvernement nous dit : « À force d’efforts, ce n’est pas qu’une courbe qui commence à plier, c’est une réalité qui commence à s’inverser. » Peu importe que vous ne compreniez pas — ou que vous ne voyez pas la réalité s’inverser — ce n’est pas grave : Najat Vallaud-Belkacem n’a en charge que la parole ! Sur le portail du gouvernement, même son de cloche : « l’inversion de la courbe est amorcée »… Bref, pour le Gouvernement, tout va bien : les courbes commencent à plier et à s’inverser…

Les chiffres prouvent le contraire de ce qu’affirme le gouvernement.

Les derniers chiffres d’octobre publiés par la DARES sont incontournables.

  • Catégorie A : 3.275.200 chômeurs (en hausse de 6% sur un an).
  • Catégories B et C : 1.607.800 chômeurs. (respectivement en hausse de 8,7% et 8,5% sur un an).
  • Pour nous faire croire que le saucisson du chômage est moins gros, le Gouvernement aura beau nous le découper en petites rondelles (catégories A,B,C,D,E), personne n’est dupe et le nombre total des chômeurs reste le même.
  • Au total, on est déjà à plus de 5,2 millions de chômeurs pour les seules catégories A, B et C (5.182.500 exactement). Et à 5,8 millions avec les catégories D et E. Donc presque 6 millions de chômeurs au total ! Et François Hollande et son gouvernement ont le toupet de nous dire que le chômage baisse et que « l’inversion de la courbe est amorcée » ? Et d’occuper le Parlement à voter des textes sur la prostitution ?

Il faut l’appeler « courbe des prochaines émeutes » !

Ci-dessous, le tableau publié par la DARES le 28 novembre, qui fait dire à Hollande qu’on est « sur la bonne trajectoire » et à Najat Belkacem que « la courbe commence à plier ». On croit rêver ! Et — alors qu’il y a 6 millions de chômeurs — ils occupent le Parlement avec les rythmes scolaires, la prostitution, le mariage gay, Léonarda, le racisme, et je ne sais quoi… Je savais qu’ils ne savaient pas lire les rapports, mais les courbes ils ne les regardent pas non plus ?

Chômage France octobre 2013

Le gouvernement s’est habitué à ses mots creux, ils ont vidé les expressions de leur sens : ils disent « demandeurs d’emploi », ou parlent de « catégories A,B,C,D,E »… Ils banalisent en disant : « courbe du chômage »… Pour réveiller les politiques, il faudrait dire « courbe de l’explosion sociale » ou « courbe de la violence des abandonnés », ou « courbe des jeunes violents en difficulté » ou « courbes des prochaines émeutes », ou « courbe du terreau du terrorisme » ? Alors peut-être – mais trop tard – les ministres se réveilleraient ? Mais ils sont cachés derrière les vitres fumées dans leurs limousines, coupés du reste du monde.

imgscan contrepoints 2013-2436 courbe du chômageCe n’est pas au Président de la République de « créer des emplois »

Commentant les chiffres d’octobre, Michel Sapin, le ministre du chômage, annonce servilement : « Le nombre de chômeurs a diminué, c’était l’objectif numéro 1 du président de la République et du gouvernement. » On se moque évidemment que ce soit l’objectif du Président « d’inverser les courbes ». Et surtout on le redoute :

  • Car s’il le fait, ça ne peut être qu’en multipliant les radiations administratives à Pôle emploi, ou en multipliant les emplois aidés — donc subventionnés par le contribuable. C’est payer très cher une baisse des statistiques dans le seul but de faire croire à l’opinion que « le chômage baisse » grâce à l’action du Président !
  • Les vrais emplois durables, ce sont évidemment aux entreprises de les créer dans le secteur marchand. Là encore, le gouvernement ne regarde pas la bonne courbe. Ce n’est évidemment pas la courbe de la baisse administrée des demandeurs d’emploi qu’il faut regarder ; mais celle des créations d’emplois ! C’est comme pour les impôts : le gouvernement ne regarde pas le bon dossier : il annonce qu’il va remettre à plat la fiscalité, alors que ce sont les dépenses qu’il faut remettre à plat. Bref il est atteint d’une sorte d’une grave dyslexie idéologique : il fait tout à l’envers.

Il faut refonder d’urgence le système de formation professionnelle

Pour que le système productif français recommence à fonctionner efficacement — comme en Allemagne — il faut refonder de fond en comble le système de formation professionnelle, ce monstre dilapidateur et totalement inefficace dont Alexandre Jardin dit justement qu’il est géré par des fous (« Les fous priés de réformer l’asile » !).

Et évidemment remettre Pôle emploi en état de marche !

Ce système de collecte d’offres d’emploi et de placement a totalement failli à sa mission. Le ministre qui en a la charge également donc.

  • Le nombre des offres d’emploi collectées par Pôle emploi est en chute de 8,0% sur un an (en octobre). Les offres collectées d’emplois durables (plus de six mois) sont également en baisse de 1,9%. Celles qui progressent en revanche, ce sont les offres collectées d’emplois temporaires : les « moins d’un mois », qui sont en hausse de 11,8%.
  • Cette inefficacité terrifiante du système de placement pousse les demandeurs d’emploi à des initiatives indignes d’un pays comme la France : on ne peut pas demander à des chômeurs d’aguicher leur prochain employeur avec un séjour aux Seychelles ou une moto ! C’est un scandale.

Le gouvernement aura finalement fixé des priorités qui ne sont pas les bonnes. Il aura fait complètement fausse route. Et le pire est qu’il nous répète qu’il ne faut surtout « pas changer le cap »


Sur le web.