Refusons une NSA française

L’État français met en place les structures pour nous espionner. Il est impératif de s’y opposer dès aujourd’hui, pour éviter une NSA à la française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nsa eagle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Refusons une NSA française

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 novembre 2013
- A +

nsa-eagleLe PLD s’inquiète de la capacité de moins en moins limitée d’intrusion de l’État dans notre vie privée. Nous comprenons la nécessité de la loi anti-terroriste qui, depuis 1991, permet aux services de renseignement de collecter l’historique de connexions de suspects, le contenu de leurs emails et la géolocalisation de leurs appareils de communication. Mais la loi de programmation militaire prévoit d’étendre ce régime d’exception aux ministères de la Défense, de l’Intérieur… et de l’Économie et des Finances. Le gouvernement pourra dorénavant suivre en toute légalité et archiver nos échanges privés, nos usages sur la toile, nos déplacements.

La mesure sort ces pratiques du contexte judiciaire pour en faire une arme potentiellement politique. L’autorisation ne sera pas accordée par un magistrat mais par le Premier ministre dont la neutralité est plus que contestable. D’autant que les autorités pourront installer des dispositifs d’interception directement sur les équipements des entreprises du Net comme les fournisseurs d’accès, les opérateurs de téléphonie ou les sites Web. Aucune limite n’est fixée à l’arbitraire des dirigeants de l’État sur les citoyens démunis. Nous ne pouvons l’accepter au moment où les populismes se font menaçants dans un environnement national délétère.

L’accès aux échanges personnels et à nos connexions doit rester l’exception, certainement pas devenir la règle. Nous demandons que ce type d’intrusion reste sous l’autorité judiciaire et non pas politique, afin qu’un tel accès à nos vies privées soit motivé et légitime. Nous demandons qu’il ne concerne qu’une liste très étroite de suspects : terrorisme et grand banditisme. Ces garanties sont indispensables si nous voulons qu’Internet ne devienne pas un espace surveillé par les miradors d’États arbitraires.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • 1) ! Attention passage de pommade ! Allez directement en 2) pour mon commentaire

    Cher Aurélien Veron, c’est un plaisir de vous lire sur Contrepoints. Je vous connait comme Président du PLD Je suis très sérieusement déçu par les dangereuses dérives « Solfériniennes » du PS, « Bio Luddistes » de EELV et « Marxistes » du FdG. N’existant plus de Gauche Libérale en France (prise en otage et executé par le PS). Je songe très sérieusement à rallier votre Parti.

    2) Le commentaire…

    Que c’est absoluemment scandaleux. Qu’avec ce projet de lois, il n’y aura pas de séparation de l’executif et du juridique. Que la présomption même d’innocence est remise en cause. Dès lors où nous sommes soupsconnés.
    Le risque de dérive est tellement flagrant que même animé des meilleures intentions (anti terrorisme, grand banditisme…) qu’il est certain qu’un scandale politique éclatera au grand jour.

    Who watch the watchers ?

    Nous avons le droit d’avoir une vie privée, d’avoir des conversations privés et l’Etat serait à même de juger, commenter, accuser ces conversations privés ?

    • « Who Watch the watchers » Quant à utiliser de l’anglais, au moins l’écrire correctement: « Who ‘S watchING the watchers » Merci 😉

      • Cher professeur d’anglais,

        J’ai utilisé le présent simple plutôt que le present progressif sciemment.

        Je regrette aussi que vous n’ayez rien à dire sur le sujet de l’article.
        Ni personne d’autre.

        A croire que la liberté d’avoir une vie privée ne vaut pas d’être défendue comme la liberté d’entreprise.

  • Bonjour,
    Je publie sur mon fb.
    Le gouvernement reste logique avec les fondements idéologiques de plus en plus marqués de la majorité parlementaire : l’état est tout et comprend tout. Quant à vous, minables citoyens, dormez tranquilles car Di… Heu… L’état veille sur vous et SAIT ce qui est bon pour vous…

  • Bon article, mais la suite logique est de rendre visible notre opposition au projet.

    Qu’a prévu le PLD : manif devant l’assemblée nationale, interruption du journal de 20 h, etc …
    Inspirons-nous des pros de la propagande, tel Greenpeace ou José Bové.

    De plus rendre visible les libéraux par une action de défense des « libertés civiles » c’est plus porteur que de dénoncer les privilèges de la fonction publique (même s’il faut les dénoncer)

    Que proposez-vous Aurélien ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles