De la taxation à la spoliation : l’inexorable débâcle française

On nous assure que Hollande a pris la mesure du ras-le-bol fiscal. Mais a-t-il bien compris les causes du « désenchantement du rêve français » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De la taxation à la spoliation : l’inexorable débâcle française

Publié le 29 novembre 2013
- A +

Par Marc Suivre.

Hollande t'es pas le bon cheval

Chaque jour que Dieu fait, nous nous enfonçons un peu plus sûrement dans la crise, par la grâce d’une Présidence normale autoproclamée. Pourtant, pareil aveuglement, pareille persistance dans l’erreur, pareil acharnement à nier les évidences, ne relèvent pas de la normalité, mais de la pathologie. « Le socialisme arrive très rapidement à court de l’argent des autres » disait Margaret Thatcher en s’inspirant librement de Winston Churchill. Malheureusement pour nous, il semble que nos socialistes aient décidé d’appliquer ce principe jusqu’à l’absurde.

Taxes : du concours Lépine au ras-le-bol fiscal

Hollande a, nous assure-t-on du côté des médias subventionnés, pris la mesure de ce que son inénarrable ministre de l’Économie a qualifié de ras-le-bol fiscal du peuple français. Il faut dire que depuis le retour des vacances, nous peinons à voir les effets pratiques de ce juste constat présidentiel, tant nous ne cessons de mesurer le sens aigu de la « justice » et de la « mesure » fiscale qui anime notre gouvernement. Pas une semaine sans qu’une nouvelle ponction ne vienne réjouir notre moral de consommateur et illustrer la désormais célèbre « pause fiscale » prévue pour 2014, 2015 les calendes grecques. Cette frénésie taxatoire n’épargne personne. Certes le mouvement avait été initié par le duo de comiques troupiers Sarkozy/Fillon, derniers héritiers en date du collectivisme de droite. Est-ce au prétexte que leurs prédécesseurs étaient d’irresponsables gaspilleurs que nos champions d’une France « apaisée » (jusqu’à la limite de l’émeute) doivent perpétuer une politique qui produit d’aussi navrants résultats ?

À force de rejeter la faute sur Sarkozy — qui ne faisait qu’appliquer les mêmes recettes collectivo-keynesiennes que lui — Hollande prend le risque de se faire traiter d’autiste (au mieux). Toute sa campagne n’a été qu’une vaste fumisterie, toutes ses promesses des attrape-nigauds (il aurait eu tort de se priver, tant leur nombre semble inépuisable). Sa candidature a été tournée vers la satisfaction immédiate des intérêts de toute une ribambelle de minorités toutes plus égo-centrées les unes que les autres. Une union électorale d’intérêts passablement divergents ne produit pas le ciment de solides fondations politiques. Une fois satisfaite dans ses espérances du moment, une minorité reprend le large et ne voue pas un culte permanent au grand sauveur. A contrario, si vous ne tenez pas vos promesses, vous créez un mécontentement tenace. C’est ce qui est arrivé au petit copain de Valérie Trierweiler. Les homosexuels ont eu leur mariage et pestent à présent, comme les autres, contre les taxes tandis que les immigrés qui n’ont toujours pas le droit de vote — qui ne servait qu’à faire monter le FN — en veulent diablement au meilleur ami de Jacques Chirac. Vous multipliez cela par des Bretons écotaxés, des automobilistes harcelés, des travailleurs surfiscalisés, des policiers ridiculisés, des victimes violées dans leurs droits et des voyous sacralisés et vous arrivez aux 15 % d’opinions favorables dévolus actuellement au bidibulle de l’Élysée.

Perpétuer un modèle à bout de souffle

La seule justification à la persistance du socialisme comme méthode de gouvernement réside dans le fait que les politiciens qui le mettent en œuvre sont persuadés que c’est par l’assistanat qu’ils assurent leur pouvoir. Cette assertion est fausse, car leur légitimité est de plus en plus contestée et (car ?) ils n’ont plus que l’apparence du pouvoir. Toutes les décisions échappent assez largement à notre (nos) piteux gouvernement(s). Il n’est qu’à voir le ridicule des dernières propositions à destination des clubs hippiques pour s’en rendre compte. Bruxelles (comprendre les méchants) force la France à appliquer un taux de TVA à 20% sur une activité qui se voyait taxée à 7%. On comprend l’émotion d’une filière qui s’en remet, pour les conséquences de la mesure, à l’étude d’impact que le même gouvernement a obligeamment fournie à la Commission pour essayer de l’attendrir : – 6000 emplois… une paille pour un secteur qui, jusqu’ici, ne demandait rien à personne ! De là l’idée, forcément géniale complètement idiote, de Bercy, de compenser la ponction à coup de subventions… Kafka n’est pas mort, il a juste fusionné avec Courteline.

Si ça bouge : taxez-le ! Si ça continue à bouger : régulez-le !
Si ça s’arrête de bouger : subventionnez-le !
Ronald Reagan quarantième Président des États-Unis (1911-2004)

Bien sûr, le réflexe premier est de se demander ce que l’Europe peut bien avoir à foutre du taux de TVA applicable aux activités équestres. Il y a fort à parier que l’Europe se soucie comme d’une guigne des canassons français. Il est plus que probable que cette activité n’ait simplement pas été, à temps, intégrée dans le champ des activités relevant du taux réduit. Nos « décideurs » allient, en la matière, l’incompétence la plus crasse à la fourberie la plus éhontée. Et ce sont les mêmes qui vont venir nous enfumer avec le populisme qui fait haïr l’Europe, tout en nous rappelant les « zheures-les-plus-sombres-de-notre-histoire ». La gauche n’a plus d’idée depuis le Front Populaire, elle n’a plus que le monopole de la morale. Elle en est pourtant singulièrement dépourvue.

Gribouille fait de l’économie

imgscan contrepoints 2013-2425 impôts et taxesAvant de se lamenter à longueur d’ondes et de colonnes subventionnées par le contribuable sur la fin du « consentement à l’impôt » et autre révolte fiscale, il conviendrait de s’interroger sur les causes de ce « désenchantement du rêve français ». Comment se fait-il que la Bretagne, terre socialiste depuis 20 ans, sombre ainsi en seulement 18 mois, dans le « populisme » le plus vil, avant que l’on ne dénonce son « nationalisme exacerbé » prélude au couplet sur le ventre fécond de la bête immonde (selon la dernière Vallserie à la mode). À dénombrer, ces derniers temps, les mécontents que génère l’exécutif normal, on en vient à se demander si la matrice de ladite bête n’est pas une fabrique de chewing-gums (selon l’excellente expression de mon très estimé confrère H16). Hollande, le Président des 40 voleurs, s’est pris les babouches dans son tapis volant. Ignorant des mécanismes de l’économie de marché, comme seul peut l’être un énarque membre de la Cour des Comptes, il a probablement cru que Robin des Bois était un prix Nobel d’économie. Il a donc décidé d’appliquer ses généreuses théories, pour sauver le pays et sauter « belle Marianne » en prime. Hélas, une fois renversés le Prince Nicolas, son fils Jean et le Shérif de Sablé-sur-Sarthe, la méthode qui consiste à prendre aux riches pour donner aux pauvres a fait long feu. Le riche fout le camp à l’étranger, le pauvre tire tout sauf la croissance et la classe moyenne qui, jusqu’ici, assurait la bonne tenue de la consommation, se recroqueville, comme un boxeur sonné sous les coups bas d’un fisc déchaîné. La conséquence de tout ce gâchis c’est une croissance négative (novlangue pour récession) et une France qui plombe lourdement le timide redémarrage de la zone Euro. Toute ressemblance avec au choix : la Grèce, l’Italie, l’Espagne ou le Portugal n’a rien de fortuit.

Désargentée, affolée à l’idée de devoir assumer ses erreurs et ses errements populistes, notre élite politique est arrivée au bout de sa logique spoliatrice. Après le travail, elle s’en prend à l’épargne avec un raisonnement confondant d’imbécillité économique : « la justice commande de taxer le capital autant que le travail ». Ne tentez surtout pas d’apprendre à un collectiviste que sans capital il n’y a pas de travail, c’est au-delà de ses capacités cognitives. Le mal français est plus profond. Le fait que, pas un de ces beaux esprits ne se soit demandé si la solution ne consistait pas à réduire le périmètre de l’État afin de pouvoir abaisser la fiscalité du travail au niveau de celle du capital, est très préoccupant. Il est vrai que les moutons ne se tondent pas tout seuls.

Taxer l’épargne : une faute morale

Taxer l’épargne après avoir alourdi, comme jamais, tous les autres prélèvements qui viennent priver les salariés du droit de jouir des fruits de leur travail est le plus sûr moyen de précipiter un pays vers sa ruine. Ce n’est pas quand la consommation se contracte, faute de liquidités disponibles dans les poches des consommateurs qu’il est judicieux de venir s’attaquer à leurs bas de laine. Contrairement à l’idée que s’en faisait Mitterrand (le grand économiste polygame de Vichy), l’épargnant ne s’enrichit pas en dormant. L’épargne ne tombe pas du ciel. Elle est le résultat d’un comportement économique rationnel qui fait qu’un individu décide, en toute conscience, de ne pas consommer l’intégralité de son revenu disponible. Ce faisant il met une partie de ses ressources de côté « au cas où ». L’épargne, spécialement en France, c’est une sécurité à laquelle on est d’autant plus attaché que les temps sont incertains. S’y attaquer en ce moment, c’est provoquer immédiatement un sentiment de panique, aussi utile à la reprise économique qu’un camp d’entraînement d’Al Qaida l’est au développement du tourisme de masse.

L’autre point tout aussi fondamental qui milite pour une non-imposition de l’épargne est justement que cet argent a déjà fait l’objet de prélèvements de toutes sortes. Que les sommes en question aient été héritées (droits de succession) ou retranchées du revenu disponible (après IRPP, TVA, TIPP et autres joyeusetés), l’épargne a déjà subi l’impôt. En remettre une couche au nom de la nécessaire solidarité avec : les nécessiteux, les services publics et tout autre parasite social est une escroquerie drapée dans le compassionnel. La vraie solidarité consiste à permettre aux acteurs privés (associations, fondations, œuvres caritatives) de collecter des fonds pour les répartir entre les personnes qui en ont besoin. Ces institutions le font beaucoup mieux que l’État et – bien qu’un effort en ce sens ne serait pas inutile – gaspillent au passage beaucoup moins que lui en frais généraux (comprendre les salaires des chargés de collecte et redistribution).

Vous m’objecterez que ce qui est taxé dans l’épargne, ce sont les plus-values, pas le capital. Demandez donc au Chypriotes grecs ce qu’ils pensent de cette brillante analyse servie par tout ce que la classe jactante compte de mous du neurone dans les journaux vus, parlés et écrits. Certes ils sont grecs et chypriotes de surcroît. Comme chacun le sait : au pays de l’ouzo, le pâtre se dore la pilule au bord d’une mer turquoise en attendant que les grands blonds du nord viennent lui apporter ses subsides. La France est la seconde puissance économique de l’Union Européenne que diable, une vieille démocratie, un pays bien administré et qui jamais ne sombrera dans les travers hellènes. C’est à voir ! La Grèce a été plombée par un secteur public hypertrophié, allié à un clientélisme électoral débridé : nous aussi ! La Grèce a perdu la confiance de ses partenaires par son incapacité à se réformer : nous n’en sommes plus très loin ! La Grèce a affolé les marchés et failli mettre l’Euro par terre, à cause de son incapacité à lever l’impôt : nous y sommes !

Ne vous y trompez pas, la fiscalisation de l’épargne (capital et plus value) c’est le dernier pas avant l’abîme. Le Moloch ne tombera pas avant d’avoir tout sucé. Après un choc de simplification qui n’a secoué personne faute d’avoir eu lieu, les socialistes passent la surmultiplié dans l’enfumage en parlant de réforme fiscale. Voir un socialiste réformer l’impôt c’est comme voir un cycliste renoncer à ses « fortifiants », un syndicaliste travailler, un sandwich SNCF appétissant, un percepteur compréhensif, un ministre de la justice répressif ou un député UDI de droite : c’est une vue de l’esprit. Le fait que le lavabo qui sert de Premier Ministre débute ses consultations par les syndicats qui, comme chacun le sait, ne représentent que les intérêts du secteur public est très révélateur. La raison d’être des parlementaires est précisément de représenter leurs mandants pour déterminer le budget de la nation et partant, le niveau des prélèvements à opérer sur les revenus des Français. Le fait que l’on noie le Parlement sous une avalanche de textes législatifs inapplicables qui n’ont pour seul objectif que de faire sortir l’infra ministre, auteur du texte en question, de l’obscurité qui le recouvre sitôt passé le « passionnant » débat, n’enlève rien à ce principe. C’est pour obtenir des impôts que les rois ont cédé leurs pouvoirs aux Parlements (plus où moins volontairement et certains ont même perdu la tête dans l’opération). Il n’empêche, terminer ces « consultations » par les politiques, en dit plus long sur la volonté d’aboutir des héritiers de Robespierre que toutes les belles intentions qui ne sont plus écoutées que par ceux qui aiment encore être dupés.

Cependant, réjouissons-nous, car, dans cette actualité morose et terne, nous avons une lueur d’espoir, une raison d’espérer. Valérie Trierweiler — dont la parole nous manquait — nous a assuré qu’elle était déterminée à ne plus se taire (chouette !). Désormais c’est en s’inspirant de son modèle : Danielle Mitterrand (re-chouette !) qu’elle entend participer  au fiasco de son concubin (Danielle, elle, préférait son Cubain moins con qu’hirsute, mais chacun ses goûts). À notre époque le ridicule ne tue plus, il désole tout simplement. Décidément, comme le faisait dire Michel Audiard à Lino Ventura : les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît… alors vous pensez si les connes sont détectables !

trierweiler

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Juste une remarque: Robin des Bois ne volait pas les riches pour donner aux pauvres. Il s’attaquait aux collecteurs d’impôts pour rendre aux pauvres ce qui leur avait été taxé.

  • « Marc Suivre est Conseil en stratégies politiques et communication publique. »

    Le titre de « communiquant » de l’auteur me rebute ; mais en revanche je trouve sa « plume » admirable et je suis totalement d’accord sur le fond de l’article.

  • Avec les subventions aux énergies renouvelables, l’on assiste à une industrialisation de l’agriculture, une agriculture intensive bien-sûr.
    Ces subventions sont la contre-partie d’une éco-taxe qui a pour nom Contribution au service public de l’électricité, CSPE acquittée par nos soins à chaque facture règlée.
    Les petits agriculteurs disparaîtront au profit de grosses entreprises qui financées avec nos contributions s’agrandiront de plus en plus jusqu’à ressembler à celles de nos voisins allemands.

    Alors demain nous aurons des fermes photovoltaïques et éoliennes avec des fermes méthaniseurs dont les producteurs de base seront des animaux ( vaches entre autres car lait + subventions = profits ).

    Mais les vaches à lait au final ce sont les clients et ils seront bien dedans la M…. alors !

    http://www.contrepoints.org/2013/11/25/147559-david-cameron-debarassons-nous-de-cette-merde-verte

    • Pfff! c’est quoi ces « petits agriculteurs »? à partir de combien d’hectares, de bovins, de porcs passe t on dans la catégorie « industrielle »? Si des agriculteurs profitent de l’effet d’aubaine des aides aux « EnR », qui doit on blâmer?
      L’agriculture est une activité économique qui est régie par les mêmes lois économiques que les autres secteurs. S’agrandir pour écraser les charges, améliorer sa compétitivité, vous êtes contre?
      Je suis sidéré de lire ici qu’il faudrait ne pas augmenter la production pour soutenir le prix (du lait). Mais vous vivez dans un monde clos ou quoi? Le marché est MONDIAL. Il y a des opportunités énormes en produits laitiers au niveau mondial. Il se trouve qu’en France, nous avons la chance d’avoir des coûts de production plutôt compétitif (surtout dans l’ouest). Vous voulez brider votre production…pour que nos concurrents en profitent, alors qu’initialement, ils ont moins d’atouts que nous, mais n’hésitent pas à investir (cf Allemagne).
      Punaise, si même sur un site libéral on ne comprend pas ça…

      • L’on est en droit de vouloir bouffer de la m…., mais l’on peut, aussi vouloir manger des produits issus d’une agriculture non intensive avec des agriculteurs proches de leur terre et de leurs animaux…
        Je suis curieux de connaître vos arguments pour affirmer que dans l’Ouest nous avons la chance d’avoir des coûts de production compétitifs !
        Vous voulez peut-être parler, là encore, des subventions dont récemment les Bretons ont déploré l’abandon pour le poulet…
        Et si l’agriculture d’après vos dires peut vivre sans, alors pourquoi les agriculteurs préfèrent-ils aujourd’hui faire du fumier à méthane plutôt que des céréales destinées à la consommation ?
        Enfin je ne parle plus d’agriculteurs lorsqu’il s’agit d’industriels de la subventions, soyons sérieux !
        Je pense que vous faites de la provoc, non !?

        • Ah au fait un document sur la surproduction laitière,

          http://ec.europa.eu/competition/state_aid/cases/247999/247999_1433675_77_2.pdf

          ça peut servir à comprendre que ce ne sont pas les coûts de production qui sont compétitifs et que si les prix sont bas c’est bien parce qu’ il y a surproduction et si l’on fait le parrallèle avec un autre secteur en surproduction et en surcapacité, c’est à dire l’électricité , l’on constate que là aussi les surcapacités de production induisent une surproduction , une baisse des prix de gros et alors que l’on pourrait en conclure au vu de ces seuls cotations sur le marché de gros que notre électricité est compétitive, l’on ne peut ignorer dans les faits que les clients la payent de plus en plus cher et que la CSPE ( aides aux EnR dont méthanisation, éolien, photovoltaïque ) est au plus haut depuis sa création, vive les effets d’aubaine !!!.

          C’est cela que vous appelez le libéralisme économique !?

  • Bien sûr lesz spoliés seront, outre les clients, les petiuts exploitants agricoles éleveurs qui ne pourront lutter contre un certain cumping puisqu’il y aura baisse du prix du lait du fait de surcapacités de production…
    Surcapacités, surcapacités , l’on en a déjà parlé dans d’autres occasions, n’est-ce pas !?

  • Flamby incompétent en économie ?Le résultat saute aux yeux…

  • « Voir un socialiste réformer l’impôt c’est comme voir un cycliste renoncer à ses « fortifiants », un syndicaliste travailler, un sandwich SNCF appétissant, un percepteur compréhensif »

    Eh bien détrompez vous sur ce dernier point, il y a de plus en plus de centres des impots où les gens sont justement très compréhensifs, et parfois « aident », si vous voyez ce que je veux dire. Pour une raison toute bête, comme pour les flics: l’Etat fait de la merde, ils payent les pots cassés. L’Etat et les collectivités décident de faire exploser les impots? C’est le couillon aux impots qui se prend le goudron, les plumes et les insultes.

    Partant de ce constat, et passablement agacés d’en prendre plein la tronche à cause de la politique navrante de leurs « patrons », de plus en plus d’employés des impots déclarent ouvertement en avoir ras le cul et parfois font tout ce qu’ils peuvent pour faire passer des dégrèvements et envoyer chier leur très très cher « employeur ».

    Comme quoi….

  • Oui, y en a marre. Il faut leur faire bouffer leurs couilles !
    Quant aux petasses, en parler est leur faire trop d’honneur. Espérons que ça va finir avec des têtes qui roulent sur le sol.

  • quelques remarques pour corriger et rétablir un peu de vérité :
    1. « sans capital il n’y a pas de travail », formule plaisante mais qui malheureusement oublie la simple réalité de ce qu’est le capital. La capital est justement du travail accumulé. Autrement dit, cil est plus correcte de dire « sans travail, il ne peut y avoir de capital ». pas besoin d’être collectiviste pour comprendre cette réalité à la base de toute la science économique.
    2. l’épargnant ne s’enrichit pas en dormant. De fait, il ne s’enrichit pas par son travail. Son travail peut lui avoir permis de disposer d’une épargne (encore qu’il faut aussi tenir compte de l’héritage, sur ce point je vous invite à réfléchir si ce n’est pas de l’assistanat), mais les intérêt qu’il va obtenir ou encore la plus-value qu’il fera, il le devra au travail d’autres personnes. autrement dit, il vivra du travail des autres. Là encore, je vous demande, n’est-ce pas du parasitage ou de l’assistanat ?
    3. l’épargne a déjà subi des prélèvements. Là aussi on est un peu dans la fumisterie. Si l’on vous suit, la TVA n’est pas justifiée puisque c’est un impôt que va payer le consommateur avec son revenu qui a déjà subi des prélèvements. Ceci dit, taxer de cette manière l’épargne n’est pas très pertinent.
    4. sur l’efficacité intrinsèque du privé sur le public, un mythe d’idéologues pour ignorants. Il suffit de comparer les coûts de gestion de la sécu avec les mutuelles ou les assurances privées. Dans le cas de la sécu, elles représentent 5% des sommes versées, pour les mutuelles et assurances privées, cela oscille entre 20% et 30%.

    • 1. Monter son entreprise par d’une idée, un besoin que l’on a détecté dans un marché. C’est bien pour ça qu’il faut un capital de depart que seul des investisseurs ou banque peut fournir. Et par le travaille se creer. Effectivement l’entrepreuneur à forcément produit du travail en amont pour en arriver là. L’un ne va pas s’en l’autre.
      2.La plus value qu’il fera comme il peut faire une moins-value. La personne qui pari sur le bon cheval aura eu raison d’investir et de croire en l’innovation de l’entreprise. Sans son argent peut être que l’entreprise n’aurait pas pu s’améliorer et faire faillite. La prise de risque si elle est payante, à le droit d’être remurer. Pour la succession, vous dites que c’est du parasitage, en même temps j’espère qu’a mort mes enfants ou ma femme pourra hérité de mon travail et qu’ils pourront en toute sérénité.
      3. Fiscal de 24% sur le livret a rémunération brut et 21% sur les plus values. Entre 1/5 et 1/4 c’est déjà pas mal. Le sujet du paragraphe est plutôt le chyprage des livrets et autre produit d’épargne
      4. J’aimerai bien voir vos sources parce que j’ai un peu la flemme de chercher à cette heure ci ^^

      • 1. d’accord avec vous, mais ce capital de départ ne peut provenir que de travail passé, notamment, le capital économique (machines, logiciels, brevets, locaux).
        2. la prise de risque doit-elle être rémunérée ? Oui, mais dans ce cas, c’est accepter qu’on puisse vivre du travail des autres, cela concerne aussi l’héritage. J’ajoute que si je vous achète une action LVMH, en aucun cas l’entreprise ne touchera un centime de la transaction, autrement dit je n’aurai même pas participer au financement de l’entreprise, dans ce cas, cela perd un peu de son mérite.

        4. cela provient de C. Ramaux. De mémoire, mais j’essaierai de retrouver cela provient des comptes de la santé.

        • 1. Le capital de départ peut très bien être un emprunt, donc une création monétaire, gagé sur le résultat à venir.

          2. La question de la rémunération de la prise de risque ne se pose pas comme ça. Elle est « Doit-on laisser celui qui a gagné par une prise de risque conserver ses gains ? » et la réponse est « oui, si l’on estime que le progrès est indissociable d’une certaine prise de risques ». Notez bien que si vous achetez une action LVMH, vous faites passer le message à tout entrepreneur-investisseur que le jour où il aura besoin de revendre ses actions pour réaliser ses gains, il trouvera un acheteur. Imaginez qu’on ne puisse que construire un immeuble, jamais le revendre…

    • Sans travail il ne peut y avoir de capital  » mais si par exemple cueillir de magnifiques truffes on ne peut appeler ça un travail , les vendre non plus pourtant vous avez acquis un capital
      @doar Vous aurez du mal à me bluffer j’ai connu des vaches nourries aux , paturages , choux , betteraves fourragères , foin etc . . pas d’ ensilage à l’ époque encore moins de  » farines  » en fait POUDRES animales il y a LAIT et LAIT en 2013 un pour les riches et un autre pour ceux qui le sont moins .

      • pourtant ce que vous décrivez s’apparente à un travail (cueillette, d’ailleurs les saisonniers le font bien), quant à la vente, cela aussi on peut appeler du travail (à moins que vous ne considériez les vendeurs comme ne travaillant pas).

        • Ah bon ! quand vous cueillez une fleur sur un bord de route ou dans votre jardin c’ est un travail ?
          Quand vous vendez vos cartouches d’ imprimantes vides (certaines sont rachetés ) c’ est un travail ?

          • le mieux serait que vous nous expliquiez ce qu’est un travail, et par là même ce que vous appelez capital. Cela sera plus simple.

    • Cout de gestion de la secu plutôt 7 à 10 % du budget…. qui est plus élevé que celui des assurances privées…

    • C’est celui qui dit qui est! Les mutuelles performantes (elles sont nombreuses) assurent la gestion
      globale des dossiers et reçoivent de la SS une indemnité de traitement inférieure au coût interne SS
      ( grandes entreprises, Mederic,..) Quand on ne sait pas on se tait, pour les mutuelles qui se sucrent
      voir CGT et autres tout a été dit il y a 40ans par Montaldo sur l’affaire Lucet. Tu est démasqué !

  • Excellent article sauf une erreur historique. Robin Hood se battait contre le shérif de Notthingham qui spoliait tous les travailleurs pauvres et les classes moyennes de l’époque. Il convoitait de plus la descendante du Roi Richard « Coeur de Lion » emprisonné par les croisades pour asseoir son pouvoir dans un mariage forcé qui lui aurait donné la légitimité. Donc Hollande est plus à comparer à cet horrible shérif spolieur violeur assassin qu’à Robin des Bois. C’est un exemple évidemment à contre-emploi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles