Parmi les très riches, combien d’entrepreneurs ?

Plus de la moitié des milliardaires sont des entrepreneurs, mais la part est nettement plus élevée aux Etats-Unis qu’en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parmi les très riches, combien d’entrepreneurs ?

Publié le 18 novembre 2013
- A +

Par Valérie, d’Emploi 2017.

Nous avions montré dans un précédent article que plus on monte dans l’échelle des patrimoines, plus il y a d’entrepreneurs.

Mais certains égalitaristes comme Thomas Piketty ayant laissé entendre que pour être très riche, c’est-à-dire dans la classe des milliardaires, il fallait forcément être un héritier et laisser le capital s’accroître par la force de la rente, il est bon de remonter à la source des documents comme celui publié par Forbes sur les plus riches. Ce faisant, on s’aperçoit que, comme pour la soi-disant montée des inégalités depuis 1980 qui est infirmée par les publications d’organismes aussi officiels que la Fed, il s’agit d’affabulations basées sur des statistiques plus ou moins truquées ou biaisées.

Une méthode intéressante et intuitive d’estimation de l’importance des entrepreneurs consiste à dénombrer ceux qui ont construit leur patrimoine eux-mêmes après avoir pris le risque de lancer une nouvelle entreprise et d’investir dans son développement parmi les personnes les plus riches identifiées chaque année par le magazine américain Forbes.

C’est ce qu’ont fait les chercheurs suédois de l’Institut de l’économie industrielle [1] : ils ont révélé que 58% des personnes les plus riches du monde sont des entrepreneurs.

Ils ont trouvé que 996 sur 1723 personnes répertoriées par Forbes entre 1996 et 2010 sont des vrais entrepreneurs, ceux qui ont créé leur fortune suite à une création d’entreprise, ce que l’on appelle la « new money ». Les PDG des entreprises à fort succès, comme Steve Ballmer qui a été recruté par Microsoft tout au début de sa carrière, sont exclus de la sélection, ainsi que les héritiers [2], même si leur fortune témoigne du succès entrepreneurial des générations précédentes.

Le classement Forbes porte sur 53 pays. Pourtant, le taux d’entrepreneurs parmi les personnes les plus riches n’est pas le même selon le pays. Les entrepreneurs représentent 65% des milliardaires américains, contre 42% en Europe. En nombre, si l’on tient compte de la population du pays, les entrepreneurs parmi les milliardaires sont 5 fois plus nombreux aux États-Unis, qu’en Europe occidentale.

Les entrepreneurs américains investissent sept fois plus de capitaux que leurs homologues en Europe. Cela permettait à l’Amérique jusqu’au présent d’avoir beaucoup d’entreprises innovantes, dont les noms sont connus partout dans le monde, avec de nombreux emplois, ce qui fait la croissance du pays.

Créer une entreprise ne permet pas seulement de s’enrichir, elle enrichit la nation où cette création se produit.

Le graphique ci-dessous montre qu’il existe une corrélation positive (de l’ordre de 0,49 [3]) entre le nombre d’entrepreneurs par million d’habitants et le PIB par habitant au niveau des pays développés. Plus nous avons d’entrepreneurs, plus cela améliore la productivité et la prospérité du pays. Une explication à ceci est très simple, car seuls les entrepreneurs sont capables de créer de la richesse et des emplois qui font marcher l’économie.

Entrepreneurs et pIB
Nombre d’entrepreneurs et le PIB par habitant (pays dévéloppés). Source : Henrekson et Sanandaji, « Billionaire Entrepreneurs : A Systematic Analysis », Research Institute for Industrial Economics, 2013.

C’est derrière chaque fortune Forbes que se trouvent une ou quelques entreprises importantes à l’échelle mondiale avec plusieurs centaines de milliers d’emplois qui créent la richesse du pays.

Toutes les campagnes des égalitaristes sont menées contre ces personnes qui ont réussi, ce sont donc leurs entreprises, et surtout les emplois associés, qui sont mis en danger. À long terme, ces campagnes menacent les prochains entrepreneurs et les empêchent de créer des entreprises qui réussiront avec des emplois de demain qui seront le moteur de l’économie.

Sur le web

  1.  Henrekson et Sanandaji, « Billionaire Entrepreneurs : A Systematic Analysis », Research Institute for Industrial Economics, 2013.
  2.  On les appelle la « old money ».
  3. Cette corrélation est significative avec la valeur p de 0.00, soit avec une très forte présomption contre l’hypothèse nulle.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Il est juste de distinguer les rentiers « old money » des créateurs « new money ».
    Dans son combat ideologique contre les « old money », les classes politiques font violence aux « newmoney ».
    Dans ce climat fiscal hostile et au coeur d’une tempête économique terrible, mon rêve de petite entreprise (3fois rien) ne pourrait être qu’un rêve.
    Comment se constituer un petit capital après s’être fait essorer par les impôts?
    Bravo Mr Gauch’Lib’, vous êtes un français aux revenus moyens, allez directement à la case Trésor Public.
    Piketty que je respecte, doit alerter ce gouvernement d’incapables que l’ennemi c’est la pauvreté, la précarisation de 90% des contribuables français.
    Ce gouvernement dresse les pauvres contre les imposables…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles