Encore de nouvelles taxes en 2014, vous en doutiez ?

La Commission européenne ne croit pas aux baisses de dépenses françaises. Autrement dit, des impôts devront les remplacer, et c’est encore vous qui payerez.

Par Philippe Bouchat.

impôts taxesLa Commission européenne vient de délivrer ses rapports sur les projets de budgets nationaux de 2014, dans le cadre du Semestre européen. En ce qui concerne la France, la Commission constate que le gouvernement prévoit que ses efforts budgétaires reposent à 80% sur les économies en matière de dépenses, alors que la Commission ne juge pas cela comme crédible et s’attend plutôt à ce que les économies concernent moins de la moitié des efforts :

« Indeed, the latter aims at spending cuts accounting for 80% of total adjustment (as measured by the improvement in the structural balance) while the Commission forecast projects that savings will make up  less than half of this notably due to expected expenditure overruns and a different treatment of one-off revenue measures. » [voir rapport de la Commission].

Conséquence ? Elle est simple : pour combler le différientiel, soit la France ne fait rien (ce qui revient à creuser son déficit), soit elle augmente le volet recettes pour compenser les moindres économies en dépenses annoncées par la Commission. C’est mathématique.

Donc, comme la France ne pourra pas se permettre de creuser son déficit (sous peine de voir l’Europe l’attaquer en déficit excessif et les agences de notation menacer de dégrader encore son rating), la seule solution attendue est l’augmentation de la taxation !

Seule alternative crédible pour éviter cela : adopter les recettes du libéralisme économique et commencer par réduire drastiquement les dépenses et la taille de l’État… ce qui est contraire à l’ADN des colbertistes de droite et de gauche.

La France n’en a pas fini avec la révolution qui gronde


Sur le web