Encore de nouvelles taxes en 2014, vous en doutiez ?

La Commission européenne ne croit pas aux baisses de dépenses françaises. Autrement dit, des impôts devront les remplacer, et c’est encore vous qui payerez.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Encore de nouvelles taxes en 2014, vous en doutiez ?

Publié le 17 novembre 2013
- A +

Par Philippe Bouchat.

impôts taxesLa Commission européenne vient de délivrer ses rapports sur les projets de budgets nationaux de 2014, dans le cadre du Semestre européen. En ce qui concerne la France, la Commission constate que le gouvernement prévoit que ses efforts budgétaires reposent à 80% sur les économies en matière de dépenses, alors que la Commission ne juge pas cela comme crédible et s’attend plutôt à ce que les économies concernent moins de la moitié des efforts :

« Indeed, the latter aims at spending cuts accounting for 80% of total adjustment (as measured by the improvement in the structural balance) while the Commission forecast projects that savings will make up  less than half of this notably due to expected expenditure overruns and a different treatment of one-off revenue measures. » [voir rapport de la Commission].

Conséquence ? Elle est simple : pour combler le différientiel, soit la France ne fait rien (ce qui revient à creuser son déficit), soit elle augmente le volet recettes pour compenser les moindres économies en dépenses annoncées par la Commission. C’est mathématique.

Donc, comme la France ne pourra pas se permettre de creuser son déficit (sous peine de voir l’Europe l’attaquer en déficit excessif et les agences de notation menacer de dégrader encore son rating), la seule solution attendue est l’augmentation de la taxation !

Seule alternative crédible pour éviter cela : adopter les recettes du libéralisme économique et commencer par réduire drastiquement les dépenses et la taille de l’État… ce qui est contraire à l’ADN des colbertistes de droite et de gauche.

La France n’en a pas fini avec la révolution qui gronde


Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Attention au double jeu, double langage des bruxellois.

    Je vous rappelle que chaque annee on nous fait le meme coup. La commission analyse le « budget », fait semblant de maugreer… et finit par donner un blanc seing aux clowns qui occupent Bercy.

    Chaque annee on donne un « delai » supplementaire a la France pour respecter les criteres de Maastricht.

    Ca dure… depuis le debut !

    Donc, vous verrez que Bruxelles autorisera, pour la enieme fois, un deficit superieur aux « previsions »

    Cela releve du theatre.

    Conjugue a la sauce Hollandaise, le deficit augmentera… et les taxes egalement. Autre certitude, que vous soulignez deja : les depenses ne baisseront pas.

    A fortiori, car la « recession » reviendra officiellement.

    Je vous rappelle enfin que la BCE se met clairement en ordre de bataille (baisse des taux, premieres fuites dans la presse) pour un QE a l echelle europeenne.

    C est inevitable et ils auront tous le pretexte de la « recession » qui revient.

    Cela permettra a la France, et aux autres PIGS, de continuer a financer leurs deficits, et meme a les augmenter.

    • Je crains que vous ayiez raison @Christophe. Une politique de QE est pourtant criminelle… Ceci dit, la taxation accrue en 2014 me paraît tout aussi inévitable. Bon dimanche, phb

      • Les Allemands, un peu moins ignares en économie et dont le QE ramènerait les gains à néant, l’accepteront-ils ? Même les pays du sud, qui se sont serrés la ceinture et commencent à en voir les fruits, comprendront-ils que les Français bénéficient d’un traitement de faveur ? Un QE, c’est un truc à raviver des grosses tensions dans la zone euro, et n’avoir guère d’effet, parce qu’à QE en Europe, QE et demi aux US et au Japon.

  • La BCE ne fait pas dans le « QE » mais dans le « LTRO », en attendant l’hypothétique déclenchement d’un « OMT » (dont aucun pays mal géré ne veut entendre parler, tellement les conditions d’entrée sont drastiques, à juste titre d’ailleurs).

    Le problème avec le LTRO, c’est que les banques en (relative) bonne santé ne veulent pas du LTRO et s’empressent de le rembourser à la BCE. Risible : la BCE émet de l’argent dont les banques ne veulent pas ! En creux, cela indique quelles banques européennes sont au bord de la faillite.

    Qui connaît la liste de ces banques (incapables de rembourser les précédents LTRO) ?

    • Le LTRO est un QE honteux, dissimulé, hypocrite.

      Avant le LTRO, les premiers « programmes non conventionnels » de papa Trichet… relevait de la même logique. Des prêts fixés dans le temps… qu’il suffisait de « roll over ».

      Bref. C’est un jeu d’acronymes, « à la puissance X ».

      Le QE européen permettra à la BCE de passer la surmultipliée.

      Et j’insiste sur la « concordance des temps »…. L’argument de la « récession » (qui redeviendra officielle en France par exemple avec le T4, puisque le T3 était déjà négatif) sera montée en épingle au niveau européen.

      La Commission s’en servira pour repousser encore et toujours les « critères de Maastricht » (on en parle depuis 15 ans… on ne les a jamais vus).

      Bref, les pièces du puzzle s’assemblent parfaitement.

      Et je souhaite rappeler encore et toujours que l’idée selon laquelle l’Allemagne ne « sera pas d’accord », que l’Allemagne va ruer dans les brancards… est un pur mythe.

      Merckel est toujours aux commandes, et elle suivra bien sagement le mouvement, comme elle le fait depuis… 2008.

      N’attendez donc aucun échec et mat technique avec les taux sur les OAT françaises ! L’espoir se situe plutôt sur l’asphyxie de la mafia étatique, via une baisse (volontaire et involontaire) des recettes fiscales.

      TVA, impôts revenus, taxes sociales…

      Voilà le formidable levier à notre disposition pour leur faire rendre gorge, pour casser leur système d’asservissement.

  • 1 € = 135 yens = 1,35 $ = 0,83 £ = 1,23 CHF (cours interbancaires du jour)
    Il y a moins d’un an il fallait 95 yens pour 1 euro et quelques mois avant l’introduction de la monnaie unique il fallait 0,85 dollar pour 1 euro ! La question est simple et évidente, la BCE doit faire comme la FED la BoE et la BoJ, faire chauffer la planche à billets. Le risque sera reporté, pour un temps seulement, sur les pays dits BRICS mais les Allemands, qui s’en tirent encore tant bien que mal avec un euro fort, seront-ils d’accord, ce sont eux qui ont la réponse à la question.

  • Chers @Cavaignac, MichelO et JacquesHenry,

    1. je suis d’accord pour dire que les QE – même s’ils ne vont pas automatiquement créer de l’inflation dans une économie mondialisée avec pression à la baisse des prix – sont dangereux, dans la mesure où, d’une part, ils faussent les prix et où, d’autre part, ils vont engendrer une surenchère dans ces « assouplissements monétaires »

    2. même si, strictement parlant, il est vrai que les prêts à long terme (LTRO) ne sont pas des QE, il s’agit néanmoins d’injections massives de liquidités (rien qu’en 2011 et 2012, 1.100 milliards d’euros ont été ainsi été prêtés aux banques !) alors que la réduction des crédits octroyés par les banques commerciales n’est pas démontrée (‘credit crunch’)

    3. en revanche, je ne suis pas sûr que l’Allemagne soit la seule clé; les différentes économies ‘systémiques’ européennes – comme la France, l’Italie et l’Espagne – ont leur rôle à jouer dans la reprise de la croissance.

    Sur ce, bon dimanche, phb

  • L’Europe en voie de grecification…Ou plutôt de japonaisation…

  • je serai curieux que l’on me détaille de quelles économies on parle exactement ?

    • Je pense, @enjoy, que la Commission se pose la même question … belle soirée, phb

      • Voilà la sauce commence à prendre !

        « Le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve a admis dimanche que les recettes fiscales de l’Etat en 2013 seraient moindres que prévu, de l’ordre de 5,5 milliards d’euros, en raison de la mauvaise conjoncture, selon lui. »

        « Il a par ailleurs précisé que concernant l’impôt sur le revenu, le manque à gagner était de l’ordre de 500 millions d’euros. »

        http://tinyurl.com/nz8hyfz

        Ils sont cuits.

        • Le message est clair : il n’y aura aucune réduction des dépenses publiques d’autant plus que l’arrosage d’argent gratuit des autres pour les élections a commencé.

  • L’intelligence la plus élémentaire n’est pas au menu !

    La France va continuer à tordre le cou à ses poules aux oeufs d’or, pour distribuer du fourrage acheté à crédit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Mises Institute

L'annonce par le gouvernement espagnol de son intention d'introduire un nouvel impôt de solidarité sur le patrimoine des personnes possédant plus de 3 millions d'euros a de nouveau mis en lumière le débat sur les impôts prélevés sur le patrimoine et le capital.

Le problème n'est pas seulement que cette annonce est hautement politisée dans une période préélectorale ni qu'elle pourrait perturber l'autonomie fiscale de Madrid, de l'Andalousie et de la Galice. (Rappelons que ces régions comptent dix-hu... Poursuivre la lecture

Les contribuables, qui sont résidents fiscaux de France et qui font l’objet d’une imposition relativement élevée à l’impôt sur le revenu, recourent le plus souvent à des astuces bien connues de défiscalisation, tels que l’emploi d’un salarié à domicile ou encore l’investissement dans les PME.

Bien que permettant de réaliser d’appréciables économies d’impôt sur le revenu, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros par an (18 000 euros dans certains cas).

Ce plafond peut vite être atteint lorsque le contribuable bénéficie ... Poursuivre la lecture

Depuis des années, l’économie française est dans une situation très difficile : tous les indicateurs sont  au rouge et le pays recourt chaque année à la dette pour faire tourner la machine économique. Il semblerait bien que nos gouvernants ne sachent pas comment s'y prendre pour redresser la situation. Curieusement, ce problème n’a pas été abordé par les candidats lors de la dernière campagne présidentielle.

Et voilà qu’à présent, nous entrons dans une période très trouble du fait des bouleversements amenés par la guerre en Ukraine : l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles