Comment aider les victimes du typhon Yolanda aux Philippines

Les dégâts du typhon Yolanda qui a frappé les Philippines sont colossaux. Comment y remédier efficacement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment aider les victimes du typhon Yolanda aux Philippines

Publié le 15 novembre 2013
- A +

Ecrit par Mong Palatino. Traduit par Marie Andre. Voir le billet d’origine [en]

A l’heure où ce billet est rédigé, on compte 2357 morts et 338.000 personnes accueillies dans des centres d’hébergement, une semaine après que le typhon sans précédent Haiyan (Yolanda) a frappé la zone centrale des Philippines. Ces chiffres risquent d’augmenter quand les sauveteurs auront atteint les provinces reculées de Samar et Leyte et fait l’état des lieux.

Des milliers de personnes sont mortes après le passage du typhon à Tacloban, la capitale de la province de Leyte. Plusieurs villes ont été détruites et laissent beaucoup de sans logis. les survivants se plaignent du manque de secours fournis par le gouvernement. On rapporte que des réfugiés sont morts de faim. Mais le gouvernement dément la lenteur des secours apportés aux victimes du typhon.

On a besoin en urgence de dons pour sauver d’autres vies et réhabiliter les villes touchées. Heureusement, l’aide afflue du monde entier. Les autorités ont dressé une liste des organisations habilitées à recevoir les dons internationaux. Plusieurs fondations et des écoles reçoivent toutes les aides. Les dons peuvent être envoyés par iTunes et par téléphones mobiles. Western Union ne facturera pas de frais de transfert vers les Philippines jusqu’à la fin du mois.

L’auteur de ce billet recommande l’action de Citizens’ Disaster Response Center (Centre citoyen d’aide aux catastrophes), Alliance Nationale pour les Philippines (pour les résidents des Etats Unis), et Sagip Migrante.

Le site officiel du gouvernement donne des mises à jours des dégâts causés par Haiyan et des actions d’aide apportées. Les personnes qui recherchent leurs familles ou leurs amis peuvent utiliser Google Person Finder et le formulaire de recherche de la Croix Rouge. De son côté, le gouvernement a publié sur son site une liste des personnes décédées dans les provinces touchées par le typhon.

Sur Twitter, le hashtag principal pour suivre la situation est #yolandaph. En ce qui concerne l’aide, c’est #reliefph. Pour les secours, #rescueph. Et pour retrouver une personne disparue, #tracingph.

Robert Plaza souligne l’importance des réseaux sociaux en ce qui concerne l’organisation de la coordination pendant et après la catastrophe :
C’est malheureusement le moment pour les réseaux de montrer leur efficacité devant cette catastrophe. Jusqu’à présent les réseaux sociaux n’ont pas déçu – sauf bien sûr dans les zones où l’électricité et les communications ont été détruites, cela se comprend.  En dehors des zones touchées, cependant, c’est différent : les médias sociaux sont devenus un outil très pratique pour solliciter les gens à apporter leur soutien.

L’article original (et beaucoup plus complet) sur GlobalVoices

Voir aussi notre dossier spécial sur les dégâts du typhon Haiyan aux Philippines.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jacques Henry, depuis le Japon

Ce n’est pas parce que je suis en ce moment à Tokyo que je vais harasser les lecteurs avec des informations nippones chaque jour mais l’objet de ce billet est révélateur de l’ambiance quasiment mondiale relative à ce fameux réchauffement climatique qui ne cesse d’être battu en brèche presque quotidiennement. Je ne m’étendrai pas sur la supercherie du « 95% de spécialistes du climat » mais sur les 95% de journalistes qui ne prennent même pas la peine de vérifier les informations qui leur sont servies ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La Chine m’inquiète

Par Guy Sorman.

[caption id="attachment_187487" align="aligncenter" width="640"] Chine credits Spiff (licence creative commons)[/caption]

Lors d'un dialogue fameux de À la recherche du temps perdu, une mondaine demande à un diplomate de caricature ce qu'il faut penser de la Chine. D'un ton pénétré et énigmatique, le personnage créé par Marcel Proust répond "La Chine m'inquiète". Cette saynète écrite il y a un siècle m'est revenue à l'esprit cette semaine au terme d'un périple en Asie, à Séoul et Tokyo en particulier. La Chine in... Poursuivre la lecture

Par Samuele Furfari. Un article de l'Institut Turgot.

Désolation. C'est le premier terme qui me vient en tête en voyant les conséquences tragiques de la catastrophe humanitaire causée par le super-typhon Haiyan qui a frappé les Philippines le 8 novembre 2013. Même si l'exagération des premiers jours, mentionnant 10 000 morts, est fort heureusement retombée, il s'agit bien d'une immense tragédie qui a fait plus de 4000 morts, ensevelis sous des montagnes de boue et de détritus en tout genre.

S... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles